Archive

Archive for the ‘croyances’ Category

Le vrai scandale du Fipronil : du gaspillage à partir d’un fantôme de danger. Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/fipronil-vrai-scandale-tonnes-de-nourriture-gaspillees/?mc_cid=4635844fe3&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : en fait le scandale c’est qu’un ensemble de gens dans notre société, pour d’obscurs intérêts, ont inventé un scandale de plus.
Ce n’est pas le premier et ça ne sera pas le dernier : on jette à la poubelle des denrées de bonne qualité par peur d’un danger inexistant, comme on a massacré des milliers de canards tout à fait comestibles, ou qu’on interdit régulièrement de manger des huîtres (de préférence à Noël !) que les ostréiculteurs continuent de manger sans crainte… c’est quoi ça ?

Nous sommes bien dans la génération trouille ? Nous avons peur de ce qui n’existe pas ? Et nous nous disons civilisés, et même cartésiens !!!  A qui profite le crime ? Et pendant ce temps-là les restaurants du cœur et autres banques alimentaires manquent de nourriture pour nos pauvres ! A moins que nous n’ayons pas de pauvres non plus, et que ce soit ça aussi une légende ?
Une société qui ne sait plus faire la différence entre une réalité et une croyance délétère est bien malade.
Ce sont les gens qui décident de ces actes stupides qui devraient être jetés à la poubelle !

Des brownies, des muffins, des pâtes, des pommes dauphine, des gaufres par quatre, par six, par douze, des moelleuses poudrées, des molles, des dures… Chaque jour, le ministère de l’Agriculture complète sa liste et entretient cette psychose ridicule autour d’un produit qui, certes, ne devrait pas se trouver dans les œufs, mais dont les traces sont si infinitésimales qu’elles ne présentent strictement aucun danger pour le consommateur.

Comme nous l’avons déjà écrit ici, il faudrait consommer pas moins de vingt œufs quotidiennement pour commencer à ressentir le moindre effet sur le plan sanitaire. Si mal il y a, il est donc dans les têtes, bien implanté par les médias qui font monter chaque jour la mayonnaise avant qu’on n’en retire les pots des frigos. Certains, comme Challenges le 14 août, s’indignent même qu’« aucun rappel de produit n’a[it] été lancé auprès des consommateurs ».

On nage en plein délire. Imagine-t-on les Français vider leurs placards de cuisine et rapporter la marchandise au magasin pour en réclamer le remboursement ? Quel commerçant peut gérer cela sans y laisser son fonds ? Read the rest of this entry »

Élections. Pour l’instauration d’un permis de vote, de Yann VALLERIE

http://www.bvoltaire.fr/elections-linstauration-dun-permis-de-vote/?mc_cid=18d633a958&mc_eid=443cdc6b1f

Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ?
Journaliste
 NDLR : enfin, une personne qui dit ce que tout le monde devrait dire ! Politiquement très incorrect mais indispensable. En effet, on sait que le plus débile des hommes a 1 voix, autant que le génie qui trouve de quoi faire avancer le monde, que le plus vil des hommes, le plus méchant, ne pensant qu’à faire le mal, a le même pouvoir qu’un Saint… on peut pleurer de notre soi disant Démocratie. Ce n’est pas cela la démocratie ni l’égalité pour moi.
Il fallait arriver à la décadence actuelle de nos sociétés dites modernes, pour trouver un nouvel obscurantisme : celui de l’égalitarisme à tout crin qui  ne peut que créer de l’inégalité. Le pilote d’avion, le chirurgien, et tous les hommes connaissant bien leur métier et le faisant avec application, demandent-ils l’avis des passants, des passagers ou du balayeur de l’hôpital, pour savoir comment piloter opérer… Tout le monde trouverait ça trop injuste et dangereux.
Mais quand il s’agit de voter ce problème ne se pose pas. Même quand on n’a pas lu le programme des candidats, ce qui est le cas de plus de 99% des votants, même quand on ne comprend rien à l’économe, qu’on ne connait pas le fonctionnement de nos institutions, ni à quoi sert l’Europe (quoi que là je crains fort que la réponse soit : à rien !), alors oui il faudrait que chaque personne puisse montrer qu’elle a lu, écouté, compris, et décidé de son choix en connaissance de cause. C’est la moindre des choses. Chacun est libre de son opinion, de son choix, mais pas de l’exprimer quand il n’a rien compris, c’est un déni de notre société tout entière que d’accepter cela. Et cette égalité-là, ni Jésus, ni Voltaire, ni Rousseau, ni Jaurès ne l’ont prôné. 
Mais je crains bien qu’il soit trop tard pour modifier de fond en comble les croyances de nos contemporains, car le refus de toute discipline, le refus même d’accepter les résultats des votes, le galvaudage du mot de démocratie dans la bouche des privilégiés, nantis et autoproclamés compétents, est arrivé à un point de non-retour pouvant empêcher le retour des valeurs qui constituent les ressorts d’une société en bonne santé.  Et pourtant je suis convaincu que notre avenir est dans notre passé ! Mais combien de gens d’aujourd’hui ont oublié que le monde n’a pas commencé avec les écrans plats et les émissions de télé-réalité !
Finalement nous n’avions pas complètement tort dans les années 60 quand on criait dans les rues : « Elections, piège à cons ! »
——————————————————————————————————————————————————————————————————–

À chaque élection, c’est la même rengaine : des millions d’électeurs se bousculent dans les urnes, en France (ou ailleurs), pour aller donner un mandat électoral à des personnalités ou à des partis politiques qui leur auront proposé un programme politique pour le pays, la région, le département…
Parmi ces électeurs, beaucoup l’avouent publiquement : durant toute l’année, ils ne se soucient pas de la vie politique du pays, hormis bien souvent pour le secteur précis qui les concerne le plus (ce qui est une vision corporatiste et non pas politique globale).

Les sondages montrent même qu’à quelques jours des scrutins, une majorité est toujours indécise.
La politique, comme l’origine du mot l’indique, c’est pourtant « la vie de la cité ». Revendiquer fièrement de ne pas s’intéresser à la vie de la cité constitue alors ou bien une faute ou bien un choix assumé, qui devrait se traduire par l’impossibilité de pouvoir voter.

Mais alors…

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à conduire sans avoir passé le permis de conduire validant, théoriquement et pratiquement, la capacité à ne pas faire n’importe quoi sur les routes et à ne pas mettre en danger autrui ?

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à acquérir des armes librement et à aller chasser sans qu’ils n’aient passé, théoriquement et pratiquement, le permis leur apprenant le maniement des armes et les règles de sécurité et de respect de la faune et de la flore ?

À ces deux interrogations, la réponse est non, bien entendu.

Alors se pose une autre question :

Des individus ne connaissant pas leurs institutions, ou bien parfois le programme des candidats pour qui ils entendent voter (en dehors de deux ou trois propositions ici ou là), ou bien encore la situation géopolitique, économique, sociale, c’est-à-dire le contexte dans lequel se tient une élection, sont-ils réellement aptes à voter ?

Doivent-ils réellement être en mesure de contribuer, par leur vote, aux destinées de générations à venir ? Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ? Read the rest of this entry »

Un singe savant obtient 653 points sur 1 000 aux ECNi blanches

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/04/01/un-singe-savant-obtient-653-points-sur-1-000-aux-ecni-blanches_846173?xtor=EPR-4-%5BNL_weekend%5D-20170401#utm_source=qdm&utm_medium=newsletter&utm_term=&utm_content=20170401&utm_campaign=NL_weekend

NDLR : Je propose que nous votions pour ce singe comme ça nous retrouverons une congruence entre notre vote et la personne pour qui on vote. Dans un pays de singes, le roi ou le président se doit d’être des nôtres, donc un singe aussi ! Vive BOBO… lisez

  • singe

Entraîné pendant deux ans dans un centre de recherche privé de Genève, Bobo, singe savant, a obtenu 653 points sur 1 000 aux dernières épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) blanches. Les résultats ont été authentifiés par le CNG, organisateur des épreuves. Alors que 8 033 étudiants composaient dans leur faculté du 6 au 8 mars, Bobo planchait seul à Genève.

Expert dans le maniement de la tablette et doué d’une extraordinaire mémoire visuelle, ce chimpanzé âgé de 5 ans est parvenu à cet incroyable résultat en décrochant des notes maximales aux QCM. En revanche, son expression étant limitée et son orthographe défaillante, il a eu une note catastrophique à la LCA (lecture critique d’article). Il n’empêche. Ce résultat permettrait à ce singe savant d’être virtuellement classé en rang utile pour décrocher une spécialité médicale. « Bobo est doté de capacités intellectuelles inférieures aux carabins mais sa performance prouve qu’en potassant ses cours, il est tout à fait possible de franchir les 600 points aux ECN sans effort surhumain », commente le Pr André Klaar, directeur de recherche au centre de recherche clinique de Genève.

Tout démarre au cirque

Le projet fou démarre au cirque Zavatta en tournée en Suisse, où le Pr Klaar découvre Bobo lors d’un spectaculaire numéro de jonglage. Il est ébloui par la performance de l’animal. Le médecin a été fortement marqué par une très sérieuse étude selon laquelle des singes avaient obtenu de meilleurs résultats que les hommes lors de placements en bourse. « J’étais persuadé qu’un singe qui peut apprendre et se souvenir de tels numéros pourrait réaliser des prouesses aux ECN, commente le Pr Klaar. À ces épreuves, il suffit essentiellement de mémoriser ! »

Le scientifique helvète acquiert le chimpanzé. Depuis ses 3 ans, Bobo est astreint à un entraînement régulier, apprenant tout d’abord à manier la tablette. Un organisme de prépa privée lui prodigue ensuite des sessions d’entraînement particulier à raison de 6 heures par jour. Le singe doit remplir quotidiennement une vingtaine de dossiers cliniques. S’il réussit à obtenir 70 % des points sur chacun d’eux, il est récompensé d’une banane.

