Archive

Archive for the ‘manipulation’ Category

Enfin ! Quand on découvre « La désinformation, arme de guerre », tout devient clair !

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/310118/enfin-quand-decouvre-la-desinformation-arme-de-guerre-tout-devient-clair BLOG : LE BLOG DE LOUIS ROUGNON GLASSON Une quantité de manoeuvres de désinformation-tromperie constatées depuis 2005 concernant notre fonctionnement politique en général, et la politique éducative en particulier, trouvent une explication globale dans le livre de l’écrivain français Vladimir Volkoff, écrit en 1986 mais découvert seulement en 2018, intitulé : « Désinformation, arme de guerre »

NDLR : Je précise que j’ai bien connu Vladimir Volkoff, que j’ai fait inviter à une émission de Delarue (ça se discute) et que j’ai eu la joie d’aller voir dans sa retraite périgourdine peu de temps avant sa mort, et le livre dont on parle ici a toujours été lu ainsi que deux autres parus en 1999 : « Désinformation flagrant délit » et « Petite histoire de la désinformation« . Il a même eu la gentillesse de me citer et de me mettre dans la bibliographie du 2ème. Je dirai même que ce thème a souvent été traité par Vladimir V. à commencer par l’excellent roman qui l’a fait connaitre dans les années 1974 : « Le montage« .  Tout ça pour dire qu’il n’a pas été découvert en 2018. Ce qui n’enlève rien à la qualité de ce texte par ailleurs.

Le présent article a déjà été largement diffusé par courriel. D’autre part, sa version pdf, 8 pages, peut être chargée en cliquant ici : http://alrg.free.fr/PLCP-2016-06-MME-ORTHOGRAPHE/g385-i01-8p-la-desinfo-arme-de-guerre-enfin-tt-devient-clair-c-tract.pdf Ecrit au temps de la guerre froide par l’écrivain français Vladimir Volkoff, le livre « La désinformation, arme de guerre » montre l’existence – d’une méthode de communication parfaitement élaborée pour tromper et asservir les masses, – et d’une armée du mensonge parfaitement organisée pour cela, occupant tous les postes-clés et ayant l’exclusivité pour traiter tous les sujets sensibles, au niveau des médias et des sites internet Voir sa présentation donnée sur internet par un certain Petrus Angel dans son blog : over-blog.com : http://petrus.angel.over-blog.com/article-la-desinformation-arme-de-guerre-125422326.html Citation : « Il est donc question de (…) techniques de propagande caractéristiques des différentes écoles du communisme, lesquelles ont su donner au XXe siècle une ampleur inégalée aux principales méthodes d’utilisation offensive de l’information. – L’école kominternienne, – l’école soviétique (désinformation, manipulation des élites, caisses de résonance), – l’école trotskiste (entrisme et noyautage) – et l’école maoïste (combat du faible contre le fort, contre-information) ont en effet profondément renouvelé et surtout systématisé l’utilisation de l’information à des fins offensives, subversives et déstabilisatrices » A – Les recettes de désinformation démasquées par ce livre sont le prolongement et l’actualisation de la science fondée par Machiavel au temps de la Renaissance Conformément à son utilisation internationale, le mot « désinformation » désigne beaucoup plus qu’une simple absence d’information. Pour éviter la confusion, il serait souhaitable d’utiliser à sa place le mot « désinformatsia », forgé en URSS dans les années 1920 Avec son sens de « désinformatsia », le mot « désinformation » désigne une perversion de l’information, autrement dit toutes les ruses de communication utilisées directement ou indirectement par les différents pouvoirs pour manipuler l’ensemble de la population dans le sens des intérêts propres des manipulateurs Cette science de la désinformation a été conçue par les penseurs de la lutte des classes au temps de la guerre froide dans le but de mettre en place ladite « dictature du prolétariat » B – A partir des années 1980, et surtout après la chute du Mur de Berlin, les purs et durs du communisme, ayant perdu tout espoir d’établir leur dictature sur la France, ont mis leurs compétences au service de leur célèbre adversaire capitaliste. Celui-ci n’a pas manqué de sauter sur cette aubaine. Etant également à l’école de Machiavel, il avait parfaitement compris que, pour asservir les masses, on ne trouvera jamais mieux que des gens et des organisations faisant semblant de les défendre C – Le livre de Vladimir Volkov donne ainsi l’explication à divers problèmes politiques majeurs actuels : Read the rest of this entry »

Banales Absurdités, du Dr Maudrux

 NDLR : enfin une voix dissonante dans le concert des moutons bêlant à l’unisson. Et ça fait toujours plaisir de ne pas se sentir seul !
Le blog du Du Maudrux est un plaisir pour le pratiquant de l’Analyse Relationnelle car il montre que le monde s’est construit sans plan et sans fondations, à partir d’idées et non pas d’observations concrètes des réalités. Au sens strict le monde est tête en bas, mais, comme on a pris l’habitude on ne s’en rend plus compte.
Et cela dans tous les milieux où il y a des gens en position de nous abêtir encore plus.
Voici une lecture saine, qui nous nettoie de ce qu’on lit dans les journaux, dans la boue des réseaux sociaux, et dans les insanités bêtifiantes de la télé, les trois grands cancers moraux de notre époque.

A lire sans modération.
PR

Blog du Dr Maudrux

 

 

 

 

 

 

 

Posté le  par Gérard Maudrux

En l’espace de huit jours, l’accumulation de petites choses montre à quel point la France est devenue un pays où tout est interdit, où règnent l’absurdité et l’arbitraire, le peuple semblant s’habituer à tout. En fait étranglés par les prélèvements et étouffant sous les règles administratives, les Français ne supportent pas tant que cela, la consommation d’anxiolytiques et le burnout croissants ont sans doute là une explication.

Si les utopies d’hier sont les vérités d’aujourd’hui, les absurdités d’hier sont aujourd’hui des banalités.

A Paris c’est une usagère du métro (enceinte de surcroît) qui a dû s’acquitter d’une amende de 60 euros sans préavis pour avoir emprunté un couloir dans le mauvais sens. Tout le monde circule dans tous les sens, seuls quelques-uns, au hasard de l’humeur du jour de quelques contrôleurs zélés seront taxés. (Absurdité : circuler sans billet coûte moins cher, 50 € !).

Dans le Vaucluse, Geneviève, 89 ans, comme beaucoup à son âge, n’a pas d’ordinateur ni internet. A l’heure de la dématérialisation (elle ne sait pas non plus ce que cela veut dire), elle a payé un impôt en envoyant un chèque. Ce chèque a été encaissé, mais les services fiscaux lui envoient une amende de 15 € pour « non-paiement dématérialisé ». Au passage, les caisses de retraite ont aussi cette obligation d’encaisser des pénalités dans le même cas. Pas de chance, d’autres départements sont moins zélés.

Ici c’est un automobiliste qui se fait verbaliser car il téléphonait dans sa voiture. Tant pis si la voiture était garée, moteur coupé. Tant pis si l’esprit de la loi n’est pas respecté, la loi elle est respectée à la lettre par un fonctionnaire irréprochable.
(Lire la suite…) Read the rest of this entry »

Le vrai scandale du Fipronil : du gaspillage à partir d’un fantôme de danger. Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/fipronil-vrai-scandale-tonnes-de-nourriture-gaspillees/?mc_cid=4635844fe3&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : en fait le scandale c’est qu’un ensemble de gens dans notre société, pour d’obscurs intérêts, ont inventé un scandale de plus.
Ce n’est pas le premier et ça ne sera pas le dernier : on jette à la poubelle des denrées de bonne qualité par peur d’un danger inexistant, comme on a massacré des milliers de canards tout à fait comestibles, ou qu’on interdit régulièrement de manger des huîtres (de préférence à Noël !) que les ostréiculteurs continuent de manger sans crainte… c’est quoi ça ?

Nous sommes bien dans la génération trouille ? Nous avons peur de ce qui n’existe pas ? Et nous nous disons civilisés, et même cartésiens !!!  A qui profite le crime ? Et pendant ce temps-là les restaurants du cœur et autres banques alimentaires manquent de nourriture pour nos pauvres ! A moins que nous n’ayons pas de pauvres non plus, et que ce soit ça aussi une légende ?
Une société qui ne sait plus faire la différence entre une réalité et une croyance délétère est bien malade.
Ce sont les gens qui décident de ces actes stupides qui devraient être jetés à la poubelle !

Des brownies, des muffins, des pâtes, des pommes dauphine, des gaufres par quatre, par six, par douze, des moelleuses poudrées, des molles, des dures… Chaque jour, le ministère de l’Agriculture complète sa liste et entretient cette psychose ridicule autour d’un produit qui, certes, ne devrait pas se trouver dans les œufs, mais dont les traces sont si infinitésimales qu’elles ne présentent strictement aucun danger pour le consommateur.

Comme nous l’avons déjà écrit ici, il faudrait consommer pas moins de vingt œufs quotidiennement pour commencer à ressentir le moindre effet sur le plan sanitaire. Si mal il y a, il est donc dans les têtes, bien implanté par les médias qui font monter chaque jour la mayonnaise avant qu’on n’en retire les pots des frigos. Certains, comme Challenges le 14 août, s’indignent même qu’« aucun rappel de produit n’a[it] été lancé auprès des consommateurs ».

On nage en plein délire. Imagine-t-on les Français vider leurs placards de cuisine et rapporter la marchandise au magasin pour en réclamer le remboursement ? Quel commerçant peut gérer cela sans y laisser son fonds ? Read the rest of this entry »

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche. ERIC VERHAEGHE

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche

NDLR : qu’on soit fumeur ou non, on peut s’étonner qu’on puisse condamner d’un côté une certaine pratique de plaisir, et de l’autre la promouvoir largement, autrement dit vivre d’une industrie et faire semblant de vouloir la condamner. Le tabac c’est comme les prostituées : leur activité est punissable, mais le fisc ne les oublie pas en tant que travailleuses sociales ! Lisez bien cet article : le tabac coûte moins cher à la communauté qu’il ne rapporte à l’état. Où est le problème ? Quel problème ? La santé ? La morale ?
Ou plutôt le vrai problème n’est-il pas l’hypocrisie dans laquelle baigne toute nos sociétés dites civilisées ?

Cet article a été lu 5085 fois

Le paquet de cigarettes à 10€? C’est la mesure phare annoncée par Édouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale mardi. Il flatte ainsi l’électorat En Marche, avide d’imposer une morale bourgeoise sous couvert de modernité.

Le paquet de cigarettes à 10€? L’idée est aussi ancienne que bien connue, malgré ses origines obscures. C’est un peu comme si elle était dans l’air depuis longtemps sans qu’on ne sache plus très bien par qui elle est venue. Voici pourquoi En Marche l’a mise en oeuvre dès son arrivée au pouvoir.

