Archive

Archive for the ‘dictature et démocratie’ Category

Enfin ! Quand on découvre « La désinformation, arme de guerre », tout devient clair !

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/310118/enfin-quand-decouvre-la-desinformation-arme-de-guerre-tout-devient-clair BLOG : LE BLOG DE LOUIS ROUGNON GLASSON Une quantité de manoeuvres de désinformation-tromperie constatées depuis 2005 concernant notre fonctionnement politique en général, et la politique éducative en particulier, trouvent une explication globale dans le livre de l’écrivain français Vladimir Volkoff, écrit en 1986 mais découvert seulement en 2018, intitulé : « Désinformation, arme de guerre »

NDLR : Je précise que j’ai bien connu Vladimir Volkoff, que j’ai fait inviter à une émission de Delarue (ça se discute) et que j’ai eu la joie d’aller voir dans sa retraite périgourdine peu de temps avant sa mort, et le livre dont on parle ici a toujours été lu ainsi que deux autres parus en 1999 : « Désinformation flagrant délit » et « Petite histoire de la désinformation« . Il a même eu la gentillesse de me citer et de me mettre dans la bibliographie du 2ème. Je dirai même que ce thème a souvent été traité par Vladimir V. à commencer par l’excellent roman qui l’a fait connaitre dans les années 1974 : « Le montage« .  Tout ça pour dire qu’il n’a pas été découvert en 2018. Ce qui n’enlève rien à la qualité de ce texte par ailleurs.

Le présent article a déjà été largement diffusé par courriel. D’autre part, sa version pdf, 8 pages, peut être chargée en cliquant ici : http://alrg.free.fr/PLCP-2016-06-MME-ORTHOGRAPHE/g385-i01-8p-la-desinfo-arme-de-guerre-enfin-tt-devient-clair-c-tract.pdf Ecrit au temps de la guerre froide par l’écrivain français Vladimir Volkoff, le livre « La désinformation, arme de guerre » montre l’existence – d’une méthode de communication parfaitement élaborée pour tromper et asservir les masses, – et d’une armée du mensonge parfaitement organisée pour cela, occupant tous les postes-clés et ayant l’exclusivité pour traiter tous les sujets sensibles, au niveau des médias et des sites internet Voir sa présentation donnée sur internet par un certain Petrus Angel dans son blog : over-blog.com : http://petrus.angel.over-blog.com/article-la-desinformation-arme-de-guerre-125422326.html Citation : « Il est donc question de (…) techniques de propagande caractéristiques des différentes écoles du communisme, lesquelles ont su donner au XXe siècle une ampleur inégalée aux principales méthodes d’utilisation offensive de l’information. – L’école kominternienne, – l’école soviétique (désinformation, manipulation des élites, caisses de résonance), – l’école trotskiste (entrisme et noyautage) – et l’école maoïste (combat du faible contre le fort, contre-information) ont en effet profondément renouvelé et surtout systématisé l’utilisation de l’information à des fins offensives, subversives et déstabilisatrices » A – Les recettes de désinformation démasquées par ce livre sont le prolongement et l’actualisation de la science fondée par Machiavel au temps de la Renaissance Conformément à son utilisation internationale, le mot « désinformation » désigne beaucoup plus qu’une simple absence d’information. Pour éviter la confusion, il serait souhaitable d’utiliser à sa place le mot « désinformatsia », forgé en URSS dans les années 1920 Avec son sens de « désinformatsia », le mot « désinformation » désigne une perversion de l’information, autrement dit toutes les ruses de communication utilisées directement ou indirectement par les différents pouvoirs pour manipuler l’ensemble de la population dans le sens des intérêts propres des manipulateurs Cette science de la désinformation a été conçue par les penseurs de la lutte des classes au temps de la guerre froide dans le but de mettre en place ladite « dictature du prolétariat » B – A partir des années 1980, et surtout après la chute du Mur de Berlin, les purs et durs du communisme, ayant perdu tout espoir d’établir leur dictature sur la France, ont mis leurs compétences au service de leur célèbre adversaire capitaliste. Celui-ci n’a pas manqué de sauter sur cette aubaine. Etant également à l’école de Machiavel, il avait parfaitement compris que, pour asservir les masses, on ne trouvera jamais mieux que des gens et des organisations faisant semblant de les défendre C – Le livre de Vladimir Volkov donne ainsi l’explication à divers problèmes politiques majeurs actuels : Read the rest of this entry »

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche. ERIC VERHAEGHE

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche

NDLR : qu’on soit fumeur ou non, on peut s’étonner qu’on puisse condamner d’un côté une certaine pratique de plaisir, et de l’autre la promouvoir largement, autrement dit vivre d’une industrie et faire semblant de vouloir la condamner. Le tabac c’est comme les prostituées : leur activité est punissable, mais le fisc ne les oublie pas en tant que travailleuses sociales ! Lisez bien cet article : le tabac coûte moins cher à la communauté qu’il ne rapporte à l’état. Où est le problème ? Quel problème ? La santé ? La morale ?
Ou plutôt le vrai problème n’est-il pas l’hypocrisie dans laquelle baigne toute nos sociétés dites civilisées ?

Cet article a été lu 5085 fois

Le paquet de cigarettes à 10€? C’est la mesure phare annoncée par Édouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale mardi. Il flatte ainsi l’électorat En Marche, avide d’imposer une morale bourgeoise sous couvert de modernité.

Le paquet de cigarettes à 10€? L’idée est aussi ancienne que bien connue, malgré ses origines obscures. C’est un peu comme si elle était dans l’air depuis longtemps sans qu’on ne sache plus très bien par qui elle est venue. Voici pourquoi En Marche l’a mise en oeuvre dès son arrivée au pouvoir.

Une mesure qui frappe les milieux populaires

Premier point: la sociologie du fumeur n’est pas neutre. Selon les données les plus récentes, les fumeurs se trouvent d’abord dans les catégories sociales les moins favorisées. Ce fossé s’est beaucoup creusé depuis l’augmentation du prix du paquet de cigarettes.

Ainsi, l’écart de la proportion de fumeurs chez les cadres et les ouvriers a augmenté de 2 points depuis que le tabac est surtaxé par l’État. On aurait donc tort de croire que le renchérissement de la cigarette pénalisera les plus riches. Il frappera durement les catégories de revenus les plus modestes.

Rappelons qu’en 2014, on comptait moins de 20% de fumeurs chez les cadres, alors qu’ils représentaient près de 40% des ouvriers.

Autrement dit, le paquet de cigarettes à 10 €, c’est une mesure jugée d’autant plus légitime par l’électorat d’En Marche qu’elle frappe l’électorat des autres partis.

Une mesure efficace pour baisser la consommation…

Au demeurant, si l’augmentation du prix du paquet de cigarettes est socialement injuste, elle est, d’un point de vue sanitaire, efficace.

Le graphique ci-contre montre bien la corrélation directe entre la hausse du prix du tabac et la baisse de la consommation. Incontestablement le renchérissement du paquet devrait produire une nouvelle baisse de consommation.

… mais injuste fiscalement

Reste que le paquet de cigarettes à 10 euros pose un vrai problème moral. Selon les études menées, notamment le rapport de la Cour des Comptes de décembre 2012, le coût du tabagisme pour l’assurance-maladie est d’environ 12 milliards annuels. La taxe sur le tabac, qui représente 80% du prix du paquet, rapporte 15 milliards.

Autrement dit, les fumeurs paient largement pour leur santé. Toute augmentation de la taxation les rendra financeurs très largement nets de l’assurance maladie.

Même en utilisant les estimations les plus pessimistes du coût sanitaire des fumeurs (environ 17 milliards par an qui pèseraient sur l’ensemble des acteurs de la santé), le paquet de cigarettes à 10 euros ressemblera à une contribution excessive des classes populaires au remboursement des frais qu’ils causent par leur vice.

Autrement dit, le gouvernement Philippe prépare le financement de soins apportés aux plus riches par une contribution nouvelle sur les plus pauvres.

Quelle est la légitimité morale du paquet de cigarettes à 10€ Read the rest of this entry »

Élections. Pour l’instauration d’un permis de vote, de Yann VALLERIE

http://www.bvoltaire.fr/elections-linstauration-dun-permis-de-vote/?mc_cid=18d633a958&mc_eid=443cdc6b1f

Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ?
Journaliste
 NDLR : enfin, une personne qui dit ce que tout le monde devrait dire ! Politiquement très incorrect mais indispensable. En effet, on sait que le plus débile des hommes a 1 voix, autant que le génie qui trouve de quoi faire avancer le monde, que le plus vil des hommes, le plus méchant, ne pensant qu’à faire le mal, a le même pouvoir qu’un Saint… on peut pleurer de notre soi disant Démocratie. Ce n’est pas cela la démocratie ni l’égalité pour moi.
Il fallait arriver à la décadence actuelle de nos sociétés dites modernes, pour trouver un nouvel obscurantisme : celui de l’égalitarisme à tout crin qui  ne peut que créer de l’inégalité. Le pilote d’avion, le chirurgien, et tous les hommes connaissant bien leur métier et le faisant avec application, demandent-ils l’avis des passants, des passagers ou du balayeur de l’hôpital, pour savoir comment piloter opérer… Tout le monde trouverait ça trop injuste et dangereux.
Mais quand il s’agit de voter ce problème ne se pose pas. Même quand on n’a pas lu le programme des candidats, ce qui est le cas de plus de 99% des votants, même quand on ne comprend rien à l’économe, qu’on ne connait pas le fonctionnement de nos institutions, ni à quoi sert l’Europe (quoi que là je crains fort que la réponse soit : à rien !), alors oui il faudrait que chaque personne puisse montrer qu’elle a lu, écouté, compris, et décidé de son choix en connaissance de cause. C’est la moindre des choses. Chacun est libre de son opinion, de son choix, mais pas de l’exprimer quand il n’a rien compris, c’est un déni de notre société tout entière que d’accepter cela. Et cette égalité-là, ni Jésus, ni Voltaire, ni Rousseau, ni Jaurès ne l’ont prôné. 
Mais je crains bien qu’il soit trop tard pour modifier de fond en comble les croyances de nos contemporains, car le refus de toute discipline, le refus même d’accepter les résultats des votes, le galvaudage du mot de démocratie dans la bouche des privilégiés, nantis et autoproclamés compétents, est arrivé à un point de non-retour pouvant empêcher le retour des valeurs qui constituent les ressorts d’une société en bonne santé.  Et pourtant je suis convaincu que notre avenir est dans notre passé ! Mais combien de gens d’aujourd’hui ont oublié que le monde n’a pas commencé avec les écrans plats et les émissions de télé-réalité !
Finalement nous n’avions pas complètement tort dans les années 60 quand on criait dans les rues : « Elections, piège à cons ! »
——————————————————————————————————————————————————————————————————–

À chaque élection, c’est la même rengaine : des millions d’électeurs se bousculent dans les urnes, en France (ou ailleurs), pour aller donner un mandat électoral à des personnalités ou à des partis politiques qui leur auront proposé un programme politique pour le pays, la région, le département…
Parmi ces électeurs, beaucoup l’avouent publiquement : durant toute l’année, ils ne se soucient pas de la vie politique du pays, hormis bien souvent pour le secteur précis qui les concerne le plus (ce qui est une vision corporatiste et non pas politique globale).

Les sondages montrent même qu’à quelques jours des scrutins, une majorité est toujours indécise.
La politique, comme l’origine du mot l’indique, c’est pourtant « la vie de la cité ». Revendiquer fièrement de ne pas s’intéresser à la vie de la cité constitue alors ou bien une faute ou bien un choix assumé, qui devrait se traduire par l’impossibilité de pouvoir voter.

Mais alors…

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à conduire sans avoir passé le permis de conduire validant, théoriquement et pratiquement, la capacité à ne pas faire n’importe quoi sur les routes et à ne pas mettre en danger autrui ?

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à acquérir des armes librement et à aller chasser sans qu’ils n’aient passé, théoriquement et pratiquement, le permis leur apprenant le maniement des armes et les règles de sécurité et de respect de la faune et de la flore ?

À ces deux interrogations, la réponse est non, bien entendu.

Alors se pose une autre question :

Des individus ne connaissant pas leurs institutions, ou bien parfois le programme des candidats pour qui ils entendent voter (en dehors de deux ou trois propositions ici ou là), ou bien encore la situation géopolitique, économique, sociale, c’est-à-dire le contexte dans lequel se tient une élection, sont-ils réellement aptes à voter ?

Doivent-ils réellement être en mesure de contribuer, par leur vote, aux destinées de générations à venir ? Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ? Read the rest of this entry »

Le paquet neutre sans effet sur les ventes, de Paolo Garoscio

http://www.economiematin.fr/news-paquet-neutre-ventes-baisse-effet-impact-moche-echec-reforme

NDLR : bon on peut dire bien des choses sur nos gouvernants, nos lois autant stupides que liberticides, qui vont finir par nous interdire… de vivre. On peut dire qu’ils sont sont appâtés par le gain, par le Pouvoir, certes, mais comment peut-il en être autrement. A leur place nous ferions la même chose : comme le disait déjà Coluche en son temps : « A quoi sert d’avoir le Pouvoir si ce n’est pas pour en abuser« . Donc, logiquement je ne leur ferai pas ce reproche, je trouve même que ce sont des réactions de petites gens, de jaloux.
En revanche, nous prendre pour des cons, ça c’est impardonnable, nous infantiliser ce devrait être puni de mort !
Prenons l’exemple ici du paquet neutre. Nos sommités intellectuelles se sont dit : avec des photos horrifiques, nous braves gens vont avoir peur de ressembler à ça et vont arrêter de fumer, et surtout les jeunes qui  n’ont pas encore commencé à fumer ne vont pas s’y mettre. Bon : résultat des courses, pas de changement et même par rapport au premier trimestre 2016, une légère augmentation. Laissons tomber les chiffres le problème n’est pas là. Le problème est qu’ils n’ont rien compris et que, puisque ça ne marche ils vont insister, en rajouter, encore et encore. Faire ce que nous disons avec l’école de Palo Alto (quésaco ?) : « Faire encore plus de la même chose« . C’est ce que j’appelle le syndrome de la poule qui se cogne au grillage pour sortir, encore et encore, et finit par se blesser, sans voir que tout à côté, la porte du poulailler est ouverte.

Mais ça ne marchera pas. Pourquoi ? Parce que, nos braves incultes, ne connaissent pas les lois de la communication. Ils ne savent pas que montrer des images horribles sur un paquet cela reste abstrait, c’est du papier, et c’est quelqu’un d’autre, celui qui regarde ne se sent pas concerné, alors que le plaisir de fumer est dans le domaine du concret.
Il n’y a donc aucun rapport entre les deux éléments, aucune raison que cela puisse marcher ; d’un côté des arguments, de l’autre un plaisir dont on en peut se passer. 

Et puis, il y a encore une autre raison pour que cela ne puisse marcher : une photo horrible, la première fois qu’on la voie, elle nous choque comme nous choque un blessé sur la route, un malade à l’agonie avec ses tuyaux partout et son visage blafard, puis on oublie vite car il fait soleil… Un accident sur la route et nous ralentissons pendant quelques kilomètres, puis ensuite le pied sur la pédale nous démange…
Donc, pour moi le vrai problème est que de deux choses l’une : ou bien ceux qui pondent ces lois (ce qui prouve qu’ils sont bien des poules) : ou bien ils sont bêtes et je ne le crois pas, en tous cas ils ont eu l’intelligence d’arriver à des postes de prestige qui permettent d’emmerder les gens, ou bien ils sont ignares dans un des domaines les plus importants : comment fonctionne nos esprits, et comment nous convaincre à respecter leurs dictats. C’est ça qu’il devraient apprendre, et qu’on devrait même apprendre à l’école ! Le route est longue et ne sera pas un long fleuve tranquille.

Précision importante : je ne suis pas fumeur !

———————————————————————————————————————————————————————————————————–
Il aura fallu des études pour comprendre quelle était la « pire couleur » pour trouver la couleur du paquet neutre, un vert kaki foncé ; il aura fallu des débats houleux et des conflits avec les cigarettiers mécontents qui menaçaient de saisir la justice ; il aura fallu le mettre en place, décider de la police d’écriture… pour rien. Le paquet neutre ne semble pas avoir l’effet escompté.

Une baisse des ventes de cigarettes en janvier 2017 mais…

C’est BFMTV qui dévoile, le 7 avril 2017, ce résultat : le paquet neutre ne semble pas avoir été utile. Car si les chiffres obtenus par la chaîne d’informations sont positifs dans la lutte contre le tabagisme, une baisse de 1,7 % des ventes de cigarettes entre janvier et mars 2017, ce n’est pas une victoire. Sans compter que cette baisse est largement à relativiser : les ventes de tabac à rouler ont augmenté de 0,3 % sur la même période.

La baisse des ventes du premier trimestre semble normale : BFMTV a interrogé une source industrielle qui précise que « cette tendance baissière dure depuis plusieurs années et continue mais il n’y a aucun effet du paquet neutre. »

Le prix du paquet est le seul argument que les Français entendent Read the rest of this entry »

Fichez-nous la paix ! de Yannick CHAUVIN

http://www.bvoltaire.fr/yannikchauvin/fichez-nous-la-paix,302983?mc_cid=21eca5280b&mc_eid=443cdc6b1f

Trois jours avant Noël, la loi Égalité et Citoyenneté a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale.

Docteur en droit, écrivain, compositeur
Trois jours avant Noël, la loi Égalité et Citoyenneté a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. Elle officialise, entre autres choses, un sujet frappant : finie, la fessée. Panpan cucul, c’est un « traitement cruel, dégradant ou humiliant », donc, verboten.

Cette histoire de fessée interdite me tarabuste. Car, enfin, pour dire aux gens comment éduquer les enfants, il faut être soi-même exemplaire ; je ne demanderai jamais à un chauffard de m’apprendre à conduire. Or, qui a fait passer cette mesure ? Marisol Touraine, Mme Taubira et M. Fabius, dont les réussites éducatives sont à tout le moins discutables, vu le parcours de certains de leurs enfants. Sans parler d’une députée PS condamnée à de la prison ferme mais qui continuait à voter les lois ! N’est-ce pas « dégradant et humiliant », pour les Français, que de subir la loi des fourbes et leurs leçons ?