« Nous avons été bluffés par la régularité des résultats de Bobo, nous n’imaginions pas qu’il pourrait manger autant de bananes », affirme le Pr Klaar. Contrecoup de ces bonnes notes, le chimpanzé a pris 5 kg en 6 mois. Il doit maintenant s’astreindre à un régime draconien.

Une solution contre les déserts ?  Read the rest of this entry »

Les mains sales, Jean-Marc DUPUIS

https://www.santenatureinnovation.com/les-mains-sales/

NDLR : pour ceux qui sont fatigués de lire, d’entendre à la télé… sans arrêt : « Pour votre santé… c’est bon pour la santé, avec modération…etc » alors qu’en fait plus on se soigne sans raison plus on est malades, plus on se lave plus on est sales, plus on met de la crème contre le cancer de la peau, plus on affaiblit ses défenses immunitaires. Voici quelques années j’ai eu l’occasion de travailler pour le lancement d’un médicament contre l’eczéma et j’ai lu des études qui disaient toutes la même chose : les enfants de famille bobos qui se lavent sans arrêt et se badigeonnent de  toutes sortes de crèmes, ont plus souvent de l’eczéma que les enfants des familles plus proches de la terre qui se lavent quand ils y pensent. Alors, quoi ? Avons-nous besoin de voir dans les librairies des dizaines de revues parlant de notre santé ?
Moi, je crois que la maladie est susceptible, et si on l’ignore elle se vexe et s’éloigne de nous !

Les mains sales
Je reviens de chez des amis qui avaient loué une maison au bord de la mer.

Je reviens de chez des amis qui avaient loué une maison au bord de la mer.

C’est une maison neuve, avec trois chambres, une petite cuisine, une jolie vue mais, au fond, rien d’une villa de millionnaire.

J’ai pourtant été impressionné, choqué même, par le nombre de pièces d’eau, et plus précisément le nombre de robinets.

Chaque chambre a sa salle de bains. Et dans chaque salle de bains, on trouve une baignoire, une douche, un lavabo, un bidet, des toilettes.

Des toilettes, donc, pour chaque chambre, plus encore des toilettes communes, à côté du salon.

Il faut compter encore une petite piscine extérieure chlorée avec sa douche, son lavabo, ses toilettes, à nouveau.

Cela paraissait normal à tout le monde. Personne ne s’en étonnait (à part moi).

Mais je pense que, dans quelques générations, les historiens qui étudieront notre époque ne manqueront pas de remarquer cette véritable folie de l’hygiène.

Je ne parle pas des conséquences écologiques de consommer tant d’eau (d’autant plus que nous étions dans une zone notoirement menacée par la sécheresse).

En restant strictement dans le domaine de la santé, je m’inquiète des conséquences catastrophiques pour nos systèmes immunitaires, nos allergies, de passer ainsi notre temps à nous laver, nous savonner, nous désinfecter.

Les mains sales

Excusez-moi d’évoquer constamment le passé mais je n’y peux rien, c’est plus fort que moi : quand j’étais petit, beaucoup de personnes autour de moi avaient les mains sales.

En utilisant cette expression, « mains sales », je m’aperçois que les jeunes de notre époque ne peuvent même plus imaginer ce que cela veut dire.

Pour eux, avoir les mains sales, c’est avoir les mains pleines de Nutella, ou de confiture. Ou avoir mis les doigts dans son nez morveux. On se passe les mains à l’eau claire et, déjà, elles sont propres.

Mais ce n’est pas ce qui s’appelait les « mains sales », dans mon enfance. Read the rest of this entry »

Ce que votre sourire révèle de votre personnalité

http://www.medisite.fr/a-la-une-ce-que-votre-sourire-revele-de-votre-personnalite.1032162.2035.html?xtor=EPR-56-1029917[Medisite-Info-Sante]-20160307

Un groupe de dentistes et de psychologues se sont associés au cours d’une étude pour une marque de dentifrice et révèlent ce que votre sourire traduit de votre personnalité.

NDLR : les recherches sur la personnalité, les différences façons de la définir si tant est qu’elle existe et ne soit pas totalement volatile comme le dit l’Analyse Relationnelle, sont nombreuses et reflètent la culture dominante de leurs auteurs. Ceci étant dit existe-t-il des rapports entre des traits physiques, tels que les dents du bonheur à la Julia Roberts (qui serait plus coquine que d’autres artistes ?!!!) et tel ou tel élément de personnalité ? Nous sommes là dans la pensée magique ; on peut dire n’importe quoi : il suffit d’assembler deux observations et de les lier par une relation de cause à effet. L’effet Mehrabian (celui qui a dit que 93% de nos communications étaient non-verbales), a encore frappé pour nous embrumer. Un geste, un aspect physique, ne peut en aucun cas être relié par une bijection à une signification précise ni à un trait de personnalité, car chacun de nos gestes, de nos mots, de nos mimiques peut vouloir dire des milliers de choses. Je fais la grimace parce que j’ai mal au ventre, ou que ça me démange, pas parce que je ne suis pas content de vous voir… chère Madame. Arriverons-nous à brûler tous ceux qui nous rendent encore plus bêtes et encore plus ignorants, alors que leurs missions devraient plutôt nous inciter à aller dans l’autre sens, celui de l’élévation vers une intelligence plus pointue ?

Un sourire peut cacher beaucoup de choses. Mais en y regardant bien il peut aussi en dire long sur notre interlocuteur. Au cours d’une étude commandée par la marque de dentifrice Dental White, dentistes et scientifiques se sont réunis pour analyser le sourire de plusieurs individus dont certaines célébrités. Les résultats de leur étude ont été relayées dans le journal britannique Dailymail .

-Les dents du bonheur : avoir un léger écart entre les dents serait perçu comme un trait de caractère coquin surtout chez les femmes, selon Justin Causier, responsable d’une clinique dentaire impliqué dans l’étude.

– Les canines bien marquées : vous avez le sourire d’un vampire ? « C’est la marque des carnivores, explique le Dr Helen McCarthy, psychologique ayant participé à l’analyse. Ce sourire est assimilé à une personnalité dominante et puissante. »

– Un sourire qui montre toute les dents : deux rangées de dents parfaitement alignées et lissées c’est tout ce que l’on voit lorsque vous souriez ? Selon les experts, ce sourire est assimilé aux stars d’Hollywood qui tiennent à montrer leur bonheur dans les médias. Cela révèle une personne qui a beaucoup de réussite.

– Les genvices apparentes : sourire au point de montrer une bonne partie de ses gencives pourrait démontrer une personnalité enfantine, selon les experts. « Cela donne l’air mutin et innocent », déclare Justin Causier dans le Dailymail .

La meilleure technique pour détecter un mensonge

http://www.medisite.fr/a-la-une-la-meilleure-technique-pour-detecter-un-mensonge.974908.2035.html?xtor=EPR-56-958794[Medisite-Info-Sante]-20151130

 NDLR : depuis des décennies des troupeaux de consultants, formateurs, coachs et compagnie répètent à l’envie que le langage non-verbal (les gestes, mimiques…etc) est plus important que le langage verbal (les mots bien sûr…). Un certain Mehrabian est à l’origine de cette fable, qu’il a lui-même reconnue telle par la suite. Comme quoi on peut être cultivé et être un mouton de Panurge, ma concierge est plus fine que cela car elle se méfie de tout ce qu’elle entend et éprouve le besoin d’aller tout vérifier en interrogeant tout le quartier ! Je vous prépare un long article sur ce sujet pour bientôt, ne le manquez pas. Juste pour résumer : à part dans certains cas, le langage est plus significatif et véhicule plus de nuances que tout autre forme de communication. Encore une fois : ne pas généraliser.

Essayer de décrypter les gestes d’une personne pour savoir si elle ment serais une perte de temps. Selon les chercheurs de l’université de Sussex (Royaume-Uni), il faut essayer de les piéger à leur propre jeu. Comment ? En posant de nombreuses questions ouvertes afin que la personne s’emmêle dans ses mensonges et vous permettre de déceler les failles. Par exemple, si quelqu’un prétend travailler en tant que trader à la bourse de Paris, il faut lui demander : « quel bus il/elle prend pour se rendre au travail le matin », « en quoi consiste ses activités professionnelles » etc… Des petits détails facilement vérifiables afin de savoir si il ou elle ment.

Efficace dans 70% des cas

Pour en arriver à cette technique, les chercheurs l’ont testé sur 1000 passagers dans une salle d’attente d’aéroport. Selon leur résultat, ils ont été capables de détecter une personne qu ment dans 70% des cas. Après avoir interrogé les mêmes personnes en utilisant la technique qui consiste à analyser les gestes qui pourraient trahir un stress ou une confusion éventuelle, ils en ont conclu que la technique des questions était 20 fois plus efficace. A vous de jouer maintenant.
En savoir plus sur http://www.medisite.fr//a-la-une-la-meilleure-technique-pour-detecter-un-mensonge.974908.2035.html?xtor=EPR-56-958794[Medisite-Info-Sante]-20151130#zZ7JuE3F0DwbWKyp.99

Entretien avec Alain de Benoist

Alain de Benoist

http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/cherchons-moyens-dexister-eux-raisons-de-vivre-de-mourir,227262?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=70c44d6b3e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-70c44d6b3e-30469153&mc_cid=70c44d6b3e&mc_eid=443cdc6b1f

Le gouvernement annonce la création d’un premier centre de « déradicalisation » destiné à nos jeunes musulmans. Vous y croyez ?

