Le commerce équitable: une bonne intention qui n’en est pas une

  • Share
  • CevherShare
  • Share

Je sens que je vais à nouveau prendre une volée de bois vert par les bien pensants. Mais tant pis; c’est ce qui arrive quant on flanque un grand coup de pied dans le politiquement correct. Bref venons en au commerce équitable. Ce dernier est une façon de plus pour se donner bonne conscience. Le commerce équitable veut que l’on paie au juste prix les producteurs locaux, généralement des pays pauvres ou en voie de développement qui importent leurs produits dans les sociétés occidentales. Première hérésie: les prix du marché ne se décrète pas. Dire qu’un prix est juste ou non, n’a pas de sens dans un marché libre. Un prix de vente, n’est qu’un prix qui est bien ou mal négocié par le vendeur.

L’économiste et spécialiste du développement, l’espagnole et libéral Xavier Martin i Sala, prix Juan Carlos ( un prix qui récompense tout les deux ans le meilleur économiste d’Espagne et des pays d’Amérique Latine ) et fondateur de l’association Umbele qui aide le développement des pays africains a justement étudié le commerce équitable. Selon Xavier Martin i Sala, les résultats sont plutôt mauvais. Les villages percevant une aubaine se reconvertissent dans la monoculture achetée par les entreprises bien pensantes : par suite , les prix s’effondrent et les cultures vivrières manquent.

Le commerce équitable, ne concerne que de toute façon qu’un petit pourcentage du commerce mondial. la véritable iniquité que subit les producteurs agricoles des pays pauvres: sont les subsides que touchent les agriculteurs des pays riches pour leurs exportations. Et cela même jusqu’aux étales des marchés des pays pauvres; qui ces derniers, ne peuvent rivaliser justement avec des prix cassés et garantis par les subsides que touche le producteur occidental.

Les pays pauvres ou en voie de développement, ne sont pas victimes de prix injustes selon les préceptes du commerce équitable, mais bien d’une concurrence déloyale venant des agriculteurs des pays riches. Les adeptes du commerce équitable sont souvent les mêmes qui fustigent que des légumes ou des fruits hors saisons venant souvent des pays pauvres ou en voie de développement, se trouvent sur nos étales dans les centres commerciaux. Au nom de la protection d’un soi-disant climat déréglés par les transports de marchandises à travers le monde. Deux discours deux contradictions.

Le commerce équitable, c’est rien que du flan à base de bonnes conscience virtuelles et mal placées.

D.J

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.