Une mesure qui frappe les milieux populaires

Premier point: la sociologie du fumeur n’est pas neutre. Selon les données les plus récentes, les fumeurs se trouvent d’abord dans les catégories sociales les moins favorisées. Ce fossé s’est beaucoup creusé depuis l’augmentation du prix du paquet de cigarettes.

Ainsi, l’écart de la proportion de fumeurs chez les cadres et les ouvriers a augmenté de 2 points depuis que le tabac est surtaxé par l’État. On aurait donc tort de croire que le renchérissement de la cigarette pénalisera les plus riches. Il frappera durement les catégories de revenus les plus modestes.

Rappelons qu’en 2014, on comptait moins de 20% de fumeurs chez les cadres, alors qu’ils représentaient près de 40% des ouvriers.

Autrement dit, le paquet de cigarettes à 10 €, c’est une mesure jugée d’autant plus légitime par l’électorat d’En Marche qu’elle frappe l’électorat des autres partis.

Une mesure efficace pour baisser la consommation…

Au demeurant, si l’augmentation du prix du paquet de cigarettes est socialement injuste, elle est, d’un point de vue sanitaire, efficace.

Le graphique ci-contre montre bien la corrélation directe entre la hausse du prix du tabac et la baisse de la consommation. Incontestablement le renchérissement du paquet devrait produire une nouvelle baisse de consommation.

… mais injuste fiscalement

Reste que le paquet de cigarettes à 10 euros pose un vrai problème moral. Selon les études menées, notamment le rapport de la Cour des Comptes de décembre 2012, le coût du tabagisme pour l’assurance-maladie est d’environ 12 milliards annuels. La taxe sur le tabac, qui représente 80% du prix du paquet, rapporte 15 milliards.

Autrement dit, les fumeurs paient largement pour leur santé. Toute augmentation de la taxation les rendra financeurs très largement nets de l’assurance maladie.

Même en utilisant les estimations les plus pessimistes du coût sanitaire des fumeurs (environ 17 milliards par an qui pèseraient sur l’ensemble des acteurs de la santé), le paquet de cigarettes à 10 euros ressemblera à une contribution excessive des classes populaires au remboursement des frais qu’ils causent par leur vice.

Autrement dit, le gouvernement Philippe prépare le financement de soins apportés aux plus riches par une contribution nouvelle sur les plus pauvres.

Quelle est la légitimité morale du paquet de cigarettes à 10€ Read the rest of this entry »

La guerre contre le changement climatique, de Simone WAPLER

http://www.economiematin.fr/news-la-guerre-contre-le-changement-climatique

Les phases de réchauffement de l’air sur terre ont conduit à une
hausse de CO2 environ 1 000 ans plus tard.

Ne confondons pas « lutte contre la pollution » et « changement climatique » — quand ce dernier n’est qu’un prétexte des élites mondialisées pour mettre en place un impôt planétaire. La théorie du réchauffement anthropique n’est pas validée par un quart de siècle de mesures.

Titre du Mail on Sunday britannique il y a quelques jours : « Révélation : comment une des meilleures universités a capté neuf millions de livres de votre argent en s’appropriant les recherches de ses rivales pour financer le changement climatique… »

Le changement climatique, belle et juteuse affaire… Pensez-donc : des ours dérivant sur des glaçons, des bébés suffoquant dans des mégapoles, des vieillards déshydratés… voilà de quoi faire pleurer dans les chaumières au JT du 20:00. De l’émotion à la taxation, il n’y a qu’un pas. C’est comme cela que marchent nos démocraties et que les parasitocrates se font leur place au soleil-énergie-nouvelle.

Ecotaxe, taxe carbone, subventions aux énergies vertes, crédit carbone et autres usines à gaz peuvent ainsi se mettre en place avec la bénédiction du public pour un grand-enjeu-planétaire-collectif : la guerre contre le climat. Toutefois, même en langue de bois, les mots ont encore un sens. Les observateurs curieux se demandent pourquoi nous sommes passés du réchauffement climatique au changement climatique.

Peut-être… parce qu’il n’y aurait pas vraiment de réchauffement ? Attention, terrain miné ! Quiconque se risque à articuler un tel blasphème est automatiquement un empêcheur d’éoliennes subventionnées de tourner en rond, un traître à l’espèce humaine, un pollueur… qui mérite d’être rôti dans une serre. Mais, oui, c’est vrai, tout à fait entre nous : il n’y a pas de réchauffement. Ce qui ne veut pas dire que la pollution n’existe pas, pas de mauvais procès d’intention, s’il vous plaît. Rappelons la théorie du réchauffement climatique. Un credo en deux points.

-1- Le CO2 est responsable d’une hausse anormale des températures au XXème siècle.

-2- Seulement, exclusivement, uniquement le CO2 provenant de l’activité humaine, celle de l’homo petrolicus qui s’obstine à vouloir mettre des forêts macérées dans ses gros moteurs pétaradants. Une sorte de brute virile et velue comme dans Mad Max.

La combinaison de 1 et 2 s’appelle « réchauffement climatique anthropique ». En 1990, le GIEC émet, sur la base d’un modèle climatique, des prédictions apocalyptiques de montée des températures (+3,7°C à +4,8°C), montée des océans, désertification, fontes de banquises d’ici à 2100. En principe, une théorie scientifique se prouve ou au moins se valide expérimentalement. Un quart de siècle plus tard, qu’en est-il ?

Là nous tombons sur deux gros os (genre fémurs de dinosaure ayant succombé à un vrai accident climatique) :

– les relevés de température par mesures satellitaires montrent qu’elles n’ont pas augmenté depuis 18 ans. ?
– pendant ces 18 ans, plus du tiers du CO2 produit depuis le début de la révolution industrielle a été émis. Read the rest of this entry »

Psychologie de la manipulation et de la soumission, de Nicolas GUEGUEN

PSYCHOLOGIE DE LA MANIPULATION ET DE LA SOUMISSION

Nicolas GUEGUEN, Dunod, 2002

Jusqu’où l’obéissance de l’homme peut-elle le conduire ? Les récits des exactions commises par des soldats au demeurant bons fils, bons pères de famille, maris doux et prévenants peuvent surprendre le genre humain par leur sauvagerie apparente. (p.7)

Il semble établi, chez les chercheurs travaillant sur l’autorité, que la catégorie socioprofessionnelle et le niveau d’éducation (qui est fortement lié à la CSP) n’ont pas de lien avec la soumission à l’autorité dans le cadre du paradigme de Milgram. (p. 19)

Les sujets obéissants ont plus tendance que les désobéissants à ne pas s’auto-attribuer la responsabilité de leurs actes et à l’attribuer à l’expérimentateur ou à la victime (p. 31)

Burley et Mac Guiness ont également observé que ceux ayant un score d’intelligence sociale (aptitude à comprendre les autres personnes) élevé obéissaient moins à l’expérimentation. (p. 50)

Miller a observé que des sujets externes au sens de Rotter (personnes qui expliquent ce qui leur arrive à l’aide de causes externes : « J’ai réussi à l’examen car cette année le sujet était facile »), « j’ai échoué parce que les membres du jury étaient des vieux ») obéissaient plus à des ordres émanant d’une autorité de haut statut que de bas statut. (p. 50)

Une recherche de Bock et Warren corroborera cette hypothèse en montrant que l’obéissance tend à croître au fur et à mesure que le degré d’orientation religieuse du sujet croît. Ainsi, les sujets croyants et pratiquants sont plus obéissants que les sujets non croyants. (p. 51)

On peut faire produire à un individu quelconque un acte grave, hautement problématique, contraire à sa morale, simplement parce qu’une autorité légitime l’exhorte verbalement à accomplir cet acte. (p. 67)

Plutôt que d’attendre qu’un tel comportement disparaisse, il conviendrait peut-être que l’on s’évertue à lever les conditions qui permettent l’émission d’un tel comportement afin, éventuellement, d’éviter qu’il ne se reproduise. (p. 67)

La soumission à l’autorité est le fondement de toute socialisation des êtres humains. (p. 75)

Il semble donc, encore une fois, que ce n’est pas dans la nature de la relation demandeur/demandé que se trouve le mécanisme psychologique de fonctionnement du Pied-dans-la-Porte mais bien dans la succession des requêtes. (p. 99)

Le fait, pour un même requêteur de formuler immédiatement deux requêtes, conduirait à ce que le sujet voit dans un tel comportement comme une tentative de réduire sa liberté de choix d’acceptation. (p. 103)

Ainsi, si la requête préparatoire est importante, le sujet peut avoir le sentiment d’avoir déjà donné suffisamment au demandeur. D’un autre côté, si elle est trop insignifiante, le sujet n’a pas le sentiment d’avoir fait un effort suffisant ce qui ne le conduit pas à persister car le sujet est confronté à son acte et à l’explication qu’il doit en donner. (p. 104)

On voit bien que le fait d’avoir trop donné quelque temps auparavant conduit à diminuer l’aide comme si la « pile à générosité » était vide. (p ; 106)

Produire un comportement accroît la probabilité de faire une auto-perception car le sujet est confronté à son acte et à l’explication qu’il doit en donner. (p. 109)

Ne plus pouvoir nommer… quand un chat devient un mammifère à griffes…

http://www.bvoltaire.fr/celinejullie/ne-plus-pouvoir-nommer-guerre-mots-2,219374?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=1fa1177848-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-1fa1177848-30469153&mc_cid=1fa1177848&mc_eid=443cdc6b1f

C’estt parce que nous ne sommes plus capables de dire, donc de penser, donc de poser ce que nous sommes qu’aujourd’hui le mal prospère dans notre pays.

Si la guerre est bien maintenant visible aux yeux de tous, la première guerre qui a été faite sur notre sol est celle des mots. Oui, les totalitarismes, quels qu’ils soient, finissent toujours par avoir la mainmise sur le langage. C’est alors la propagande du parti. Voyez comme les journaux, l’administration usent maintenant de circonvolutions (toujours les mêmes) pour travestir les réalités dérangeantes (les « migrants », les « non-voyants », les « quartiers », les « dérapages »…). Souvenez-vous de George Orwell.

Ne remarque-t-on pas d’ailleurs que les tribunaux sont de plus en plus engorgés par des accusations liées à l’expression d’idées « pas comme il faut », les « dérapages » ? Nos gouvernants, d’un cynisme éhonté, osent faire défiler les foules au cri de « Je suis Charlie », quand dans le même temps la censure gagne partout du terrain.

À force de lisser les mots, de tordre la vérité, de discipliner notre beau langage plus fleuri du tout mais devenu sec, infécond, mortifère même, nous nous sommes perdus de vue nous-mêmes.

