Archive

Archive for the ‘Ma bibliographie’ Category

Guide de l’influence

Amélie NEBIA dans http://www.e-marketing.fr/Marketing-Magazine/Article/Le-jeu-subtil-du-marketing-d-influence-41769-1.htm

dit :

Au-delà de la communication, ce qui restera, c’est l’influence, se plaît à rappeler l’organisateur du Hub Forum, Vincent DucreyAuteur du Guide de l’influence aux éditions Eyrolles et conseiller internet de l’Elysée. .C’est bien le digital qui donne ses lettres de noblesse au mécanisme, car la transparence du Web ne peut flirter avec l’obscur. Investir le champ digital est moins une question de ROI que de «RONI», pour «retour sur non investissement» », confirme-t-il à destination de ceux, encore très nombreux, qui n’ont pas pris le virage de la Toile. Tout en ajoutant « Le buzz est mort, vive l’influence! » Car, à ses yeux, buzzer n’équivaut pas à influencer

Les 7 lois de la pensée magique, livre de Matthew HUTSON

http://www.internetactu.net/2012/04/25/les-bienfaits-de-la-pensee-magique/

Pour télécharger le livre (en anglais) :

Par Rémi Sussan le 25/04/12

newscientistgodissueLe consensus semble établi par la plupart des chercheurs en neurosciences. L’homme n’est pas un animal rationnel. Tandis que les experts en neuroéconomie, le prix Nobel Daniel Kahneman en tête, découvrent que l’être humain est un pauvre calculateur (au point que certaines personnes souffrant de lésions cérébrales montrent une bien meilleure capacité à investir et évaluer les risques que des personnes saines), d’autres chercheurs appréhendent les origines biologiques et cognitives de la religion : un récent numéro de New Scientist a d’ailleurs fait sa couverture sur le sujet. D’un autre côté, Matthew Hutson, journaliste scientifique spécialisé dans les sciences cognitives et les neurosciences, nous chante les bienfaits de la superstition. Il vient de publier le livre : Les 7 lois de la pensée magique : comment nos croyances irrationnelles nous gardent heureux, en bonne santé et sains.

Les fondements cognitifs de la religion populaire

Le New Scientist vient donc de sortir un numéro spécial “Science de Dieu”.

12828337L’article le plus intéressant du dossier est sans doute celui de Robert McCauley, spécialiste reconnu de la science cognitive de la religion, qui a récemment popularisé ses idées dans un livre Pourquoi la religion est naturelle alors que la science ne l’est pas.

Pour MacCauley, il existe dans notre cerveau un certain nombre de “modules” déjà câblés nous permettant, par exemple, de reconnaître les visages, d’apprendre le langage, d’avoir une “théorie de l’esprit”, d’être capable d’éviter les dangers… Il emploie pour décrire ces fonctions le terme de “naturellement mature”. Autrement dit, elles font partie du développement cognitif “normal” et ne nécessitent pas d’efforts particuliers d’apprentissage. Ce sont aussi des systèmes rapides, ils s’apparentent à ce que l’économiste comportemental Daniel Kahneman nomme le système 1, soit les fonctions mentales qui nous permettent de décider rapidement. C’est l’ensemble de ces systèmes qui nous rendent réceptifs à la pensée magique et religieuse, explique McCauley. Lorsqu’ils se combinent entre eux, ils sont capables de créer des “faux positifs” susceptibles de nous amener à croire à des phénomènes “contre-intuitifs”. Un exemple en est l’anthropomorphisme, qui consiste à attribuer une “théorie de l’esprit” à des objets qui en sont dépourvus. Dans le cadre d’un système rapide, l’anthropomorphisme a certainement une valeur adaptative réelle. Il valait mieux, pour l’homme préhistorique, soupçonner une intention (c’est-à-dire un prédateur) derrière un mouvement de branchages qu’ignorer cette intention lorsqu’elle existait.  Read the rest of this entry »

« La réalité de la réalité », de Paul WATZLAWICK

Troisième livre fondamental de Watzlawick, plus axé sur l’épistémologie et la constructivisme.

« Changements, paradoxes et psychothérapie », Paul WATZLAWICK

En collaboration avec Weakland et Fisch, le deuxième livre fondamental à lire pour comprendre le fonctionnement de l’école de Palo Alto.

« Une logique de la communication » de Paul WATZLAWICK

Premier ouvrage paru en français décrivant les méthodes thérapeutiques de l’Ecole de Palo Alto, la thérape systémique et la modélisation des réussites.

« Arrêter de se faire des films » ou Le mot « chien » ne mord pas de Pierre Raynaud

« Les hommes civilisés se trompent souvent parce qu’ils pensent trop. » Cette phrase introductive du maître zen Taisen Deshimaru annonce la couleur du nouvel opus de Pierre Raynaud. Les hommes pensent trop et, pourrait-on rajouter, ils pensent mal, parce que leurs structures nerveuses et les multiples conditionnements culturels, éducatifs, langagiers, relationnels auxquels ils sont sujets les prédisposent à se tromper, à confondre les cartes avec le territoire, à prendre le mot pour la chose, la structure du langage comme modèle du monde. Or le mot chien n’a jamais mordu personne, il est insensible aux caresses et ne « gratte pas ses puces. »

Nourri aux deux mamelles de la sémantique générale et du constructivisme (notamment la systémique de Palo Alto), Pierre Raynaud fait figure d’empêcheur de penser en rond. Il nous livre un texte décapant qui n’épargne rien ni personne, et nous invite à entrer dans ce monde nouveau : le langage du réel afin d’instaurer, dit-il, « un vrai changement de vie et de société ». Read the rest of this entry »

Cours théorique d’Analyse Relationnelle

Mon cours complet d’Analyse Relationnelle dans la librairie KINDLE.
30 exposés faisant le tour des méthodes et des sources de l’Analyse Relationnelle :

Obtenir sans Punir de Christophe CARRE

 

Je ne sais pas combien de livres et d’articles de journaux ont été écrits sur ce sujet dont l’actualité est permanente : l’éducation des enfants. Depuis le « J’élève mon enfant » de l’inusable Laurence Pernoud, livre qui a fait le bonheur et le cauchemar de quelques milliers de mères, on a du écrire quelques milliers de livres sur ce sujet qui intéresse (presque) tout le monde.
Et tous les livres ont tenté le même exercice : conseiller aux parents de se situer quelque part entre deux extrêmes : la discipline la plus stricte d’un côté et le laisser-aller le plus inconscient de l’autre. Un pédagogue dont le nom m’échappe a dit que l’éducation libérale des enfants par les parents n’était rien d’autre que l’éducation autoritaire des parents par les enfants.

Et il est vrai, qu’au premier abord, on envisage mal comment sortir de ce dilemme, et comment ne pas balancer d’une attitude à l’autre, de la carotte au bâton et du bâton à la carotte.
Et bien on croyait cela impossible et c’est pourquoi Christophe CARRE l’a fait ; il y a une troisième voie : la manipulation. Mais attention la manipulation positive, bienveillante. Quand on sait la renommée sulfureuse de ce mot, il fallait oser. Et c’est une réussite. On lit ce livre un peu étonné au début et à la fin on se dit : mais comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Mais c’est bien sûr ! Read the rest of this entry »

La manipulation en 35 leçons

Enfin un livre qui lève l’hypocrisie sur le mot manipulation qui est diabolisé alors que l’acte en lui-même ne l’est pas. A lire absolument et voir la critique dans le journal de l’AR et de Polemios :
http://analyserelationnelle.com/lettres/veillelivres.htm#livresmanipulation