Et puis, n’est-ce pas dégradant de briser, d’anéantir l’avenir de nos enfants par une politique absurde dite d’Éducation nationale qui donne au maître le rôle ridicule d’animateur de colonie de vacances pendant que les gamins « construisent eux-mêmes leur savoir » ?

N’est-ce pas dégradant de devoir subir, tous les mois, les mensonges d’État sur la courbe du chômage qui s’inverse alors qu’il y a de plus en plus de chômeurs ? Souvenons-nous du nuage de Tchernobyl.

N’est-ce pas dégradant, pour les parents, d’apprendre de la bouche officielle d’un ministre qu’il faut retirer les enfants de l’emprise familiale ? Et qu’un autre proclame partout que « Papa porte une jupe » et qu’on serait mieux à l’école si tout le monde était « à poil » ?

Et la violence des jeux vidéo ? Et la violence des feuilletons télé ? Et la pornographie affichée sur les kiosques à journaux ? Et des pans entiers de la ville laissés aux caïds ? Et ces gamines de six ans qui se prennent les pieds dans leur voile en jouant à la marelle dans les cours de récré des écoles coraniques ? Et… et… et… Des milliers d’exemples de violence faite aux enfants cernent la cité, bien plus graves qu’une fessée. Read the rest of this entry »

Monseigneur Vingt-Trois a raison : la vérité nous rendra libres ! de François TEUTSCH

http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/monseigneur-vingt-trois-a-raison-la-verite-nous-rendra-libres,274359?mc_cid=8a5ff09c7b&mc_eid=443cdc6b1f

image

Il a osé évoquer, avec des mots polis comme de l’agate, une société qui se drape dans des « valeurs »
sans être capable de les définir.

 

Avocat
La trêve du respect et du recueillement n’aura pas duré le seul temps de la stupeur. Après l’épouvantable assassinat du père Jacques Hamel, ce ne sont pas seulement les politiciens de tous bords qui se sont déchaînés. Certains esprits serrés, ou de simples imbéciles, s’en donnent à cœur joie à coups de déclarations dont la bassesse le dispute à la bêtise.

Une illustre inconnue, nommée Julie Le Goïc, élue municipale de Brest, a osé tweeter : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? » L’ignominie à l’état pur. En bonne héritière du Père Duchesne, l’un des journaux les plus ignominieux de la Révolution, qui appelait chaque jour au massacre, cette moderne Hébert n’hésite pas à qualifier ce malheureux de pédophile. Lui, bien entendu, mais avec lui tous les prêtres. Elle n’hésite pas à maintenir ses propos dans une série de réponses dont la lecture donne la nausée. Sans doute était-elle, au premier rang des gauchistes, à s’émouvoir de l’exécution de ses amis de Charlie Hebdo en janvier 2015. À marcher dans les rues, le visage fermé, au nom du « vivre ensemble ». Cette phrase mériterait des poursuites pour apologie de crime terroriste. Nul doute que le gouvernement ne bougera pas. Read the rest of this entry »

Interdiction de la fessée, Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/interdiction-de-la-fessee-la-reforme-du-quinquennat-hollande-enfin-votee,269786?mc_cid=35d0e3ddf8&mc_eid=443cdc6b1f

 

NDLR : d’abord on peut se demander pourquoi pondre des lois quand on avoue d’avance qu’on ne puniera pas ceux qui la transgresseront. On peut se demander aussi pourquoi des lois qui vont à l’encontre des habitudes bien ancrées chez nos contemporains. On peut enfin se demander pourquoi pondre des lois concernant la vie privée des gens, sinon pour occulter le fait qu’on est incapables de résoudre les vrais problèmes. Pourquoi pondre des lois quand on sait que c’est le Peuple qui décide, aussi bien des mots qu’il veut utiliser, que des habitudes du cercle familial. On a envie de dire : de quoi je me mêle ? Bien sûr, il n’est pas question de laisser les mères de famille enfermer leur progéniture dans les congélateurs, ça c’est un crime, mais une claque de temps à autre devant des gamins arrogants qui ne respectent plus leurs parents, une fessée chez un petit désobéissant… oui je crois vraiment que ça ne peut pas faire de mal pour l’avenir de nos chers bambins. En tout cas moins que la permissivité à outrance. Alors, quand je vois comme l’autre jour dans un supermarché une jeune mère dire à son fils d’une dizaine d’années : « Tu vas arrêter car tu vas t’en prendre une bientôt, ma main me chauffe » et encore pas plus tard qu’hier, un père (un géant de plus de 2 mètres) qui a giflé violemment sa fille de 15 ans en public… (et là je n’approuve pas bien  sûr), je me dis que vraiement cette loi-là, va venir s’entasser dans les cartons de toutes celles qui n’ont jamais été appliquées.
Le vrai problème ici n’est pas d’éducation mais de la déviation du rôle de Gouvernant !

En fin de semaine dernière, sous la pression de l’Europe qui avait dénoncé nos agissements coupables, l’Assemblée nationale adoptait un amendement au « projet de loi égalité et citoyenneté ». Celui-ci devrait être voté à l’heure où je vous écris. À la grande joie des petits et moyennement grands, il va mettre un terme à des siècles de sévices et de tortures. Qu’on dit.

L’article 371 alinéa 1 – c’est de lui qu’il s’agit – prévoit ainsi que les parents doivent, à partir de maintenant et jusqu’à désormais,« s’abstenir de tout traitement cruel et dégradant » à l’égard de leurs enfants. Soit, précisément, ni gifle, ni taloche, ni rouste, ni torgnole, ni peignée, ni beigne, ni raclée, ni branlée, ni déculottée, ni fessée et autre coup de pompe dans le train. Read the rest of this entry »

SG et AR, exemple 3 : Les recruteurs formés à la non-discrimination, de Charles ROUVIER

http://www.bvoltaire.fr/charlesrouvier/dorenavant-les-recruteurs-dentreprise-seront-formes-a-la-non-discrimination,268118?mc_cid=4c2c05a10a&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR / quand on vous dit que les généralisations sont partout et que l’AR permet de les débusquer. Ici nous avons un concept général qui est représenté par le terme ‘discrimination‘ qui ne veut rien dire en soi comme tous les termes généraux pouvant s’appliquer dans un nombre tellement grand de cas, de situations, aussi bien dans nos vies personnelles que professionnelles, et bien sûr aussi dans les lois qui sont elles-mêmes de type : injonctions générales. Discriminer c’est faire des différences dans nos observations et dans les façons dont nous traitons les autres, donc nous discriminons tous et tout le temps. Si je préfère mon épouse à celle de mon copain Michel, je discrimine, si je choisis tel partenaire pour me seconder et non pas tel autre je discrimine, si je préfère une jolie fille pour tenir un stand dans un salon, à la mocheté à moustaches qui s’est aussi présentée (et oui ce n’est pas de sa faute, mais…), je discrimine…etc.
La discrimination est partout, la discrimination c’est la vie. Et le bon Dieu, si tant est qu’il existe, n’a fait que ça, sinon je n’aurai pas autant de maladies alors que mon cousin se porte comme un charme à presque 100 ans, je ne serai pas aussi moche alors que l’imbécile qui habite à côté de chez moi est beau comme un Dieu…
Alors recruter c’est discriminer comme le dit Charles ROUVIER dans ce texte.  Je ne sais pas quelle sera la teneur de cette nouvelle loi si elle passe, mais si les termes sont : ne pas discriminer« , elle est comme les autres, inapplicable, car il faut préciser dans quels cas. Et si les termes sont : on doit choisir de préférence des personnes de telle ou telle catégorie pour un poste donné, même si elles sont moins compétentes, alors elle est injuste.

Les recruteurs d’entreprises devront suivre, au minimum tous les cinq ans, une formation à la non-discrimination. C’est ce que prévoit, maintenant, la loi « Égalité et itoyenneté », grâce à un amendement voté vendredi dernier à l’Assemblée nationale.

L’empire de l’absurde s’étend toujours plus : ceux dont le métier est de discriminer (les paresseux des travailleurs, les intelligents des idiots, les rapides des lents, les compétents des incompétents) seront formés à ne pas discriminer. Et pas qu’une fois : tout les cinq ans ! Pourquoi tous les cinq ans ? Mystère, mais il est permis de supputer, comme on dit. Peut-être les socialistes comptent-ils créer à chaque législature de nouvelles minorités protégées, et donc de nouvelles catégories d’électeurs qui verront dans leur privilège un motif de gratitude. Un peu comme on fait, chaque année, une promotion de Légions d’honneur. Soyons-en sûrs : les émirs du Qatar seront tôt ou tard sur la liste des minorités opprimées.

Si l’objectif était louable en soi, pour peu qu’on lui donne crédit, ce ne serait pas aussi préoccupant. Mais, selon les propres termes des partisans de cette loi, l’objectif n’est pas d’assurer l’égalité mais de favoriser les minorités au détriment des autres. C’est même pour cela qu’ils ont renoncé à rendre le CV anonyme obligatoire : s’il est anonyme, comment pourra-t-on fermer la porte au mâle blanc catholique, donc raciste ? Bah oui, faut réfléchir aussi et surtout être cohérent – il en va quand même de l’égalité !

On plaisante, on plaisante, mais l’heure est grave. À nouveau, la puissance publique est détournée pour l’application d’un programme idéologique. Les socialistes, au prétexte usé jusqu’à la corde et dont plus personne n’est dupe, d’ailleurs, de réduire « les injustices », instaurent la mise sous tutelle des consciences. Il ne suffit pas de punir par des peines toujours plus lourdes des actes toujours plus équivoques et vaguement définis de discrimination, il faut étouffer dans l’œuf, c’est-à-dire dans le cerveau, toute idée non conforme à leurs obsessions.

La répression et l’endoctrinement, les deux bras avec lesquels la gauche construit ses chimères depuis toujours, se renforcent ainsi l’un l’autre. Cette disposition, comme tant d’autres du même genre, trahit le rapprochement du socialisme avec les pires révolutions qui lui ont donné naissance, là où tout le monde est présumé coupable de sentiments divergents et où tout le monde doit être rééduqué. Pas de droit, pas de liberté, pas de propriété, pas de nature. La seule loi qu’il connaît est la loi des suspects. Read the rest of this entry »

Par peur des « atteintes sexuelles », interdit de souffler dans la trompette ! de Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/par-peur-des-atteintes-sexuelles-interdit-de-souffler-dans-la-trompette,261342?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=9684e5a6cb-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-9684e5a6cb-30469153&mc_cid=9684e5a6cb&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : quand le principe de précaution rejoint la pudibonderie à outrance et l’imbécilité absolue cela donne ça ! Bon, ce n’est pas encore une loi, juste un dossier sur le bureau d’un (d’une sûrement !) technocrate quelconque, mais le fait même qu’un cerveau dérangé ait pondu cette idée nous donne une idée de la décadence dans laquelle nous sommes tombés. Il est vrai que je me souviens des cours que je donnais dans les matières que je connaissais dans les années 1965 ! Et de cette petite mignonne qui me recevaient en peignoir pour le cours, en peignoir souvent ouvert sur le paradis. Et on dit après que les hommes sont de dangereux obsédés ! Et les femmes alors, là je réclame la parité.
Bon trêve de plaisanterie, l’idiotie de ce genre de réfléxion n’est pas là mais encore une fois dans le fait que sa Majesté Généralisation a frappé. Il suffit qu’un professeur (mâle ou femelle) regarde avec con-cupiscence son élève (mâle ou femelle) pour qu’un technocrate attardé (mâle ou femelle ?) ponde une loi. A ne plus considérer une exception comme une exception, ce n’est plus de la prévention, c’est du suicide ! Une fois qu’on aura supprimé toutes les possiblités pour deux personnes de se trouver en tête à tête quelque part, que restera-t-il de notre belle société ? Oui, Coluche ce grand philosophe des temps modernes, avait raison : tout ce qui n’est pas obligatoire doit être interdit.  

Un rapport intitulé « Mission de prévention, de signalement et de traitement des risques d’infraction sexuelle sur des mineurs par des agents de la ville », rédigé il y a juste un an, va être débattu au Conseil de Paris à partir du 13 de ce mois dans le cadre de la réforme des cours de musique. Au menu : la fin des cours de musique individuels pour éviter tout risque d’agression sexuelle.

Car les rapporteurs en sont sûrs : tout professeur qui enseigne l’art de souffler dans la flûte et la trompette, de jouer du piston ou de tirlipoter la mandoline est un violeur en puissance. Les cours individuels, disent ces doctes personnes, sont « porteurs de risque de dérapages importants, du fait […] de rapports de proximité et de séduction, et d’un contexte musical marqué par la banalisation des relations sexuelles entre maître et élève ».

De quoi donner à croire aux parents que les cours d’instrument sont de vastes partouzes… Ce qui déclenche, on le devine, la fureur du corps enseignant des conservatoires parisiens.

Car les pères la vertu ne s’arrêtent pas là. Le Parisien, qui s’est procuré le rapport, cite ainsi cet autre morceau de choix relatif à l’encadrement des stages d’été proposés aux élèves de conservatoires. Si l’on en croit les auteurs, ces stages « constituent des lieux à haut risque […] propices aux rapports de séduction […] à la promiscuité et aux soirées en présence de drogues et d’alcool ».

Pour en avoir fait pas mal dans ma jeunesse, je vais expliquer à ces préfets des mœurs comment se passe un stage de musique. D’abord, on arrive avec les morceaux « à travailler » – un concerto et quelques grandes études – dans les doigts. Après, c’est lever de bonne heure, travail individuel pour les courageux entre le petit déjeuner et les cours de la matinée : c’est-à-dire leçon individuelle, donc « critique », en présence de la classe. Après-midi consacrée au travail de groupe (musique de chambre, orchestre), dîner, et souvent répétition supplémentaire avant le coucher. Car le but, Messieurs les censeurs, ce sont les concerts de fin de stage avec, pour les plus méritants, des solos que chacun voudrait bien décrocher ! Alors penser que les (rares) temps libres se passent en parties de jambes en l’air et de défonce relève du pur fantasme !

Pour un professeur de contrebasse licencié en 2015 du CRR (conservatoire à rayonnement régional) de Paris pour avoir entretenu, durant deux ans, une liaison avec une élève, on est prêt à réglementer de façon totalement absurde l’enseignement de la musique instrumentale ! Signalons, au passage, que la jeune femme a attendu sept ans pour porter en justice une affaire connue de tous comme une véritable histoire d’amour, y compris de sa mère avocat…

Ulcérés, les professeurs de conservatoire dénoncent : « Le parti pris affiché dans ce rapport est parfaitement injurieux. Les rédacteurs de ce texte ignorent, semble-t-il, tout des pratiques pédagogiques, par préceptorat, qui sont celles des conservatoires. Elles ne correspondent pas aux méthodes en cours dans l’Éducation nationale, mais elles permettent une grande souplesse, l’adaptation au projet individuel de chaque élève. Et c’est beaucoup plus efficace que des cours magistraux ! »

Enfin, si l’on suit les recommandations de ces obsédés de l’agression sexuelle, il faut aussi et surtout interdire de toute urgence les cours de danse ! Car plus encore peut-être que les professeurs d’instrument, les maîtres de danse ont en effet toute latitude pour « toucher » leurs élèves dont ils corrigent et rectifient sans cesse les postures !

Et, pendant qu’on y est, supprimons aussi le chant, la gymnastique, le patinage, l’athlétisme, le tennis, le judo, la natation… bref, tout ce qui met le corps en mouvement et se pratique sous les conseils d’un maître ou d’un entraîneur.

 

Grandeur et décadence des réseaux sociaux, et on voudrait que je les aime en bloc !

http://rue89.nouvelobs.com/2016/04/03/signe-temps-lautocensure-gagne-les-reseaux-sociaux-263636

NDLR : depuis le temps que, même mes amis, me reprochent de ne pas être suffisamment enthousiaste envers les réseaux sociaux, qui, selon moi nous permettent de communiquer envers des complets inconnus avec le corollaire que nous ne savons plus communiquer avec nos  amis, les vrais, pas ceux de Facebook (et depuis quand avons-nous des amis que nous n’avons jamais vus ?).

Et puis à quoi servent des systèmes permettant de communiquer avec soi-disant le monde entier, si on n’a perdu la liberté d’expression, à mon avis le plus grand bien qu’on puisse offrir à un citoyen. Mais la liberté d’expression ne doit pas souffrir d’exception, on doit pouvoir tout dire, se moquer de tout et de tous et laisser les gens s’arranger entre eux. Donc ne pas être surveillé sous prétexte de terroristes rodant les parages. Qu’on détruise les terroristes voilà une bonne chose, tout le monde acquiesce, mais qu’on traite un brave homme (ou femme) en train de se renseigner sur le web comme un terroriste, qu’on empêche des courants importants de l’opinion de s’exprimer dans les média où l’on est vus , voilà qui sent la dictature de la pensée unique, donc idiote et décadente.
A force de se priver de la multitude d’opinions, d’inventions, de créativité, des gens de valeur, donc parfois originaux et dérangeants, une société se met à la merci de n’importe quelle barbarie, à commencer par celle des traders et autres vrais voyous, vivant comme des sangsues de nos efforts. Comme le dit Charles Sannat : dépêchez-vous il est déjà trop tard !

Depuis qu’ils savent que leurs communications sont susceptibles d’être interceptées par la NSA, les Américains sont-ils plus prudents dans leurs posts ?

C’est ce qu’a voulu savoir la chercheuse américaine Elizabeth Stoycheff. Elle a donc demandé à 255 individus de participer à une enquête en ligne. Les participants commençaient par répondre à des questions sur leur consommation de média, leurs opinions politiques et leurs caractéristiques psychologiques en général.

