« Arrêter de se faire des films » ou Le mot « chien » ne mord pas de Pierre Raynaud

  • Share
  • CevherShare
  • Share

« Les hommes civilisés se trompent souvent parce qu’ils pensent trop. » Cette phrase introductive du maître zen Taisen Deshimaru annonce la couleur du nouvel opus de Pierre Raynaud. Les hommes pensent trop et, pourrait-on rajouter, ils pensent mal, parce que leurs structures nerveuses et les multiples conditionnements culturels, éducatifs, langagiers, relationnels auxquels ils sont sujets les prédisposent à se tromper, à confondre les cartes avec le territoire, à prendre le mot pour la chose, la structure du langage comme modèle du monde. Or le mot chien n’a jamais mordu personne, il est insensible aux caresses et ne « gratte pas ses puces. »

Nourri aux deux mamelles de la sémantique générale et du constructivisme (notamment la systémique de Palo Alto), Pierre Raynaud fait figure d’empêcheur de penser en rond. Il nous livre un texte décapant qui n’épargne rien ni personne, et nous invite à entrer dans ce monde nouveau : le langage du réel afin d’instaurer, dit-il, « un vrai changement de vie et de société ».
Parlons-nous le même langage ? Dès que nous parlons du monde, nous sortons du monde pour entrer dans l’univers subjectif des interprétations, des opinions, croyances, préjugés et tutti quanti. Nous quittons le territoire pour la carte, les cartes, parce que « notre civilisation, notre éducation, nous poussent à vivre le plus possible au niveau des cartes et [que] nous sommes habitués à juger, à prendre des décisions en restant dans les cartes, sans ressentir le besoin[…] d’aller voir sur le terrain la réalité. » Nous sommes conditionnés par le prisme déformant de notre langage, incapable de décrire le réel et limité dans ses nuances. Du reste, précise Pierre Raynaud, « toute communication ne peut être qu’un malentendu » parce que l’information pure et l’objectivité relèvent de l’impossible.
L’auteur s’empare de la « chose » politique pour illustrer les pièges de l’abstraction, des discours abstraits et des généralisations abusives, écharpant au passage les mots creux de ce qu’il nomme l’antidictionnaire : la gauche, la droite, la France, la démocratie, la liberté, l’égalité, le bonheur, la justice, la religion, le socialisme, etc. Tous ces mots « qui ne veulent rien dire » tellement leurs significations sont diluées et subjectives, mais qui sont à l’origine de tellement de conflits…
Alors quoi faire ? Comment sortir de l’abstraction et accéder au changement, pour nous-mêmes mais aussi dans nos relations aux autres et à notre environnement ?
Pierre Raynaud propose des outils concrets pour sortir des abstractions, « voir clairement le réel » et parler son langage en évitant les sirènes contre lesquelles l’auteur nous a mis en garde. Oui nous pouvons gagner une authentique liberté : « celle de penser par nous-mêmes, d’observer et de comprendre ce qui se passe et comment le changer. » Dont acte !

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.