N’est-ce pourtant pas le verbe qui donna la vie ? Au commencement était la parole et toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. La vie et la mort sont d’abord dans les mots. Jésus dit au figuier :« Que jamais fruit ne naisse de toi ! » et celui-ci, sur ces mots, devint sec. Read the rest of this entry »

Tout sondage peut être une manipulation, un exemple

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2015/07/24/renoncement-aux-soins-les-resultats-des-etudes-dopinion-prendre-avec-des-pincettes_766621#utm_source=qdm&utm_medium=newsletter&utm_term=&utm_content=20150724&utm_campaign=NL_derniereheure

Renoncement aux soins : les résultats des études d’opinion à prendre avec des pincettes

Anne Bayle-Iniguez

| 24.07.2015
NDLR : le principe des sondages est de créer et d’administrer des questions généralement fermées (réponses en ‘oui/non’ ou ‘un peu/beaucoup/pas dut tout…’), hors situation réelle à un échantillon représentatif de personnes (mais représentatif de quoi ?). Mettre en place des sondages qui reflètent une certaine réalité du terrain est un métier, et celui qui sait faire ça peut influer sur les résultats. On peut dire : « Dites-moi les résultats que vous voulez obtenir et je vous ferai le sondage qui donnera ces résultats« . Tout est dans l’art de savoir poser les bonnes questions pour arriver au résultat souhaité. Voici un exemple ci-dessous et on comprend pourquoi les politiques sont friands de ce genre de fournisseurs. La seule façon de connaître la réalité d’une situation est de l’observer en réel auprès d’un grand nombre de gens et de les laisser s’exprimer librement pour en savoir plus ; mais ça coûte cher et c’est moins spectaculaire. Le sondage d’opinion est encore pire car il ne reflète pas ce que l’autre va faire mais ce qu’il ressent au moment de la question ou ce qu’il pense qu’il est bon de répondre compte-tenu de son sentiment et de la personne qui l’interroge !

La DREES, organisme du ministère de la Santé spécialiste des données statistiques et des analyses sur le système de santé, démontre dans une récente étude que les enquêtes d’opinion sur le renoncement aux soins, très en vogue pour identifier les problèmes d’accès aux soins des populations, doivent être prises avec des pincettes. Les résultats varient en effet sensiblement d’une étude à une autre selon la formulation des questionnaires.

Une différence de 15 points dans les réponses

La DREES a analysé les questions de son propre baromètre d’opinion sur l’année 2013 et les réponses des 4 000 sondés de l’échantillon. Surprenante conclusion : le taux de renoncement aux soins peut varier de quinze points selon la formulation employée.

Pour parvenir à ce constat, la DREES a établi quatre questions sur le renoncement aux soins soumises à autant de groupes de 1 000 personnes du panel (similaires et établis selon la méthode des quotas).

Dans la question, la présence ou non de la notion de « raisons financières » et la précision ou non du type de soins (médecine générale ou spécialiste, dentaire, optique, etc.) influent sur la réponse.

À la question « au cours des 12 derniers mois, vous est-il arrivé de renoncer, pour vous-même, à des soins dentaires pour des raisons financières ? », 36 % des sondés ont répondu oui.

Mais la réponse à la même question saucissonnée en trois temps, sans évoquer l’aspect financier ou le type de soins de prime abord, est tout autre !

Ainsi, un des groupes a répondu à une première question (« au cours des 12 derniers mois, vous est-il arrivé de renoncer, pour vous-même, à des soins ? »), un autre s’est prononcé sur une deuxième (« A quels soins avez-vous renoncé ? ») tandis que les 1 000 derniers devaient s’exprimer sur une dernière interrogation (« Parmi les raisons suivantes, quelle est la principale raison pour laquelle vous avez renoncé à ce soin ? », suivi de six réponses possibles, dont le manque d’argent). À chaque déclinaison de la question, le taux de renoncement baisse. Au final, avec la dernière formulation plus générale, seuls 21 % des répondants ont dit avoir renoncé à des soins.

Une comparaison révélatrice

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

http://www.ojim.fr/eric-zemmour-devant-le-tribunal-pour-incitation-a-la-haine-raciale/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=b0e87aaf7b-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-b0e87aaf7b-50052817

NDLR : dorénavant pour être informé, il ne faut plus lire les journaux des kiosques, ni regarder la télé… il faut parcourir le Web, et alors on voit à côté des mensonges habituels des autres médias, toute une cohorte d’informations qu’on voudrait nous cacher. Il serait intéressant que quelqu’un ait le courage d’en faire un petit recensement, et je suis sûr que, rien qu’en 2015, il y aurait de quoi écrire une vrai encyclopédie. Il est clair que la dictature de la pensée est arrivée quand on nous dit qu’il faut respecter la liberté d’expression mais que certaines chose ne doivent pas être dites. Le pire étant qu’on condamne des gens qui ne font que rapporter une réalité, et parfois des propos que nos gouvernants ont dit eux-mêmes sans jamais être inquiétés.
Alors merci, entrer autres, à Claude Chollet et au site de l’Ojim d’exister !

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

Éric Zemmour devant le tribunal pour « incitation à la haine raciale »

le 25 juin 2015 dans

Les parallèles historiques vont-ils désormais être interdits ? Mercredi, Éric Zemmour était jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour « incitation à la haine raciale » après une chronique sur RTL.

Le 6 mai 2014 sur les ondes, le chroniqueur avait en effet déclaré : « Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent. » Des propos qui avaient fait bondir les associations autoproclamées antiracistes.

CRAN, Mrap et Licra avaient ainsi saisi le tribunal pour faire tenter de faire condamner le journaliste, coupable à leurs yeux d’un constat inadmissible. Me Alain Tamegnon Hazoume, avocat du CRAN, avait estimé qu’il était « déterminant d’agir et de limiter ses interventions », se réjouissant au passage de l’efficacité de ces actions, dans la mesure où « il [Zemmour] s’exprime beaucoup moins ». Au moins, les choses sont claires : il s’agit bel et bien de museler le polémiste. Esprit Charlie es-tu là…

Pour l’avocat de M. Zemmour, Me Olivier Pardo, son client n’a fait « que reprendre le constat de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ». Et celui-ci de dénoncer une action de censure : « On interdit à un journaliste de décrire le réel, de diffuser une information donnée par un organisme d’État, c’est gravissime, cela va au-delà de l’entrave à la liberté d’expression, il s’agit de la liberté d’informer. »

À l’époque, pour ces propos, le CSA avait « mis fermement en garde » RTL, considérant que ces derniers étaient « de nature à encourager des comportements discriminatoires vis-à-vis des populations expressément désignées, et de pouvoir inciter à la haine ou à la violence à l’encontre de celles-ci ».

Après l’affaire de la déportation imaginaire, qui lui a valu son renvoi d’i>Télé, Éric Zemmour n’en finit plus d’être la cible de ces nouveaux censeurs qui veulent faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux sous prétexte d’antiracisme.

Une amende de 5000 euros a été requise à l’encontre d’Éric Zemmour. Jugement le 22 septembre.

La persuasion clandestine

http://www.planet.fr/revue-du-web-lart-de-la-persuasion-pour-les-nuls-implanter-ses-idees-dans-le-cerveau-des-autres-mode-demploi.852535.1912.html?xtor=ES-14-847476[Planet-Mi-journee]-20150508

Une enquête menée par un chercheur en psychologie de l’université québecoise de McGill sur la base d’un tour de magie banal révèle qu’il est beaucoup plus aisé qu’on ne le pense de nous donner une idée que l’on croit parfaitement délibérée alors qu’elle nous a été inconsciemment imposée. Une manipulation beaucoup plus fréquente que l’on ne pourrait le croire : nos proches, à des fins affectives, comme les publicitaires, à des fins commerciales, en usent au quotidien. Un art de la persuasion à la portée de tous.

Le cerveau est capable de discerner l’imperceptible ce qui peut être utilisé par d’autres pour détourner notre attention

Un chercheur en psychologie de l’université québécoise de McGill a récemment mené une enquête grâce à un tour de magie bien connu (lire ici) qui consiste à demander à des volontaires de choisir dans leur tête une carte pendant que le « magicien » en trie un paquet devant leurs yeux et choisit « au hasard » l’une d’entre elles. Dans 98% des cas, la carte choisie par le chercheur était celle à laquelle pensait la personne face à lui. Son secret : plier rapidement, dans un mouvement quasiment imperceptible, la carte en question. Par ce stratagème, il est parvenu à influencer ses interlocuteurs sans que ces derniers ne s’en rendent compte.

Atlantico : Quels sont les resorts à l’oeuvre dans cette expérience ?

Pascal Neveu : Ce chercheur a simplement profité des connaissances en neurosciences qui démontrent que notre cerveau est capable de discerner l’imperceptible, un peu comme l’erreur dans un environnement identique (ici la carte différente des autres) et de davantage le mémoriser car plus longtemps analysé par notre cerveau. Read the rest of this entry »

Peut-on faire changer d’avis une personne sans jamais lui donner tort ? Et comment ?

Bien sûr la réponse à cette question est : Oui, puisque nous le faisons régulièrement et que des milliers de stagiaires, commerciaux pour la plupart, ont appris la technique.

Le modèle est un jeu en ligne, d’aucuns disent un serious game, dans lequel les joueurs sont invités à défendre par écrit, des points de vue qui sont les leurs ou non, à l’aide de 27 cartes appelées stratagèmes, et le gagnant est celui qui utilisera le moins les méthodes classiques d’argumentation qui sont plutôt inefficaces.
Pour échouer dans l’objectif de convaincre quelqu’un, la recette est simple : il suffit de lui demander de changer d’avis, et si ça ne marche pas, il suffit d’insister pour que la situation s’aggrave : l’autre campe sur ses positions, et, de plus, acquiert de vous une opinion catastrophique.
Vous perdez sur les deux tableaux !

Au lieu de cela, le jeu Polemios ne donne jamais tort à l’autre ; il suffit qu’un joueur écrive : « Tu as tort » ou « Je vais te (de-)montrer pourquoi j’ai raison » pour qu’il perde la partie aussitôt. Et même s’il dit : « Tu as raison mais… », ce qui équivaut à dire « Tu as raison mais tu as tort », la partie s’arrête aussitôt.
Ce jeu est enseigné dans nos stages depuis plusieurs décennies, mais depuis 2010, il est autonomisé, et peut s’apprendre en dehors de tout autre apprentissage.

