Cacher les radars, un pas en avant pour la sécurité routière ?

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cacher-les-radars-un-pas-en-avant-96309

Alors que le gouvernement adopte une méthode dure sur la sécurité routière, mais refuse d’en supporter le poid en confiant aux collectivités locales la mission son application, la nouvelle loi sur les radars fixes et les radars « préventifs » fais débat. quelques questionnements d’un automobiliste sur la question pour y voir plus clair…

La route tue ! première cause de mortalité chez les jeunes, la sécurité routière est un point crutial de la politique de nôtre glorieuse période !

Le gouvernement a récemment décidé de supprimer les paneaux indicateurs de radars fixes et d’interdire les « coyotes », ces petits appareils de détection des radars.
Puis il a reculé, en choisissant d’opter pour une application locale de cette loi.

Mais qu’en est-il des automobilistes ?

Avant cette loi, ceux qui achetaient auto plus, disposaient d’un appareil de reconnaissance ou connaissaient la route ralentissaient à l’approche des radars, pour les autres, s’ils avaient le malheur de rouler au dessus de la limite, c’était l’amende, voire le retrait de point. mais qu’en sera-t-il après ?

En supposant que cette sli s’applique à tout le territoire (ce qui ne sera heureusement pas le cas), les radars fixes ne seront plus indiqués.

Résultat : pour les locaux, cela ne changera rien, il connaissent l’emplacement des radars, et surtout, les zones dangereuses. Mais pour les autres ?

Tout d’abord, selon la porte parole de l’association de prévention de la violence routière : « la supression des panneaux prévenant les radars permettra de fortement diminuer le nombre de victimes dans les zones accidentogènes puisque les radars seront placés aléatoirement. » (jt de france 2, 18/06).

C’est sûr ! A force, tôt ou tard, tous les automobilistes, sous la peur omniprésente de la sanction, rouleront aux limites autorisés. (est-ce qu’ils conduiront mieux ? Bonne question !)

Mais en attendant, avant que le formatage répressif agissant à long terme ne fasse son effet, que se passera-t-il ?
Plusieurs hypothèses :

-Soit on connait la route, là, pas de problèmes, les radars seront vite repérés par les habitués.

-Soit on ne connait pas la route et on ne voit pas le radar. ce qui risque d’être probable (puisque l’état est endetté et que les radars sont particulièrement rentables, c’est la porte ouverte à la mise en place de ceux-ci en pleine ligne droite !), eh bien là c’est tant pis pour eux ! Ils ont vu une très longue ligne droite et ont dépassé la limite autorisée, c’est de leur faute, ils doivent payer ! (c’est à mon avis ce scénario qui a décidé le gouvernement, autant faire le plus de fric possible non ?)

-Soit on ne connait pas la route et on voit le radar. Si l’on est en excès de vitesse, alors on freine brusquement, ce qui n’ira pas pour plaire à celui qui nous suit, et risque de causer plus d’accident que s’il n’y avait pas de raison de freiner brusquement.

Deux fois sur trois cette loi se montrera injuste… Mais comment peut-on faire pour régler ce problème d’insécurité routière ?

Eh bien déjà il faut s’interroger sur les vraies causes d’accident. Bien souvent, ce n’est pas la vitesse ou le port de la ceinture qui causent l’accident.

En effet, je n’ai pas ma ceinture, je conduis mal, j’ai un accident, j’en meurs, et alors ? Je n’avais pas ma ceinture, ça a causé ma mort, pourtant je savais qu’il faut s’attacher, je suis un citoyen responsable, j’ai choisi de pas la mettre, j’en subis les conséquences.

Le vrai problème de la sécurité routière réside dans la limitation de vitesse.

La france est l’un des rares états à disposer d’une limitation générale de la vitesse à 130km/h, alors que si on roule à 240 ou 130 km/h sur une ligne droite de plusieurs kilomètres ça ne change pas grand chose.

Le problème de cette limitation généralisée est que l’automobiliste a perpétuellement conscience de son possible dépassement de vitesse.

Ce qui fait que si on parcourt souvent un parcours limité à 130 alors qu’on pourrait rouler à 150 sans augmenter les risques, quand la vitesse est limitée à 70 voire 50 km/h on a tendeance à se dire « ouai c’est les limites qu’ils donnent », et par la même à en oublier le fondement même de la limite de vitesse : empêcher quelqu’un de rouler trop vite dans une zone dangerause à partir d’une certaine vitesse.. Si 75% du temps lorsqu’on est limité à 130 on pourrait rouler à 180 quasiment sans augmenter le danger, quand on a une limite a 70 pour virage dangereux on se dit qu’on peut passer à 90, et bam ! carambolage !
Le citoyen français est devenus en enfant. considéré comme irresponsable par les poltiqus, il le devient. Alors responsabilisons nos citoyent, autorisons-les à rouler à 300km/h s’ils le veulent sur une ligne droite de 10km, pour qu’ils puissent se dire, le cas échéant « ah tiens, là c’est limité à 50, je suis hors ville, ça veut dire qu’il y aura des passags vraiment dangereux ».

Et là tout ira mieux. Du moins je le crois.

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.