La surveillance renforce la majorité

Ils découvraient ensuite un (faux) article de presse sur un sujet clivant (la décision américaine de ne pas suspendre ses frappes sur l’Etat islamique autoproclamé), auquel on leur demandait de réagir comme si ç’avait été un post sur un réseau social.

Une partie des participants voyaient alors s’afficher un message leur rappelant que leurs opinions pouvaient potentiellement être surveillées par la NSA. Résultat :

« Pour la majorité des participants, la probabilité d’exprimer son opinion dans un climat hostile diminuait significativement lorsqu’un rappel de la surveillance du gouvernement avait été lu. »

La chercheuse souligne :

« Cette étude est la première à donner des preuves empiriques que les programmes de surveillance en ligne peuvent menacer l’expression des opinions minoritaires, et contribuer à renforcer l’opinion dominante. »

Autre résultat intéressant : les individus qui se disaient le plus en faveur de la surveillance étaient aussi ceux qui se pliaient le plus à ce conformisme, évitant d’exprimer leur opinion quand ils se savaient en minorité.

Dessin tiré du

Dessin tiré du « Silence » d’Auguste Préault - Seriykotik1970/Flickr/CC

La chercheuse a déclaré au Washington Post  : Read the rest of this entry »

« Même pas mal ! Même pas peur ! » C’est par la méthode Coué de ces devises infantiles que s’exprime en fait la terreur la plus irrationnelle.

http://www.bvoltaire.fr/thomasclavel/deuil-apres-les-attentats-un-festival-de-deni,247004?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7a96d0e3f1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7a96d0e3f1-30469153&mc_cid=7a96d0e3f1&mc_eid=443cdc6b1f

De Paris à Bruxelles, l’expression du deuil terroriste et son traitement médiatique sont symptomatiques du festivisme contemporain tel qu’a pu le définir Philippe Muray.

La colère niée : après le choc traumatique de l’annonce d’un crime de masse, la colère populaire est le sentiment le plus spontané. Pourtant, les médias ne cessent de l’occulter, afin de ne pas alimenter les amalgames ni de compromettre la kermesse antiraciste. Les badauds immédiatement rédempteurs sont ceux qui seront sélectionnés pour passer à la télé. Saisis d’une illumination qui n’a rien à envier à la martyrologie chrétienne, ils participent à la fête de l’absolution. Ainsi, quelques heures après les attentats, un couple s’est empressé d’expliquer sur BFM TV qu’il ne fallait « surtout pas céder à la haine ». Puis un étudiant a affirmé qu’il continuerait « à rire ». Pusillanimes et festifs, ces hommages sont insultants pour les familles touchées qui n’attendent probablement pas du passant filmé qu’il rachète à lui seul l’assassinat qui les frappe.

La mémoire évincée : sur les places de Belgique et d’Europe, tout comme après les attentats de Paris, les caméras sont braquées sur une empathie d’un nouvel ordre qui a vu le jour au moment des assassinats de Charlie Hebdo. Les pancartes « Je suis Bruxelles » ou « Je prends l’avion » fleurissent imperturbablement. Incapables de vivre le deuil pour autrui, les badauds sont immédiatement pris dans un processus d’identification narcissique : je ne peux souffrir que lorsque je suis moi-même victime. Aussi, pour rendre hommage, je dois donc être. La victime réelle est effacée dans un deuil amnésique et impersonnel où son visage est remplacé par un slogan. On se commémore soi-même afin d’être en harmonie avec la « facebookisation » du monde. « Ami, si tu tombes, un ami sort faire la fête à ta place ! » – et chacun de déposer une bougie, une fleur ou une larme devant les caméras d’information continue, noyant la véritable détresse des familles touchées dans une soupe de chagrin en brique. Sans fondement national ou religieux, la communion n’est qu’une collection de sentiments informes : il suffit d’être là et de partager avec les autres (et, si possible, sur les réseaux sociaux) sa vertu inaltérable et sa présence magique.

La pudeur en éclat : dans notre culture européenne, le deuil est toujours pudique. L’immense déferlement d’affliction solidaire est emblématique du nouvel ordre exhibitionniste. « Rien ne demeurera sans être proféré », écrivait Mallarmé. Désormais, rien ne demeurera sans être profané : telle est la loi canonique d’i>Télé/BFM. Ainsi, peu sensibles à la communion discrète, des lycéens ont distribué des free hugs Place de la Bourse à Bruxelles, transmuant l’hommage aux morts en surboum compassionnelle.

Le déni puéril : « Même pas mal ! Même pas peur ! » C’est par la méthode Coué de ces devises infantiles que s’exprime en fait la terreur la plus irrationnelle. Le courage est toujours une victoire sur la peur. Sa négation est aussi inconsciente que régressive, car elle insulte la réalité du crime et nie la réalité du risque par une pirouette kitsch et récréative.

Ainsi, en refusant les justes étapes du deuil guerrier et en les substituant par un esprit de fête, la compassion médiatisée parachève le processus de destruction de la culture historique. Sous le double étendard de l’inconséquence joyeuse et de la bonne conscience, l’antiracisme peut dévider son idéologie. Pourtant, les pancartes œcuméniques se taisent soudainement lorsque la bombe éclate à Ankara ou à Tunis : « Je Suis » s’arrête toujours aux frontières festives et occidentales du Moi.

Lire aussi :
http://www.bvoltaire.fr/henricollay/jour-y-aura-nouvel-attentat-ca-recommencera,246810?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7a96d0e3f1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7a96d0e3f1-30469153&mc_cid=7a96d0e3f1&mc_eid=443cdc6b1f

La démocratie n’est pas la mollesse, nous devons être implacables

http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/la-democratie-nest-pas-la-mollesse-nous-devons-etre-implacables,247026?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7a96d0e3f1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7a96d0e3f1-30469153&mc_cid=7a96d0e3f1&mc_eid=443cdc6b1f

Et c’est reparti : les vannes sont grandes ouvertes aux flots de l’émotion, les petites bougies sont allumées, on dessine des cœurs et on est« Bruxelles », comme on était« Charlie ». Lorsque Mme Mogherini, Haut Représentant de l’Union européenne, s’est effondrée en pleurs en sortant l’un des poncifs du politiquement correct (« Nous croyons à un islam de paix ») et qu’elle s’est réfugiée dans les bras du ministre des Affaires étrangères jordanien, Nasser Judeh, visiblement surpris, elle a dû réjouir nombre d’islamistes devant leur petit écran. Le caractère féminin de l’Europe était affiché. Après Maman Merkel prête à accueillir toute la misère du monde, il y avait la petite sœur Federica en larmes devant une violence qui n’est pas de son monde. Quelle joie de faire craquer ces petites natures fragiles !

Pour ma part, je préfère la formule virile de Vladimir Poutine : « On va les buter jusque dans les chiottes. » Quant au préjugé sur la fragilité féminine, je me souviens de la fermeté de Mme Thatcher envers les terroristes qui le démentait clairement. Les bonnes âmes s’étaient émues. Elle avait pourtant raison. La politique n’est pas une question de sexe, mais elle doit être une action déterminée par l’intelligence et la volonté que ni le sentiment ni l’émotion ne sauraient paralyser lorsqu’elle repose sur la légitimité démocratique.

Il n’y a pas la moindre pitié à avoir envers ceux qui n’ont aucun respect pour la vie, pour la vie innocente !

Il est plus facile aux désinformateurs mondains – ceux qu’on appelle encore des journalistes, par habitude – de faire de la morale à deux sous plutôt que d’affronter la réalité. C’est ainsi que la revenante Anne Sinclair s’en prend à Robert Ménard. Son tort ? Avoir rappelé que le problème de la France n’était pas le racisme, et que les attentats n’étaient pas commis par PEGIDA.

La démocratie n’est pas la mollesse. Ce n’est pas l’action publique entravée et rendue impuissante par les règles. Le droit doit protéger les libertés personnelles de ceux qui vivent en paix avec la société. Mais il doit aussi autoriser la dissuasion et la répression ferme et rapide des actes qui enfreignent la loi, c’est-à-dire l’expression de la volonté du peuple. Lorsque c’est la guerre, alors la démocratie doit être dure, impitoyable, précisément à mesure de sa légitimité. Il n’y a aucune raison de faire preuve de plus de faiblesse envers l’État islamique qu’envers le nazisme. Certes, les objectifs et les moyens ne sont pas comparables, mais le mépris de la vie humaine est identique.

Or, on a laissé par paresse, par faiblesse et par ignorance grandir trois menaces.

La première a une armée et un territoire, c’est l’État islamique que la colossale puissance militaire occidentale n’ose pas détruire en collaboration avec la Russie parce qu’elle vise à la fois les facilités économiques procurées par des alliances douteuses et le confort des guerres homéopathiques sans soldat.

La seconde est l’affaiblissement des cohésions nationales par le mirage du métissage et le fantasme du multiculturel. La multiplication d’enclaves ethniques est un champ de mines que nous avons nous-mêmes installé sans en conserver le plan.

La troisième est l’affaiblissement des États-nations. Des « machins » tendent à s’y substituer, qui associent à d’incessants ballets de personnages superflus l’incapacité grandissante à résoudre les problèmes. Read the rest of this entry »

La dictature ? C’est maintenant !

http://www.bvoltaire.fr/yannikchauvin/la-dictature-cest-maintenant,243093?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=1a7a242ff6-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-1a7a242ff6-30469153&mc_cid=1a7a242ff6&mc_eid=443cdc6b1f

Des élèves de troisième de l’école Sainte Anne, à Auray, ont été convoqués par la gendarmerie. Qu’avaient-ils donc fait ?

Docteur en droit, écrivain, compositeur

J’ai d’abord cru à une blague, vous savez, ces informations énormes – plus c’est gros, plus ça passe – que des sites spécialisés chasseurs de « hoax »s’efforcent de débusquer. Je les ai tous faits : ce n’est pas un hoax. Ça se passe chez nous, en 2016. Oui, 2016… pas 1793 en Vendée, ou novembre 1917 en Russie, ou 1975 chez les Khmers rouges de Pol Pot. Non ! C’était hier matin, dans notre belle région de Bretagne, et c’est révélé par le site Breiz Atao, car vous n’imaginez pas un instant que TF1 ou France 2 aient pu s’abaisser à diffuser la nouvelle !

Le 17 février dernier, des élèves de troisième de l’école Sainte Anne, à Auray, ont été convoqués par la gendarmerie. Qu’avaient-ils donc fait ? Vendu de la coke ? Mis le feu aux poubelles de l’école ? Cassé une voiture ? Tiré les nattes des filles ? Non ! Rien de tout cela. Ils avaient simplement assisté au cours d’histoire de leur prof ! Dans le cadre d’une introduction à la « géopolitique contemporaine », Pascal G. avait parlé de la Russie d’aujourd’hui et de son président, Vladimir Poutine. Et les pandores voulaient tout savoir de ce que le prof avait dit. C’est pour cela que six gamins se sont retrouvés sur la sellette ; les menottes étaient toutes prêtes, et la gégène pas loin.

C’est en rentrant de vacances que le prof a appris ces méthodes de gestapistes. Il n’en est toujours pas revenu. Il doit être, lui aussi, entendu par les gendarmes dans les prochains jours. Il ne fait pas bon être professeur d’histoire dans la Hollandie : les profs fichés par l’Éducation nationale, les élèves convoqués à la gendarmerie… Ah ! les « valeurs de la République »… Read the rest of this entry »

La querelle entre Grêce et Autriche sur la crise migratoire s’envenime

http://www.bvoltaire.fr/breves/la-querelle-entre-vienne-et-autriche-sur-la-crise-migratoire-senvenime,241225?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=b15612175e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-b15612175e-30469153&mc_cid=b15612175e&mc_eid=443cdc6b1

NDLR : ce sujet n’est pas de ma compétence, sauf si j’y trouve des points communs avec les relations entre individus ou groupes. Pour moi, ayant fait quelques années d’études en fac de sociologie et d’ethnologie, j’ai compris depuis longtemps que toutes les civilisations sont respectables et qu’elles possèdent chacune leur propre cohérence à laquelle ses ressortissants croient ferme. A partir de là tout racisme pur et généralisant du type de : « Tous les… sont des … » est stupide. On ne peut pas dire que les civilisations sont inégales en soi, mais on peut préciser en quoi elles sont inégales comme on dira qu’il y a plus de blé dans tel pays que dans tel autre.
Ce que je constate, depuis que journaux et gouvernements se disputent et rivalisent d’incohérences et de décisions irréfléchies sur le problème des migrants, est que l’arrivée en masse d’un grand nombre de personnes n’ayant pas ou peu de points communs dans leurs croyances, philosophies et religions avec nous, ne peut que créer des heurts ; c’est inévitable et normal.  Surtout quand une proportion non négligeable de ces ‘migrants’ sont eux-mêmes assez intolérants pour refuser de s’acclimater à nos façons de respirer l’air. Bref, quoiqu’en disent nos élites qui n’ont d’élites que le nom qu’ils se donnent, on ne peut pas mélanger des gens qui ne se ressemblent pas, sauf si ceux-ci assument une volonté claire de concilier les deux points de vue. Mais cela se traite au niveau interindividuel pas au niveau de la masse, et pas par décrets ni quotas. C’est possible au compte-goutte et en faisant avec le temps.
Mais le plus intéressant dans les événements relatés dans cet article ci-dessous, est que les réactions différentes des pays de l’Europe, montrent à quel point l’Europe n’existe pas en dehors de l’esprit embrumés des nos technocrates autoproclamés qu ont accouché d’un corps monstrueux en oubliant de lui donner un esprit, on aurait dit voici pas longtemps une âme.  Et c’est parce que l’Europe n’est qu’un patchwork de civilisations qui ne se ressemblent que moyennement que chaque pays réagit à sa façon pour préserver son intégrité. C’est pourquoi cette Europe, moribonde avant que d’être adulte, va succomber grâce à ces migrants, en se divisant en sous-ensembles plus homogènes.  Et ce n’est pas plus mal car ça permettra de faire une politique cohérente vis-à-vis de tous les autres vrais problèmes qui se posent à nos gouvernements.

La Grèce a durci le ton vendredi vis-à-vis de l’Autriche sur fond des dissensions sur la crise migratoire, le commissaire européen aux Migrations mettant en garde contre un « désastre » si ces divisions persistent.

Dernière en date d’une série de restrictions aux frontières des pays de la route des Balkans, la Slovénie a annoncé vendredi qu’elle voulait limiter à 580 par jour le nombre de migrants autorisés à transiter par son territoire, ce qui va inévitablement aggraver l’engorgement en Grèce.

Le commissaire européen aux Migrations, Dimitris Avramopoulos, a prévenu que l’Europe irait « au désastre » s’il n’y avait pas « de convergence et une compréhension » lors du sommet extraordinaire UE-Turquie le 7 mars sur la crise migratoire à Bruxelles.

« Tout sera jugé le 7 mars (…) il faut une discussion pour partager la responsabilité entre (les pays membres), une condition pour commencer à trouver une solution au problème », a souligné le commissaire à Delphes, dans le centre de la Grèce, en appelant « à mettre fin à des « actions unilatérales ou bilatérales (…) ».

Vendredi matin, Athènes a refusé de recevoir la ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, qui souhaitait venir en Grèce pour « expliquer la position autrichienne en détail et directement ».

Le refus grec intervient au lendemain du rappel par Athènes de son ambassadrice à Vienne pour « consultations », en signe de protestation contre la tenue mercredi par l’Autriche d’une réunion des pays des Balkans consacrée à la crise migratoire et dont la Grèce a été exclue.

Les vives tensions entre Athènes et Vienne, ont empoisonné la rencontre jeudi à Bruxelles des ministres de l’Intérieur des pays de l’UE, censée mettre fin à la cacophonie face à l’afflux de migrants qui risque de déclencher une crise humanitaire.

« L’Autriche nous traite comme des ennemis », s’était exclamé le ministre grec de la Politique migratoire Yannis Mouzalas devant ses homologues au cours de cette réunion, selon une source diplomatique.

– Migrants logés sur des ferries –

Athènes reproche à Vienne d’être en amont d’une décision récente prise avec quatre autres pays des Balkans à la mi-février (la Serbie, la Slovénie, la Macédoine et la Croatie) visant à limiter le nombre de migrants « sans papiers » vers ces pays.

Cette décision, qualifiée d’ »unilatérale » par Athènes, a provoqué ces derniers jours un engorgement à la frontière gréco-macédonienne, poussant les autorités grecques à conduire une partie de ces migrants dans les camps d’accueil de Diavata au nord et Schisto près d’Athènes.

Vendredi, 4.000 migrants attendaient à la frontière tandis que seules 100 personnes ont été autorisées à passer en Macédoine à la mi-journée, après 250 pour toute la journée de mercredi, selon la police grecque.

« Jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée à la frontière » gréco-macédonienne, des efforts sont entrepris pour trouver des logements pour les migrants et les réfugiés sur les îles de la mer Egée, principale porte d’entrée en Europe via les côtes proches turques, a indiqué dans la foulée le ministère grec de la Politique d’immigration.

Certains migrants pourraient même temporairement rester à bord de ferries ancrés aux îles, selon le gouvernement.

« Nous essayons de ralentir le flux des migrants (vers la frontière gréco-macédonienne) », a indiqué un communiqué ministériel.

-‘dépôt d’âmes’-

Mercredi, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait menacé de refuser tout accord européen le 7 mars si le fardeau de la crise migratoire « n’(était) pas partagé d’une manière proportionnelle » par les pays membres.

Le flux migratoire ne semble pas se ralentir depuis le début de 2016: plus de 100.000 sont arrivés en Europe, dont la majorité par la Turquie via les îles grecques, selon le HCR.

La plupart de ces réfugiés sont surtout des Syriens et des Afghans, selon la même source.

Outre les personnes noyées en Méditerranée, de nombreuses personnes ont été portés disparues au cours de ce périple migratoire.

Le gouvernement allemand a indiqué vendredi que les autorités ne savaient pas où se trouvent 13% du million de migrants enregistrés en 2015, ceux-ci ne s’étant pas présentés dans les foyers où ils devaient se rendre.