Pour en savoir plus, le mieux est d’aller visionner la vidéo sur Youtube qui monte comment marche le jeu, comment on peut apprendre la technique et comment on peut devenir un champion dans l’art de faire faire changer d’avis les autres sans les forcer, et sans argumenter par les moyens classiques.
Voici l’adresse de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=k7008v_U_Hg

Et si vous êtes tenté par l’envie de jouer avec des amis, car on apprend en jouant, venez vous inscrire sur le site, et nous vous offrons la possibilité  jouer autant de parties que vous le désirez pendant un mois.
Il suffit de venir remplir le formulaire sur la page suivante :
http://polemios.com

Bons jeux et bienvenue dans notre groupe.

Pollution, vous avez dit « pollution » ? Daniel MOINIER

http://www.economiematin.fr/news-pollution-mesures-gouvernement-environnement-protection

Nous sommes alertés de plus en plus depuis quelques années par des pics de pollution ou maintenant de particules ultra fines avec des formules qui frappent.

« Les rues de Paris étaient aussi polluées qu’une pièce de vingt mètres carrés occupée par huit fumeurs »
« Que seriez-vous prêts à faire ou à ne plus faire pour réduire la pollution. Aller au travail en vélo ou à pieds, prendre le bus »
« A Paris, respirer nuit gravement à la santé »
« Pensez à ce que votre ville et environnement va ressembler quand vos enfants auront votre âge »
« Le ciel de Paris comportait six millions de particules fines par litre d’air ».

Environnement : le gouvernement joue sur les peurs

Alertes qui veulent convaincre par la peur tous les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs de rester chez soi. Les journées d’interdiction de sortir les voitures impaires ou paires amplifient encore le malaise. Mais pour certains c’est aussi une sorte de ras le bol de toutes sortes d’interdictions. Et pourtant, si l’on fait l’étude de ces chiffres, on s’aperçoit que cela est beaucoup moins effrayant. Un seul litre de diazote (Le diazote est un produit naturel, c’est un des constituants majeur de l’atmosphère terrestre) ou de dioxygène (Le dioxygène est un élément indispensable à la vie cellulaire) comprend 27.000 milliards de particules, ce qui rend négligeable la dite toxicité à un pourcentage très très faible.

Pollution : la guerre des chiffres

Jean de Kervasdoué, ingénieur et professeur émérite au CNAM, auteur de l’ouvrage « Ils ont perdu la raison », annonce que c’est toujours, comme en politique, un peu le problème des chiffres. C’est beaucoup plus marquant de dire que la pollution atmosphérique est la cause de 1400 morts supplémentaires à Paris que d’apprendre que seul 0,0007% de la population parisienne est particulièrement concernée. Un grand quotidien, nous a annoncé, sans que cela repose sur des protocoles suffisamment solides, qu’il y aurait 42000 décès prématurés. Ces chiffres sont toujours les mêmes, issues de l’organisation mondiale de la santé, de l’Agence européenne de l’environnement. Ce sont en général des traductions chiffrées suite à des études qui ont été menées dans des circonstances qui n’ont rien à voir avec celles du contexte local. Read the rest of this entry »

VOILÀ COMMENT FAIRE CHANGER QUELQU’UN D’AVIS

http://www.medisite.fr/a-la-une-voila-comment-faire-changer-davis-quelquun.819824.2035.html?xtor=EPR-56-809838[Medisite-Info-Sante]-20150318

Une étude révèle la technique pour inciter une autre personne à faire le bon choix. Il suffirait d’un seul coup d’oeil. Explications.

NDLR : moi je croyais qu’il fallait apprendre une méthode appelée Analyse Relationnelle et dialoguer avec la personne que l’on veut changer… Bref, tout dépend de ce qu’on veut changer chez une personne, et tout dépend si on veut que ce soit un changement passager ou définitif. 

©Fotolia

Et si les choix du quotidien ne relevaient pas de la morale et pouvaient changer en un battement de cil? Des chercheurs américains, britanniques et suédois affirment que la décision à prendre dépend de l’endroit où le regard d’une personne se pose. Quand quelqu’un est plongé dans ses pensées, il n’y aurait qu’à suivre les mouvements de ses yeux pour connaître son choix final.Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont demandé aux participants de prendre une décision plus ou moins morale en leur soumettant plusieurs images. Par exemple, à la question : « est-ce que tuer peut être justifiable ? », ils devaient simplement répondre « oui » ou « non ». En analysant les mouvements de leurs yeux grâce à des appareils oculaires et le temps qu’ils mettaient à regarder chaque image, les scientifiques ont pu anticiper la décision.

Là où le regard se porte influence un choix

De plus, les chercheurs ont réussi à influencer le choix quand ils demandaient une réponse immédiate au participant alors que son regard était posé sur une image particulière, sans donner d’autres informations. En dépit de sa morale, le participant faisait son choix en fonction de l’image qu’il voyait juste au moment de prendre sa décision dans 58% des cas.

Les gens pensent souvent que ce sont leurs opinions qui guident leurs choix, explique le Pr Michael Spivey de l’Université de Californie. Mais nous pensons que beaucoup de décisions sont prises sans grande réflexion et dépendent de la façon d’interagir avec son environnement. »

L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the national Academy of Sciences le 16 mars 2015

La lutte contre le terrorisme, brise-glace de nos libertés

http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/la-lutte-contre-le-terrorisme-brise-glace-de-nos-libertes,164998?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=e920da69a1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-e920da69a1-30469153&mc_cid=e920da69a1&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : si on admet que toute personne est un terroriste en puissance comme tout bien portant est un malade qui s’ignore, alors tout le monde doit être surveillé. Vous, moi compris. Tout assassin, pour sa concierge, était jusqu’alors le brave type qui lui donnait des étrennes. On peut craindre pour le dernier bastion où on peut encore s’exprimer (il est vrai en disant souvent n’importe quoi) : Internet. Quand on traite en criminels des gens qui reçoivent plus de 25% des suffrages de nos contemporains, au lieu de faire le constat de son échec, il est clair que c’est une démarche de dictature : la dictature démocratique est en route, soyons prêts. Bien vu, Le Gallou !

Le projet de loi contre le terrorisme ne réduira pas la menace de l’islam radical et ne ralentira pas l’islamisation de la France mais il restreindra singulièrement nos libertés.

En bons robespierristes qu’ils sont, Valls, Cazeneuve et Le Drian, la fine équipe du Grand Orient de France qui nous gouverne, veulent faire adopter une véritable « loi des suspects ».

Le projet présenté est clairement liberticide : les opérateurs Internet seront contraints de transmettre les données de connexion des « suspects » et même d’aider à détecter, par un traitement informatique, une « succession de connexions suspectes ».

Et la liste des « suspects » sera établie sur simple décision administrative par les services de renseignement. Eux-mêmes étroitement dépendants du pouvoir politique auquel ils rendent compte quotidiennement. De même, le gouvernement veut disposer des clés permettant de décrypter le secret des conversations protégées. Il s’agit d’une tentative d’avancée majeure vers une société de surveillance : “Big Brother is watching you!”

Bien sûr, on nous explique qu’il s’agit de lutter contre le « terrorisme »… Mais c’est aussi ce qu’on nous affirmait il y a vingt ans lorsque fut créée la garde à vue de 96 heures, aujourd’hui étendue à une infinité de cas sous couvert de « lutte contre la criminalité en bande organisée », c’est-à-dire à peu près n’importe quoi…

La prétendue lutte contre le terrorisme est un prétexte pour mettre le pied dans la porte qui protège nos libertés. De nos libertés de transactions et de nos libertés d’expression. Une fois la loi votée contre le « terrorisme », il sera facile de l’étendre aux « crimes contre la pensée » : le « révisionnisme », le « racisme »,« l’homophobie » et, de manière plus générale, tout ce qui déplaira et sera qualifié de « discours de haine ».

Le philosophe et essayiste suisse Éric Werner avait diagnostiqué cette évolution : l’immigration de masse est génératrice de violences par rejet de la société d’accueil ; ce qui débouche sur une demande sécuritaire qui permet de réduire progressivement les libertés. C’est la stratégie du chaos au service de la société de surveillance. Il est clair que les sociétés multiculturelles étant multiconflictuelles, le prétexte est tout trouvé pour développer des législations liberticides. L’immigration de masse ne porte pas seulement atteinte à notre identité, elle débouche aussi sur une réduction de nos libertés ; libertés qui sont elles-mêmes la partie la plus précieuse de notre identité.

Ne tombons pas dans le piège de l’oligarchie mondialiste et des enfants de la terreur révolutionnaire qui se servent des menaces qu’ils font prospérer pour mieux nous assujettir. Défendons nos libertés et notre identité !

Quand une loi engendre le contraire de ce qu’elle voudrait… les effets pervers de l’autorité

http://www.ojim.fr/antiterrorisme-ou-censure-du-web-francais/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=8f5bc0fc2d-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-8f5bc0fc2d-50052817

NDLR : sur le site de mon ami Claude CHOLLET qui observe  ceux qui nous observent : les journalistes. Encore un exemple de lois liberticides soit disant contre les terroristes mais qui ouvre la porte à tous les excès de dictature. La dictature démocratique est à nos portes. Qui a dit déjà que nous étions des lions gouvernés par des ânes (voir l’article sur ce blog…). En 1968 nous chantions : « Nous sommes tous des juifs allemands » et aujourd’hui on va pleurer : « Nous sommes tous des terroristes » aux yeux des terroristes qui nous gouvernent. Oui, pleurons mes frères tant qu’on en a le droit !

Celui-ci prévoit le blocage des sites « terroristes », sans décision de justice préalable. Cette mesure ouvre la voie à une surveillance encore plus importante d’internet, mais aussi à une dérive arbitraire. On commencera par bloquer des sites à la gloire du Djihad mais qui sait où l’on s’arrêtera ?

Et pourtant, les levées de bouclier ont été nombreuses. Les députés PS n’ont pas hésité à attaquer leur propre ministre et les experts n’ont eu de cesse de rappeler l’inefficacité et la dangerosité du projet. Le Conseil national du numérique, la Commission de l’Assemblée nationale sur les droits et libertés numériques, les acteurs du numérique, les experts en sécurité, sans oublier le patron de l’Agence nationale de cyberdéfense (ANSSI) ; tous ont voulu faire barrage à ce texte. Rien n’y a fait.

« Cette méthode a des effets secondaires infiniment plus graves que les effets attendus, qui n’auront pas lieu », a prévenu la députée écologiste Isabelle Attard, avant de confier : « Je ne veux pas que la représentation nationale se ridiculise par méconnaissance technique. (…) Nous voulons que le blocage soit décidé par un juge judiciaire ! » Elle n’a visiblement pas été écoutée.

De son côté, le député UMP Lionel Tardy s’est interrogé : « Faut-il faire reculer encore la liberté, contre le terrorisme ? » Et d’ajouter que « la France s’engage à petits pas dans la direction de la NSA »… Et tout ça pour quoi ? Pour des mesures inefficaces.

