VOILÀ COMMENT FAIRE CHANGER QUELQU’UN D’AVIS

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://www.medisite.fr/a-la-une-voila-comment-faire-changer-davis-quelquun.819824.2035.html?xtor=EPR-56-809838[Medisite-Info-Sante]-20150318

Une étude révèle la technique pour inciter une autre personne à faire le bon choix. Il suffirait d’un seul coup d’oeil. Explications.

NDLR : moi je croyais qu’il fallait apprendre une méthode appelée Analyse Relationnelle et dialoguer avec la personne que l’on veut changer… Bref, tout dépend de ce qu’on veut changer chez une personne, et tout dépend si on veut que ce soit un changement passager ou définitif. 

©Fotolia

Et si les choix du quotidien ne relevaient pas de la morale et pouvaient changer en un battement de cil? Des chercheurs américains, britanniques et suédois affirment que la décision à prendre dépend de l’endroit où le regard d’une personne se pose. Quand quelqu’un est plongé dans ses pensées, il n’y aurait qu’à suivre les mouvements de ses yeux pour connaître son choix final.Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont demandé aux participants de prendre une décision plus ou moins morale en leur soumettant plusieurs images. Par exemple, à la question : « est-ce que tuer peut être justifiable ? », ils devaient simplement répondre « oui » ou « non ». En analysant les mouvements de leurs yeux grâce à des appareils oculaires et le temps qu’ils mettaient à regarder chaque image, les scientifiques ont pu anticiper la décision.

Là où le regard se porte influence un choix

De plus, les chercheurs ont réussi à influencer le choix quand ils demandaient une réponse immédiate au participant alors que son regard était posé sur une image particulière, sans donner d’autres informations. En dépit de sa morale, le participant faisait son choix en fonction de l’image qu’il voyait juste au moment de prendre sa décision dans 58% des cas.

Les gens pensent souvent que ce sont leurs opinions qui guident leurs choix, explique le Pr Michael Spivey de l’Université de Californie. Mais nous pensons que beaucoup de décisions sont prises sans grande réflexion et dépendent de la façon d’interagir avec son environnement. »

L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the national Academy of Sciences le 16 mars 2015

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.