« Les causes possibles (de l’absence de ces migrants) pourraient être par exemple un retour dans le pays d’origine, la poursuite du voyage vers un autre pays ou bien une plongée dans l’illégalité », explique le gouvernement.

L’Académie française contre Najat Vallaud-Belkacem

http://www.bvoltaire.fr/jeanmichelleost/lacademie-francaise-contre-najat-vallaud-belkacem,239257?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=328ef667dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-328ef667dd-30469153&mc_cid=328ef667dd&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : j’ai appris en Faculté et avec De Saussure que la langue est un organisme vivant, et que c’est le Peuple qui la modifie sans cesse et que ce n’est qu’après coup que les lettrés, grammairiens et académiciens, entérinent les changements et les innovations introduites dans la langue par le Peuple. On pourrait dire avec Crozier qu’on ne change pas la langue par décrets. Or, c’est que voudraient nous faire croire nos politiques qui aiment s’occuper des sujets qui ne les regardent pas, pour nous détourner des vrais problèmes qu’ils ne savent pas résoudre. Alors, limitons les libertés de nos braves concitoyens (anciennement appelés le Peuple) pensent-ils tout haut et disons-leur comment ils doivent élever leurs enfants, parlons de l’interdiction des fessées (Jean-Jacques Rousseau serait outré, lui qui adorait les fessées de sa nounou parce que ça le faisait bander ), disons-leur pendant qu’on y est, comment ils doivent parler, féminiser les mots, et comment ils doivent les écrire, ça va les occuper, créer des polémiques et pendant ce temps, le Peuple oubliera un peu (?) le chômage, l’insécurité, les crimes… Alors nos élites autoproclamées, féminisent les mots, simplifient l’orthographe pour la mettre au niveau des cancres… mais le Peuple, le bon Peuple de France ne suit pas car, finalement, même même le plus nul, il l’aime son orthographe du français aussi emberlificotée soit-elle, il l’aime son accord du participe passé placé avant (avant quoi déjà ?), même si cette loi est abrogée depuis…. 1911 (je crois) mais jamais appliquée. Alors arrêtons d’imposer, Messieurs les soi-disant gouvernants qui ne gouvernez plus rien que des fantômes d’idées périmées.

Najat Vallaud-Belkacem n’apprécie guère les positions prises par Hélène Carrère d’Encausse et l’Académie française sur la réforme de l’orthographe. Elle a fait part de son « étonnement » à voir le secrétaire perpétuel contester, dans un entretien au Figaro« une réforme de l’orthographe élaborée il y a un quart de siècle [en 1990] et où l’Académie française n’a eu aucune part ». Ces « rectifications » de l’orthographe, rétorque le ministre, sont pourtant intégrées dans la neuvième édition de son dictionnaire : l’Académie avait donc exprimé son accord à l’époque ! Cherchons à y voir plus clair, documents à l’appui.

C’est bien Maurice Druon, alors secrétaire perpétuel, qui, avec l’assentiment de l’Académie française, a présidé le groupe de travail ayant pour mission une réflexion sur « les corrections de l’orthographe ». L’Académie a approuvé à l’unanimité les propositions du Conseil supérieur de la langue française, peut-on lire dans la présentation du rapport publié au Journal officiel du 6 décembre 1990. Le Premier ministre Michel Rocard l’a lui-même confirmé dans sa réponse à Maurice Druon : « Ce qui est décisif […], c’est que vous avez travaillé en étroite relation avec l’Académie française et avec les deux organismes parallèles à votre Conseil […] : le Conseil de la langue française du Québec et le Conseil de la langue de la communauté française de Belgique ».

Il est donc difficile de soutenir que l’Académie française soit totalement étrangère à ces « rectifications », même s’il est vrai qu’elle a apporté de multiples réserves : opposition à toute modification autoritaire de l’orthographe, acceptation de quelques ajustements à condition de laisser au temps le soin de modifier la langue, selon un processus naturel d’évolution. Devant les réactions suscitées, elle dut, dans sa séance du 17 janvier 1991, rappeler que « l’orthographe actuelle reste d’usage », et que les « recommandations du Conseil supérieur de la langue française ne portent que sur des mots qui pourront être écrits de manière différente sans constituer des incorrections ni être jugés comme des fautes ». L’Académie française manqua-t-elle de vigilance ou de réactivité à l’époque ? Fut-elle trompée, a-t-on mal interprété ou déformé ses positions ?

Il est certain que l’entrée sous la Coupole de personnalités comme Xavier Darcos ou Alain Finkielkraut ne sont pas pour rien dans la réaction ferme et sans ambiguïté de l’Académie française aujourd’hui. Ce qui a sans doute le plus déplu à Najat Vallaud-Belkacem, c’est que les immortels, dans une déclaration du 11 février 2016, aient mis en cause sa politique : « Plus que la maîtrise de l’orthographe, défaillante », soulignent-ils, c’est « la connaissance même des structures de la langue et des règles élémentaires de la grammaire qui fait complètement défaut à un nombre croissant d’élèves ». Et d’assener cette conclusion cinglante :« Il est urgent d’engager dès l’enseignement primaire le redressement souhaité par tant de nos concitoyens, en rétablissant les conditions d’une vraie transmission du savoir. »Manière élégante de dire : « Najat, casse-toi, tu fais fausse route ! » Read the rest of this entry »

La France n’a pas besoin d’idéologues mais de managers

http://www.bvoltaire.fr/patrickverro/france-na-besoin-dideologues-de-managers,237920?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=df7d3996f2-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-df7d3996f2-30469153&mc_cid=df7d3996f2&mc_eid=443cdc6b1f

Une large majorité de Français est excédée de voir le temps et l’argent gaspillés à traiter de sujets qui sont loin d’être prioritaires dans notre société.

« Une idéologie est un complexe d’idées ou de représentations qui passe aux yeux du sujet pour une interprétation du monde ou de sa propre situation, qui lui représente la vérité absolue, mais sous la forme d’une illusion par quoi il se justifie, se dissimule, se dérobe d’une façon ou d’une autre, mais pour son avantage immédiat » (Karl Jaspers).

Une large majorité de Français est excédée de voir le temps et l’argent gaspillés à traiter de sujets qui sont loin d’être prioritaires dans notre société, surtout au regard des graves problèmes qui la secouent : la lutte contre le terrorisme et le salafisme, la réduction du chômage et de la pauvreté.

La déchéance de nationalité, prononcée vis-à-vis de ceux (au sens collectif) qui ont eu une attitude criminelle à l’égard de la France, apparaît comme une sanction minimale de bon sens pour un grand nombre de Français ; mais pour ceux qui se veulent des experts du droit, il en est apparemment tout autrement, tant ils se gonflent d’importance à manier leurs arguties, tant et si bien qu’on ne les voit plus qu’en « sodomisateurs de diptères ».

Que des milliers de responsables de « haut niveau » passent des jours, des semaines, bientôt des mois à réfléchir à cette question, pour aboutir à un échec ou, pire, à une efficacité nulle annoncée, voilà de quoi vraiment énerver le peuple !

Quand on faisait ses « humanités », on vous enseignait l’importance du discernement et, quand on se préparait à des postes de responsabilité, on apprenait à hiérarchiser les questions à résoudre ; le tout aboutissait à l’élaboration d’un arbre de priorités pour l’action. Aujourd’hui, qu’en est-il ? Place est faite à la valorisation de l’idéologie en marche et au mépris du réel !

La peine de mort, le mariage homosexuel, la déchéance de nationalité ou la réforme de l’orthographe ne concernent que de toutes petites minorités de citoyens ; a contrario, la pauvreté, le chômage, le terrorisme et les flux migratoires subis en préoccupent des millions…

Est-ce par goût, par laxisme, par facilité ou encore par incompétence que nos « élites » se sont centrées sur ces sujets purement sociétaux ? Car je n’ose envisager l’hypothèse d’une volonté affirmée de déstabiliser notre société, encore que…

Il existe des théories de la manipulation par l’angoisse, selon lesquelles les individus en état de peur manifesteraient ainsi des réactions de fuite et d’évitement permettant à des pouvoirs tyranniques de se mettre en place ou de perdurer. Ainsi, un individu deviendrait manipulable dès lors que, dans une situation d’extrême angoisse, les fonctions complexes de son cerveau se trouveraient désactivées, un peu comme l’animal poursuivi par un chasseur a du mal à éviter les pièges qu’il lui tend. Mais l’Histoire montre aussi que l’utilisation de ce genre de méthode n’a jamais été efficace très longtemps, se retournant généralement après quelques années ou décennies contre les manipulateurs.

Attention à la goutte d’eau qui déborde !

Il fut un temps où le monde était simple, et le bonheur aussi sans doute.

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/fin-creches-pere-noel-de-galette-rois-passe-noel,227411?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=70c44d6b3e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-70c44d6b3e-30469153&mc_cid=70c44d6b3e&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : en cette fin d’année comme à chaque fois, on aime bien s’interroger sur les questions de fond. Et si notre avenir se trouvait dans notre passé, si les réactionnaires d’aujourd’hui étaient les révolutionnaires de demain ? A méditer en attendant le Père Noël !

Il fut un temps où le monde était simple, et le bonheur aussi sans doute. Pour peu qu’on fût croyant, et même si on ne l’était guère, deux grandes fêtes marquaient l’année : Noël et Pâques. Le petit Jésus naissait à la première et s’offrait pour racheter nos péchés à la seconde. Globalement, cela a duré au moins 16 siècles.

Dans ma petite enfance familiale, l’Avent et le Carême avaient un sens. Pénitences enfantines, on rendait à maman le carré de chocolat du goûter, et l’on essayait de ne pas se chamailler avec les frères et sœurs. Un cadeau à Noël (pas 36 !), une poupée pour toute l’enfance, le temps béni de désirer et de s’émerveiller…

Ce temps passe aujourd’hui pour terriblement sectaire et rétrograde, « fascisant » diront même certains. Le grand brassage multiculturel est passé par là, censé nous apporter le sens de la fraternité. Pas si simple, car pour accepter l’autre, il faut être assuré de ce qu’on est soi-même. Pour goûter les autres cultures, connaître déjà la sienne et l’aimer. Au lieu de cela, nous prétendons détricoter ce qui a mis des siècles à nous construire. Dans la marmite où bouillonne non pas la potion magique mais le brouet des sorcières, on jette en vrac la crèche, le sapin, le bonnet rouge du père Noël, la fève de la galette ; on passe la chrétienté au tamis, on rajoute du E142 pour faire plaisir à l’islam et on noie tout cela dans un vaste bouillon de laïcité avant de passer le ragoût au mixeur. C’est imbouffable !

Les braves gens du Secours populaire offrent chaque année à Noël des cadeaux aux nécessiteux. Ce qu’ils ont fait ce lundi dans la « jungle » de Calais. Émanation du PCF, on imagine que le Secours populaire ne fête pas la naissance de Jésus. Peut-être celle de Staline, le « petit père des peuples » ? D’aucuns signalent, en outre, que leurs pères Noël sont vêtus de vert et se demandent : est-ce pour ne pas froisser les musulmans ? Peut-être. Ou pas. Car avant d’être récupéré par Coca-Cola, le père Noël scandinave était en habit vert. Qui le sait ? C’est la couleur des origines, mais elle est désormais estampillée « barbus » pour un Noël halal… Read the rest of this entry »

Mais quelle Europe voulons-nous ?

http://www.economiematin.fr/news-europe-futur-guerre-culte-resilience-france-sannat
Cliquez sur le lien pour voir la vidéo d’actualité ! Rien n’a changé !

Un extrait du film : Le président, avec Jean Gabin pour nous montrer qu’il faut être sacrément menteur pour parler encore de progrès et de démocratie égalitaire !

Je voulais continuer dans la série « tout était prévisible » et de bien longue date.
Plutôt que de vous faire un bien long discours, je vous propose aujourd’hui simplement de prendre le temps de visionner ou de revisionner Jean Gabin, un immense acteur dans un immense film aux immenses dialogues et prenant avec le recul historique une saveur toute particulière.

Ce qu’il faut en comprendre, c’est que collectivement nous n’avons plus rien à attendre de la société qui ira jusqu’au bout de sa logique mortifère et destructrice. Les gens de bonne volonté quelles que soient leurs origines, leurs couleurs et leurs confessions seront balayés par les vents de l’histoire ou les modérés, hélas ne l’emportent jamais.

Ce film montre bien à quel point cette dérive est ancienne mais aussi puissante. L’Europe est bien devenue celle du totalitarisme marchand et des conflits d’intérêts qui ne sont même plus des conflits… mais carrément de la corruption massive et de la haute trahisons de l’intérêt des peuples.

La bonne nouvelle c’est que tout ce système touche à sa fin, la mauvaise nouvelle étant que cela ne se fera pas sans d’indicibles souffrances.

Si il n’y a plus rien à attendre collectivement, alors il convient de passer dès aujourd’hui à l’étape suivante,celle qui consiste à mettre en place les outils, les techniques, les savoir-faire et les moyens de votre résilience personnelle et familiale. Ceux qui veulent voir doivent avancer maintenant et vite.

Préparez-vous, il est déjà trop tard !

Pour voir la vidéo c’est tout en dessous.

Ne plus pouvoir nommer… quand un chat devient un mammifère à griffes…

http://www.bvoltaire.fr/celinejullie/ne-plus-pouvoir-nommer-guerre-mots-2,219374?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=1fa1177848-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-1fa1177848-30469153&mc_cid=1fa1177848&mc_eid=443cdc6b1f

C’estt parce que nous ne sommes plus capables de dire, donc de penser, donc de poser ce que nous sommes qu’aujourd’hui le mal prospère dans notre pays.

Si la guerre est bien maintenant visible aux yeux de tous, la première guerre qui a été faite sur notre sol est celle des mots. Oui, les totalitarismes, quels qu’ils soient, finissent toujours par avoir la mainmise sur le langage. C’est alors la propagande du parti. Voyez comme les journaux, l’administration usent maintenant de circonvolutions (toujours les mêmes) pour travestir les réalités dérangeantes (les « migrants », les « non-voyants », les « quartiers », les « dérapages »…). Souvenez-vous de George Orwell.

Ne remarque-t-on pas d’ailleurs que les tribunaux sont de plus en plus engorgés par des accusations liées à l’expression d’idées « pas comme il faut », les « dérapages » ? Nos gouvernants, d’un cynisme éhonté, osent faire défiler les foules au cri de « Je suis Charlie », quand dans le même temps la censure gagne partout du terrain.

À force de lisser les mots, de tordre la vérité, de discipliner notre beau langage plus fleuri du tout mais devenu sec, infécond, mortifère même, nous nous sommes perdus de vue nous-mêmes.

N’est-ce pourtant pas le verbe qui donna la vie ? Au commencement était la parole et toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. La vie et la mort sont d’abord dans les mots. Jésus dit au figuier :« Que jamais fruit ne naisse de toi ! » et celui-ci, sur ces mots, devint sec. Read the rest of this entry »

La politique est-elle un métier ? Le coup de gueule de Rafik Smati sur France Inter

http://www.objectif-france.org/of/p/1315-rafiksmati-france-inter.html

NDLR : j’attire votre attention avec une petite histoire drôle, mais pas tant que ça.
Un jour quatre amis se réunissent au restaurant : un professeur d’histoire, un plombier, un cultivateur et un ministre des finances ; ils parlent de leurs métiers.
Moi dit le professeur d’histoire j’ai fait six ans d’études pour apprendre assez l’histoire afin de pouvoir l’enseigner ; moi, dit le plombier, j’ai beaucoup appris sur le tas, mais il m’a fallu dix ans pour posséder assez d’aisance pour pouvoir tout réparer ; moi, dit le cultivateur, j’ai appris tout petit avec mon père et ma mère, et au bout de dix ans j’ai su faire tout ce qui était nécessaire pour reprendre l’exploitation.
Le ministre des finances reste muet, perplexe ; les trois autres se tournent vers lui : et vous Monsieur le Ministre ? 
– Et bien, euh… comment dire ? Avant j’étais ministre de la Culture, et avec le remaniement j’ai été nommé aux finances et le lendemain je prenais mes fonctions.
Que vaut le poste si on peut tout apprendre en une journée ?

Avec des ministres interchangeables, il est clair qu’ils n’ont pas le temps de connaître leur métier avant de l’exercer.
Imaginons : le pilote de l’avion va voir les passagers : « On est fatigués de vous conduire, n’y aurait-il un passager pour prendre le relais pendant qu’on va dormir ?« .
Alors, Oui, être Ministre est un métier, mais de plus, un métier qu’on n’a pas besoin  d’apprendre pour l’exercer ! Miracle de cette soi-disant démocratie ?

Une nouvelle ministre du travail vient d’être nommée. Mais comme la plupart de ses collègues, Myriam El Khomri est une politicienne de carrière. On ne lui connait aucun autre métier que celui de faire de la politique.

C’est le sens du coup de gueule qu’a lancé sur FRANCE INTER Rafik Smati, président du mouvement Objectif France.

 Ecoutez-le sur France-Inter : https://youtu.be/Lh6YzG1pzzk

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

http://www.ojim.fr/eric-zemmour-devant-le-tribunal-pour-incitation-a-la-haine-raciale/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=b0e87aaf7b-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-b0e87aaf7b-50052817

NDLR : dorénavant pour être informé, il ne faut plus lire les journaux des kiosques, ni regarder la télé… il faut parcourir le Web, et alors on voit à côté des mensonges habituels des autres médias, toute une cohorte d’informations qu’on voudrait nous cacher. Il serait intéressant que quelqu’un ait le courage d’en faire un petit recensement, et je suis sûr que, rien qu’en 2015, il y aurait de quoi écrire une vrai encyclopédie. Il est clair que la dictature de la pensée est arrivée quand on nous dit qu’il faut respecter la liberté d’expression mais que certaines chose ne doivent pas être dites. Le pire étant qu’on condamne des gens qui ne font que rapporter une réalité, et parfois des propos que nos gouvernants ont dit eux-mêmes sans jamais être inquiétés.
Alors merci, entrer autres, à Claude Chollet et au site de l’Ojim d’exister !