Déjà, je n’aime pas beaucoup le terme, car la radicalité est tout autre chose que l’extrémisme. Mais passons. Que faut-il entendre par « déradicalisation » ? Qu’on va prendre en main de jeunes djihadistes pour essayer de leur faire comprendre qu’on leur a lavé le cerveau et que ce n’est vraiment pas bien de vouloir tuer tout le monde ? Pourquoi pas, puisque dans certains pays cela a donné quelques résultats. Mais il est clair qu’on n’y parviendra pas avec un programme unique, tant les parcours des uns et des autres ont pu être différents, tant la palette de leurs motivations est variée. Quoi de commun entre le salafiste « quiétiste » passé au djihadisme pour des raisons de frustration et de déclassement social – voyez le beau film de Nabil Ayouch Les chevaux de Dieu (2012) – et le petit bandit de droit commun « converti » dans l’incubateur carcéral, qui a décidé de partir en Syrie sans pour autant renoncer à son goût pour les discothèques, les belles voitures, la vie facile et le whisky ? Entre le jeune sociopathe ravi de trouver une légitimation « sacrée » à ses instincts de destruction et celui qui, pareillement dépourvu de toute formation théologique, rêve seulement d’une aventure guerrière qui le fera passer à la télévision ?

Les termes employés pour présenter ce projet sont à eux seuls révélateurs. Il n’y est question que de la tarte à la crème des « valeurs républicaines » et de l’urgence de créer des « lieux de recherche et d’accompagnement ». Bref, des lieux pour se « reconstruire », grâce à des « cellules psychologiques » qui sauront mettre le « dialogue citoyen » au service de la normalisation. Faudra-t-il pour cela faire intervenir des psychologues ou des théologiens, des assistantes sociales ou des spécialistes du crime organisé ? Le fond du problème, de toute façon, est ailleurs.

Et quel est le fond du problème ?

Le fond du problème, c’est qu’une société qui n’est porteuse d’aucun modèle attractif, d’aucune puissante conviction, d’aucun projet collectif, d’aucun idéal est très mal armée pour ramener dans le droit chemin des individus qui se réclament d’un idéal, fût-il criminel et dévoyé. Qu’une société qui ne donne que des moyens d’exister est très mal armée face à ceux qui cherchent des raisons de vivre, lesquelles ne font qu’un à leurs yeux avec des raisons de mourir. Tel est le véritable contraste. Aux « fous de Dieu » qu’on veut sauver d’eux-mêmes, qu’avons-nous à proposer en matière de « réinsertion » ? De devenir d’honnêtes vigiles ou de gentils livreurs de pizzas qui regarderont docilement « Les Jeux de 20 heures » à la télévision ? Et qu’espère-t-on obtenir avec des « modules de citoyenneté » qui font rire tout le monde, assortis d’invocation rituelles à une « laïcité » qui se borne à interdire les crèches de Noël pour rendre invisible dans la sphère publique ce qu’elle ne tolère, provisoirement, que dans la sphère privée ? Read the rest of this entry »

Il fut un temps où le monde était simple, et le bonheur aussi sans doute.

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/fin-creches-pere-noel-de-galette-rois-passe-noel,227411?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=70c44d6b3e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-70c44d6b3e-30469153&mc_cid=70c44d6b3e&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : en cette fin d’année comme à chaque fois, on aime bien s’interroger sur les questions de fond. Et si notre avenir se trouvait dans notre passé, si les réactionnaires d’aujourd’hui étaient les révolutionnaires de demain ? A méditer en attendant le Père Noël !

Il fut un temps où le monde était simple, et le bonheur aussi sans doute. Pour peu qu’on fût croyant, et même si on ne l’était guère, deux grandes fêtes marquaient l’année : Noël et Pâques. Le petit Jésus naissait à la première et s’offrait pour racheter nos péchés à la seconde. Globalement, cela a duré au moins 16 siècles.

Dans ma petite enfance familiale, l’Avent et le Carême avaient un sens. Pénitences enfantines, on rendait à maman le carré de chocolat du goûter, et l’on essayait de ne pas se chamailler avec les frères et sœurs. Un cadeau à Noël (pas 36 !), une poupée pour toute l’enfance, le temps béni de désirer et de s’émerveiller…

Ce temps passe aujourd’hui pour terriblement sectaire et rétrograde, « fascisant » diront même certains. Le grand brassage multiculturel est passé par là, censé nous apporter le sens de la fraternité. Pas si simple, car pour accepter l’autre, il faut être assuré de ce qu’on est soi-même. Pour goûter les autres cultures, connaître déjà la sienne et l’aimer. Au lieu de cela, nous prétendons détricoter ce qui a mis des siècles à nous construire. Dans la marmite où bouillonne non pas la potion magique mais le brouet des sorcières, on jette en vrac la crèche, le sapin, le bonnet rouge du père Noël, la fève de la galette ; on passe la chrétienté au tamis, on rajoute du E142 pour faire plaisir à l’islam et on noie tout cela dans un vaste bouillon de laïcité avant de passer le ragoût au mixeur. C’est imbouffable !

Les braves gens du Secours populaire offrent chaque année à Noël des cadeaux aux nécessiteux. Ce qu’ils ont fait ce lundi dans la « jungle » de Calais. Émanation du PCF, on imagine que le Secours populaire ne fête pas la naissance de Jésus. Peut-être celle de Staline, le « petit père des peuples » ? D’aucuns signalent, en outre, que leurs pères Noël sont vêtus de vert et se demandent : est-ce pour ne pas froisser les musulmans ? Peut-être. Ou pas. Car avant d’être récupéré par Coca-Cola, le père Noël scandinave était en habit vert. Qui le sait ? C’est la couleur des origines, mais elle est désormais estampillée « barbus » pour un Noël halal… Read the rest of this entry »

La personnalité, ça n’existe pas !

 « Les gens faisaient l’erreur de considérer la personnalité comme un bien que l’on possède, tels les vêtements que l’on porte sur le dos. Or, qu’est-ce qu’on est d’autre que sa personnalité ? Un peu de chair et d’os, munis d’une carte d’identité : voilà les vêtements que porte la personne humaine. »
(Robert M Pirsig, Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes, Seuil, p. 78)

Il existe une multitude de tests de personnalité qui tous, ont la prétention de nous apprendre qui on est et parfois qui on peut devenir, si tant est que nous désirions changer, ce qui n’est pas si courant.

Il importe donc de décrire en quelques mots, en quoi notre test, appelé l’adjectivogramme de changement est différent de la plupart des autres.

Grossièrement, on peut dire qu’il existait depuis l’Antiquité, deux grands courants de pensée qui ont donné naissance à des définitions très différentes de la personnalité et, plus généralement à des civilisations logiquement très différentes puisque issues de prémisses opposées :

– le courant aristotélicien, qui est aussi celui de la plupart des religions, s’appuyant sur l’idée d’une réalité permanente de l’existence : ce courant a créé l’idée que notre personnalité est plus ou moins fixe, que l’on peut la définir, qu’elle nous a, en quelque sorte, été attribuée, et qu’on ne peut pratiquement pas la changer. Ce qui nous fait dire : « je suis comme ça et je n’y peux rien » quand ce n’est pas : « et j’en suis fier… », ou encore : « chassez le naturel il revient au galop. »

– le courant héraclitéen, aujourd’hui très minoritaire, seulement partagé par les bouddhistes, les pratiquants du zen et les peuples asiatiques, ainsi que par quelques individus parmi nous : les plus pragmatiques, ceux pour qui nous sommes seulement l’ensemble de ce qui nous arrive, que notre personnalité existe bien, mais qu’elle a un aspect volatile, éphémère, et changeant à tout moment. Nous sommes en fonction de ce qui nous arrive, en fonction des gens avec qui nous sommes ici et maintenant, en fonction de notre âge, de notre état de santé, de ce qui vient de nous arriver, de nos objectifs, de nos intérêts… etc. Bref, pour ce courant de pensée, la personnalité est un fantôme. Ou plutôt un processus permanent plutôt qu’une entité fixe. Mais ce processus, cette création permanente, peut s’étudier ; on peut essayer de comprendre comment cela fonctionne et comment cela nous influence, et comment le maîtriser et le changer pour évoluer dans le sens de nos buts, dans le sens d’une meilleure vie. La personnalité n’a pas de réalité en soi mais elle fonctionne.

Pour le dire autrement, chacun de nous possède une structure d’opinions et de croyances. Le mot « structure » signifie bien ici que nos croyances, opinions, concepts avec lesquels nous pensons, ne sont pas tous de même importance. Certains sont centraux et déterminent les autres, plus périphériques : on les appelle les axiomes ou prémisses. Les autres dépendent des prémisses, dont ils sont les corollaires.

Le terme d’axiome désigne clairement des éléments de pensée que la personne qui les accepte ne remet jamais en question. En mathématique, on ne démontre pas les axiomes, on ne démontre que des théorèmes, et justement à l’aide des axiomes, des prémisses. Remettre en cause ses axiomes de vie, équivaut à changer totalement nos repères, et c’est très rare.

