Le rapport de la Miviludes sur les sectes

  • Share
  • CevherShare
  • Share

Dans son rapport annuel rendu public ce 15 juin, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) pointe les pseudo-thérapeutes et les « méthodes » censées être miraculeuses pour guérir cancers et autres maladies réputées incurables.

Les pseudo-thérapeutes en ligne

Il est Américain, comptable et ancien bodybuilder. Mais surtout, Ty Bollinger est l’auteur d’un best seller intitulé « Cancer, step out the box», traduit en français depuis peu : « Cancer, sortez de la boîte ». Dans cet ouvrage, il explique comment, « après des années de recherches » (sic), il a trouvé le moyen de vaincre le cancer avec quasiment « 100 % de réussite » grâce à des méthodes alternatives naturelles qu’il recommande, au détriment des traitements conventionnels (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) jugées inefficaces et dangereuses.

Ty Bollinger n’est pas un cas isolé.  Dans son rapport annuel rendu public ce 15 juin, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) en pointe une dizaine d’autres. Une constellation de pseudo-thérapeutes qui profitent en effet de la crédulité et de la situation de faiblesse des malades pour dispenser sur internet, ou lors de conférences et formations, des « méthodes » censées être miraculeuses pour guérir cancers et autres maladies réputées incurables. Le document insiste plus particulièrement sur le cancer, dont une part importante des malades peut être détourné vers des pratiques thérapeutiques non conventionnelles et non éprouvées, susceptibles de leur faire perdre toutes chances de guérison.

L’irrationnel attire de plus en plus

« L’irrationnel attire de plus en plus. Il est difficile de lutter contre les sectes guérisseuses, car elles ne cessent de s’autodissoudre et de renaître. On assiste à une explosion de microstructures qui gravitent autour de la santé et qui diversifient leurs méthodes » indiquent ainsi les rapporteurs, qui citent notamment le cas emblématique de la Biologie Totale du docteur Claude Sabbah (cf Sciences et Avenir n° 703 et 727).

Pour les adeptes de ce dernier, toutes les maladies, y compris le cancer, ont pour origine un choc émotionnel appelé « conflit ». Pour guérir, il suffirait donc de retrouver l’origine de ce conflit. Une pratique largement inspirée de la Médecine Nouvelle Germanique du docteur allemand Ryke Geerd Hamer, condamné en 2004 pour escroquerie et complicité d’exercice illégal de la médecine. Depuis la Norvège où il s’est réfugié, ce pseudo-scientifique continue pourtant de promouvoir ses théories dangereuses. Claude Sabbah a, lui, cessé toute activité en 2008. Mais ses adeptes, ainsi que ceux de Hamer, ont pris le relais sous des appellations variées. Ainsi, l’ancien infirmier Christian Flèche, installé près d’Aix en Provence, a créé l’Ecole de Psycho-bio-thérapie où il forme de nouveau pseudo-thérapeutes au « bio-décodage »; Salomon Sellam, médecin généraliste retiré de l’ordre, pratique et enseigne la « Psychosomatique Clinique » dans l’Héraut ; Gérard Athias, lui aussi ancien généraliste retiré de l’ordre et formé par Sabbah, « décrypte » le sens de la « mal à dit » dans son « Collège International Gérard Athias » à Hyères .

Guérir le Sida avec de huiles essentielles

C’est encore un médecin, Jean Pierre Willem, pourtant radié de l’ordre en 1987, qui forme le tout venant à « l’éthnomédecine » au sein de sa « Faculté libre de médecine naturelle » en plein cœur de Paris. Lors d’un entretien sur Radio Courtoisie en 2006, il expliquait comment il pouvait guérir le SIDA avec des huiles essentielles. Selon nos informations, il aurait mis en pratique ses méthodes via son ONG, les « médecins aux pieds nus » (MAPN) auprès d’enfants atteints du VIH notamment au Togo et au Burundi

Au registre des patamédecines épinglées par le rapport de la Miviludes, figure aussi le « biomagnétisme humain », énième pratique énergétique inventée par Jean Marie Bataille et prétendant « traiter globalement les causes et les effets ». Toutes les maladies auraient pour origine un problème « d’énergies usées non évacuées » qui boucheraient la circulation des autres énergies. Le « biomagnétiseur » est donc une sorte d’égoutier qui déboucherait les conduites énergétiques du corps humain !

Des malades qui prennent des risques

Un délire pseudo-scientifique aggravé encore par la conception du corps professé par Jean Marie Bataille : « Nous sommes constitués de milliards d’électrons extrêmement petits, formant des atomes, lesquels s’organisent en cellules, tissus, organes, os, muscles, peau, nerfs, artères, veines, etc » Petit rappel élémentaire : les atomes sont constitués d’un noyau, lui-même constitué de protons et de neutrons. Et autour du noyau gravitent les électrons. Seul l’hydrogène ne contient pas de neutron.

Tous les « thérapeutes » se formant à ces diverses pratiques déviantes font donc courir de grands risques aux malades qu’ils prennent en charge, en particulier quand ces pseudo-thérapies deviennent exclusives, conduisant alors les patients à se détourner de la médecine conventionnelle. La Miviludes souligne que ceux qui exercent ces méthodes s’exposent entre autres à des poursuites pour escroquerie ou encore exercice illégal de la médecine et de la pharmacie. Des infractions pouvant être sanctionnées par des amandes de plusieurs dizaines de milliers d’euros et plusieurs années d’emprisonnement.

Olivier Hertel
Sciences et Avenir.fr
15/06/2011

http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/sante/20110615.OBS5167/exclusif-le-rapport-de-la-miviludes-sur-les-sectes.html

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.