Royal se considère comme la mieux placée pour battre Sarkozy

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://www.lemonde.fr/primaire-parti-socialiste/article/2011/08/14/royal-se-voit-la-mieux-placee-pour-battre-sarkozy_1559530_1471072.html

Distancée dans les sondages, Ségolène Royal se voit comme la mieux à même de battre Nicolas Sarkozy en 2012. Dans un entretien au Parisien, dimanche 14 août, la candidate à la primaire socialiste se présente comme « la présidente des solutions » face à au chef de l’Etat sortant, qu’elle qualifie de « président-déficit ».

Mme Royal accuse son ancien rival de 2007 d’avoir « plus que doublé le déficit public, en grande partie à cause des cadeaux fiscaux aux grandes fortunes ». « L’Etat s’est aussi surendetté en renflouant les banques sans aucune contrepartie », explique-t-elle, qualifiant la situation économique actuelle de « crise financière, mais aussi crise de civilisation ».

LES SONDAGES, « DES BULLES SPÉCULATIVES »

Pour faire face à l’endettement des Etats, la candidate décrit une série de propositions dans les colonnes du Parisien. Outre des « états généraux sur la réforme des prélèvements et de l’impôt », la présidente de la région Poitou-Charentes veut organiser « un référendum pour stabiliser les règles pendant cinq ans ».

Elle propose également « l’entrée de l’Etat au capital des banques qui sont aidées et l’interdiction de la spéculation sur les dettes publiques ». « Dans les pays qui contrôlent le système bancaire, la croissance est au rendez-vous », souligne-t-elle. Samedi, un sondage montrait que 82 % des Français se disent inquiets de la situation du déficit public et de la dette et considèrent que leur réduction est une priorité

>> Voir notre infographie Qui détient la dette en France

Enfin, Ségolène Royal veut également renflouer les caisses de l’Etat en luttant « contre les injustices fiscales et la fraude ». Mais elle prend ses distances par rapport au fichier des bénéficiaires d’allocations sociales proposé par l’UMP, estimant que « les démocrates doivent se méfier des fichages ». « Pour lutter contre la fraude, vérifions les critères d’attribution des allocations et sanctionnons. Et surtout soyons aussi sévères contre la fraude fiscale des grandes fortunes choyées par ce pouvoir », lance-t-elle.

Quant aux sondages, Mme Royal estime qu’ils sont surtout « des bulles spéculatives » et regrette que « les débats entre candidats n’ont pas commencé ». « Certains veulent rester dans le confort des sondages », juge-t-elle. « Je vais prouver que je suis la plus forte et la plus expérimentée pour battre Nicolas Sarkozy, pour rassembler largement de l’extrême gauche aux centristes humanistes et surtout pour agir vraiment : je serai la présidente des solutions », conclut-elle.

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.