L’AUTO-MANIPULATION Comment ne plus faire soi-même son propre malheur, de Christophe CARRE

  • Share
  • CevherShare
  • Share

Comment faire son propre malheur

L’AUTO-MANIPULATION
Comment ne plus faire soi-même son propre malheur
Christophe CARRE, Editions EYROLLES, 2012

Les deux premières remarques que je ferai à propos de ce nouveau livre de Christophe CARRE, décidément très prolifique sur le sujet de la manipulation sont :
- qu’il n’a pas peur des titres et des sujets qui choquent. En effet, après nous avoir appris que la meilleure des éducations pour les enfants est l’éducation par la manipulation, seule alternative selon lui pour échapper au dualisme habituel du bâton et de la carotte, le voici sur un sujet encore plus original : comment nous nous manipulons nous-mêmes,
- que c’est un bel hommage à notre maitre commun, Paul Watzlawick, qui nous a déjà montré le chemin dans son livre : Faites vous-même votre malheur.

Plus encore que dans ses autres livres il nous décrit la manipulation comme un bien  nécessaire, en réaction avec les utopistes ‘aux yeux plein d’étoiles’ qui pensent encore que manipuler ce n’est pas moral, ceux qui ne voient pas plus loin  que la définition de leurs dictionnaires pour enfants sages, ceux que Joule et Beauvois appellent pudiquement : les honnêtes gens. Pour lui, manipuler n’est pas une maladie mais au contraire elle fait partie de la vie et elle est somme toute plus recevable que la violence, le chantage, les récompenses, ou les punitions. Nous avons tous envie que les autres partagent nos opinions, alors la manipulation est la solution la plus douce pour y arriver.

Ensuite il nous montre les pièges de notre esprit qui nous fait voir un monde qui n’existe pas, et qui nous manipule. Ce qui l’amène naturellement à nous exposer les thèses de la Sémantique Générale de Korzybski et le concept clé de la Carte et du Territoire et lui permet de nous montrer en quoi notre esprit est incapable (du moins sans formation adéquate) de voir le réel, aveuglé qu’il est par ses représentations abstraites, opinions et croyances, et même ses perceptions mensongères. Et je retrouve avec plaisir dans son livre l’idée que le mot ‘chien’ ne mord pas et que le brave Aristote nous a induit en erreur avec sa logique dualiste.

Il rejoint aussi Daniel GOLEMAN qui, dans son livre sur l’intelligence relationnelle a montré que, sur le plan physique, notre esprit fonctionne sur deux routes à la fois : l’autoroute de la voie irrationnelle et la départementale de la réflexion consciente. Et il semblerait que la départementale ne puisse véritablement concurrencer l’autoroute qui l’a devancée en nous donnant une opinion déjà bien ancrée qu’aucune réflexion ne peut détrôner. Sommes-nous donc condamnés à rester bêtes ? Pas du tout, au contraire car le raisonnement émotionnel (l’autoroute) est plus concret que l’autre, et il faut s’attacher à bien le connaître pour être efficace.

Au passage, en expliquant la difficulté à connaître les autres, il tord le cou aux sottises de ceux qui écrivent sur les techniques permettant de comprendre et de décoder les autres par l’observation de leur gestuelle et autres stupidités.
Non, les changements ne passent pas par les explications, les motivations, les argumentations, mais par des changements dans la vie réelle, changements de comportements et changements dans la façon d’analyser ce qui se passe.

Ce livre est original dans sa conception et fait le tour des découvertes de ces dernières décennies, y compris celle de la théorie de l’engagement et de la soumission à l’autorité (l’expérience de Milgram que l’on trouve dans des centaines de livres y est relatée).

Bref, si je suis complètement en accord avec tout ce que dit Christophe, comme d’habitude, j’aurais pour ma part, souhaité plus de propos personnels et moins de présentations des travaux des autres.
Mais les nombreux exercices qu’il propose à ses lecteurs, comme il le fait dans tous ses livres, enlève à ce livre l’aspect trop didactique, et le replace dans la catégorie des livres à lire absolument si l’on veut comprendre comment fonctionne le changement, et comment se garder de notre esprit qui, avant les gens, est le premier à nous manipuler.

 

 

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.