Mais nous ne sommes pas conscients de cette structure et de la présence des axiomes de notre structure mentale et nous positionnons toutes nos croyances au même niveau, comme si elles étaient toutes de même nature. Par exemple, une mère de famille dira qu’elle croit important que son enfant se lave les dents tous les soirs avant de se coucher ; elle dira aussi que l’hygiène est très importante dans la vie. Et elle aura tendance à mettre côte à côte ces deux opinions. Alors, qu’il est facile de montrer qu’il y a un rapport de cause à conséquence, ou plutôt d’englobant à englobé, et une différence de niveau d’abstraction, entre les deux opinions : je crois à l’importance de l’hygiène, donc je pense qu’il faut se laver les dents tous les jours. Et aussi, qu’il faut éplucher les fruits avant de les manger, ne pas toucher les objets laissés par des inconnus… et quelques mille autres idées et croyances du même acabit qui vont toutes dans le même sens.

Parmi ces opinions axiomatiques, il y a la croyance quasi générale de tous nos contemporains dans les pays occidentaux : une croyance en l’existence de notre Moi. Le Moi existe, il y a même un énergumène qui a voulu nous faire croire qu’il avait une nombreuse famille, entre autres le ÇA et le SURMOI… Le Moi existe, donc j’existe, et ce Moi possède des caractéristiques immuables. Ainsi le concept de personnalité s’est naturellement et logiquement forgé à partir d’une croyance plus générale : celle de l’existence d’un Moi, à la fois physique et psychique, qui nous est propre et qui est toujours différent de celui des voisins. Read the rest of this entry »

Monoprix taxé de racisme pour ses emballages de chocolat

http://www.planet.fr/revue-du-web-monoprix-taxe-de-racisme-pour-ses-emballages-de-chocolats.857117.1912.html?xtor=ES-1-847497[Planet-a-la-Une]-20150516

Un homme noir pour illustrer une tablette de chocolat noir. Une femme à la peau un peu plus claire sur celle du chocolat au lait. Et pour celle du chocolat blanc. des carrés de chocolats blancs. Les photos d’illustration utilisées par Monoprix sur les nouveaux emballages de ses tablettes.

NDLR : ça me dépasse une telle dose de connerie ! Je ne vois pas où est le racisme là-dedans, sinon dans la tête des gens dérangés qui voient des nains partout ! Il faut le dire : l’imbécillité est bel et bien au pouvoir et constitue le parti majoritaire dans ce pays. Bientôt, si personne ne fait rien, on ne pourra plus dire d’un Noir qu’il est noir, ni même de couleur, ni même black (qui veut bien dire : noir, il me semble). Le langage politiquement correct est comme un champignon : il se propage insidieusement en sous-sol, et se développe par similitude.  On assiste maintenant à la fin des réflexions rationnelles et pondérées. Un dictateur fait un certain salut bien connu et on en conclut que toute personne qui fait ce salut est un adepte de ce dictateur, pire que tout geste qui ressemble de près et surtout de loin à ce geste… doit être réprimandé. Mais pourquoi ne voit-on pas que c’est la mort de toute civilisation par amalgame meurtrier de toute liberté de pensée et donc d’expression. Pourquoi ne voit-on pas que les idiots dont le fond de commerce est de chercher, et d’éplucher ce genre de détail partout, sous prétexte de lutter contre le racisme, ne font que l’exacerber et le faire naître dans de nombreux esprits qui n’y pensaient même pas.
Je peux juste témoigner qu’étant enfant, je prenais tous les matins mon petit-déjeuner en buvant un excellent chocolat en poudre appelé « Ya bon Banania » et que, jamais, dans ma petite tête de bon élève à l’école (mais à l’époque on apprenait vraiment à l’école) je n’ai porté de jugement négatif sur ce petit bonhomme noir en chéchia qui rigolait en enchantait mes débuts de journée endormis. Faut dire qu’à l’époque on n’avait pas encore inventé le politiquement correct.
Le racisme est une connerie (j’ai expliqué cela dans un livre) mais sa chasse désespérée partout ne peut qu’aggraver la situation. Zut, je suis blanc et je porte des chaussettes noires, est-ce mal Messieurs les censeurs ?

Un homme noir pour illustrer une tablette de chocolat noir. Une femme à la peau un peu plus claire sur celle du chocolat au lait. Et pour celle du chocolat blanc… des carrés de chocolats blancs. Les photos d’illustration utilisées par Monoprix sur les nouveaux emballages de ses tablettes de chocolat de la gamme Gourmet ont fait polémique, mercredi 13 mai, sur Twitter.

Beaucoup de « twittos » ont relayé la photo de ces visuels, dénonçant un « racisme ordinaire » digne du « bon vieux temps des colonies ».

Et pourquoi pas du « chocolat de couleur » ou un albinos ?

D’autres ont ironisé, suggérant de parler de « chocolat de couleur » plutôt que de chocolat noir, proposant à Monoprix de mettre une photo d’albinos – celle du musicien et chanteur malien Salif Keïta par exemple – sur son emballage de chocolat blanc pour rester dans le thème et moquant – dans un jeu de mots – une marque qui n’a rien « dans la cabosse ».Et d’abord on ne dit pas « chocolat… La suite ci-dessous :http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/monoprix-taxe-de-racisme-pour-ses-emballages-de-chocolats_905733.html#xtor=AL-53

Pollution, vous avez dit « pollution » ? Daniel MOINIER

http://www.economiematin.fr/news-pollution-mesures-gouvernement-environnement-protection

Nous sommes alertés de plus en plus depuis quelques années par des pics de pollution ou maintenant de particules ultra fines avec des formules qui frappent.

« Les rues de Paris étaient aussi polluées qu’une pièce de vingt mètres carrés occupée par huit fumeurs »
« Que seriez-vous prêts à faire ou à ne plus faire pour réduire la pollution. Aller au travail en vélo ou à pieds, prendre le bus »
« A Paris, respirer nuit gravement à la santé »
« Pensez à ce que votre ville et environnement va ressembler quand vos enfants auront votre âge »
« Le ciel de Paris comportait six millions de particules fines par litre d’air ».

Environnement : le gouvernement joue sur les peurs

Alertes qui veulent convaincre par la peur tous les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs de rester chez soi. Les journées d’interdiction de sortir les voitures impaires ou paires amplifient encore le malaise. Mais pour certains c’est aussi une sorte de ras le bol de toutes sortes d’interdictions. Et pourtant, si l’on fait l’étude de ces chiffres, on s’aperçoit que cela est beaucoup moins effrayant. Un seul litre de diazote (Le diazote est un produit naturel, c’est un des constituants majeur de l’atmosphère terrestre) ou de dioxygène (Le dioxygène est un élément indispensable à la vie cellulaire) comprend 27.000 milliards de particules, ce qui rend négligeable la dite toxicité à un pourcentage très très faible.

Pollution : la guerre des chiffres

Jean de Kervasdoué, ingénieur et professeur émérite au CNAM, auteur de l’ouvrage « Ils ont perdu la raison », annonce que c’est toujours, comme en politique, un peu le problème des chiffres. C’est beaucoup plus marquant de dire que la pollution atmosphérique est la cause de 1400 morts supplémentaires à Paris que d’apprendre que seul 0,0007% de la population parisienne est particulièrement concernée. Un grand quotidien, nous a annoncé, sans que cela repose sur des protocoles suffisamment solides, qu’il y aurait 42000 décès prématurés. Ces chiffres sont toujours les mêmes, issues de l’organisation mondiale de la santé, de l’Agence européenne de l’environnement. Ce sont en général des traductions chiffrées suite à des études qui ont été menées dans des circonstances qui n’ont rien à voir avec celles du contexte local. Read the rest of this entry »

Idée reçue n°5 : peut-on s’asseoir dans les toilettes publiques ?

http://www.metronews.fr/info/idee-recue-n5-peut-on-s-asseoir-dans-les-toilettes-publiques/mnkB!DRWngXzwkoxLE/

NDLR : aujourd’hui, foin des politiques et des sujets casse-pieds sur la communication. J’ai pensé vous parler d’un sujet capital : peut-on s’asseoir dans les toilettes publiques sans risque ? C’est aussi important que de savoir s’il faut faire pipi sous la douche pour économiser de l’eau pour le bien-être de la planète pendant que les touristes et les gens qui se croient sales prennent des bains et des douches plusieurs fois par jour… Voici un beau texte de littérature sur le sujet.

DÉSINTOX – Vous n’osez vous asseoir dans les toilettes publiques par crainte des microbes. Mais risquez-vous réellement d’attraper une infection cutanée par le biais de la lunette des toilettes ?

Avez-vous raison d'avoir peur de vous asseoir sur les toilettes ?

Avez-vous raison d’avoir peur de vous asseoir sur les toilettes ? Photo : JUSTIN SULLIVAN / AFP

En équilibre, après avoir tapissé la lunette de papier toilette ou utilisé un couvre-siège mais jamais, au grand jamais, assis. Pas question que votre postérieur s’approche de cette cuvette où tant d’autres personnes ont fait leurs besoins. Vous craignez d’attraper quelque chose de pas net, un furoncle par exemple. Sauf que le siège des toilettes n’est pas l’endroit privilégié où trône le staphylocoque doré, cette bactérie responsable de nombreuses affections cutanées.

Certes, la bactérie Staphylococcus aureus est notamment à l’origine d’infections produisant du pus au niveau cutané (furoncle, panaris et autres abcès). Et elle est capable de rester vivante au moins plusieurs heures sur une surface inerte. Mais « il y a très peu de probabilités d’être contaminé en s’asseyant sur la cuvette des toilettes », précise à metronews Frédéric Laurent, co-directeur du Centre national de référence des staphylocoques.