Dans une chronique publiée sur le site du Point intitulée « Loi antiterroriste : les députés ont voté la censure du web français », Guerric Poncet a rappelé l’inutilité de cette loi au regard de ce qu’est le web : « En deux clics, l’internaute peut installer l’excellent logiciel gratuit Tor, initialement destiné aux cyberdissidents. Il est aussi possible de souscrire pour quelques euros par mois à un réseau privé virtuel (VPN), qui permet de choisir via quel pays du monde on veut accéder au Web. »

Et de conclure en soupirant que, « finalement, le seul effet concret de cet article 9 sera la création par le ministère de l’Intérieur d’une liste noire des sites web terroristes. Une liste qui fuitera : à l’ère de WikiLeaks et d’Edward Snowden, ce n’est qu’une question de temps. Et l’État aura constitué les marque-pages du parfait petit terroriste… »

Pourtant, en juillet dernier, même Reporters sans Frontières, qui n’a pas pour habitude de taper sur les doigts de la France, avait prévenu que ce texte « pourrait engendrer un recul de la liberté d’information puisqu’il (…) prévoit le blocage administratif de sites internet et augmente les mesures de surveillance ».

Mais c’est bien dans cette voie, au faux-air de Big Brother, que le gouvernement semble s’engager, envers et contre tous.

Pourquoi on ment plus aux femmes qu’aux hommes?

http://www.medisite.fr/a-la-une-pourquoi-on-ment-plus-aux-femmes-quaux-hommes.671089.2035.html?xtor=EPR-26-667753[Medisite-A-la-Une]-20140816

NDLR : voilà bien une étude inutile et très psy ! Naïves les femmes ? Il n’y a qu’une autre femme pour penser ça, car cela lui donne une occasion d’en demander encore plus. La plupart des hommes savent très bien, parce qu’ils le vivent dans leur quotidien, qu’il est quasi impossible de mentir à une femme. Elles le ‘sentent‘ à tous les coups. Attention : ne nous laissons plus gruger par ces soi-disant études qui ont été faites sans protocole sérieux juste pour favoriser une thèse quelconque. Il faut être bien folle pour être féministe de nos jours, quand on a déjà tout gagné et que l’on commande aux hommes depuis belle lurette. Ça risque juste de réveiller en nous, pauvres hommes, le désir de se rebeller et de défendre notre condition masculine trop bridée, trop brimée et bien malmenée par certaines. Heureusement il y a les autres, plus futées, qui ne réclament rien.

Selon une étude comportementale, (NDLR : où est-elle cette étude ?), on raconte plus de mensonges aux femmes parce qu’elles sont considérées comme  moins vindicatives que les hommes.

Les femmes auraient elles plus tendance à se faire avoir que les hommes ? C’est ce qu’affirme Laura Kray, professeur à la Berkeley University (Etats-unis). Pour cela, elle a étudié le comportement d’étudiants en plein exercice de négociation, dans une école de marketing. Résultat ? Pour convaincre, 24% des hommes ont avoué utiliser le mensonge face à une femme. De leur 17% des femmes ont avoué faire la même chose avec leurs camarades féminines. En revanche, lorsque l’interlocuteur est un homme, 3% des hommes et 11% des femmes ont usé du mensonge.

Une question de stéréotypes !

Selon le professeur Laura Kray tout est une question de préjugés car « la société considère les femme comme naïves ». Du coup, on croit qu’il suffit de les duper pour gagner. « On pense que les conséquences ne seront pas les mêmes que face à un homme », explique Harris Glo, coach pour de nombreuses femmes chefs d’entreprise, dans le DailyMail. Selon elle, lorsqu’une femme s’aperçoit qu’on lui a menti elle a moins tendance à essayer de se venger qu’ un homme. Pour Laura Kray, il est important que les femmes montrent les dents et inversent la tendance.

 

Manipulation de l’opinion sur Internet : le Pentagone, via la DARPA, a réalisé des expériences psychologiques pour manipuler les utilisateurs de Facebook par leurs émotions – Juillet 2014

NDLR : notre position en matière de manipulation est connue des lecteurs de ce blog : tout le monde manipule tout le monde, ce qui fait que tout le monde est manipulé, et que la manipulation devrait être apprise à l’école car, si tout le monde sait comment ça marche, si tout le monde sait faire, alors plus personne ne pourra être manipulé. Mais les utopistes de tout poil qui voient le Bien même dans les Kalachnikov des talibans, ne pourront jamais comprendre ça.

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/manipulation-de-l-opinion-sur-46201

 

Cette vidéo est une capsule de la chaîne Russia Today révélant des expérience réalisées par la DARPA ne vue de contrer une opinion répandue sur les réseaux sociaux.

L’affaire :

Sans le savoir, près de 700 000 utilisateurs anglophones de Facebook ont été « manipulés » par le réseau social, associé à des scientifiques, pour voir si les émotions exprimées par leurs contacts influençaient leur humeur.

Cette recherche, menée pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012 par Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie à San Francisco, portait sur la « contagion émotionnelle ».

Les flux d’actualité de 689 003 personnes, choisies au hasard, ont ainsi été modifiés pour faire apparaître soit davantage de messages positifs, soit davantage de messages négatifs. Et les messages postés par les utilisateurs « surveillés » étaient ensuite décryptés pour savoir s’ils étaient influencés par l’humeur ambiante.

L’étude, publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences (PNAS) le 17 juin, a constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l’ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes. »

Selon les auteurs, «  ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux  » – l’effet constaté reste cependant relativement limité. D’autres recherches se sont déjà penchées sur ce phénomène, mais cette étude est unique au sens où ses auteurs « ont manipulé », selon leurs propres mots, les données. Ils ont d’ailleurs pris soin de souligner que la recherche était «  compatible avec la politique d’utilisation des données à laquelle tous les utilisateurs doivent souscrire en créant un compte Facebook  ». Read the rest of this entry »

Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne !

http://www.bvoltaire.fr/claudechollet/entretien-claude-chollet-analyse-critique-devalorise-pas-les-medias-les-aiguillonne,88985

Claude CHOLLETNDLR : Mon ami Claude CHOLLET, PDG de l’OJIM (Observatoire des Journalistes de l’Information Médiatique) depuis 2012 nous informe sur ceux qui sont censés nous informer. Très instructif ce site et une source d’inspiration pour tous ceux qui pensent que nous ne sommes pas vraiment informés, en tout cas pas toujours sur ce qui est important. 

Le 19 juin 2014

 

Entretien réalisé par Charlotte d’Ornellas
Après avoir étudié les sciences politiques et travaillé pendant trente ans dans l’industrie pharmaceutique, Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) dont il est actuellement le président. Retour sur un succès.

Pourquoi avoir créé l’OJIM ?

Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles.

Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire !

L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ?

Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ».

Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence.
C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

Encouragez-vous au « signalement » ?

Je n’aime pas du tout ce terme qui a un côté policier. Nos lecteurs envoient par mél les dysfonctionnements qu’ils ont pu relever.

C’est, par exemple, un lecteur russophone qui nous a signalé l’erreur (volontaire ?) de traduction par TF1 lors de l’entretien avec Poutine. Dire que l’on ne doit pas « débattre avec les femmes » n’est pas la même chose que « se chamailler avec les femmes »… qui est par ailleurs un proverbe russe ! Un petit exemple de désinformation, repris ensuite en chœur par la majorité des médias ! Read the rest of this entry »

Le paternalisme libertarien : « influencer » pour améliorer le bien-être des individus ?

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/10489-paternalisme-libertarien-theorie-economique-bien-etre-des-individus/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-06-23

Par , doctorant en économie et créateur du blog Captain Economics.

NDLR : voici une idée pragmatique qui prend en compte la réalité et non pas ce qui devrait être. Et si la seule voie pour une véritable démocratie était la dictature ? Et s’il était plus efficace de partir de l’idée que les gens ne savent pas ce qu’ils veulent ? Voilà un beau sujet pour le prochain Bac !!!

Supposons que vous arriviez à la cafétéria de votre école, et qu’au lieu de la disposition classique des différents plats, la direction de votre établissement ait décidé de mettre en avant les salades et plats équilibrés, tout en vous laissant toujours le choix d’aller prendre un burger-frites si vous le souhaitez (mais en mettant le stand de burger à l’étage).

Cet exemple tout simple est une application de ce qu’est le paternalisme libertarien : « paternalisme » car l’objectif est d’influencer votre choix et « libertarien » car vous avez toujours le choix d’aller manger un burger si vous le désirez (il n’y a pas d’interdiction, à la différence du paternalisme pur, lorsque votre père vous disait « Kevin tu manges ta salade ou je t’en colle une ! »).

Cette notion de paternalisme libertarien a été développée par l’économiste Richard Thaler et le juriste et philosophe américain Cass Sunstein (source : « Libertarian Paternalism » – American Economic Review, 2003). La base de cette théorie est que les individus ne sont pas, contrairement à la théorie économique classique, totalement rationnels, et que pour des raisons diverses et variées (biais cognitifs, biais heuristiques….), leurs choix ne sont donc pas toujours optimaux. Le paternalisme libertarien s’appuie donc sur (1) un large panel d’expérience et de recherche en économie et en psychologie (proche de l’actuel économie comportementale ou finance comportementale) afin de comprendre pourquoi les individus font des choix parfois non-rationnels entrainant une diminution de leur bien-être et (2) la notion « d’architecture des choix », afin de revoir la façon dont sont présentées les différentes options qui s’offrent à vous pour vous orienter vers « le choix optimal », mais sans diminuer le nombre total de choix (donc en théorie, sans limiter le niveau de liberté). Pour faire simple, vous avez encore le choix entre le même nombre d’alternative, mais celles qui paraissent le « mieux » vont être mises en avant afin d’influencer votre choix. Read the rest of this entry »

Etats-Unis : la ville de Richmond paie ses habitants pour qu’ils ne tuent pas

http://www.planet.fr/international-etats-unis-la-ville-de-richmond-paie-ses-habitants-pour-quils-ne-tuent-pas.643952.29335.html?xtor=ES-1-638314[Planet-a-la-Une]-20140623

Une idée à reprendre : si on payait nos hommes et femmes politiques pour ne pas faire des lois inutiles, ridicules et arrêter de dire n’importe quoi ?!

Depuis 2007, la ville de Richmond située dans l’Etat de la Californie, au Sud-Est des Etats-Unis, a créé une allocation attribuée aux personnes les plus susceptibles de tuer ou d’être tuées. Et le résultat est surprenant : le taux d’homicides de la ville a été depuis divisé par trois.

Entre 300 et 1000 dollars. C’est la somme distribuée chaque mois par la municipalité de Richmond, ville américaine de la Californie, à 68 habitants susceptible d’être à l’origine d’homicides ou d’être tuées. En place depuis 2007, le programme aurait permis de diviser le taux d’homicides de la ville par trois. En 2007, Richmond comptait 47 homicides pour 100 000 habitants, un chiffre désormais de 15 personnes tuées pour 100 000 habitants.