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

le 25 juin 2015 dans

Les parallèles historiques vont-ils désormais être interdits ? Mercredi, Éric Zemmour était jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour « incitation à la haine raciale » après une chronique sur RTL.

Le 6 mai 2014 sur les ondes, le chroniqueur avait en effet déclaré : « Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent. » Des propos qui avaient fait bondir les associations autoproclamées antiracistes.

CRAN, Mrap et Licra avaient ainsi saisi le tribunal pour faire tenter de faire condamner le journaliste, coupable à leurs yeux d’un constat inadmissible. Me Alain Tamegnon Hazoume, avocat du CRAN, avait estimé qu’il était « déterminant d’agir et de limiter ses interventions », se réjouissant au passage de l’efficacité de ces actions, dans la mesure où « il [Zemmour] s’exprime beaucoup moins ». Au moins, les choses sont claires : il s’agit bel et bien de museler le polémiste. Esprit Charlie es-tu là…

Pour l’avocat de M. Zemmour, Me Olivier Pardo, son client n’a fait « que reprendre le constat de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ». Et celui-ci de dénoncer une action de censure : « On interdit à un journaliste de décrire le réel, de diffuser une information donnée par un organisme d’État, c’est gravissime, cela va au-delà de l’entrave à la liberté d’expression, il s’agit de la liberté d’informer. »

À l’époque, pour ces propos, le CSA avait « mis fermement en garde » RTL, considérant que ces derniers étaient « de nature à encourager des comportements discriminatoires vis-à-vis des populations expressément désignées, et de pouvoir inciter à la haine ou à la violence à l’encontre de celles-ci ».

Après l’affaire de la déportation imaginaire, qui lui a valu son renvoi d’i>Télé, Éric Zemmour n’en finit plus d’être la cible de ces nouveaux censeurs qui veulent faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux sous prétexte d’antiracisme.

Une amende de 5000 euros a été requise à l’encontre d’Éric Zemmour. Jugement le 22 septembre.

Un sexagénaire éjecté de sa voiture par 20 policiers

http://www.bvoltaire.fr/eloisegloria/sexagenaire-ejecte-de-voiture-20-policiers,182533?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=c7331cdbdf-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-c7331cdbdf-30469153&mc_cid=c7331cdbdf&mc_eid=443cdc6b1f

Il ne faut pas se garer sur un bateau : c’est une évidence que personne ne conteste. Mais suffit-elle à justifier l’intervention d’une horde de policiers venus extirper un homme de sa voiture en route pour la fourrière ? Apparemment, oui. Lundi après-midi, rue des Batignolles, à deux pas de la mairie du 17e arrondissement de Paris, un sexagénaire s’aperçoit que son véhicule est en train d’être remorqué par les services de fourrière. Il se précipite à l’intérieur pour empêcher l’enlèvement, mais deux des roues ne touchent déjà plus le sol : légalement, l’opération ne peut plus être interrompue.

Face à son refus d’obtempérer, les forces de l’ordre viennent en renfort : « C’était ambiance ! Il y avait du monde partout ! Une bonne vingtaine de policiers – à vélo, à pied, en voiture, en gilet pare-balles – et bien une quarantaine de badauds, riverains, passants […], invectivant les policiers », relate un témoin de la scène au Parisien. Traîné sur la chaussée sans ménagement, l’homme fait un léger malaise. « Les policiers lui ont passé de l’eau sur le visage, puis hop ! Dans la voiture de police, direction le commissariat. » Il risque 3 mois de prison et 3.750 euros d’amende. Fin de l’histoire. Mais ce n’est pas la seule. Read the rest of this entry »

Les tâches domestiques restent très majoritairement à la charge des femmes

http://www.francetvinfo.fr/societe/les-taches-domestiques-restent-tres-majoritairement-a-la-charge-des-femmes_902339.html#xtor=AL-53

NDLR : voici selon notre méthode même : l’analyse relationnelle, le type même d’article qui raisonne mal. Cet article est stupide pour deux raisons :
a) une raison de méthode. Que les hommes soient moins nombreux que les femmes à participer aux travaux ménagers, on pouvait s’en douter, et il nous reste à prier pour qu’il n’y ait pas une loi qui viennent dans les foyers s’occuper de ce qui les regarde pas. Mais pourquoi ne parle-t-on pas des différences selon que la femme travaille à l’extérieur ou non ? Il n’y en n’a pas ? Pourquoi toujours traiter des sujets relationnels de façon générale comme si tous les couples étaient semblables et devaient avoir des comportements semblables.
b) une raison philosophique. Depuis toujours ce sont les femmes qui portent les enfants et qui accouchent Pourquoi la tendance est-elle de nos jours à ne pas les compter dans les raisonnements à la mode ? Une femme au foyer, c’est comme un vote blanc pour nos politiques, elle ne compte pas. Et si la culture ou même le machisme n’était que peu en cause, et si la nature avait son mot à dire. Si les femmes étaient statistiquement moins enclines à faire de la politique, pourquoi les y obliger ? La parité est une connerie, non pas que les femmes soient moins capables que les hommes sur les sujets humains, (je crois même le contraire si je me fie à mes expériences), mais tout simplement parce qu’elles préfèrent d’autres occupations. Chaque fois qu’on croit raisonner à partir d’une généralité, et la parité en est une, on est sûr de dire des bêtises.
Et puis, en quoi cela regarde un gouvernement qui devrait plutôt s’occuper de sa charge, et foutre la paix aux gens dans leur vie personnelle. Non ?

La parité dans le couple est loin d’être acquise. Ce sont toujours les femmes (93%) qui font le ménage et s’occupent des enfants, selon une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), publiée mardi 12 mai par la Caisse nationale d’allocations familiales.

Beaucoup d’hommes en couple gardent résolument leurs distances avec les tâches ménagères : 91% avouent ne pas repasser, 60% ne pas faire le ménage ni la vaisselle (48%), 50% ne pas toucher aux fourneaux et 36% ignorer les courses.

Le choix du logement se fait à deux

En revanche, 93% des femmes en couple font le ménage, 93%, la cuisine, 85%, les courses quotidiennes, 83%, la vaisselle et 73%, le repassage. Les mères passent également deux fois et demie plus de temps que les hommes à s’occuper des enfants.

L’arrivée des enfants accentue disparité et tensions : dès la première naissance, les rôles entre hommes et femmes se spécialisent selon un modèle traditionaliste, toutes générations confondues, relève cette enquête menée en mars.

En revanche, le choix du logement, lui, se fait majoritairement à deux, particulièrement dans les classes sociales aisées. Lorsqu’il s’agit d’une acquisition, les recherches sont menées à deux dans 56% des cas, contre 43% pour une location. Quant aux ressources du foyer, 64% des couples mettent en commun l’intégralité de leurs revenus et 79% d’entre eux sans avoir institué de limite aux dépenses du ménage.

Marre de la doxa médiatico-politique… Marre et marre ! Floris de BONNEVILLE

http://www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/marre-de-la-doxa-mediatico-politique-marre-et-marre,175173?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=b5b0ec8ff4-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-b5b0ec8ff4-30469153&mc_cid=b5b0ec8ff4&mc_eid=443cdc6b1f

Oui, comme vous, j’en ai marre de ce perpétuel bourrage de crâne. Vraiment marre.
Journaliste
Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais cette fois, j’en ai marre d’écouter les chaînes en continu, les émissions politiques comme celle animée par la ravissante Anne-Sophie Lapix. Marre, aussi, de lire les commentaires des journaux, de Libé au Figaro, en passant par L’Obs, Le Point et L’Express. Marre de lire les tweets des Valls, Najat, Mélenchon et consorts. Marre de la doxa politico-médiatique qui nous assène ses vérités et croit réussir à nous les enfoncer dans notre cerveau heureusement encore libre.

De la triste affaire familiale Le Pen, en passant par les harpies du 1er mai, jusqu’à Robert Ménard devenu, l’espace de quelques secondes, l’ennemi public numéro 1 sur lequel Valls, Taubira et Cazeneuve redoublent d’attention en envoyant pas moins de quatre officiers de la police judiciaire dans sa mairie… On nous rebat les oreilles de leur vérité !

Notre cher Président s’est même fendu d’une déclaration contre ce petit maire de Béziers qui ose l’invraisemblable en voulant en savoir un peu plus sur ses administrés. C’est autrement plus criminel que d’aller faire allégeance aux royautés du Golfe pour y vendre quelques Rafale contre de belles promesses dont je ne peux imaginer ce qu’elles sont (du style « Mais bien sûr, Majesté, vous pouvez construire toutes les mosquées que vous voulez », par exemple).

Anne-Sophie Lapix, dans « Mots croisés », a réussi son coup. Involontairement, d’ailleurs, puisque Robert Ménard, en annonçant qu’il y avait 64,6 % de musulmans dans les écoles de sa ville, a déclenché le tollé chez l’ensemble de ses ex-confrères et, comme on l’a vu, dans l’ensemble de la classe politique. Alors qu’il n’a énoncé qu’un simple constat qui devrait conduire à réfléchir comment mieux intégrer ces enfants. Comme l’a écrit le général Sun Tzu : « Qui connaît l’autre et se connaît lui-même peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. » Et la bataille médiatique que Robert Ménard a déclenchée, gageons que les Biterrois sauront le soutenir et lui en savoir gré. Read the rest of this entry »

La démocratie en Europe, une vaste plaisanterie… de Charles Sannat

http://www.economiematin.fr/news-democratie-europe-liberte-restriction-ecoutes-police-sannat

Je vous dis régulièrement que nous faisons face à un mouvement mondial de réduction des libertés individuelles, que nous assistons à un recul sans précédent de la démocratie.

Vous le voyez en France où, sous couvert de lutte légitime contre le terrorisme, on cherche en réalité à encadrer et à terroriser le citoyen un peu pétochard qui « n’a rien à se reprocher ou si peu » plus qu’à nous protéger des méchants vilains. Pourquoi peut-on affirmer cela ? Pour une raison très simple. Si les paiements en espèces sont prohibés au-delà de 1 000 euros pour un résident fiscal français, ils restent autorisés jusqu’à 10 000 euros par transaction pour un non-résident fiscal. On se fiche donc ostensiblement aussi bien du financement des filières terroristes que de notre protection. Non, ce qui compte c’est bien évidemment la répression financière, la répression fiscale. Le fait que personne ne puisse échapper à l’État.

Ne soyons pas naïfs, c’est évidemment pour notre bien. Aucune politique de réduction des libertés ne saurait être acceptée par les populations si c’était pour réduire leur liberté. Alors on vous explique que c’est pour votre bien, que c’est pour lutter contre les vilains terroristes ou encore contre les très vilains fraudeurs fiscaux sans doute comme Thévenoud – dont plus personne ne parle mais qui siège toujours sur les bancs bien socialos et bien-pensants de notre gôche moralisatrice pour les autres et nettement moins pour elle-même.

Une justification idéologique évidente : construire l’Europe, augmenter la productivité, globaliser l’économie

Vous devez comprendre, mes chers amis, que lorsque l’on veut construire une Europe des multinationales qui n’a rien à voir avec l’Europe de la paix et de l’amour universel entre les peuples, la démocratie comme l’a si bien dit le ministre allemand de l’Économie c’est assez pénible.

Lorsque l’on veut avancer dans une mondialisation qui n’arrange que les multinationales et les méga-riches et dont personne ne veut, les libertés individuelles ce n’est pas très pratique.

Lorsque l’on veut vous réduire vos « acquis sociaux », vos 35 heures, vos machins formation, ou encore votre sécu ou augmenter le prix des soins, vous laisser protester c’est assez difficile à supporter. Read the rest of this entry »

Pollution, vous avez dit « pollution » ? Daniel MOINIER

http://www.economiematin.fr/news-pollution-mesures-gouvernement-environnement-protection

Nous sommes alertés de plus en plus depuis quelques années par des pics de pollution ou maintenant de particules ultra fines avec des formules qui frappent.

« Les rues de Paris étaient aussi polluées qu’une pièce de vingt mètres carrés occupée par huit fumeurs »
« Que seriez-vous prêts à faire ou à ne plus faire pour réduire la pollution. Aller au travail en vélo ou à pieds, prendre le bus »
« A Paris, respirer nuit gravement à la santé »
« Pensez à ce que votre ville et environnement va ressembler quand vos enfants auront votre âge »
« Le ciel de Paris comportait six millions de particules fines par litre d’air ».

Environnement : le gouvernement joue sur les peurs

Alertes qui veulent convaincre par la peur tous les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs de rester chez soi. Les journées d’interdiction de sortir les voitures impaires ou paires amplifient encore le malaise. Mais pour certains c’est aussi une sorte de ras le bol de toutes sortes d’interdictions. Et pourtant, si l’on fait l’étude de ces chiffres, on s’aperçoit que cela est beaucoup moins effrayant. Un seul litre de diazote (Le diazote est un produit naturel, c’est un des constituants majeur de l’atmosphère terrestre) ou de dioxygène (Le dioxygène est un élément indispensable à la vie cellulaire) comprend 27.000 milliards de particules, ce qui rend négligeable la dite toxicité à un pourcentage très très faible.

Pollution : la guerre des chiffres

Jean de Kervasdoué, ingénieur et professeur émérite au CNAM, auteur de l’ouvrage « Ils ont perdu la raison », annonce que c’est toujours, comme en politique, un peu le problème des chiffres. C’est beaucoup plus marquant de dire que la pollution atmosphérique est la cause de 1400 morts supplémentaires à Paris que d’apprendre que seul 0,0007% de la population parisienne est particulièrement concernée. Un grand quotidien, nous a annoncé, sans que cela repose sur des protocoles suffisamment solides, qu’il y aurait 42000 décès prématurés. Ces chiffres sont toujours les mêmes, issues de l’organisation mondiale de la santé, de l’Agence européenne de l’environnement. Ce sont en général des traductions chiffrées suite à des études qui ont été menées dans des circonstances qui n’ont rien à voir avec celles du contexte local. Read the rest of this entry »

La lutte contre le terrorisme, brise-glace de nos libertés

http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/la-lutte-contre-le-terrorisme-brise-glace-de-nos-libertes,164998?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=e920da69a1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-e920da69a1-30469153&mc_cid=e920da69a1&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : si on admet que toute personne est un terroriste en puissance comme tout bien portant est un malade qui s’ignore, alors tout le monde doit être surveillé. Vous, moi compris. Tout assassin, pour sa concierge, était jusqu’alors le brave type qui lui donnait des étrennes. On peut craindre pour le dernier bastion où on peut encore s’exprimer (il est vrai en disant souvent n’importe quoi) : Internet. Quand on traite en criminels des gens qui reçoivent plus de 25% des suffrages de nos contemporains, au lieu de faire le constat de son échec, il est clair que c’est une démarche de dictature : la dictature démocratique est en route, soyons prêts. Bien vu, Le Gallou !

Le projet de loi contre le terrorisme ne réduira pas la menace de l’islam radical et ne ralentira pas l’islamisation de la France mais il restreindra singulièrement nos libertés.

En bons robespierristes qu’ils sont, Valls, Cazeneuve et Le Drian, la fine équipe du Grand Orient de France qui nous gouverne, veulent faire adopter une véritable « loi des suspects ».

Le projet présenté est clairement liberticide : les opérateurs Internet seront contraints de transmettre les données de connexion des « suspects » et même d’aider à détecter, par un traitement informatique, une « succession de connexions suspectes ».

Et la liste des « suspects » sera établie sur simple décision administrative par les services de renseignement. Eux-mêmes étroitement dépendants du pouvoir politique auquel ils rendent compte quotidiennement. De même, le gouvernement veut disposer des clés permettant de décrypter le secret des conversations protégées. Il s’agit d’une tentative d’avancée majeure vers une société de surveillance : “Big Brother is watching you!”

Bien sûr, on nous explique qu’il s’agit de lutter contre le « terrorisme »… Mais c’est aussi ce qu’on nous affirmait il y a vingt ans lorsque fut créée la garde à vue de 96 heures, aujourd’hui étendue à une infinité de cas sous couvert de « lutte contre la criminalité en bande organisée », c’est-à-dire à peu près n’importe quoi…

La prétendue lutte contre le terrorisme est un prétexte pour mettre le pied dans la porte qui protège nos libertés. De nos libertés de transactions et de nos libertés d’expression. Une fois la loi votée contre le « terrorisme », il sera facile de l’étendre aux « crimes contre la pensée » : le « révisionnisme », le « racisme »,« l’homophobie » et, de manière plus générale, tout ce qui déplaira et sera qualifié de « discours de haine ».

Le philosophe et essayiste suisse Éric Werner avait diagnostiqué cette évolution : l’immigration de masse est génératrice de violences par rejet de la société d’accueil ; ce qui débouche sur une demande sécuritaire qui permet de réduire progressivement les libertés. C’est la stratégie du chaos au service de la société de surveillance. Il est clair que les sociétés multiculturelles étant multiconflictuelles, le prétexte est tout trouvé pour développer des législations liberticides. L’immigration de masse ne porte pas seulement atteinte à notre identité, elle débouche aussi sur une réduction de nos libertés ; libertés qui sont elles-mêmes la partie la plus précieuse de notre identité.

Ne tombons pas dans le piège de l’oligarchie mondialiste et des enfants de la terreur révolutionnaire qui se servent des menaces qu’ils font prospérer pour mieux nous assujettir. Défendons nos libertés et notre identité !

La fessée ! La fessée !

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/la-fessee-la-fessee-la-fessee,162275?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=ca4187eef6-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-ca4187eef6-30469153&mc_cid=ca4187eef6&mc_eid=443cdc6b1f

Comme le dit Patrick CRASNIER dans Boulevard Voltaire : « J’ai bien peur que la période actuelle n’attache d’importance qu’au futile et que les polémiques stériles soient devenues le fondement de notre société ». A quoi servent ceux qui croient nous gouverner ? Je croyais qu’ils étaient censés faire de la vraie politique ! Voilà maintenant qu’ils s’occupent des fesses de nos enfants, il feraient mieux de s’occuper des leurs qu’on ferait bien d’aller botter !