Abcès qui se rompt Read the rest of this entry »

Le principe de Peter, ou quand les incompétents prennent le pouvoir

http://www.blog-emploi.com/un-chef-est-il-forcement-nul/

« Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » et « avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité ». Depuis 40ans, le principe de Peter, du nom de son inventeur, agite le monde du management. De nombreux articles et ouvrages s’en sont d’ailleurs inspirés pour expliquer aux salariés comment « gérer un mauvais patron » ou encore leur fournir « les clés pour bien manager son boss ».  En 2012, l’agence d’intérim Office Team dressait même les différents portraits robots qui évoluent dans cette hiérarchie si décriée : « le petit chef », « celui qui essaie de tout diriger », « le mauvais communicateur », « le saboteur » et « le lunatique ».

Organigramme

Des traits de personnalités qui se mélangent plutôt bien quand on interroge des salariés. « Mon supérieur a un comportement totalement autoritaire, explique Alexandre, au département réseau d’une entreprise de distribution alimentaire. Quand on lui suggère des idées, il lève les yeux au ciel et nous signifie bien qu’il s’en moque. Par contre, il est incapable de nous expliquer ce qu’il veut faire. Il dicte un ordre puis un autre à chaque fois totalement contradictoire. C’est à se demander s’il n’est pas bipolaire ! C’est très lourd au quotidien ». Un ressenti similaire pour Alice, commerciale dans une société de services. « Notre supérieure est uniquement dans l’administratif, avec des manières de petit chef, obéissant aux consignes du dessus, quand on souhaiterait qu’elle apporte une expertise, des méthodes pour progresser. Exprimer ses préoccupations est également impossible, sauf à s’entendre dire qu’on est des enfants-gâtés… Ce manque de communication pénalise l’activité du service ».

Alors, tous nuls les chefs ? Le point de vue du sociologue François Sarfati, chercheur au Centre d’études de l’emploi, auteur de l’ouvrage « Du côté des vainqueurs ».

Que vous inspire le principe de Peter ? Read the rest of this entry »

Vous n’êtes pas aussi brillant que vous le croyez !

http://www.medisite.fr/a-la-une-vous-netes-pas-aussi-brillant-que-vous-le-croyez.572997.2035.html?xtor=EPR-26-569338[Medisite-A-la-Une]-20140323

Une récente étude montre que nous avons tendance à surévaluer certaines de nos compétences.

© pressmaster – Fotolia.com

Publicité

Si des proches commencent à vous taper sur le système à force de lister leurs talents incroyables, respirez un grand coup et rassurez-vous. Ils seraient en réalité loin d’être aussi compétents qu’ils le pensent. C’est en tout cas ce qu’affirment deux chercheurs américains de l’université de Caroline du Nord et de l’Iowa.

Ils ont voulu savoir si le type de tâche réalisée influait sur la précision de l’auto-évaluation que l’on en faisait. Ils ont ainsi demandé à des volontaires d’apprécier leurs propres capacités dans différents domaines : linguistique, sport, milieu professionnel… Des mesures objectives de performances ont complété leurs recherches (scores aux tests, évaluations des supérieurs).

Résultats ? L’estimation des capacités verbales, comme la pratique de langues étrangères ou certaines compétences professionnelles, étaient bonnes. En revanche, lorsqu’il s’agissait de capacités non-verbales, les appréciations n’étaient plus aussi proches de la réalité. Read the rest of this entry »

Notre visage n’exprime que 4 émotions différentes

http://www.journaldesfemmes.com/societe/magazine/notre-visage-n-exprime-que-4-emotions-differentes.shtml?utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml85_lesobamaaubordd

Vous pensez que votre visage est capable de faire une multitude d’expressions différentes ? Les scientifiques, eux, sont persuadés du contraire.

Jusqu’à présent, les spécialistes répartissaient les émotions humaines selon six catégories : la joie, la surprise, la peur, le dégoût, la colère et la tristesse.

Afin de mener à bien leur étude, des chercheurs de l’Institut de Neuroscience et de Psychologie de l’Université de Glasgowont collaboré avec des personnes spécialement entraînées à bouger les 42 muscles de leur visage, explique le site américain Smithsonian : Les scientifiques ont filmé ces supers contorsionnistes activant leurs muscles individuellement et ont ensuite fabriqué un logiciel avec lequel ils ont pu sélectionner quel muscle le visage numérique devait contracter. Ils ont, après ça, demandé à des volontaires de regarder les grimaces des visages, et d’identifier les expressions qu’ils voyaient ». 

La BBC est  également revenue sur les éléments de la recherche : au moment où l’émotion est ressentie, l’expression du visage est la même et ce n’est qu’au bout de quelques secondes que l’on peut clairement distinguer de quelle émotion il s’agit. Le docteur Rachael Jack, qui a participé au projet, commente : « Les signaux de base sont biologiquement enracinés ». Ces signaux deviennent ensuite « sociaux, et spécifiquement plus complexes ».  Ainsi, la distinction entre la colère et le dégoût et entre la surprise et la peur, n’est pas biologique mais sociale. 

Selon le Smithsonian, les chercheurs voudraient étendre leur étude et travailler sur l’analyse des expressions faciales selon les cultures. Les scientifiques ont d’ores et déjà  remarqué que les populations d’Asie de l’Est « interprétaient les six émotions classiques différemment, en mettant d’avantage l’accent sur les signaux de l’œil, plutôt que sur les mouvements de bouche, contrairement aux occidentaux ».

Non, nous n’utiliserions pas que 10% de notre cerveau !

http://www.medisite.fr/a-la-une-non-nous-nutiliserions-pas-que-10-de-notre-cerveau.548044.2035.html?xtor=EPR-26-543622[Medisite-A-la-Une]-20140208

Une légende pourrait bien s’effondrer. Notre encéphale serait en réalité bien plus actif qu’on ne le croit.

Lire en complément : http://www.slate.fr/life/83071/hommes-femmes-cauchemars

© AMATHIEU – Fotolia.com

Selon une vieille théorie scientifique, nous n’utiliserions que 10% de notre cerveau, pendant que les 90% restants seraient au repos, ne nous étant alors d’aucune utilité au quotidien. Certains pensent même que si nous réussissions à les exploiter, nous pourrions développer des capacités paranormales telles que la télépathie. A tort ! Notre cerveau serait en fait beaucoup plus occupé.

En effet, l’étude américaine du Dr Richard Cytowic, publiée dans la revue Psychology Today, montre que la totalité de notre cerveau est exploitée mais que toutes les régions ne travaillent pas de la même façon. Ainsi certaines parties de notre encéphale en soutiennent d’autres dans leurs tâches. Par ailleurs, la totalité du cerveau n’est pas activée en permanence. D’après le Dr Cytowic, à un moment précis, entre 1 et 16% de nos neurones seraient actifs simultanément, dans une région de notre encéphale. Ceci optimiserait notre fonctionnement cérébral et minimiserait la dépense d’énergie. Expliquant par ailleurs le fait que nous ne soyons pas totalement multitâches.

Selon une étude à la con…

http://www.marianne.net/Selon-une-etude-a-la-con_a231738.html

Mel Evans/AP/SIP
Face à la prolifération des études scientifiques qui trouvent toujours plus de résonnance dans les différents médias, il peut s’avérer difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Chaque jour, on trouve de nouvelles propriétés à la bière, au vin, au sexe, au rire, au café, à la clope, au thé ou encore à la méditation. Chaque jour, on s’amuse des différences entre les hommes et les femmes, entre droitiers et gauchers, qu’on oppose dans d’inoffensives joutes biologiques.

Ces études, dites «à la con» (à prononcer avec l’accent anglais ça sonne bien), sont excellemment définies sur le site adriensaumier.fr  : «Ce sont les « études américaines », d’une université qu’on ne connait pas. Ces études permettent de faire un gros titre marrant pour un article qui va générer du clic.» Un brin cynique, mais on ne peut plus vrai. Cette catégorie d’articles résume à elle seule la dérive de la presse internet : tout est dans le titre, le plus difficile restant de broder un article autour qui permette de l’accompagner. Read the rest of this entry »

Non, les ressources naturelles ne vont pas s’épuiser

http://www.economiematin.fr/lexico-eco/item/3936-environnement-ressources-naturelles-manque-petrole/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2013-07-28

Par
Un rapport de l’ONU avertit que si la croissance mondiale reste aussi gourmande en matières premières, leur consommation triplera d’ici à 2050. cc/Flickr/ollesvensson

L’écologie est à la mode depuis quelque trente ans. Bien avant elle, Malthus au début du XIXe siècle avait déjà attiré l’attention sur la lente raréfaction des « ressources naturelles » et par delà, sur la supposée inéluctable extinction que l’espèce humaine aurait bientôt à affronter.

Le malthusianisme, comme la plupart des thèses « décroissantes » de ce qui revendique le nom « d’écologie », repose sur des variantes plus ou moins élaborées du raisonnement – erroné – suivant. On constate que le nombre d’habitants de notre planète croît exponentiellement. Pour les nourrir, les chauffer, les déplacer, il faut que les ressources croissent au moins aussi vite, voire plus pour qu’en plus le niveau de vie s’accroisse lui aussi. Notre bonne vieille Terre étant un espace fini et limité dont on a fouillé presque tous les recoins, il semble logique de conclure à la catastrophe. Read the rest of this entry »

Le livre qui rend fous les psychiatres

http://www.lesechos.fr/journal20130513/lec1_idees_et_debats/0202724519379-le-livre-qui-rend-fous-les-psychiatres-565664.php?goback=.gde_1416777_member_240256749

Par Yann Verdo| 13/05 | 07:00

La cinquième édition du DSM, bible des psychiatres américains, sort la semaine prochaine aux Etats-Unis. Un manuel dangereux pour certains cliniciens, qui appellent au boycott.