L’initiative d’un ancien délinquant

Le programme a été imaginé par DeVone Boggan, membre du Bureau pour la sécurité du voisinage de la ville (« Office of Neighborhood Safety »). Les membres de l’association croisent les données de la police de la ville et les informations collectées dans la rue. Une fois qu’ils ont identifié les personnes à risque, l’association va auprès de ces dernières afin de leurs proposer une subvention mensuelle allant de 300 à 1000 dollars. Seule condition : rester à l’écart des problèmes. Et la subvention augmente en fonction des critères et des objectifs atteints par la personne bénéficiaire.

Après 47 mois d’expérience, 65 des 68 personnes prises en charge par le programme sont toujours en vie. Un résultat tout de même tempéré par les détracteurs de cette initiative car une baisse du nombre d’homicides a été recensée sur l’ensemble des Etats-Unis depuis 2007. Cette baisse est toutefois moins importante en comparaison avec celle de la ville de Richmond, a récemment noté le magazine américain Mother Jone

La technique infaillible pour obtenir tout ce que l’on veut ?

http://www.medisite.fr/a-la-une-la-technique-infaillible-pour-obtenir-tout-ce-que-lon-veut.637119.2035.html?xtor=EPR-26-629410[Medisite-A-la-Une]-20140613

Voici un article qui va un peu à l’encontre de nos méthodes qui sont plus proches de la communication non-violente voire de la manipulation.

Il serait plus facile d’obtenir un service de quelqu’un d’autre avec un regard menaçant, rapporte une étude américaine.

colère, négociation, psychologie, étude
Publicité

Vous avez besoin d’un service ? Oubliez le sourire bienveillant, optez plutôt pour un regard menaçant. Selon une étude publiée dans le Journal Psychological Science, les gens ont plus tendance à céder à une requête lorsqu’on leur fait les gros yeux. Pour cela, les chercheurs ont demandé à 870 volontaires de participer à une simulation de négociation. Le scénario ? Répartir la somme de 1$ entre deux personnes. Pour chaque cas, il y avait un négociateur et un concurrent.

Efficace même pour une requête inéquitable

Chaque négociateur avait le choix entre proposer à l’autre de faire moitié-moitié ou de donner seulement 20% de la somme à l’autre. Avant, les concurrents ont tous visionné une vidéo de leurs adversaires respectifs. Pour certains, le négociateur avait un visage neutre et pour d’autres, un visage méchant. Résultat? Lorsque la vidéo montrait un visage menaçant, les concurrents avaient plus tendance à laisser facilement les 70% de la somme à leur adversaire. En ce qui concerne le partage équitable de la somme, que les visages de l’autre soit normaux ou énervés cela n’a en rien influencé leur interlocuteur. La proposition étant juste. Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire.

Publié par Bénédicte Demmer, rédactrice santé le Mardi 10 Juin 2014 à 15h41

Selon une étude à la con…

http://www.marianne.net/Selon-une-etude-a-la-con_a231738.html

Mel Evans/AP/SIP
Face à la prolifération des études scientifiques qui trouvent toujours plus de résonnance dans les différents médias, il peut s’avérer difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Chaque jour, on trouve de nouvelles propriétés à la bière, au vin, au sexe, au rire, au café, à la clope, au thé ou encore à la méditation. Chaque jour, on s’amuse des différences entre les hommes et les femmes, entre droitiers et gauchers, qu’on oppose dans d’inoffensives joutes biologiques.

Ces études, dites «à la con» (à prononcer avec l’accent anglais ça sonne bien), sont excellemment définies sur le site adriensaumier.fr  : «Ce sont les « études américaines », d’une université qu’on ne connait pas. Ces études permettent de faire un gros titre marrant pour un article qui va générer du clic.» Un brin cynique, mais on ne peut plus vrai. Cette catégorie d’articles résume à elle seule la dérive de la presse internet : tout est dans le titre, le plus difficile restant de broder un article autour qui permette de l’accompagner. Read the rest of this entry »

Arrêtons de nous faire manipuler

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130504_00305796

Marre de vous faire manipuler? Pour couper l’herbe sous le pied des manipulateurs, il n’y a pas trente-six solutions : il s’agit de régler vos blessures.

«Méfions-nous, protégeons-nous, les manipulateurs sont parmi nous. » C’est en substance le message distillé par la littérature existante sur le sujet «comme si d’un côté, il y avait les gentils et de l’autre, les méchants». Fabien Rodhain, expert en approches positives, et Carmen de Wasseige, praticienne en psychothérapie, rejettent ce mode de pensée binaire. Avec leur ouvrage composé d’un roman et de clefs d’analyse (voir ci-contre), Autopsie d’une manipulation, le couple nous invite à une prise de conscience. «Les manipulations ne viennent pas que de l’extérieur. Non seulement notre intériorité peut nous rendre manipulateur mais en plus nous avons notre part de responsabilité dans les malheurs qui nous arrivent », avancent-ils. Des paroles mues par une aspiration : celle de pousser les lecteurs à effectuer un travail sur eux-mêmes pour ne plus se laisser embobiner mais aussi à devenir Adultes (*). «Car finalement l’autre, je n’ai aucun pouvoir de le changer. La seule personne que je peux changer, c’est moi », précise la psychothérapeute.

« Manipuler, c’est harponner un point faible », écrivez-vous dans l’ouvrage. Qui dit point faible, dit blessure. Est-il possible d’en être dénué ?

Carmen de Wasseige : À mon avis, il n’est pas possible de ne pas avoir – au moins – de petites blessures. Bien sûr il y a des personnes dont les blessures ne sont pas suffisamment profondes que pour les bloquer. Mais elles sont relativement peu nombreuses. La majorité des gens ont donc des traumatismes. Attention, ce n’est pas forcément quelque chose de terrible. Ce qui compte, c’est la façon dont l’événement en question est ressenti par l’individu. Et c’est l’émotion qu’il y a mis qui fera qu’il n’arrivera pas à le dépasser. Du fait de cette douleur, toutes les situations analogues qu’il va vivre dans le futur et qui vont lui rappeler cet écueil vont faire blocage. Et c’est précisément ce type de blessure qui ouvre la porte à la manipulation. Car on n’est plus «Adulte » dans ces cas-là. On n’a plus la maîtrise de nos comportements, de nos pensées, de nos sentiments… et on se laisse avoir. C’est le petit enfant qui a été blessé qui répond finalement.

Les manipulateurs utilisent les blessures de leurs interlocuteurs pour les amener là où ils le désirent.

 

Les manipulateurs utilisent les blessures de leurs interlocuteurs pour les amener là où ils le désirent.

À l’inverse, un événement « positif » peut-il être à l’origine d’une blessure ?

CdW : Complètement. Je prends ici l’exemple d’une fillette qui est adulée, qui est considérée comme une petite princesse par ses parents. Quand elle va être mise au contact du monde extérieur, elle va se rendre compte que ce n’est pas vrai. Ça va être un choc terrible pour elle de se rendre compte que ses parents ne disent pas la vérité et donc qu’elle ne peut pas leur faire confiance. Ben non, elle n’est pas une princesse! La fillette n’était pas préparée à ce rapport-là avec le monde extérieur et pour elle, cela risque vraiment de devenir un traumatisme.

Comment un manipulateur parvient-il à percevoir les points faibles de son interlocuteur ? Read the rest of this entry »

Des Japonais décryptent le contenu des rêves

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/04/05/20186-japonais-decryptent-contenu-reves

Par figaro iconCyrille Vanlerberghe – le 05/04/2013
Des chercheurs de Kyoto ont réussi à interpréter les signaux neuronaux émis par des personnes endormies.

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Yukiyasu Kamitani et ses collègues du laboratoire de neurosciences informatiques ATR de Kyoto essaient de comprendre comment le cerveau humain traite les informations visuelles. En scrutant l’activité cérébrale de trois volontaires, les chercheurs japonais ont récemment fait une importante avancée, en réussissant à deviner le contenu des rêves, rapporte l’AFP.

L’expérience n’a pas dû être très drôle pour les trois sujets, puisque les scientifiques les réveillaient dès qu’ils voyaient sur l’électroencéphalogramme des signaux qui annonçaient le début d’une phase d’endormissement et ils leur demandaient ensuite quel était le sujet de leur début de rêve. Les participants étaient réveillés jusqu’à une dizaine de fois par heure, par tranches de trois heures, et cela plusieurs jours d’affilée jusqu’à ce que les chercheurs puissent enregistrer 200 «fragments de rêves». Read the rest of this entry »

Un Manuel de manipulation, mais que pour les gentils : Christophe CARRE a encore frappé

Manuel de manipulation à l’usage des gentils
de Christophe CARRE, Eyrolles 2013

Un des deux meilleurs spécialistes de la manipulation en France a encore frappé ; cela doit faire son cinquième livre sur le sujet. Et je crois que c’est celui que je préfère.

On le sait : la manipulation a mauvaise presse. Et pourtant, elle nous accompagne dans chacun de nos gestes, tous les jours et à chaque instant. Nous sommes en permanence manipulés, par nos parents, nos enseignants, nos femmes et maris, nos enfants, nos amis, et tous ceux qui prétendent avoir de l’autorité sur nous… et surtout par nous-mêmes comme l’auteur l’a montré dans son livre précédent publié en 2012 sur l’auto manipulation.

Dans ce livre, Christophe CARRE fait une fois encore le distinguo entre les deux conceptions, ou plutôt les deux types de réactions de nos contemporains quand on leur parle de manipulation ; les uns disent : «  Pouah ! Ce n’est pas bien, na ! » et les autres : « Et bien oui ! Tout le monde manipule ».  Ces deux types de réactions, totalement opposées, ne peuvent se comprendre ni même dialoguer entre elles dans la mesure où la première n’est qu’une réaction affective, primaire, et irrationnelle à l’écoute d’un mot,  alors que la seconde est réfléchie et basée sur l’observation de ce qui se passe. Les premiers sont des utopistes, alors que les seconds se basent sur la réalité.

Dans ce livre, l’auteur annonce, mais on le savait déjà de quel côté Il se situe ; pour lui la manipulation est partout, elle fait partie de la vie et même elle lui donne un cachet qu’elle n’aurait pas sans cela. Il n’a pas peur de fustiger les utopistes qui au nom d’un idéal éthéré, poursuivent le mythe d’une société sans conflits. Et par la même occasion il critique ces auteurs, hélas parfois à succès,  qui publient sur le sujet sans le connaître, sans méthode et mélangeant toutes sortes de gens néfastes pour les ranger dans leur corbeille à linge sale où ils rangent des manipulateurs. Sur les 60 livres au minimum qui doivent exister à ce jour sur le sujet, plus des trois-quarts sont des livres d’utopistes, qui mélangent tout, et ne connaissent rien quant au sujet, mais c’est un thème qui fait vendre, alors !  Le courage des auteurs tels Christophe CARRE et de prendre le contrepied de ce qui semble l’opinion majoritaire et de voir dans la manipulation une des richesses de nos relations humaines.