Nous y voilà, donc : le Conseil de l’Europe chargé de veiller aux droits de l’homme nous tire les oreilles, en attendant mieux, pour n’avoir pas interdit de façon formelle gifles et fessées. Au coin, au piquet mains sur la tête, bonnet d’âne, vous me copierez cent fois :« Je dois interdire de façon suffisamment claire, contraignante et précise les châtiments corporels. » C’est-à-dire l’inscrire dans la loi avec les peines y afférentes. Et on ne discute pas, sinon… gare à tes fesses !

Il paraît qu’on doit cela à une association anglaise particulièrement vigilante, l’Association pour la protection des enfants (Approach). Il est vrai qu’en matière de panpan cucul (et accessoirement de pédophilie), les Anglais sont d’incontestables spécialistes.

Pour l’instant, nous n’avons pas d’amende à payer mais ça pourrait bien venir, il va falloir rentrer dans le rang. Un certain Gilles Lazimi, « médecin et coordonnateur de la campagne contre les violences éducatives de la Fondation pour l’Enfance », nous dit Le Monde, prévient que « des plaintes seront déposées ». Car« tout coup porté à un enfant est une violence », dit ce monsieur. Et de citer en exemple la Suède qui a interdit la fessée voilà trente ans : « On s’aperçoit qu’on a moins de maltraitance, moins de décès d’enfants maltraités, moins de toxicomanie et moins de tentative de suicide » (à France Info). Read the rest of this entry »

Voici maintenant Mamie BISTRO

Pour l’encyclopédie des lois imbéciles !

http://www.economiematin.fr/news-mamie-bistro-redressement-urssaf-travail-dissimule-absurde

NDLR : Charles Sannat évoque ce jour après Mamie Loto un autre cas d’imbécillité de nos technocrates. Il est clair qu’aujourd’hui il vaut mieux être un criminel bien organisé qu’un pauvre et honnête citoyen ! Mais pour moi cette criminalité légale provient toujours du fait que ce sont ceux qui vivent dans l’abstrait des lois qu’ils ont eux-mêmes pondues, sans sortir de leurs bureaux, et qui prétendent nous diriger et diriger ce qui font la richesse des pays. Et pendant ce temps-là, les terroristes et les terroristes en herbe courent toujours !

Vous vous souvenez sans doute de l’histoire émouvante de cette dame surnommée affectueusement Mamie Loto et qui a eu l’outrecuidance dans notre république éprise de liberté, de justice et d’égalité pour tous, que dis-je mes braves, dans notre si beau et sublime pays où la présomption d’innocence de certains est tellement gravée dans le marbre qu’elle permet à Toto (Thomas Thévenoud) d’être toujours député de la République Française, bref la Mémé Loto avait eu le grand tort d’organiser un peu de trop de lotos au goût de nos administrations staliniennes.

Qu’elle ne se soit pas enrichie d’un iota n’a ému personne et la loi lui fut appliquée dans toute sa sévérité pour qu’on ne l’y reprenne pas et surtout pour faire un exemple ! Imaginez un peu la chienlit dans ce pays où tout marche comme sur des roulettes si toutes les petites vieilles de France se mettaient à s’improviser organisatrice de loto et de macramé… impensable. Trop dangereux. Mieux vaut laisser les kalachnikovs disponibles dans les banlieues, en revanche, les mémés, il faut les zigouiller… D’ailleurs, l’État, avec courage, a bien réussi à pendre sans bourreau cette petite Mamie Loto puisque quelques mois après, cette dame est décédée entre épuisement et écœurement. Read the rest of this entry »

Encyclopédie des lois imbéciles : épisode II : Mamie Loto

http://www.metronews.fr/info/mamie-loto-est-morte-le-jour-de-noel/mnlz!Y1IyvsLdh2aPc/

DISPARITION – La septuagénaire condamnée, début novembre, à 123.000 euros d’amende et 6 mois de prison avec sursis pour avoir organisé des lotos illégaux est décédé le 25 décembre, rapporte La Voix du Nord

NDLR : A l’heure où les délinquants sont pardonnés, et remis en liberté, du moins quand ils font de la prison, au nom du : « C’est pas de leur faute !« , voici une loi qui a précipité la mort d’un pauvre vieille femme qui croyait faire le bonheur des autres, car elle ne savait pas que c’était un crime de lèse technocratie. « La loi c’est la loi » disent-ils. C’est un crime de ne pas déclarer ce qu’on n’a pas gagné, en notre beau pays de liberté que nous envient tous ceux qui ne savent pas. Alors, ne soyez pas autant occupés des autres, restez égoïste, il ne vous arrivera rien !

Yvette Bert s'est éteinte le jour de Noël.

Yvette Bert s’est éteinte le jour de Noël. Photo : DENIS CHARLET / AFP

Mamie Loto n’aura plus jamais affaire à la justice. Un mois et demi après sa condamnation à six mois de prison avec sursis et 123.000 euros d’amende pour avoir organisé des lotos sans les avoir déclarés, Yvette Bert est décédée dans le Pas-de-Calais le jour de Noël, rapporte ce vendredi le site de La Voix du Nord.

Son histoire, et sa condamnation, avait ému la France. Début novembre, la justice, qui lui reprochait d’avoir organisé environ 160 loteries prohibées, entre janvier 2009 et mai 2013, dans une salle à Saint-Omer (Pas-de-Calais), l’avait lourdement condamnée. Par ailleurs, la septuagénaire était également poursuivie pour publicité pour une loterie prohibée, abus de confiance et pour infraction fiscale pour ne pas avoir acquitté d’impôts sur les 460 743 euros de recettes des lotos.

Elle touchait une maigre pension

Après sa condamnation, Yvette Bert, âgée de 77 ans, était apparue dans les médias le visage tiré, fatiguée, souvent en pleurs. Psychologiquement fragile, Yvette Bert vivait dans une maison de retraite de Saint-Omer et touchait une très maigre pension. « Elle ne pourra rien payer, assurait son avocate. Elle sera prélevée du minimum eu égard à ses revenus, qui sont de 650 euros par mois, qui sont symboliques mais qui lui sont malheureusement indispensables pour vivre. »

Yvette Bert avait décidé de faire appel de sa condamnation. Avec son décès, la procédure judiciaire vient de s’éteindre avec elle.

Mamie Loto en prison… et les autres y échappent de Charles Sannat

NDLR : en prison quand on fait le bien et en liberté pour les voleurs, les violeurs et autres vrais méchants. Si on ne marche pas sur la tête je voudrais bien qu’on m’explique sur quoi on marche. Charles Sannat à l’air de le savoir.

Aujourd’hui, l’information s’est télescopée donnant une image assez nauséeuse du fonctionnement de notre société dite démocratique et forcément jûûûste depuis que les gentils socialos sont au pouvoir. Du goudron et des plumes… je crois que je vais créer une société de vente par internet d’un kit révolutionnaire (rigolo) évidemment composé de 50 grammes de goudron et 1 kilo de plumes pour la symbolique bien sûr… On pourrait appeler ça « dugoudronetdesplumes.com » vu que ces derniers temps des coups de pieds aux fesses se perdent…

Loto illégal : 100 000 € d’amende et six mois de sursis pour « mamie Yvette »
Alors cette mamie qui organisait des lotos, de façon illégale semble-t-il, vient de subir la force de notre justice en étant condamnée à 6 mois de prison avec sursis et 100 000 euros d’amende ce jeudi par le tribunal d’Arras.

Yvette Bert est âgée de 76 ans, vit en maison de retraite et gagne 650 euros de pension de retraite. D’après l’enquête, elle aurait bien reversé l’ensemble des sommes gagnées à une organisation caritative et il n’y aurait pas eu d’enrichissement personnel.

Mais c’est vrai qu’en ce bas monde, les sans-dents illettrés voyageant en car que nous sommes doivent être surveillés de près, pensez donc, si tout le monde commence à se débrouiller pour trouver des sous pour alimenter les organisations caritatives, l’État pourrait vite devenir et se sentir inutile, surtout vu ce qu’il nous coûte.

Mamie Yvette passera donc peut-être, si elle continuait ses lotos ou si elle ne peut pas payer les 100 000 euros d’amende (avec 650 euros par mois, cela va être assez compliqué pour elle), quelques mois en prison. Yvette menace la société française dans ses fondements et il faut la neutraliser. Ce fut fait par une justice qui n’a pas tremblé devant un tel danger.

Le (nouveau) président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, est le plus grand escroc de l’évasion fiscale en bande organisée… Il vient d’avoir une promotion ! Read the rest of this entry »

Julien Aubert : « Mme LE Président ». Pas de sa faute si le PS ne maitrise pas le Français

https://twitter.com/MmeLenvie/status/519506672411504640/photo/1

NDLR : depuis quand la grammaire et le bien parler sont-ils du domaine des politiques ? Après notre vie intime, notre portefeuille, nos façons de manger et de boire, etc, jusqu’où ira la dictature douce de cette démocratie qui ne dit pas son nom ? J’aime bien Gibbs du feuilleton NCIS qui dit en parlant de sa chef : « Madame LE directeur… ».

La débancarisation, pourquoi et comment ? de Charles Sannat

http://www.economiematin.fr/news-banque-arnaque-augmentaiton-impot-compte-sannat?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-10-08

Pourquoi il faut protéger son patrimoine en 3 raisons.

La dette de l’État français dépasse aujourd’hui les 2 000 milliards d’euros et est sensiblement équivalente à une année de PIB. On ne tient pas compte dans ce cumul des dettes de la sécurité sociale par exemple ou encore de celles des collectivités locales. On prend encore moins en compte le financement à venir des retraites dont on a pourtant une connaissance approfondie concernant les montants qui devront être engagés.

Il faut également avoir à l’esprit que notre PIB est à 57 % issu de la dépense publique. En clair, c’est parce que l’État paie des fonctionnaires, des fournisseurs, qu’il verse des subventions ou encore des prestations sociales qu’il y a de l’activité économique en France et cette activité est à 57 % liée aux dépenses publiques. Il faut donc bien comprendre que la seule création de richesse privée ne représente elle que 43 % de notre PIB. Il est évident que les 43 % de la création de richesse ne peuvent pas financer les 57 % de dépenses publiques quand bien même la création de richesse privée (les 43 %) seraient taxés à 100 % !! Le déficit est donc incontournable. La dette est une donnée du système dans lequel nous nous trouvons et il n’y a aucun espoir qu’il en soit différemment dans les années qui viennent, qu’elles que soient les annonces réalisées par ce gouvernement, les précédents et les suivants.

Enfin, il n’y a pas plus de croissance économique. Le mécanisme de la dette, qu’elle soit privée ou publique, repose sur la promesse des gains futurs qui permettront de rembourser le crédit. Au niveau d’un État, ces revenus futurs c’est la croissance économique exprimée en pourcentage du PIB. Pas de croissance = pas de remboursement de la dette. Or depuis 40 ans, je dis bien depuis 40 ans, la croissance de la décennie en cours est inférieure à la croissance moyenne de la décennie passée. Nous sommes arrivés à la croissance moyenne de 0 % sur 10 ans.
Si vous prenez donc ensemble ces 3 éléments, et je pourrais en rajouter encore de très nombreux mais disons qu’il s’agit des plus importants et des plus structurants, à savoir un stock de dette d’au moins 3 fois le PIB (lorsque l’on additionne tous les types de dettes), un PIB formé à 57 % par de la dépense publique et une croissance moyenne proche de 0, vous avez un cocktail détonant menant inéluctablement à la faillite de l’État.
C’est cette logique que je viens d’exprimer qui doit vous amener à vous demander pourquoi laisser votre patrimoine exposé dans un tel contexte.

Débancariser c’est quoi ?

Lorsque nous parlons des 2 000 milliards d’euros de dettes de la France, il faut bien avoir à l’esprit là encore comment fonctionne le système et donc l’épargne des ménages. Prenons l’exemple de l’assurance vie, placement préféré de nos concitoyens.
Pour ceux qui n’auraient pas encore compris comment fonctionne leur beau et sublime contrat d’assurance vie soi-disant garanti, le mécanisme est le suivant : un fonds euros est composé à environ 80 % d’obligations d’État, c’est-à-dire de titres de dette émis par ces pays. Ces pays versent chaque année des intérêts à ses créanciers avec de l’argent qu’ils n’ont pas et qu’ils empruntent à d’autres créanciers et souvent aux mêmes si vous avez épargné à nouveau durant l’année ! Read the rest of this entry »

Nous sommes tous des gamins pourris gâtés, égoïstes et prétentieux

http://www.economiematin.fr/news-societe-critique-coup-gueule-enfant-gate?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-10-04

NDLR : je ne sais pas qui est ce Jack Use, pas Zola certainement, mais moi qui me croyais un peu provocateur et jusqu’au-boutiste, je suis battu à plates coutures. Bravo Monsieur Use, dommage que vous ayez mis un masque d’anonymat sous ces belles paroles… qui seraient un beau programme dans l’idéal, et mécontenterait tout le monde dans la réalité. A quand un groupe de pression avec ce programme ?

OPINION

Vous, nous, ils… tout le monde. Tous des gamins pourris gâtés qui veulent tout tout de suite sans rien donner en échange. Qui estiment que tout leur est dû. Qui croient que leur seule présence sur terre justifie toutes leurs actions et leurs prétentions. Qui se cachent derrière des acquis d’un autre siècle, d’une autre éternité, sans comprendre que tout change, aujourd’hui plus vite que jamais.
Les gamins pourris-gâtés sont les politiciens, les énarques, les Maîtres du monde, qui décident sans connaissance de cause du comment et du pourquoi. Qui cherchent à faire des « économies budgétaires » un peu partout sans comprendre que le premier déficit de l’Etat ce sont eux. Eux, qui ont fait de la politique non pas la vocation du travail pour le Bien Commun mais un statut : « je suis Député », « je suis Sénateur »…
Vous voulez des économies ? Supprimez le Sénat, supprimez les privilèges, réorganisez la République, l’Etat. Accordez-vous un salaire minimum : 2000 euros nets et tickets restos, pas de cantine… voir pas de salaire du tout si vous avez un autre travail. Et que l’absentéisme soit sanctionné, que toute faute grave soit sanctionnée, que le député puisse être déchu aussi facilement qu’il peut être élu, par vote populaire. On parie qu’aux élections se présenteront des gens qui ont des idées et l’envie de les réaliser ?

Les gamins pourris gâtés sont les patrons, les millionnaires, les milliardaires, qui en veulent toujours plus : plus d’argent pour leur salaire, plus d’argent pour leur boîte, plus d’aides par l’Etat. Qui en période de crise disent « c’est la faute aux impôts trop élevés » et qui en période de croissance se pavanent de leur réussite. Ceux qui gagnent, en un an, ce que les ouvriers de leurs usines espèrent gagner au Loto.
Vous voulez de l’argent pour investir, pour la recherche, pour l’innovation ? Réduisez votre salaire à des niveaux raisonnables et mettez les quelques millions d’euros ainsi trouvés dans de nouveaux projets. D’ailleurs, pourquoi ne pas limiter le salaire à, disons, 300 000 euros par an ? Qui n’arriverait pas à vivre bien avec une telle somme ? Attention, pas une taxe à 75% bizarre ou je ne sais quel tour de passe-passe. Une loi qui dit simplement « Tous salaires, primes et bonus confondus, une personne ne peut toucher plus de 200 000 euros ». Vous allez voir que l’entreprise va rapidement en trouver du cash
Les gamins pourris gâtés sont les syndicats qui se battent pour des droits acquis il y a plus de 50 ans, à une autre époque. Qui ne se rendent pas compte que la société a changé, que le travail a changé, que le monde a changé. Qui ne veulent pas donner de droits aux autres parce que ça touche leurs droits. Mais de quel droit ?
Les gamins pourris gâtés sont les gays, lesbiennes, trans… toute la communauté LGBT qui espère que par un miracle divin elle va changer 5000 ans d’histoire au bas mot en 5 minutes. La lutte est justifiée, elle doit continuer. Mais l’abolition de l’esclavage s’est faite en plus de cent ans et a culminé avec la Guerre de Sécession… Le racisme ? encore présent aujourd’hui malgré l’Apartheid et des personnages tels que Mandela. On ne change pas la culture en 50 ans, il faut au moins une génération. Et il faut l’accepter.

Read the rest of this entry »

Quand une loi engendre le contraire de ce qu’elle voudrait… les effets pervers de l’autorité

http://www.ojim.fr/antiterrorisme-ou-censure-du-web-francais/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=8f5bc0fc2d-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-8f5bc0fc2d-50052817

NDLR : sur le site de mon ami Claude CHOLLET qui observe  ceux qui nous observent : les journalistes. Encore un exemple de lois liberticides soit disant contre les terroristes mais qui ouvre la porte à tous les excès de dictature. La dictature démocratique est à nos portes. Qui a dit déjà que nous étions des lions gouvernés par des ânes (voir l’article sur ce blog…). En 1968 nous chantions : « Nous sommes tous des juifs allemands » et aujourd’hui on va pleurer : « Nous sommes tous des terroristes » aux yeux des terroristes qui nous gouvernent. Oui, pleurons mes frères tant qu’on en a le droit !

Celui-ci prévoit le blocage des sites « terroristes », sans décision de justice préalable. Cette mesure ouvre la voie à une surveillance encore plus importante d’internet, mais aussi à une dérive arbitraire. On commencera par bloquer des sites à la gloire du Djihad mais qui sait où l’on s’arrêtera ?

Et pourtant, les levées de bouclier ont été nombreuses. Les députés PS n’ont pas hésité à attaquer leur propre ministre et les experts n’ont eu de cesse de rappeler l’inefficacité et la dangerosité du projet. Le Conseil national du numérique, la Commission de l’Assemblée nationale sur les droits et libertés numériques, les acteurs du numérique, les experts en sécurité, sans oublier le patron de l’Agence nationale de cyberdéfense (ANSSI) ; tous ont voulu faire barrage à ce texte. Rien n’y a fait.