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l\'American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. - Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l’American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. – Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Rarement livre aura été plus attendu au tournant, plus commenté et critiqué avant même sa parution, prévue pour la semaine prochaine. Les passions déchaînées au cours de son long processus de maturation – il est le fruit du travail de plus de 160 experts réunis en quasi-conclave depuis 2007 – sont à la mesure des enjeux. Cette pomme de discorde a pour nom « DSM-V ». « DSM » pour Diagnostic and Statistical Manual of mental disorders, et « V » pour indiquer qu’il s’agit de la cinquième édition de cet ouvrage paru pour la première fois en 1952 aux Etats-Unis, et dont la dernière mouture datait de l’an 2000.

Bible des psychiatres américains, édité par la puissante American Psychiatric Association (APA), le DSM recense, classe et décrit, à la manière des traités de botanique d’autrefois, toutes sortes de maladies mentales, flore inquiétante où se rencontrent aussi bien la schizophrénie que la dépression, l’anorexie mentale, les troubles de la personnalité (« borderline », antisociale, évitante…) et une myriade de curiosités aux noms énigmatiques comme la trichotillomanie (arrachage compulsif des cheveux) et désormais – c’est une nouveauté de la version 5 -, la dermatillomanie (arrachage compulsif de la peau). En tout, autour de 300 « catégories », et autant de pathologies mentales. Read the rest of this entry »

Réveillez-vous et redescendez sur terre

http://strategies-et-influence.com/reveillez-vous.htm

C’est le titre d’un nouvel e-book dont voici l’introduction et la conclusion.
Cliquez sur le lien pour en connaître le plan et vous le procurer pour seulement 8 €

Introduction

Quel est le sujet de ce livre ?

C’est l’histoire d’une révolution souhaitée et qui aurait lieu dans nos esprits. C’est l’histoire de ce qui pourrait se passer, si demain, au lieu de penser et d’agir en référence à des principes abstraits, en nous servant d’opinions, de concepts, de croyances et de jugements, nous utilisions un langage concret décrivant au plus près ce qui se passe réellement dans nos vies quotidiennes. C’est l’histoire d’un monde dans lequel personne ne dirait plus : « Il fait froid », mais seulement « J’ai froid », d’un monde où aucun dialogue n’aurait lieu sans avoir préalablement précisé de façon la plus fine possible, quel sera le sujet du débat et le sens des mots employés.
Bref, l’histoire d’un monde où personne ne confondra plus les mots et les choses qu’ils désignent, où le mot chien ne mordra plus personne, et où on aura enfin compris que le mot bonheur n’a jamais rendu heureux personne.

Ce petit texte comprend trois chapitres : Read the rest of this entry »

Faire changer quelqu’un d’avis en 10 minutes !

Définitions de l’entretien dirigé ou entretien d’influence

Oui, c’est possible et nous dévoilerons très bientôt quelques points de cette méthode qui s’apprend rapidement.

Mais, avant d’étudier un sujet, quel qu’il soit, on oublie trop souvent de donner une définition précise de ce sujet, de tracer un périmètre du problème que l’on va traiter.
Alors quels peuvent être les différents sens du mot « entretien » ? Et quelle est la place de l’entretien d’influence au sein de ces différentes sortes d’entretien ?

J’en vois au moins QUATRE :
1. Avec nos amis, nous nous entretenons souvent de choses et d’autres comme on dit. On se raconte nos vacances, les soucis du bureau, la dernière dent de la petite, la beauté de nos copines… et quelques milliers d’autres sujets que personne ne semble avoir eu le courage de recenser. Ce sont des conversations à bâtons rompus où l’on passe, sans même s’en rendre compte, d’un sujet à un autre. Ces entretiens semblent ne pas avoir de règles bien définies, bien que des chercheurs tels que Catherine KERBRAT-ORECCHIONI (« La conversation », Mémo Seuil, 1996) ont su montrer qu’il n’en est rien et que chaque conversation, même la plus anodine avec nos amis, abrite une foule de règles toutes aussi peu conscientes les unes que les autres. Mais ce n’est pas le sujet ici.

2. Il ya aussi les Entretiens entre savants, experts et sommités de toutes sortes, comme on dit par exemples : les Entretiens de Bichat, les Entretiens du G20…
3. Il y a encore les entretiens quand on veut savoir ce que pensent les gens d’un sujet. Très usités en marketing, nous interviewons des personnes en leur demandant comment ils voient et ce qu’elles pensent de telle ou telle entreprise, de tel ou tel produit ; ensuite ces entretiens sont analysés afin d’aboutir à une conclusion et à des recommandations  pour le client. Dans ce cas les entretiens doivent suivre des protocoles bien définis. Généralement on conseille aux interviewers de rester neutre, de ne poser que des questions ouvertes afin de ne pas induire chez la personne interrogée des opinions qu’elle n’a pas, ou des mots qu’elle n’aurait pas prononcés si on ne les avait pas prononcés avant. En fait la qualité des informations recueillies au cours de ce type d’entretien dépend de la qualité du questionnaire et de la personne qui interroge. Read the rest of this entry »

Le triomphe des croyances

http://blogterrain.hypotheses.org/3193

Savez-vous quelle est la tombe la plus fleurie du Père Lachaise ? Celle d’Apollinaire ? De Balzac ? De Jim Morrison ? De Marcel Proust ? Absolument pas.
C’est celle d’Allan Kardec « fondateur de la philosophie spirite », comme l’indique l’épitaphe inscrit sur l’imposant dolmen en granit. Il est réputé pouvoir exaucer tous types de vœux, et c’est à la gratitude de ses fidèles que se doit cette abondance d’offrandes. « Chaque jour, nombreuses sont en effet les personnes qui viennent se recueillir sur sa sépulture, y déposer une bougie, un bouquet, un petit papier sur lequel est inscrit une demande, puis toucher et parfois embrasser le buste, voire le visage du disparu. Un raccourci logique inviterait à penser qu’elles ont, pour la plupart, une affinité quelconque avec la doctrine spirite. C’est pourtant en interrogeant ce lien que toute l’originalité de leurs pratiques apparaît, révélant la dimension d’« entre-deux » du lieu : en dépit de sa complexité historique, la relation entre spiritisme et catholicisme y est en effet concrètement mise en scène. »*

Les croyances

Constant WINNERMAN
COACHING V.I.P.
« Redonnez à votre Vie sa vraie Valeur

Bébé, naissance, grossesse: croyances et vérité

http://www.santeweb.ch/santeweb/Actualites/Bebe_naissance_grossesse_croyances_et_verite.php

Si vous avez des nausées matinales, ce sera une fille

Sur ce point même les experts ne sont pas d’accord: si la femme souffre de nausées matinales, il se peut que se soit une fille, mais ce n’est pas sûr. Une étude suédoise le montre, les femmes souffrent plus de nausées matinales si elles mettent au monde une fille qu’un garçon. Les chercheurs expliquent cela par la présence de l’hormone de grossesse HCG, présente en plus grande quantité chez la maman lorsque le fœtus est féminin.

Le fœtus reçoit ce dont il a besoin

En principe oui. En ce qui concerne l’apport en calcium, cela va à l’encontre de la mère, puisqu’il provient des os de cette dernière. Il est donc important pour la mère et pour l’enfant qu’elle ait un apport suffisant en calcium par la consommation de lait ou de produits laitiers. Par contre, une femme enceinte ne doit pas manger pour deux – c’est définitivement un mythe.

Les femmes enceintes ont des envies étranges

Que ce soit salé, sucré ou acide – chaque femme enceinte raconte avoir d’autres envies durant la grossesse. Les experts expliquent que cela est du à l’élévation de l’œstrogène, une hormone qui rend la salive des femmes plus sucrée, diminuant donc par exemple l’envie de sucré et augmentant celle de salé ou d’acide. Mais d’où proviennent ces envies parfois très étranges, ça les experts ne le savent pas encore vraiment. Une supposition serait que le corps d’une femme enceinte ’’sait ce dont il a besoin‘‘ et qu’il exprime ses requêtes par de telles ’’envies’’. Aussi longtemps que ces envies sont comprises dans le calcul de l’apport journalier en calories, il n’y a pas de problème.

Read the rest of this entry »

Les croyances renferment

http://coaching-strategie.com/blog/formation-attraction-du-meilleur-pour-vous/

Débarrassez-vous d’un problème avant les vacances :

« Plus de santé, Plus de richesse et de prospérité vous attend juste avant l’été,
mais il faut savoir « COMMENT » puiser dans la puissance de
la loi de l’attraction pour l’obtenir !  »

 

« Avec ce programme exceptionnel,
prenez un avantage certain sur votre Vie,
Dès maintenant, attirer votre emploi,
et accédez au meilleur pour vous,
dans tous les domaines de votre vie  »
VIDÉO DE FORMATION « ATTRACTION DU MEILLEUR POUR VOUS »

vidéo 300x181 Formation attirez le meilleur Formation en Vidéo du meilleur pour vous !

Valeurs 148€
Si vous êtes prêt à changer votre vie, votre état d’esprit et ce que vous attirez dans votre vie, Alors téléchargez cette vidéo incroyable sur le développement personnel, basé sur les principes de la loi de l’attraction!

Le succès et la prospérité est facile quand vous savez comment.
Ce que nous avons appris, c’est qu’il existe une corrélation directe entre la façon dont une personne se développe personnellement et sa vie prospère et abondante .

