Les enfants auraient un problème d’éducation… ou comment la société se défile

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/69377;les-enfants-auraient-un-probleme-d-education-ou-comment-la-societe-se-defile.html

La mort d’une jeune fille de 13 ans après avoir été agressée par un adolescent de 14 ans dans l’Hérault fait naturellement ressurgir le sujet de la violence entre adolescents. Un fait divers qui est loin d’être le premier.
Sélectionné et édité par Christopher Ramoné

Suite au règlement de compte ayant mal tourné – à Florensac, une adolescente de 13 ans est morte, conséquence d’un règlement de comptes au sujet d’une possible rivalité amoureuse –, beaucoup vont penser « Mais pourquoi se rendent-ils justice ? ». Violences scolaires, jeunesses turbulentes…

Enfants turbulents et violents, à qui la faute ?

Qu’est-ce qui rend les enfants si turbulents ? Certes, il y a toujours eu des bagarres, c’est rituel, question d’hormones. Mais il apparait soudain que les gens s’en étonnent, et c’est soit parce qu’on a décidé d’en faire un sujet de société, soit parce que cela se généralise… ou peut-être les deux ?

Qui joue un rôle dans l’éducation ? L’éducation se compose de trois acteurs : les parents, les professeurs et les élèves. Les médias (Internet et TV surtout) jouent aussi aujourd’hui un rôle majeur dans l’apprentissage du monde dans lequel on vit. Que pensent chacun des acteurs vis-à-vis de la violence juvénile ?

Les parents cherchent à éviter le pire, le drame du jeu débile qui se transforme en mort inattendue. Il faudrait que les professeurs s’occupent mieux de leurs enfants pour éviter que cela n’arrive, mais aussi les prévenir de ces dangers, leur dire qu’il est important qu’ils ne se blessent pas.

Les professeurs cherchent à inculquer la culture et le respect mutuel des élèves par le respect de l’accès à la culture. Il faudrait que les parents s’occupent mieux de leurs enfants pour qu’ils se dirigent vers l’autorité (professorale ou parentale) lorsqu’ils ont un problème plutôt que de se rentrer dedans.

Lorsque je parle des élèves, il est évident que je ne fais pas référence à leur désir d’apprendre, puisqu’il n’existe presque plus, mais à ce qu’ils s’apprennent entre eux. Là, les médias frappent fort. Internet propose trop d’informations, incontrôlable. La télévision propose toujours la même information, aliénante. La radio (jeune) propose une information infantilisée, débile. Tous proposant aussi leur lot de publicité et de consommation.

Qu’est-ce qui a changé ?

Les enfants cherchent à reproduire des schémas proposés par la société pour pouvoir s’affirmer comme individu de la société. Il faudrait que l’autorité leur lâche la grappe et se remette en question

- La communication. Les parents ne parlent plus à leurs enfants. Le droit au travail des femmes a retiré le droit à la famille des enfants, et rien n’a été inventé pour contrecarrer l’effet secondaire.

- Les rapports entre hommes et femmes. Nous concevons des enfants sans penser ou même vouloir ses 15 ou 25 prochaines années auprès du même conjoint.

- La responsabilité des parents. Faire garder son enfant quotidiennement parce qu’on travaille (par la crèche, l’Éducation Nationale, le centre aéré, les centres sportifs, les nounous…) puis le déposer devant la télé parce qu’on est trop fatigué.

- L’autorité du professeur. Alors que le professeur est garant de l’autorité, il n’en possède aucun moyen. Toute sanction prise par un professeur est contestée par un parent, c’est ça la lutte des classes.

Cependant, ne nous méprenons pas, il ne faut pas revenir en arrière. Il faut inventer les méthodes adéquates aux évolutions des mœurs. Le travail ne permet plus aux parents de prendre en charge l’éducation de leurs enfants et c’est le seul levier qui apaisera les jeunes.

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.