Le nombre de fumeurs ne diminue plus, en Suisse

  • Share
  • CevherShare
  • Share

En baisse constante depuis 2001, la part des fumeurs en Suisse ne diminue plus depuis trois ans. Pire, l’an dernier, la courbe descendante s’est même inversée chez les 14-19 ans. La volonté d’arrêter de fumer a elle aussi légèrement baissé, selon l’enquête suisse sur le tabagisme.

Alors qu’ils représentaient 33% de la population en 2001, les fumeurs n’étaient plus que 27% en 2010, un taux qui s’est stabilisé depuis 2008. Les hommes qui fument sont 30% et les femmes 24%, indique l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi dans son bulletin hebdomadaire.

Alors qu’elle est descendue à 22% en 2009, la part de fumeurs parmi les adolescents de 14 à 19 ans est remontée à 24% l’an dernier. Les jeunes adultes de 20 à 24 ans demeurent la classe d’âge qui fumait le plus en 2010, avec 42% des hommes et 36% des femmes.

Moins de volonté

L’enquête sur le tabagisme montre en outre que la volonté d’arrêter de fumer a légèrement diminué, passant de 51% en 2009 à 48% l’an dernier. Durant cette année, 19% des fumeurs ont sérieusement tenté de cesser leur addiction. Chez les 14-19 ans, ils ont même été 26%.

La fumée est dangereuse pour la santé, rappelle l’OFSP qui se fixe comme objectif d’abaisser le taux de fumeurs à 23% en 2012 dans le cadre du programme national de prévention. Les fumeurs indiquent moins souvent que les autres se sentir bien. Ils sont 14% des fumeurs quotidiens à souffrir de respiration sibilante, 11% d’expectorations matinales et 15% de quintes de toux persistantes, écrit l’OFSP au terme de son enquête réalisée de façon continue et représentative.

En 2010, un fumeur régulier grillait 14,2 cigarettes par jour, une moyenne qui a légèrement baissé depuis 2001 (16 cigarettes/ jour). Mais 42% des hommes fumeurs consommaient plus d’un paquet quotidiennement. De manière générale, plus un fumeur est âgé plus il fume.

20% se les roulent

Alors que 93% d’entre eux préfèrent la cigarette aux autres formes de consommation du tabac, 17% des fumeurs quotidiens et 20% des consommateurs occasionnels roulent eux-mêmes leurs cigarettes. Les habitudes des accrocs à l’herbe à Nicot ont évolué en près de dix ans. Ainsi on fume de moins en moins au travail (de 31% en 2001 à 17% en 2010) et de plus en plus fréquemment dehors (de 2% à 25%).

Les fumeurs quotidiens, qui représentent un petit tiers du total, fument avant tout à la maison. Ceux qui n’en grillent qu’une de temps en temps la consomment en revanche plutôt dehors, aux arrêts de bus ou à la gare, signale encore l’OFSP.

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.