« Cette méthode a des effets secondaires infiniment plus graves que les effets attendus, qui n’auront pas lieu », a prévenu la députée écologiste Isabelle Attard, avant de confier : « Je ne veux pas que la représentation nationale se ridiculise par méconnaissance technique. (…) Nous voulons que le blocage soit décidé par un juge judiciaire ! » Elle n’a visiblement pas été écoutée.

De son côté, le député UMP Lionel Tardy s’est interrogé : « Faut-il faire reculer encore la liberté, contre le terrorisme ? » Et d’ajouter que « la France s’engage à petits pas dans la direction de la NSA »… Et tout ça pour quoi ? Pour des mesures inefficaces.

Dans une chronique publiée sur le site du Point intitulée « Loi antiterroriste : les députés ont voté la censure du web français », Guerric Poncet a rappelé l’inutilité de cette loi au regard de ce qu’est le web : « En deux clics, l’internaute peut installer l’excellent logiciel gratuit Tor, initialement destiné aux cyberdissidents. Il est aussi possible de souscrire pour quelques euros par mois à un réseau privé virtuel (VPN), qui permet de choisir via quel pays du monde on veut accéder au Web. »

Et de conclure en soupirant que, « finalement, le seul effet concret de cet article 9 sera la création par le ministère de l’Intérieur d’une liste noire des sites web terroristes. Une liste qui fuitera : à l’ère de WikiLeaks et d’Edward Snowden, ce n’est qu’une question de temps. Et l’État aura constitué les marque-pages du parfait petit terroriste… »

Pourtant, en juillet dernier, même Reporters sans Frontières, qui n’a pas pour habitude de taper sur les doigts de la France, avait prévenu que ce texte « pourrait engendrer un recul de la liberté d’information puisqu’il (…) prévoit le blocage administratif de sites internet et augmente les mesures de surveillance ».

Mais c’est bien dans cette voie, au faux-air de Big Brother, que le gouvernement semble s’engager, envers et contre tous.

L’amour est dans le pré : Les agriculteurs abusent du rosé, la production obligée de censurer

http://femme.planet.fr/actu-people-lamour-est-dans-le-pre-les-agriculteurs-abusent-du-rose-la-production-obligee-de-censurer.673653.1181.html?xtor=EPR-51-660941[FemmesPlus-a-la-Une]-20140816

NDLR : on aime ou on n’aime pas ce genre d’émissions, mais ce qui est sûr c’est qu’elles nous montrent des gens ordinaires, pas des politiques ce qui est rafraichissant pour une fois. Alors les gens ordinaires, et bien il leur arrive de boire un coup de trop, il leur arrive aussi de voter pour Le Pen… Alors je pose quelques questions de bon sens ? Que penser d’une société où l’on n’a pas le droit de montrer ce que font et pensent les gens  ordinaires ? Où il faut enlever les affiches d’un certain parti avant de tourner la vie des gens dans les près ?  Moi, ce que j’en pense est clair : la dictature est là à nos portes, car on l’a laissé entrer ? Et je me pose une autre question : le fait d’obliger les journalistes, chaque fois qu’on aperçoit l’ombre d’une bouteille de vin ou d’un verre de rouge à l’horizon, à nous dire comme des pantins qu’on les oblige à être  : « avec modération« , a-t-il déjà fait diminuer d’une goutte le plaisir de boire ces breuvages des Dieux ! Quand on ne peut plus se comporter comme des gens ordinaires que nous sommes tous, c’est que nous n’avons plus rien en commun avec nos dirigeants et leurs cohortes de censeurs ! Si nous étions dirigés par des représentants de la réalité, je veux dire de la société civile, ce serait bien différent.

Si les fidèles de L’amour est dans le pré se font une joie de retrouver toutes les semaines les péripéties de agriculteurs de l’émission, il y a certaines scènes cependant qu’ils ne verront jamais à l’écran, comme la soirée qu’a organisée Marc chez lui. Et pour cause : cette soirée, à laquelle étaient conviés d’autres participants, a été particulièrement arrosée !

 Si L’amour est dans le pré c’est avant tout des histoires d’amour, c’est aussi de belles histoires d’amitié. En effet, comme le révèlent nos confrères de Télé Star dans leur nouveau numéro, nombreux sont les agriculteurs à avoir tissé des liens forts entre eux durant l’émission. Cette neuvième saison du programme culte de M6 n’échappe pas à la règle. Plusieurs participants ont gardé contact le programme terminé, à l’instar de Marc et Nicolas. Les deux beaux gosses de la saison 9 de L’amour est dans le pré, se téléphonent régulièrement. Ils se sont même revus pendant et après le tournage… D’ailleurs, Nicolas a participé début mai à la petite soirée organisée chez Marc, à laquelle ont également été conviés Bertrand, Emeline, Caroline et Gilles… Une soirée dont les téléspectateurs de M6 ne découvriront jamais les images.

Et pour cause : comme le révèle le magazine télé, la production a préféré ne pas diffuser cette séquence. Un choix stratégique puisque ces retrouvailles entre agriculteurs ont été l’occasion pour eux de faire le point sur leur vie sentimentale. Redoutant que quelques indiscrétions ne soient révélées avant le très attendu bilan, la production a préféré couper cette scène au montage… Mais ce n’est cependant pas la seule raison ! « Les amis n’ont pas bu que de la grenadine », précisent nos confrères de Télé Star qui révèlent que les six agriculteurs ont un peu trop…

En savoir plus sur http://femme.planet.fr/actu-people-lamour-est-dans-le-pre-les-agriculteurs-abusent-du-rose-la-production-obligee-de-censurer.673653.1181.html#hedHidFzxahvMRm8.99

Censure sur Twitter, la France est le 2ème pays après la Turquie !

http://www.economiematin.fr/news-twitter-censure-france-chiffres-transparence?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-08-06

Que la Turquie soit le premier pays en termes de demandes de suppression de posts sur Twitter, au vu de la politique de Recep Tayip Erdogan concernant les réseaux sociaux, n’est pas étonnant ; mais que la France soit le deuxième pays au classement paraît bien plus surprenant. Surtout vu l’écart avec le troisième, la Russie.

Le rapport de transparence de Twitter

Twitter a publié son rapport semestriel (janvier – juin 2014) sur la transparence des demandes d’informations et de suppressions de posts de ses utilisateurs. Des demandes qui ont augmenté de 46% par rapport aux six mois précédents. Avec quelques surprises.
Au total, 2 058 requêtes d’informations sur les utilisateurs ont été formulées au réseau social en provenance de 54 pays différents. La grande majorité, sans surprise, provient des Etats-Unis : 61% (1 257 demandes). Suivent, de loin, le Japon (192 demandes), l’Arabie Saoudite (189 demandes) ou encore le Royaume-Uni (78 demandes).
De ce point de vue, la France semble rester calme avec seulement 36 demandes d’informations effectuées ; mais seuls 8% des comptes concernés ont vu leurs informations communiquées.

La France vice-championne de la suppression de posts Read the rest of this entry »

Manipulation de l’opinion sur Internet : le Pentagone, via la DARPA, a réalisé des expériences psychologiques pour manipuler les utilisateurs de Facebook par leurs émotions – Juillet 2014

NDLR : notre position en matière de manipulation est connue des lecteurs de ce blog : tout le monde manipule tout le monde, ce qui fait que tout le monde est manipulé, et que la manipulation devrait être apprise à l’école car, si tout le monde sait comment ça marche, si tout le monde sait faire, alors plus personne ne pourra être manipulé. Mais les utopistes de tout poil qui voient le Bien même dans les Kalachnikov des talibans, ne pourront jamais comprendre ça.

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/manipulation-de-l-opinion-sur-46201

 

Cette vidéo est une capsule de la chaîne Russia Today révélant des expérience réalisées par la DARPA ne vue de contrer une opinion répandue sur les réseaux sociaux.

L’affaire :

Sans le savoir, près de 700 000 utilisateurs anglophones de Facebook ont été « manipulés » par le réseau social, associé à des scientifiques, pour voir si les émotions exprimées par leurs contacts influençaient leur humeur.

Cette recherche, menée pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012 par Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie à San Francisco, portait sur la « contagion émotionnelle ».

Les flux d’actualité de 689 003 personnes, choisies au hasard, ont ainsi été modifiés pour faire apparaître soit davantage de messages positifs, soit davantage de messages négatifs. Et les messages postés par les utilisateurs « surveillés » étaient ensuite décryptés pour savoir s’ils étaient influencés par l’humeur ambiante.

L’étude, publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences (PNAS) le 17 juin, a constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l’ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes. »

Selon les auteurs, «  ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux  » – l’effet constaté reste cependant relativement limité. D’autres recherches se sont déjà penchées sur ce phénomène, mais cette étude est unique au sens où ses auteurs « ont manipulé », selon leurs propres mots, les données. Ils ont d’ailleurs pris soin de souligner que la recherche était «  compatible avec la politique d’utilisation des données à laquelle tous les utilisateurs doivent souscrire en créant un compte Facebook  ». Read the rest of this entry »

A quoi servent VRAIMENT les radars ?

http://www.planet.fr/magazine-auto-marine-le-pen-il-faut-supprimer-les-radars.668577.1501.html?xtor=ES-1-667941[Planet-a-la-Une]-20140803

NDLR : les spécialistes de ce sujet, quand ils ne sont pas inféodés au  Gouvernement, affirment que les morts sur les routes ont diminué bien avant l’arrivée des radars (les courbes officielles des accidents de la route le montrent à l’évidence), et que le nombre de tués ou d’accidentés sur les routes ont des causes multiples. La preuve en est que si on additionne les chiffres officiels donnés par ceux-là mêmes qui nous gouvernent et nous taxent, on obtient bien plus que 100%. Une des vraies causes de la diminution des morts est l’amélioration spectaculaire de la sécurité des autos, et de l’état des routes. Pourquoi meurt-on sur la route ? Parce qu’il y a des gens qui ne savent pas conduire et qui roulent fatigués, énervés par une vie de cons qui les stressent, ou  distraits par des enfants turbulents à l’arrière. Alors, où la répression va-t-elle s’arrêter ? Si on interdit le téléphone faut-il aussi interdire de parler à sa passagère, surtout si elle est mignonne ? Faut-il interdire d’emmener les enfants en balade ? Ne peut-on pas, là comme ailleurs, prendre modèle sur les allemands, plus près des réalités que nous ? Et pourquoi certains ont voté socialiste si c’est pour subir une politique tyrannique ? Voici, en ce dimanche orageux, quelques questions que je me pose, juste pour m’énerver ! Et c’est à ce moment-là que je lis cet article que je vous laisse savourer.

Invitée ce matin sur RTL, Marine Le Pen s’est prononcée en faveur de la suppression des radars. Une position qui interroge au regard des progrès constatés en terme de sécurité routière.

Alors que les excès de vitesse sont la cause principale d’au moins 25% des accidents mortels, la présidente du Front National, entend, selon ses termes, « supprimer les radars« . Rien que ça.

C’est en tout cas ce qu’elle a affirmé ce matin au micro de RTL, comme ceci a été repéré par Le Lab. Déjà militante d’une « sécurité routière moins punitive« , Marine Le Pen va plus loin expliquant que derrière les sanctions, se cache en réalité un « impôt supplémentaire« .

« Tous les Français savent que les radars ne sont pas là pour empêcher les accidents, ils sont là pour remplir les caisses de l’État » a-t-elle ainsi soutenu considérant que les appareils « ne sont pas mis sur les routes accidentogènes« . Pour la leader extrême droite, il s’agit tout simplement d’un « impôt supplémentaire » que l’on « habille » pour faire semblant de « préserver des vies« .

Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne !

http://www.bvoltaire.fr/claudechollet/entretien-claude-chollet-analyse-critique-devalorise-pas-les-medias-les-aiguillonne,88985

Claude CHOLLETNDLR : Mon ami Claude CHOLLET, PDG de l’OJIM (Observatoire des Journalistes de l’Information Médiatique) depuis 2012 nous informe sur ceux qui sont censés nous informer. Très instructif ce site et une source d’inspiration pour tous ceux qui pensent que nous ne sommes pas vraiment informés, en tout cas pas toujours sur ce qui est important. 

Le 19 juin 2014

 

Entretien réalisé par Charlotte d’Ornellas
Après avoir étudié les sciences politiques et travaillé pendant trente ans dans l’industrie pharmaceutique, Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) dont il est actuellement le président. Retour sur un succès.

Pourquoi avoir créé l’OJIM ?

Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles.

Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire !

L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ?

Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ».

Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence.
C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

Encouragez-vous au « signalement » ?

Je n’aime pas du tout ce terme qui a un côté policier. Nos lecteurs envoient par mél les dysfonctionnements qu’ils ont pu relever.

C’est, par exemple, un lecteur russophone qui nous a signalé l’erreur (volontaire ?) de traduction par TF1 lors de l’entretien avec Poutine. Dire que l’on ne doit pas « débattre avec les femmes » n’est pas la même chose que « se chamailler avec les femmes »… qui est par ailleurs un proverbe russe ! Un petit exemple de désinformation, repris ensuite en chœur par la majorité des médias ! Read the rest of this entry »

Le paternalisme libertarien : « influencer » pour améliorer le bien-être des individus ?

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/10489-paternalisme-libertarien-theorie-economique-bien-etre-des-individus/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-06-23

Par , doctorant en économie et créateur du blog Captain Economics.

NDLR : voici une idée pragmatique qui prend en compte la réalité et non pas ce qui devrait être. Et si la seule voie pour une véritable démocratie était la dictature ? Et s’il était plus efficace de partir de l’idée que les gens ne savent pas ce qu’ils veulent ? Voilà un beau sujet pour le prochain Bac !!!

Supposons que vous arriviez à la cafétéria de votre école, et qu’au lieu de la disposition classique des différents plats, la direction de votre établissement ait décidé de mettre en avant les salades et plats équilibrés, tout en vous laissant toujours le choix d’aller prendre un burger-frites si vous le souhaitez (mais en mettant le stand de burger à l’étage).

Cet exemple tout simple est une application de ce qu’est le paternalisme libertarien : « paternalisme » car l’objectif est d’influencer votre choix et « libertarien » car vous avez toujours le choix d’aller manger un burger si vous le désirez (il n’y a pas d’interdiction, à la différence du paternalisme pur, lorsque votre père vous disait « Kevin tu manges ta salade ou je t’en colle une ! »).

Cette notion de paternalisme libertarien a été développée par l’économiste Richard Thaler et le juriste et philosophe américain Cass Sunstein (source : « Libertarian Paternalism » – American Economic Review, 2003). La base de cette théorie est que les individus ne sont pas, contrairement à la théorie économique classique, totalement rationnels, et que pour des raisons diverses et variées (biais cognitifs, biais heuristiques….), leurs choix ne sont donc pas toujours optimaux. Le paternalisme libertarien s’appuie donc sur (1) un large panel d’expérience et de recherche en économie et en psychologie (proche de l’actuel économie comportementale ou finance comportementale) afin de comprendre pourquoi les individus font des choix parfois non-rationnels entrainant une diminution de leur bien-être et (2) la notion « d’architecture des choix », afin de revoir la façon dont sont présentées les différentes options qui s’offrent à vous pour vous orienter vers « le choix optimal », mais sans diminuer le nombre total de choix (donc en théorie, sans limiter le niveau de liberté). Pour faire simple, vous avez encore le choix entre le même nombre d’alternative, mais celles qui paraissent le « mieux » vont être mises en avant afin d’influencer votre choix. Read the rest of this entry »

Vers des émeutes géantes et la fin de la démocratie !

Un article de Charles SANNAT, le contrarien

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/10473-emeutes-violence-revolution-democratie-dictature/10473-emeutes-violence-revolution-democratie-dictature?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-06-21&start=1

Mes sources d’informations sont très diverses, et en bon contrarien j’aime aller aux limites. Si François Mitterrand et bien d’autres consultaient régulièrement des voyants, pourquoi pas vous ?

C’est pourquoi aujourd’hui je souhaitais partager cette vidéo avec vous. Il s’agit de Maud Kristen et de sa vidéo d’alerte qui date du 18 juin… sacrée date !
Il y a ce qu’elle peut dire et ce qu’elle ne peut pas dire mais je pense que vous saurez entendre entre les lignes. Je voulais vous faire connaître cette vidéo car ce qu’elle explique correspond aux conclusions auxquelles je suis arrivé depuis bien longtemps par d’autres moyens. Par des « méthodes » différentes, les constats sont identiques.

Comprenez-moi bien, l’idée ici n’est pas de vous « vendre » de l’or ! J’espère que vous avez compris l’intérêt du métal jaune comme assurance patrimoniale sinon je ne peux de toutes les façons rien pour vous. Non l’idée ici c’est de vous dire justement que se préparer ce n’est pas avoir que de l’or. Acheter de l’or c’est, disons-le, la partie facile (même si c’est indispensable lorsque l’on a 4 sous à protéger).

La partie difficile c’est changer de vie, de cadre tant que vous en avez encore le temps et c’est cette prise de conscience-là et cette décision-là qui va être pour chacun d’entre nous particulièrement difficile.

Pour vous dire le fond de ma pensée, une crise économique aussi violente soit-elle, cela se « gère », en tout cas vous avez des allocations de patrimoines possibles et vous n’êtes pas sans moyens d’action, et puis disons-le aussi, perdre de l’argent ce n’est pas agréable mais ce n’est pas grave non plus ! Il n’y a pas mort d’homme. En clair, on peut échapper en partie à une grande crise économique, on peut même dans certains cas s’enrichir et quand bien même on perd, on se relève et on repart, ce n’est pas la fin du monde (message optimiste).

Dans une crise sociale et sociétale qui a une probabilité de plus en plus forte de nous conduire à une forme épouvantable de guerre civile, il y a évidemment le risque de ne pas se relever…

Je vous laisse donc maintenant avec Maud Kristen, voyante. Peut-être qu’avec ses mots elle saura mieux vous dire que moi qu’il est temps d’agir pour se prémunir. Son discours est le même et pourtant elle ne semble pas connaître notre célèbre PEBC (plan épargne boites de conserve)

Préparez-vous et restez à l’écoute.
À demain… si vous le voulez bien !!