Castelnaudary. Au temps des Cathares au présidial

http://www.ladepeche.fr/article/2011/08/07/1142207-castelnaudary-au-temps-des-cathares-au-presidial.html

Deux touristes l'une de Leucate et l'autre de Béziers très intéressées par cette exposition./Photo DDM

Deux touristes l'une de Leucate et l'autre de Béziers très intéressées par cette exposition./Photo DDM
Deux touristes l’une de Leucate et l’autre de Béziers très intéressées par cette exposition./Photo DDM

Cette année, la ville a décidé de commémorer le 800e anniversaire de la croisade contre les Albigeois en Lauragais.

Une croisade qui a profondément marqué l’histoire de la cité chaurienne entre 1209 et 1229, alors que l’Eglise catholique s’efforce d’éradiquer les croyances cathares dans le Languedoc où elles sont fortement implantées. On peut voir cette exposition au musée du Présidial. Intitulée « Au temps des Cathares, société et pouvoirs en Lauragais au XIIIe siècle », elle a été réalisée par les archives départementales de l’Aude. Elle présente aussi la société féodale, évoquant l’histoire du catharisme en Lauragais et les principaux événements qui ont marqué le territoire : les maisons cathares où les bonshommes vivaient en communautés, la seigneurie de Laurac qui donna son nom au Lauragais aux confins du comté de Toulousain et de la vicomté des Trencavel, le siège de Castelnaudary où Simon de Montfort s’est replié après avoir échoué devant Toulouse. Ou encore la grande bataille de Saint-Martin-Lalande, qui opposa les croisés et Raymon-Roger, comte de Foix. Parallèlement, est présenté le Languedoc médiéval à travers de nombreuses thématiques : les troubadours et la littérature courtoise, la vie quotidienne, l’artisanat et les échanges commerciaux, la guerre et la tactique militaire… Read the rest of this entry »

L’Assomption, le 15 août et ses mythes, légendes, croyances Read more at Suite101: L’Assomption, le 15 août et ses mythes, légendes, croyances | Suite101.fr http://www.suite101.fr/content/lassomption-le-15-aout-et-ses-mythes-legendes-croyances-a30542#ixzz1UeCIV4tc

http://www.suite101.fr/content/lassomption-le-15-aout-et-ses-mythes-legendes-croyances-a30542

Découvrez les petites histoires amusantes & superstition de la fête du 15 août en Flandres, Wallonie et Pays Bas

La fête du 15 août, l’Assomption est célébrée annuellement le 15 août. Elle honore la mort, la résurrection et la montée de la sainte Vierge vers le ciel.

Saint-Antoine, dans la procession pour l’Assomption à Heyst (Belgique, frontière Hollandaise)

Une procession avait lieu autrefois à Heyst pour l’Assomption. Ainsi, les pêcheurs de Heyst, portaient la statue de St-Antoine, leur patron favori. On pouvait voir un splendide défilé composé de deux cents hommes forts, habillés de chemise rouge et veste bleu, portant de beaux sabots noirs, cirés. Pendant la procession, on pouvait les entendre réciter de toutes leurs poitrines et ferveurs des cantiques. Read the rest of this entry »

Du Wahhabisme à l’athéisme

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-wahhabisme-a-l-atheisme-95969

Non seulement il a renié et rejeté tout le patrimoine religieux islamique, mais Abdallah Al Quassimi voulait le détruire entièrement. Il a prôné, sa vie durant, une déconnection totale avec tout ce qui est islamique. Et il ne parle pas de l’extérieur de ce patrimoine, Al Quassimi savait de quoi parler. Savant religieux dans une première vie, il a écrit plusieurs ouvrages où il a défendu férocement la religion islamique, voire le wahhabisme. Mais le cheikh n’a pu résister à sa raison, il a annoncé son athéisme acerbe dans des livres devenus aujourd’hui, en dépit de la violente riposte obscurantiste, des classiques de l’athéisme arabe contemporain. Et en dépit de l’environnement conformiste et toute l’hostilité manifestée à son encontre, il n’a jamais renoncé à sa thèse principale : dieu n’existe pas et l’islam est l’obstacle majeur devant l’évolution des sociétés arabes. Les pouvoirs culturels officiels ont tout fait pour envoyer l’athée saoudien aux calendes grecques. Même après sa mort, Ils ont essayé de profaner sa pensée en achetant quelques tristes témoignages évoquant son virtuel retour à la foi islamique avant sa disparition ! Un vrai attentat spirituel. Mais l’internet ne cesse de le ressusciter et le présenter aux jeunes générations arabes islamisées par l’école dans tous les pays arabes hormis la Tunisie. Dorénavant la lecture de ses livres est possible gratuitement sur le net. Al Quassimi nous a gratifié de quelques succulents titres :

– Les arabes : comment ils se sont égarés ? (1940)

– Telles sont vos chaînes ! (1946)

– Un désert sans dimensions (1967)

– Esprit, qui t’a vu ? (1967)

– Ce monde, où est sa conscience ?

– Les arabes, un phénomène sonore ! (1977)

– l’Univers juge Allah Read the rest of this entry »

Le savoir ne se transmet pas à coups de marteau

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2011/06/30/savoir-ne-se-transmet-coups-marteau

Pascal Lapointe, le 30 juin 2011, 9h59

(Agence Science-Presse) Des chercheurs annoncent que le fait d’en savoir plus en science et en maths semble être un facteur qui contribue… à davantage nier les changements climatiques.

L’étude confirme, de manière plus académique, ce que des sondages ont révélé ces dernières années. Par exemple :
Économies d’énergie : dis-moi pour qui tu votes.

Et Mes faits sont meilleurs que les tiens! (2e partie).

Aux États-Unis, d’après une enquête universitaire de 2008, 31% des républicains qui n’ont pas fait d’études supérieures sont d’accord pour dire que la Terre se réchauffe… mais ça tombe à 19% chez les républicains qui ont fait des études supérieures.

L’étude de Kahan et ses collègues: The Tragedy of the Risk-Perception Commons: Culture Conflict, Rationality Conflict, and Climate Change.

Surprise? Pas tout à fait, répliquent déjà des experts en sociologie ou philosophie des sciences (ou science studies). Tout d’abord, ces chercheurs, sous la gouverne de Dan Kahan de l’Université Yale, n’ont pas comparé des Einstein et des analphabètes, mais ont voulu plutôt départager ceux qui possèdent des connaissances scientifiques de base des autres — par exemple, en combien de jours la Terre tourne-t-elle autour du Soleil, ou bien un électron est-il plus petit qu’un atome? Ils ont aussi catégorisé leurs « cobayes » — 1540 personnes — en fonction de leurs valeurs culturelles : penchent-ils, politiquement, plus à gauche qu’à droite. Et enfin, ils leur ont demandé à quel point ils évaluaient le risque de voir la planète se réchauffer.

Et c’est là qu’ils ont pu dégager des tendances. Les citoyens qui s’en sortaient mieux au test de connaissances scientifiques et mathématiques avaient plus de chances d’être aussi ceux qui rejetaient le risque du réchauffement planétaire. Ces sujets, lit-on, « étaient légèrement moins enclins à voir les changements climatiques comme une menace. »

Cette découverte va à première vue à l’encontre d’une croyance bien ancrée, qui veut que le rejet du consensus scientifique sur le climat soit le résultat d’une « ignorance ». De l’avis de nombre de climatologues en effet, si seulement on pouvait mieux « éduquer » nos contemporains, leurs opinions vacilleraient.

Mais il y a au moins 20 ans que cette croyance est rejetée par bien d’autres recherches, notamment en sociologie des sciences et en communications : on y souligne qu’une personne peut fort bien avoir acquis des connaissances pointues dans un domaine, sans que cela ne l’empêche de s’accrocher à une croyance irrationnelle. C’est ainsi qu’on voit, par exemple, des créationnistes brandir leurs diplômes en biologie ou en physique. Read the rest of this entry »

Pourquoi aller dans le mur ?

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1615

par Hervé This – SPS n° 294, janvier 2011
autThisHervé This est professeur consultant à AgroParisTech (Groupe de gastronomie moléculaire, UMR 1145 INRA/AgroParisTech) et directeur scientifique de la Fondation Science & Culture Alimentaire (Académie des sciences).

Certains d’entre nous ont l’envie de changer le monde où nous vivons, parce qu’ils sentent qu’ils peuvent l’améliorer (le « nous » suivi du « ils » pose déjà un problème intéressant). Ce monde a ses qualités (notre espèce y a eu assez de succès évolutifs pour que nous puissions en parler aujourd’hui), mais aussi ses défauts : d’une part, il y a la grande concurrence entre les espèces, la lutte permanente contre les éléments ; d’autre part, dans notre propre espèce, il y a des comportements que nous jugeons irrationnels de nos concitoyens et des décisions prises collectivement, que nous devons donc assumer, alors que nous sommes personnellement en désaccord avec les solutions adoptées parce que nous les jugeons irrationnelles ou mal fondées.

C’est pénible ! Read the rest of this entry »

L’Affaire Dreyfus ne doit pas être un symbole de toutes les injustices

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/157212;l-affaire-dreyfus-ne-doit-pas-etre-un-symbole-de-toutes-les-injustices.html

Que ce soit Dominique Strauss-Kahn ou Omar Raddad, le sort des personnes victimes d’une potentielle erreur judiciaire est régulièrement rapproché de l’Affaire Dreyfus. Et si c’était le signe qu’on ne sait plus comment parler des croyances en toute quiétude ?
Sélectionné et édité par Amandine Schmitt

Après que ce militaire fut, en 1884 accusé à tort de haute trahison, dégradé de son rang de capitaine d’artillerie puis déporté sur l’île du Diable en Guyane, il fut finalement blanchi et réhabilité.
Dreyfus
Carte postale évoquant le séjour du capitaine Dreyfus sur l’île du Diable en Guyane.