Très inspiré de l’école de Palo alto, l’auteur nous dit que tout est manipulation, qu’il est donc impossible de ne pas manipuler, et qu’il ne faut pas décrire des manipulateurs comme une sous-espèce d’humanité pour au moins deux raisons : la première est que le manipulateur n’est pas seulement l’autre mais nous tous aussi, la deuxième qu’il n’y a de manipulateurs que dans la mesure où il y a des manipulés.

Dans ce livre, et je crois que c’est la première fois qu’il le fait avec autant de clarté, l’auteur aborde un danger que nous font connaître ce qui fustige la manipulation, car à vouloir un monde idéal, ils nous plongent dans la dictature.
Je cite : « En rêvant d’un monde parfait et d’une communication idéale entre les hommes, je pense que nous nous trompons nous-mêmes, que nous cédons au totalitarisme et finissons par obtenir l’inverse de ce que nous souhaitons ». Et vous trouvez toutes ces idées dès l’introduction. Read the rest of this entry »

Doit-on nécessairement choquer pour interpeller?

http://www.lalibre.be/societe/general/article/805008/doit-on-necessairement-choquer-pour-interpeller.html?goback=.gde_1416777_member_225495269

Aline WUILLOT

La communication « choc » est-elle la meilleure communication? Exemples et explications avec nos spécialistes.

Une jeune femme se photographie tous les jours pendant un an. Le visage souriant de la jolie brune se couvre petit à petit de bleus, coupures, hématomes et traces de strangulation. Le dernier jour, le minois tuméfié, elle tend une pancarte « Je ne sais pas si je tiendrai jusqu’à demain ». La vidéo a été visionnée plus de 500.000 fois depuis sa publication anonyme sur YouTube (voir lien ci-dessous). L’identité de la jeune femme est encore inconnue. Mais, les spécialistes en sont certains, c’est une campagne de prévention pour dénoncer les violences faites aux femmes.Ce type de campagne utilise la communication dite « virale ». Le principe est simple: on fait dans le « trash », autrement dit, on choque. Peu de moyens et beaucoup de bruits, c’est ce qui fonctionne pour le moment.

La Croix-Rouge utilise aussi cette technique dans sa dernière campagne. Elle surfe sur le succès du moment, le Harlem Shake, pour transmettre son message. La vidéo montre un enfant africain se trémoussant, les mains sur le ventre, au rythme de ce son entrainant. Lorsque la musique s’intensifie, le bambin est étendu par terre avec l’explication : « Les diarrhées tuent un enfant toutes les 20 secondes » (voir lien ci-dessous).

Les exemples de communications « choc » ne manquent pas. Les publicités anti-tabac, anti-alcool, pour la sécurité routière ou encore les campagnes d’Amnesty International jouent sur les émotions.

Si on entend beaucoup parler de ces « campagnes choc » à l’heure actuelle, ce type de communication n’est pas récente, souligne Christine Servias, docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Liège. La publicité et les campagnes de prévention se sont toujours servies de la sensibilité des personnes pour transmettre leurs messages. Read the rest of this entry »

L’AUTO-MANIPULATION Comment ne plus faire soi-même son propre malheur, de Christophe CARRE

Comment faire son propre malheur

L’AUTO-MANIPULATION
Comment ne plus faire soi-même son propre malheur
Christophe CARRE, Editions EYROLLES, 2012

Les deux premières remarques que je ferai à propos de ce nouveau livre de Christophe CARRE, décidément très prolifique sur le sujet de la manipulation sont :
– qu’il n’a pas peur des titres et des sujets qui choquent. En effet, après nous avoir appris que la meilleure des éducations pour les enfants est l’éducation par la manipulation, seule alternative selon lui pour échapper au dualisme habituel du bâton et de la carotte, le voici sur un sujet encore plus original : comment nous nous manipulons nous-mêmes,
– que c’est un bel hommage à notre maitre commun, Paul Watzlawick, qui nous a déjà montré le chemin dans son livre : Faites vous-même votre malheur.

Plus encore que dans ses autres livres il nous décrit la manipulation comme un bien  nécessaire, en réaction avec les utopistes ‘aux yeux plein d’étoiles’ qui pensent encore que manipuler ce n’est pas moral, ceux qui ne voient pas plus loin  que la définition de leurs dictionnaires pour enfants sages, ceux que Joule et Beauvois appellent pudiquement : les honnêtes gens. Pour lui, manipuler n’est pas une maladie mais au contraire elle fait partie de la vie et elle est somme toute plus recevable que la violence, le chantage, les récompenses, ou les punitions. Nous avons tous envie que les autres partagent nos opinions, alors la manipulation est la solution la plus douce pour y arriver. Read the rest of this entry »

Expériences de manipulation

http://www.psychologie-sociale.com/index.php?option=com_content&task=view&id=195&Itemid=3

Soumission librement consentie

Individualisme, soiïsme : le second comme forme dégradée du premier

http://liberalisme-democraties-debat-public.com/spip.php?article35

Le regrette de n’avoir pas toujours été très clair dans mon livre Les illusions libérales, individualisme et pouvoir social. Quelques lecteurs m’ont effectivement dit ou écrit avoir compris que je vilipendais l’individualisme sous toutes ses formes pour promouvoir le communautarisme. Je pensais que ma distinction entre l‘individualisme voltairien et l’individualisme publicitaire me garantissait contre cette compréhension. Il semble que ce n’ait pas été le cas. Cela m’a donné à réfléchir et à en venir à l’idée que, plutôt que de distinguer entre deux ou même plusieurs formes d’individualisme, il était préférable de changer de concept.

« Quand tu penses au fait que l’individualisme philosophique fut la doctrine des principaux anarchistes et notamment de Henry Thoreau, l’inventeur de la désobéissance civile, tu dois conclure que cet individualisme-là ne peut être celui de votre couyonnos national ». Dimitri Thapenis, Le sanglier du mont Erymanthe a pris un coup de vieux. Olympie, Skannos.

Aussi, distinguerai-je ici l’individualisme du soiïsme. Ce qui me permettra de dire que je revendique mon individualisme et que je compisse le soiïsme, cette forme de l’individualisme dégradé par l’évolution libérale et médiatique de nos sociétés dans la seconde moitié du XX° siècle. Read the rest of this entry »

LES INFLUENCES SOURNOISES ET LES MANIPULATIONS ORDINAIRES Un entretien de Claude Rainaudi avec Jean-Léon Beauvois

http://liberalisme-democraties-debat-public.com/spip.php?article122

J.-L. Beauvois vient de faire paraître son dernier ouvrage : « les influences sournoises. Précis des manipulations ordinaires ». On retrouve les grands thèmes de ses ouvrages antérieurs (Les illusions libérales ; traité de la servitude libérale ; Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens). Mais ces thèmes sont ici insérés dans un discours sur les influences et manipulations du quotidien et du lien de celles-ci avec une dégradation de l’individualisme qui a inondé le corps social : le soiïsme.

L’ouvrage que présente cette rentrée Jean-Léon Beauvois (Paris, François Bourin, septembre 2011) contient trois parties assez distinctes.

Dans la première partie portant sur « nos idées », il analyse comment ces idées sont influencées sans que nous en ayons conscience. Il le fait en présentant divers processus, précisément inconscients, processus décrits et établis par les disciplines psychologiques expérimentales (psychologie sociale, psychologie cognitive…). Ces processus (conditionnement évaluatif, simple exposition, modelage…) peuvent être mis au service de cette influence. Il s’attache ensuite à montrer que les médias, pour peu qu’ils ne soient pas réellement pluralistes, ne peuvent que réaliser des influences sournoises sur nos idées. C’est-là la « propagande glauque », foncièrement antidémocratique. Read the rest of this entry »

Manipulation : la technique du pied dans la porte en détail

http://www.penser-et-agir.fr/manipulation-la-technique-du-pied-dans-la-porte-en-detail/

Manipulation : la technique du pied dans la porte en détail

Comment faire aux autres ce que l’on aimerait qu’ils fassent sans qu’ils aient l’impression d’être forcés ? Ou encore, comment détecter les manipulateurs et agir en toute connaissance de cause ?

La technique du pied dans la porte est une des techniques de manipulation les plus connues et les plus utilisées. Si vous souhaitez comprendre tous les rouages de la psychologie sociale en matière de manipulation, vous devez connaître cette technique.

Cette technique étant très importante, j’ai décidé de vous la présenter le plus précisément possible dans cet article.

Les origines de la technique du pied dans la porte

La technique du pied dans la porte est la traduction française de « foot in the door ». Vous pourrez aussi la trouver sous le nom de la technique du « doigt dans l’engrenage ». Elle a été mise en évidence en 1966 par les chercheurs Freedman et Fraser.

J’ai décidé de vous présenter cette technique en partant de cet exemple puis en vous expliquant comment le concept a ensuite été théorisé. Comme je le dis souvent sur ce site, je préfère privilégier les approches pragmatiques aux approches théoriques plus conventionnelles.

Libre à vous ensuite d’appliquer cette technique ou de vous en protéger… Ça c’est vous qui voyez comme dirait l’autre ! Read the rest of this entry »

L’intelligence rusée au travail

http://www.portail-travail.ch/news/view/lintelligence-rusee-actualite-281.html#.UPO73vLuo-B

 

Saviez-vous que près de  75% des changements dans les grandes entreprises sont des échecs? Ça coince ? Oui, en faisant passer par l’imposition une nouvelle politique de fonctionnement à des fins économiques. Alors les salariés font de la résistance ! Mais ne peut-on se servir de cette motivation à résister ? Ne serait-il pas rusé d’en faire basculer la polarité et de l’intégrer dans la dynamique du changement

L’intelligence rusée, appelée aussi mètis chez les grecs (1), est une intelligence de l’action, une intelligence pratique (2) que nous possédons tous. Guidée par le désir de réussite, elle a permis à Ulysse avec son cheval de Troie, au Petit Poucet avec ses cailloux, ou encore à Gretel en gagnant du temps pour Hansel, de sortir d’impasses. Ainsi, cette mètis n’use pas de lois ou de facteurs toujours très rationnels. Elle combine les cinq sens qui renseignent, le sixième intuitif, mais également du bon sens et des savoirs antérieurs : de là, s’imagine une « bidouille » pour s’en sortir. Ainsi, tel un judoka qui utilise l’énergie et les caractéristiques de l’adversaire, la mètis déjoue les imprévus de la vie en s’y adaptant : elle « fait avec » les propriétés du contexte, en les utilisant comme des atouts, plutôt que de lutter contre. Elle convoque implicitement toute une logique de perceptions et d’émotions qui la guide vers l’élaboration d’une technique ad hoc, dès que l’on se retrouve en difficulté. Exactement comme un surfer qui n’attend pas de prendre une vague de plein fouet, mais se sert des forces en présence pour la surfer ou passer par dessous. Read the rest of this entry »

Peut-on ne pas manipuler ?

