Parité : nouvelles incantations à l’UMP

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/parite/1196-parite-nouvelles-incantations-a-lump

Pour préparer son « Projet 2012 », l’UMP phosphore sur la « place des femmes ». Un catalogue de 26 mesures proposées par Jean-François Copé est en débat. Des mesures déjà évoquées pour beaucoup, rarement appliquées. Comme la loi sur l’égalité professionnelle ou celle sur la parité politique.


 

Les décrets d’application de la loi sur l’égalité professionnelle votée en novembre 2010 ne sont toujours pas sortis. Le ministère du Travail, debout sur les freins, faisant son possible pour amoindrir les sanctions contre les entreprises pratiquant des discriminations. A tel point que la députée UMP de Moselle, Marie-Jo Zimmermann, présidente de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée Nationale, enrage contre son camp : « On se fout du monde, on se fout des femmes ! » nous disait-elle fin mai dernier. De fait, la France est passée en 2010 du 18ème au 46ème rang mondial pour la parité

Alors quand Jean-François Copé, lance gaillardement son parti dans une convention ce mardi 21 juin pour réfléchir à « la place des femmes dans la société » en vue de 2012, sa démarche laisse perplexe : le secrétaire général de l’UMP, veut-il vraiment remettre l’ouvrage de la parité sur le métier ou, seulement, s’attirer les faveurs des électrices avec de beaux discours ?

Il propose un inventaire de 26 mesures et un débat tournant autour de questions déjà débattues jusqu’à plus soif comme : « Comment permettre aux femmes d’accéder davantage aux postes à responsabilité ? » ou « Comment permettre aux deux parents de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle ?  Comment lutter contre les situations de précarité dont sont victimes les femmes ? Comment rendre effective la parité entre les hommes et les femmes en politique ? »

Pour accéder aux postes à responsabilité, l’idée des quotas a fini par faire son chemin et gagner les plus hostiles qui sont passés de « pas question » à « mais c’est humiliant pour les femmes » puis « c’est un mal nécessaire » avant d’admettre qu’il ne s’agissait pas de nommer des femmes incompétentes mais d’empêcher les femmes compétentes d’être bloquées dans leur ascension par des considérations misogynes. Une loi sur la parité dans les Conseils d’administration des entreprises a été votée, après de nombreuses péripéties… pas trop brutale et pas trop méchante dans ses sanctions.

égalité professionnelle, égalité parentale

Corollaire de l’accession des femmes au pouvoir, la question de la conciliation vie familiale, vie professionnelle. Sur ce point, le candidat de l’UMP Nicolas Sarkozy avait promis 700 000 places en crèche et un « droit opposable à la garde d’enfants », promesses non tenues. Une réforme du congé parental avait été engagée en 2009, avortée en 2010. Un nouveau rapport vient de faire des propositions pour un meilleur partage de ces congés entre homme et femmes. Que deviendra-t-il ?

  • LIRE AUSSI

 

Côté précarité, les femmes représentent 82 % des travailleurs à temps partiel et les interruptions de carrière pour cause de pénurie de dispositifs de garde d’enfant sont légion. Quand à leurs retraites, elles ont eu beau manifester lors de la loi sur la réforme, elles n’ont pas vu leur situation bouger.

Enfin sur le plan politique, Jean-François Copé se désole de voir que seulement 22,7% de femmes siègent au Sénat et 18,5% à l’Assemblée mais se montre amnésique quand il est question des pénalités payées par les partis qui ne respectent pas la loi sur la parité.

Il  préconise une application progressive de la parité, accompagnée de la mise en place de « tickets mixtes » député(e)s titulaires/suppléant(e)s, de sexe obligatoirement différents. On a vu ce que ça a donné lors des dernières cantonales : le féminin de candidat est suppléante. Mais pour pallier le blocage selon lequel on ne trouverait pas de candidates valables, il mise sur un plan de formation des futurs cadres et candidats de l’UMP. Une mission qu’il a confiée à une femme, la députée Michèle Tabarot.

Difficile, après ces tentatives de féminisation avortées des lieux de pouvoir de croire à la sincérité de la démarche de l’UMP. D’autant que l’Observatoire de la parité, organe placé sous la responsabilité du premier ministre, est en panne. Sa rapporteure, Chantal Brunel est contestée par une partie des membres de cet observatoire qui ont quitté la table depuis ses propos sur les immigrés qu’elle voulait remettre dans des bateaux. Malgré leurs courriers au Premier ministre, ils n’ont pas obtenu de mise au clair sur les valeurs républicaines qu’ils sont supposés défendre ensemble. La parité va-t-elle enfin devenir une priorité pour la majorité gouvernementale ?

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.