Condamné, à tort, dans un climat d’antisémitisme, son innocence et sa réhabilitation vont conduire pour la première fois à l’inscription du principe de laïcité dans la loi en 1905. Désormais, la neutralité de la puissance publique en matière religieuse sera de mise.

Mais limiter l’Affaire Dreyfus à un simple conflit juridique, teinté d’antisémitisme serait réduire une affaire judiciaire, politique et religieuse à ce qu’elle n’est pas : un vulgaire cours d’histoire dispensé aux collégiens d’aujourd’hui.

Read the rest of this entry »

Croyances sur le cancer : quel impact sur les comportements de prévention?

http://sante-guerir.notrefamille.com/sante-a-z/croyances-sur-le-cancer-quel-impact-sur-les-comportements-de-prevention-o59562.html

Les croyances négatives : un facteur de risque

Depuis la fin du 19ème siècle, le cancer souffre d’une représentation sociale très négative, ayant été assimilé à un fléau social. « Or les mythes culturels sur le cancer influencent les comportements des personnes et le rejet dans certains cas des patients par leur employeur ou leur assureur », explique à l’APM, Norbert Amsellem, sociologue à l’Inca.

Jeff Niederdeppe de l’université du Wisconsin (Etats-Unis) et ses collègues ont conduit une étude afin d’évaluer le lien entre les croyances fatalistes sur le cancer et l’adoption de trois comportements de prévention (la pratique régulière d’un exercice physique, l’arrêt du tabac et la consommation de cinq fruits et légumes par jour) auprès de 6.369 adultes américains interrogés par téléphone en 2003.
Read the rest of this entry »

Port du voile de parents lors des sorties scolaires : M. Fillon, n’oubliez pas la droit de l’enfant à la neutralité laïque de l’école ! !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/port-du-voile-de-parents-lors-des-96648

Le débat sur la question de l’interdiction de signes religieux ostensibles pour les parents participant à l’encadrement de groupes scolaires pendant les heures d’école revient en force dans le débat public, en raison des hésitations attribuées à Matignon, qui vient d’ailleurs de jeter les bases d’un « groupe interministériel » (principalement Intérieur et Education nationale) pour faire des propositions dans un rapport, attendu d’ici l’automne.

Le Haut Conseil à l’intégration (HCI) a exprimé, mardi 21 juin, dans un communiqué son « inquiétude » au sujet de ces « hésitations » à arrêter une position dans le sens de l’avis de Luc Chatel, le ministre de l’Education, qui s’était exprimé début mars sans ambiguïté en faveur de l’interdiction et donc du respect du principe de laïcité : « Il y a un principe qui doit être non négociable, c’est un principe de neutralité et de laïcité de notre système éducatif », avait-t-il affirmé. Read the rest of this entry »

Le musée des croyances populaires a réouvert

http://www.zoomdici.fr/actualite/Le-musee-des-croyances-populaires-a-reouvert-id109833.html?PHPSESSID=935873ac36f65fdab5b9b16797c188f0#

Pour rendre la culture altiligérienne plus accessible aux touristes et plus ludique pour tous, Patrice Rey, sculpteur et metteur en scène à l’association « l’Oeil de la Salamandre » a créé en 2010 un nouveau musée, au 26 rue Raphaël. Depuis ce 1er juin 2011, le musée des croyances populaires a réouvert au public pour la saison estivale. L’an dernier, il avait attiré plus de 3 000 visiteurs.
Publicité

Qui, en Haute-Loire, n’a pas entendu parler de loups garous, de la dame blanche, de lutins ou encore de recettes de médecine paysanne à base d’insectes? « J’ai grandi sur le Mézenc, raconte Patrice Rey, sculpteur et metteur en scène à l’association l’Oeil de la Salamandre, et savoir guérir une vache par la magie fait partie de notre culture. » En déambulant dans le nouveau musée, les anciens auront donc probablement des flashbacks du passé en se souvenant comment on utilisait (et on utilise encore) les « pierres à venin » pour extraire le poison d’une vipère. Read the rest of this entry »

Pensées et croyances, etc

67. Pensées et croyances, etc.

J’ai écarté les modalités, comme elles concernent surtout le versant production.  Je vais m’attarder plutôt sur l’opposition savoircroire, qu’il examine pp. 528-529. :

« On sait. — Toute une série d’expressions traduisent l’idée de savoir :  je sais, j’ai appris, reconnu, découvert, j’ai vu, entendu, senti. Les subordonnées qui suivent contiennent soit une certitude, soit une possibilité, une incertitude, un doute, une improbabilité :  π je sais, j’ai appris que la maladie était grave, qu’elle serait sans doute devenue mortelle – j’ai compris que j’aurais peut-être des chances de succès ».

« Remarque. — On a tout à fait la même syntaxe si la proposition complétive, au lieu de dépendre d’un verbe, dépend d’un substantif ou d’un adjectif de même signification, assurance, avis, conviction, persuasion, preuve – instruit, persuadé, sûr :  π la preuve qu’il est complice, c’est que… » Read the rest of this entry »

Fausses croyances

La forêt est le poumon de la terre.
Oui à environ 23% contre 85% pour les océans. La protection des forêts est avant tout un enjeu écologique, afin de protéger l’équilibre fragile de l’écosystème. Mais c’est bien le phytoplancton qui est le principal fournisseur d’oxygène et recycleur de carbone de la planète.

Des fausses croyances comme celle-ci, il en existe des centaines, voire des milliers. Derrière un aspect anodin, elles peuvent cependant conditionner le comportement des uns et des autres et nous amener à commettre des erreurs alors que nous pensons être dans le vrai…en toute bonne foi.

La «  Stratégie de l’Illusionniste ou l’art de manipuler les consciences pour mieux convaincre« , est un livre qui explique comment, à l’aide d’astuces psychologiques savamment employées, et une grande maîtrise de la mystification, les illusionnistes sont capables de nous persuader qu’ils accomplissent des miracles sous nos yeux.
L’auteur révèle ainsi les techniques mentales et les qualités personnelles que ces artistes développent depuis la nuit des temps pour provoquer en nous l’étonnement, la surprise et même parfois la fascination. Détournement d’attention, suggestion, contrôle de la perception, maîtrise de soi, adresse manuelle ou encore éloquence, autant de compétences qu’on retrouve à la base de nombreux tours de magie, mais qui peuvent aussi se montrer déterminants dans bien des domaines professionnels. L’auteur décrypte d’ailleurs étape par étape un exemple d’approche commerciale utilisant les méthodes de persuasion tirées de l’art des illusionnistes. Read the rest of this entry »

Bugarach, l’apocalypse attire les curieux

Dans l’Aude, ce village de 200 habitants est au centre de croyances dans l’apocalypse en 2012. Le maire et les habitants redoutent un afflux massif « d’illuminés » l’année prochaine.

Depuis qu’une « prophétie » fait un lien entre leur village et la fin du monde, les habitants de Bugarach subissent une déferlante de curieux. Ce village de l’Aude, qui compte 200 habitants, et surtout le pic qui le surplombe seraient, selon une histoire qui circule, un des seuls endroits sur terre qui échapperaient à l’apocalypse prédite par le calendrier maya pour le solstice d’hiver de 2012. Read the rest of this entry »

Attrapes démystifiées

Les consommateurs sont de plus en plus soucieux de leur santé et veulent acheter les produits les plus sains. Pourtant, plusieurs produits sont à tort perçus comme étant santé.

Un produit qui affiche un logo santé est-il un meilleur choix?

Les logos comme Smart Choice et Solution sensée sont ajoutés sur les emballages par les compagnies. Puisque les logos ne sont régis par aucune réglementation, les logos sont apposés sur des produits qui ne recevraient pas nécessairement l’aval des nutritionnistes. Par exemple, les Crispers au barbecue portent le logo Solution sensée. Dans ce cas, le logo indique la faible teneur en gras saturé et l’absence de cholestérol et de gras trans. Loin d’être un choix santé, ils renferment 240 mg de sodium par portion, de nombreux additifs et de l’huile de palmiste, une huile qu’on associe de plus en plus à de nombreux effets nocifs pour notre santé. Dans le même contexte, les céréales Froot Loops ont aussi leur logo santé… Read the rest of this entry »

La rupture

Pub. 

http://fr.canoe.ca/artdevivre/ellelui/article1/2011/06/13/18275826-jdm.html

Enfants et patrimoine

Rompre provoque des conséquences pratiques lorsque des enfants sont présents et qu’il y a eu constitution d’un patrimoine. Rares sont les enfants qui ne souffriront pas d’un divorce. Un couple sans enfant a un prétexte de moins pour faire durer une relation insatisfaisante, mais la rupture implique aussi des considérations économiques.

Vivre seul coûte plus cher que vivre à deux et lorsqu’un seul des conjoints travaille, il doit faire vivre deux ménages. Sera-t-il possible de conserver intact le patrimoine acquis durement à travers les années? Devra-ton vendre la maison et aller vivre dans des appartements plus restreints? Les enfants pourront- ils continuer leurs activités parascolaires ou sportives qui exigent parfois de fortes sommes? Et si l’un des deux veut en profiter pour se réorienter professionnellement, il pourra difficilement compter sur le soutien financier de l’autre. Read the rest of this entry »