La France n’a pas besoin d’idéologues mais de managers

  • Share
  • CevherShare
  • Share

http://www.bvoltaire.fr/patrickverro/france-na-besoin-dideologues-de-managers,237920?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=df7d3996f2-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-df7d3996f2-30469153&mc_cid=df7d3996f2&mc_eid=443cdc6b1f

Une large majorité de Français est excédée de voir le temps et l’argent gaspillés à traiter de sujets qui sont loin d’être prioritaires dans notre société.

« Une idéologie est un complexe d’idées ou de représentations qui passe aux yeux du sujet pour une interprétation du monde ou de sa propre situation, qui lui représente la vérité absolue, mais sous la forme d’une illusion par quoi il se justifie, se dissimule, se dérobe d’une façon ou d’une autre, mais pour son avantage immédiat » (Karl Jaspers).

Une large majorité de Français est excédée de voir le temps et l’argent gaspillés à traiter de sujets qui sont loin d’être prioritaires dans notre société, surtout au regard des graves problèmes qui la secouent : la lutte contre le terrorisme et le salafisme, la réduction du chômage et de la pauvreté.

La déchéance de nationalité, prononcée vis-à-vis de ceux (au sens collectif) qui ont eu une attitude criminelle à l’égard de la France, apparaît comme une sanction minimale de bon sens pour un grand nombre de Français ; mais pour ceux qui se veulent des experts du droit, il en est apparemment tout autrement, tant ils se gonflent d’importance à manier leurs arguties, tant et si bien qu’on ne les voit plus qu’en « sodomisateurs de diptères ».

Que des milliers de responsables de « haut niveau » passent des jours, des semaines, bientôt des mois à réfléchir à cette question, pour aboutir à un échec ou, pire, à une efficacité nulle annoncée, voilà de quoi vraiment énerver le peuple !

Quand on faisait ses « humanités », on vous enseignait l’importance du discernement et, quand on se préparait à des postes de responsabilité, on apprenait à hiérarchiser les questions à résoudre ; le tout aboutissait à l’élaboration d’un arbre de priorités pour l’action. Aujourd’hui, qu’en est-il ? Place est faite à la valorisation de l’idéologie en marche et au mépris du réel !

La peine de mort, le mariage homosexuel, la déchéance de nationalité ou la réforme de l’orthographe ne concernent que de toutes petites minorités de citoyens ; a contrario, la pauvreté, le chômage, le terrorisme et les flux migratoires subis en préoccupent des millions…

Est-ce par goût, par laxisme, par facilité ou encore par incompétence que nos « élites » se sont centrées sur ces sujets purement sociétaux ? Car je n’ose envisager l’hypothèse d’une volonté affirmée de déstabiliser notre société, encore que…

Il existe des théories de la manipulation par l’angoisse, selon lesquelles les individus en état de peur manifesteraient ainsi des réactions de fuite et d’évitement permettant à des pouvoirs tyranniques de se mettre en place ou de perdurer. Ainsi, un individu deviendrait manipulable dès lors que, dans une situation d’extrême angoisse, les fonctions complexes de son cerveau se trouveraient désactivées, un peu comme l’animal poursuivi par un chasseur a du mal à éviter les pièges qu’il lui tend. Mais l’Histoire montre aussi que l’utilisation de ce genre de méthode n’a jamais été efficace très longtemps, se retournant généralement après quelques années ou décennies contre les manipulateurs.

Attention à la goutte d’eau qui déborde !

You can leave a response,or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.