Sécurité routière : augmenter la vitesse pour réduire le nombre d’accidents ?

http://www.planet.fr/magazine-auto-securite-routiere-augmenter-la-vitesse-pour-reduire-le-nombre-daccidents.622004.1501.html?xtor=ES-1-601904[Planet-a-la-Une]-20140519

Alors que le gouvernement envisage de baisser de 90 à 80 km/h la vitesse sur les nationales et les départementales, l’association 40 millions d’automobilistes prend la direction opposée, promouvant l’exemple du Danemark. Plus de détails.

Tandis que le gouvernement français multiplie les initiatives en faveur de la baisse de la vitesse sur les routes, l’association 40 millions d’automobilistes propose l’inverse. En référence aux exemples danois et britannique, le collectif souhaite une augmentation de la vitesse sur toutes les routes de France. « Après avoir augmenté sa vitesse limite sur autoroute il y a dix ans, le Danemark expérimente depuis deux ans l’augmentation de sa vitesse limite sur le réseau secondaire, portée de 80 à 90 km/h, et constate beaucoup moins d’accidents », a ainsi mis en avant l’association jeudi.

Objectif : moins d’accidents

Selon un responsable danois à l’origine de cette mesure, les autorités ont trouvé « la vitesse la mieux adaptée à ces portions de route » permettant ainsi « de réduire les écarts de vitesse entre les véhicules et donc de diminuer le nombre de personnes qui procèdent à des manœuvres de dépassement potentiellement dangereuses ». L’association ne s’est pas arrêtée au seul cas danois : le communiqué fait également référence à la Grande-Bretagne. La vitesse sur le réseau secondaire britannique a été limitée à 97km/h et 55% des radars ont été désactivés. Résultat : « deux fois moins d’accidents mortels qu’en France », selon l’association. Mais une telle mission d’observation et d’analyse des routes est impossible en France tant le réseau routier est étendu.

Si cette proposition plaît aux automobilistes, elle va à contre-sens de la politique de sécurité routière du ministère de l’Intérieur et ne convint pas à certaines associations de lutte contre la violence routière. Ligue contre la violence routière s’est ainsi formellement opposée à une telle initiative. « On ne peut pas comparer la Grande-Bretagne à la France car il y a trois fois moins de kilomètres de routes et le trafic y est moindre », a déclaré au Parisien Chantal Perrichon. Quant au Danemark, la Ligue estime que « la mortalité routière a augmenté de 8% entre 2012 et 2013″.

Le principe de Peter, ou quand les incompétents prennent le pouvoir

http://www.blog-emploi.com/un-chef-est-il-forcement-nul/

« Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » et « avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité ». Depuis 40ans, le principe de Peter, du nom de son inventeur, agite le monde du management. De nombreux articles et ouvrages s’en sont d’ailleurs inspirés pour expliquer aux salariés comment « gérer un mauvais patron » ou encore leur fournir « les clés pour bien manager son boss ».  En 2012, l’agence d’intérim Office Team dressait même les différents portraits robots qui évoluent dans cette hiérarchie si décriée : « le petit chef », « celui qui essaie de tout diriger », « le mauvais communicateur », « le saboteur » et « le lunatique ».

Organigramme

Des traits de personnalités qui se mélangent plutôt bien quand on interroge des salariés. « Mon supérieur a un comportement totalement autoritaire, explique Alexandre, au département réseau d’une entreprise de distribution alimentaire. Quand on lui suggère des idées, il lève les yeux au ciel et nous signifie bien qu’il s’en moque. Par contre, il est incapable de nous expliquer ce qu’il veut faire. Il dicte un ordre puis un autre à chaque fois totalement contradictoire. C’est à se demander s’il n’est pas bipolaire ! C’est très lourd au quotidien ». Un ressenti similaire pour Alice, commerciale dans une société de services. « Notre supérieure est uniquement dans l’administratif, avec des manières de petit chef, obéissant aux consignes du dessus, quand on souhaiterait qu’elle apporte une expertise, des méthodes pour progresser. Exprimer ses préoccupations est également impossible, sauf à s’entendre dire qu’on est des enfants-gâtés… Ce manque de communication pénalise l’activité du service ».

Alors, tous nuls les chefs ? Le point de vue du sociologue François Sarfati, chercheur au Centre d’études de l’emploi, auteur de l’ouvrage « Du côté des vainqueurs ».

Que vous inspire le principe de Peter ? Read the rest of this entry »

Démocratie et séparation des pouvoirs

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/8069-politique-economie-justice-systeme-juridique-conseil-etat-juge-liberte-france/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-01-11

Encore un article de Charles Sannat :
« Lorsqu’un gouvernement de droite comme de gauche s’arroge le droit de juger et de donner l’étalonnage de l’humour autorisé et de l’humour prohibé, lorsque partout nous abdiquons l’ensemble de nos pouvoirs et de nos libertés, lorsque nous laissons les lobbies et les groupes d’intérêts privés diriger nos vie, alors nous pouvons affirmer sans le moindre doute que nous avons quitté le champs de la démocratie pour rentrer dans celui de la dictature… fut-elle socialiste. »

Selon des études réalisées ces dernières années, 60 % des français considère que notre justice notre justice ne fonctionne pas correctement. Plus de la moitié ne ferait pas confiance en l’indépendance des juges. cc/flickr/fisherbray

Lorsqu’une autorité politique se confère le droit quelles qu’en soient les raisons de juger de l’humour (fut-il pas drôle ou déplacé) ou d’autres choses, sous prétexte d’ailleurs qu’un individu sort de l’humour pur pour rentrer dans le champs politique, et de censurer, c’est évidemment une dérive autoritaire et dictatoriale.

Parler de politique est un droit aussi sacré d’ailleurs que celui de faire de l’humour. Opposer la parole de l’humoristique et la parole politique est assez gênant tant nos mamamouchis sont de grand humoristes qui, soit dit en passant, commencent à faire rire de moins en moins de monde. Souvenez-vous du spectacle de Christine Lagourde intitulé « La croissance négative » ou encore celui de la « Rilance » !

Le problème encore une fois n’est pas de savoir si vous savez qui nous fait rire, me fait rire ou vous fait rire. Le problème est un problème intrinsèque de démocratie. Un ministre peut porter plainte, saisir, mais il n’a pas à juger. Si monsieur vous savez qui ne respecte la loi tient des propos anti-truc ou machin-phobe, faisons confiance à la justice pour le condamner, ce qui d’ailleurs a déjà été le cas. Je n’aborderai pas le fond de cette affaire. À chacune et chacun de vous de se forger son opinion dans le respect de la loi. En revanche, hier, je suis revenu sur la notion de « respect de la dignité humaine ». Un autre concept doit être également remis au cœur de toutes nos réflexions. Je pense à la « séparation des pouvoirs ».

Le jugement du Tribunal de Nantes, dans l’affaire opposant vous savez qui à vous savez qui, rappelle à tous ceux et celles qui l’auraient oublié l’importance de la séparation des pouvoirs. Vous constaterez d’ailleurs à quel point en partant de cette idée « constitutionnelle » nous en arrivons rapidement à l’économie !

La dérive actuelle est patente. Je parle souvent de la nouvelle loi de programmation militaire qui autorise notre gouvernement à écouter qui il veut quand il veut et comme il le veut. Souvenez-vous il y a quelques décennies le scandale provoqué par les écoutes illégales de l’Élysée… Finalement, François Mitterrand était juste un peu en avance sur son temps. À cette époque, il s’agissait d’écouter une dizaine de personnes… Aujourd’hui, c’est l’écoute de masse, la surveillance de masse de populations entières.

Un peu d’histoire autour de la séparation des pouvoirs Read the rest of this entry »

Économie, des lions menés par des ânes

http://www.lepoint.fr/economie/economie-des-lions-menes-par-des-anes-03-12-2013-1764247_28.php

Dans un livre paru en 2003, l’économiste français Charles Gave avait anticipé le crash économique qui touche notre pays aujourd’hui.

 

Photo d'illustration.
Photo d’illustration. © Avantis Stock / Sipa

 

Par Jean Nouailhac

 

À la une du Point.fr

  • Par Marc Vignaud

 

Il aurait pu être professeur d’économie ou haut fonctionnaire. Il s’est finalement contenté de réussir brillamment dans la gestion et la finance internationale. Charles Gave est un cas. Un vrai libéral qui a fait fortune hors de France, à Londres comme analyste financier, puis à Hong-Kong comme stratégiste de marché. Il s’est efforcé de comprendre les phénomènes sous-jacents, les plaques tectoniques de la mondialisation en étudiant de près les interconnexions entre la finance, l’économie et la politique. Pour mieux comprendre les batailles, on y voit toujours plus clair du haut de la colline que du bas de la tranchée.

Évidemment, il a fait de belles études : DESS d’économie à Toulouse, Sciences Po à Paris et un MBA à New York. Il a surtout été proche, pendant une vingtaine d’années, de Milton Friedman, le célèbre Prix Nobel d’économie en 1976, fondateur de l’École de Chicago, critique pugnace de l’intervention étatique et des politiques keynésiennes, grand défenseur du libéralisme.

L’État et les technocrates sont toujours les gagnants

Charles Gave a attendu ses 60 ans pour publier son premier livre en 2003. Des lions menés par des ânes, essai sur le crash économique (à venir mais très évitable) de l’Euroland en général et de la France en particulier (Éd. Robert Laffont) s’est écoulé à 20 000 exemplaires. Un premier succès d’estime. Que nous dit-il dans son ouvrage ? Que les entrepreneurs français sont des « lions », que les fonctionnaires et une bonne partie de la classe politique sont des « ânes ». Que nos « élites » ont passé leur temps à chercher des solutions à des problèmes qui n’existaient pas et fait beaucoup d’efforts pour éviter les vrais défis que la France avait affrontés et allait encore devoir affronter. Que les politiques économiques, monétaires et sociales de ces élites entravent toutes les libertés en freinant la croissance. Les seuls gagnants de cette dérive perpétuelle sont toujours les mêmes : l’État et ses technocrates, jamais l’emploi ni les profits, ces derniers étant la condition des emplois de demain.

Des lions menés par des ânes est original à plus d’un titre, avec cette approche pragmatique de l’économie qui consiste à utiliser des graphiques simples et explicites, faciles à comprendre, comme le ferait un Que sais-je ? intelligent. Ce livre possède également de l’humour, ce qui est rare dans ce genre d’exercice, avec des citations bien senties. « Si on paie ceux qui ne travaillent pas et si on impose ceux qui travaillent, il ne faut pas s’étonner si le chômage augmente » (Milton Friedman), ou encore : « Lorsque les riches s’appauvrissent, les pauvres crèvent de faim » (proverbe chinois).

Il faut toucher le fond pour remonter à la surface Read the rest of this entry »

A quand le bas de laine considéré comme une fraude fiscale ?

Ne pas déclarer son compte Paypal est assimilé à de la fraude fiscale et est passible de 1500 euros d’amende. cc/flickr/evanllama18

Une décision de justice un peu originale a été rendue par le tribunal administratif de Pau. La justice a condamné pour fraude fiscale le détenteur d’un compte Paypal la personne ne l’avait pas mentionné dans sa déclaration d’impôts. Car oui, désormais un compte Paypal est assimilé à un compte en Suisse.

Déclaration obligatoire aux impôts même pour quelques euros

La décision de justice est très étonnante puisqu’un compte Paypal, dans la très grande majorité des cas, n’est pas un compte courant. Il sert essentiellement pour réaliser des transactions en ligne, comme acheter un livre ou un cd sur Amazon. En ce sens, difficile de voir de compte Paypal avec des millions d’euros dessus.

Mais l’administration française en a décidé autrement. Elle considère ce compte comme un compte à l’étranger et, comme pour tout compte à l’étranger, il est obligatoire de le déclarer aux impôts. Faute de quoi il s’agit de fraude fiscale ; et ce même si le compte en question ne contient que quelques euros, voire pas d’euros du tout.

Un compte Paypal doit donc être mentionné dans le formulaire CERFA 11916, comme le souligne Maître Eolas sur Twitter.

Risque d’amende faible mais réel Read the rest of this entry »

Peur d’être critiqué ? J’ai une solution : NE FAITES RIEN !!!

http://www.crazy-marketing.com/peur-de-la-critique

 

Avez-vous peur d’être critiqué ? Que ce soit sur internet ou en dehors, malgré que ça se passe généralement bien plus sur internet, vous pouvez facilement être la cible d’attaques, de moqueries ou tous autres comportements irrespectueux à votre encontre.

Quelles sont les solutions à mettre en place face à ces comportements :

Vous allez peut-être ne pas être d’accord, mais la meilleure solution à adopter est de ne rien faire et je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, laissez-moi vous expliquer une chose. Il y a énormément de gens qui prennent à la lettre ce qu’on leur dit et de ce fait, ces personnes ont peur de recevoir des critiques négatives ce qui les amène à ne rien faire. En effet, je suis d’accord avec vous sur le fait que, si vous ne faites rien ou si vous vous empêchez de faire certaines choses à cause des autres, il y a peu de chance que vous subissiez des critiques mais, ce qui est dommage, c’est que vous passez à coté de très nombreux moments de bonheur.

Ce qu’il est important de comprendre c’est que, de toute manière, dès que vous commencerez à faire ou à réaliser des choses qui sortent un peu de l’ordinaire, vous serez une cible facile pour les autres…

Ne vous en faites pas, ça sera sûrement toujours comme cela !!!

Pourquoi, à votre avis, ces personnes réagissent de la sorte ?

Tout simplement parce qu’eux ne font sûrement rien d’extraordinaire et quand ils voient une personne le faire,ils sont jaloux car ils auraient aimé faire ce que vous avez fait. Le problème est qu’ils sont enfermés dans leur zone de « confort » et que, du coup, critiquer les gens qui se démarquent est bien plus facile que d’essayer de faire autre chose que leur train train quotidien…

Je voulais vraiment vous dire de ne laisser surtout pas les autres diriger et dicter votre vie. Faites exactement ce que vous avez envie, sachez que, même s’il y a des centaines de personnes qui n’ont pas aimé ce que vous avez fait, il y en aura à coté des milliers qui auront apprécié… Ne vous souciez pas des personnes qui critiquent sans arrêt les autres alors qu’eux-même ne font rien.

Voici maintenant un point important à retenir quand vous êtes la cible d’une attaque personnelle (verbale bien entendu). Ne rentrez surtout pas dans le jeu de cette personne, en effet vous allez être tenté de vous justifier et de faire passer vos idées, mais c’est inutile. Généralement, la personne en face de vous campera sur ses positions et vous allez perdre votre temps. Vous allez peut-être même vous mettre dans un état de colère qui aurait pu être évité. Read the rest of this entry »

Doit-on nécessairement choquer pour interpeller?

http://www.lalibre.be/societe/general/article/805008/doit-on-necessairement-choquer-pour-interpeller.html?goback=.gde_1416777_member_225495269

Aline WUILLOT

La communication « choc » est-elle la meilleure communication? Exemples et explications avec nos spécialistes.

Une jeune femme se photographie tous les jours pendant un an. Le visage souriant de la jolie brune se couvre petit à petit de bleus, coupures, hématomes et traces de strangulation. Le dernier jour, le minois tuméfié, elle tend une pancarte « Je ne sais pas si je tiendrai jusqu’à demain ». La vidéo a été visionnée plus de 500.000 fois depuis sa publication anonyme sur YouTube (voir lien ci-dessous). L’identité de la jeune femme est encore inconnue. Mais, les spécialistes en sont certains, c’est une campagne de prévention pour dénoncer les violences faites aux femmes.Ce type de campagne utilise la communication dite « virale ». Le principe est simple: on fait dans le « trash », autrement dit, on choque. Peu de moyens et beaucoup de bruits, c’est ce qui fonctionne pour le moment.

La Croix-Rouge utilise aussi cette technique dans sa dernière campagne. Elle surfe sur le succès du moment, le Harlem Shake, pour transmettre son message. La vidéo montre un enfant africain se trémoussant, les mains sur le ventre, au rythme de ce son entrainant. Lorsque la musique s’intensifie, le bambin est étendu par terre avec l’explication : « Les diarrhées tuent un enfant toutes les 20 secondes » (voir lien ci-dessous).

Les exemples de communications « choc » ne manquent pas. Les publicités anti-tabac, anti-alcool, pour la sécurité routière ou encore les campagnes d’Amnesty International jouent sur les émotions.

Si on entend beaucoup parler de ces « campagnes choc » à l’heure actuelle, ce type de communication n’est pas récente, souligne Christine Servias, docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Liège. La publicité et les campagnes de prévention se sont toujours servies de la sensibilité des personnes pour transmettre leurs messages. Read the rest of this entry »

C’était avant les générations trouille… comme la vie était belle… je me souviens

NÉS ENTRE LES ANNÉES : 1930 et 1960  NOUS ÉTIONS PLUS FORTS
Premièrement, nous avons  survécu à l’accouchement par des mères qui fumaient et /ou buvaient  pendant qu’elles étaient enceintes.

Elles prenaient des aspirines, mangeaient de la vinaigrette , des desserts , et n’étaient pas testées pour le diabète ou le cholestérol.   Après ce traumatisme, on s’endormait n’importe où, ou on nous couchait sur le ventre dans des lits à paillasse dans des chambres peintes  au plomb.

Nous  n’avions pas de serrures aux portes.  Lorsque l’on faisait de la bicyclette, on avait des casquettes, mais pas de casques de protection.

Bébés et enfants, on nous emmenait dans de vieilles guimbardes sans chauffage, sans ceintures ni sièges pour bébés, ni air bag

Être dans la benne arrière d’une camionnette par une belle journée ensoleillée était toujours quelque chose d’extraordinaire.

Nous  buvions l’eau directement de la fontaine et depuis les Romains dans les maisons les tuyaux étaient en plomb.  Read the rest of this entry »