Manipuler le site Une question nous est souvent posée, et souvent comme un reproche : avec votre méthode, vous manipulez !
Influencer ou manipuler ? Peut-on agir sans jamais manipuler les autres ?

La vraie question est : peut-on ne pas manipuler ?

Il suffit de regarder, d’écouter ou de lire, nos hommes politiques. Ils nous parlent tous du fond de leur cœur, de leurs sentiments profonds, et de leur honnêteté sincère… bref, ils sont sincèrement désireux… d’être réélus.
Mais, jamais, au grand jamais, aucun d’entre eux ne reconnaîtra, que, même une seule seconde, il a seulement tenté de nous manipuler.
Donc, puisqu’ils sont censés nous montrer l’exemple, si ces hommes et femmes-là ne nous manipulent pas, c’est la preuve qui manquait qu’il est possible de ne pas manipuler !!!

Plus sérieusement, quand on parle de manipulation, il faudrait tout d’abord savoir si l’on parle du mot et de la peur qu’il nous évoque habituellement, ou de l’acte en soi et de ce qu’il nous rapporte. Car il ne fait jamais oublier que le ot n’est pas la chose (c’est le thème de notre concours). Read the rest of this entry »

Réveillez-vous et redescendez sur terre

http://strategies-et-influence.com/reveillez-vous.htm

C’est le titre d’un nouvel e-book dont voici l’introduction et la conclusion.
Cliquez sur le lien pour en connaître le plan et vous le procurer pour seulement 8 €

Introduction

Quel est le sujet de ce livre ?

C’est l’histoire d’une révolution souhaitée et qui aurait lieu dans nos esprits. C’est l’histoire de ce qui pourrait se passer, si demain, au lieu de penser et d’agir en référence à des principes abstraits, en nous servant d’opinions, de concepts, de croyances et de jugements, nous utilisions un langage concret décrivant au plus près ce qui se passe réellement dans nos vies quotidiennes. C’est l’histoire d’un monde dans lequel personne ne dirait plus : « Il fait froid », mais seulement « J’ai froid », d’un monde où aucun dialogue n’aurait lieu sans avoir préalablement précisé de façon la plus fine possible, quel sera le sujet du débat et le sens des mots employés.
Bref, l’histoire d’un monde où personne ne confondra plus les mots et les choses qu’ils désignent, où le mot chien ne mordra plus personne, et où on aura enfin compris que le mot bonheur n’a jamais rendu heureux personne.

Ce petit texte comprend trois chapitres : Read the rest of this entry »

Le jeu subtil du marketing d’influence

http://www.e-marketing.fr/Marketing-Magazine/Article/Le-jeu-subtil-du-marketing-d-influence-41769-1.htm

Marketing Magazine N°154 – 01/12/2011 – Amelle Nebia

C’est l’expression tendance. Le marketing d’influence est l’objet de toutes les discussions. Cette stratégie de communication subtile s’impose aux marques face à l’exigence de transparence et d’immédiateté née du Web. Quels sont ses mécanismes d’action?

L’influence n’est pas, en France, une notion économiquement correcte. Elle fascine autant qu’elle inquiète. On imagine des secrets d’alcôve, des intrigues complexes et des manipulations en tous genres. Pourtant, cette démarche, qui consiste à persuader les consommateurs, sort de l’ombre. Le marketing d’influence a déjà son forum: la seconde édition du Hub Forum a eu lieu les 6 et 7 octobre (avec un nombre de visiteurs multiplié par trois, ce qui prouve le succès de cette tendance), ses best practices (avec l’exemple, souvent cité, de VitaminWater), ses spécialistes… Il a aussi ses adeptes! Mercedes Erra, présidente d’Euro RSCG Worldwide, ne soulignait-elle pas devant le Hub Forum l’enjeu essentiel de l’influence? «L’influence ne se cantonne pas aux médias de masse et aux discours de personnalités. La vraie et belle influence est vaste, puissante. Mais surtout elle donne du sens, elle apporte une vision, elle est utile. » Car l’annonceur doit aujourd’hui apporter des preuves concrètes de ce qu’il déclare et faire preuve de moralité dans ses relations avec son environnement. Read the rest of this entry »

Le Carré des Médiateurs®, le blog de Christophe CARRE

Médiation professionnelle, accompagnement au changement, régulation des crises et des conflits, conseil en communication et en qualité relationnelle, formations… Christophe Carré – Médiateur professionnel à Valence (26) – Membre de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation, il assure des missions et des conférences sur l’ensemble du territoire français et des pays francophones.

Le monde bouge…

Si vous êtes persuadé qu’il vaut mieux penser le changement, plutôt que changer le pansement, faites appel au Carré des Médiateurs.

Médiateur professionnel, membre de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation, consultant en communication et en médiation pédagogique, formateur. Diplômé du 3e cycle en Sciences de l’Information et de la Communication (DEA et école doctorale) et en linguistique moderne, Christophe Carré est titulaire du Certificat d’Aptitude à la Formation de Médiateur (CAP’M) et du Certificat d’Aptitude Pédagogique. Expert en qualité relationnelle, ses compétences lui permettent de développer une approche pluridisciplinaire des conflits, de la violence, des risques psychosociaux et des situations de crise.

Par ailleurs directeur de la collection « Communication consciente » aux éditions Eyrolles, il a publié plusieurs ouvrages chez cet éditeur.

Ecrire à Christophe Carré

Obtenir sans Punir de Christophe CARRE

 

Je ne sais pas combien de livres et d’articles de journaux ont été écrits sur ce sujet dont l’actualité est permanente : l’éducation des enfants. Depuis le « J’élève mon enfant » de l’inusable Laurence Pernoud, livre qui a fait le bonheur et le cauchemar de quelques milliers de mères, on a du écrire quelques milliers de livres sur ce sujet qui intéresse (presque) tout le monde.
Et tous les livres ont tenté le même exercice : conseiller aux parents de se situer quelque part entre deux extrêmes : la discipline la plus stricte d’un côté et le laisser-aller le plus inconscient de l’autre. Un pédagogue dont le nom m’échappe a dit que l’éducation libérale des enfants par les parents n’était rien d’autre que l’éducation autoritaire des parents par les enfants.

Et il est vrai, qu’au premier abord, on envisage mal comment sortir de ce dilemme, et comment ne pas balancer d’une attitude à l’autre, de la carotte au bâton et du bâton à la carotte.
Et bien on croyait cela impossible et c’est pourquoi Christophe CARRE l’a fait ; il y a une troisième voie : la manipulation. Mais attention la manipulation positive, bienveillante. Quand on sait la renommée sulfureuse de ce mot, il fallait oser. Et c’est une réussite. On lit ce livre un peu étonné au début et à la fin on se dit : mais comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Mais c’est bien sûr ! Read the rest of this entry »

La manipulation en 35 leçons

Enfin un livre qui lève l’hypocrisie sur le mot manipulation qui est diabolisé alors que l’acte en lui-même ne l’est pas. A lire absolument et voir la critique dans le journal de l’AR et de Polemios :
http://analyserelationnelle.com/lettres/veillelivres.htm#livresmanipulation

Deux livres sur la manipulation

En tant que spécialiste de la manipulation pour avoir publié en 1977 le premier livre en France sur le sujet (L’art de manipuler, Editions LAPS, épuisé ), j’essaie de lire attentivement tous les livres qui paraissent sur le sujet et ils sont à ce jour plus de 80 !
Mais je n’y arrive pas toujours bien ; d’abord parce qu’il faut du temps pour lire tout ce qui parait comme livres pouvant intéresser nos méthodes et aussi, dans le cas de la manipulation parce qu’un grand nombre de ces livres sont, de notre point de vue, totalement inintéressants, moralistes, vides de méthode, et même parfois hors sujet.

Aujourd’hui je vous dirai quelques mots des deux derniers que je viens de l:ire et qui viennent de paraître :
– le livre d’Alex MUCCHIELLI « Tactiques de manipulation positive » (Maxima,14,50 €)
– et celui d‘Anne GUIBERT : « La manipulation en 35 leçons » (Editions ESI, 12,90 €)
Ces deux livres, sont, si vous me permettez la comparaison, comme la femme et la maîtresse : c’est le jour et la nuit..

Je serai bref sur le premier d’Alex MUCCHIELLI qui pour moi représente la nuit. Nous savons tous, du moins les éditeurs savent que le thème de la manipulation comme celui du mentalisme sont des thèmes porteurs et que les lecteurs en sont assez friands pour en faire des succès de librairie. En fait, nombreux sont les lecteurs qui veulent tout simplement apprendre à manipuler. Et bien avec ce livre, ils n’apprendront rien. Pire, ils vont apprendre que ce qui constitue la vie quotidienne des entreprises, avec son lot de magouilles, de jalousies, de tynannies domestiques… c’est de la manipulation. Pour l’auteur, toute tentative de faire changer les patrons, voire même aussi les collaborateurs, sont des exemples de manipualtion. Bref, ce livre fait partie de ceux qui ont tendance à voir de la manipulation partout comme d’autres voyaient des nains. Read the rest of this entry »

Tactiques de manipulation positive

http://www.infodsi.com/articles/127244/tactiques-manipulation-positive.html

jeudi 5 janvier 2012

Comment mieux vivre avec son entourage, ses collègues, ses chefs…
Alex Mucchielli
Maxima
Collection : Les guides pros
158 pages
14,50 euros

Dans l’entreprise, tout le monde cherche à vous manipuler. Vos chefs utilisent tous les moyens qui sont à leur disposition, et vous savez que ces moyens ne sont pas toujours « élégants ». Vos collaborateurs font aussi tout ce qu’ils peuvent pour vous pousser à aller là où ils le veulent ou pour vous empêcher de faire certaines choses…

Pour résister, découvrez les règles de la manipulation positive et n’hésitez pas, ensuite, à vous en servir. Ne craignez rien. Comme nous allons le voir, la « manipulation » que vous allez apprendre à travers les exemples de cet ouvrage, ne va pas faire de vous un petit tyran. Au contraire, vous allez apprendre à « comprendre vraiment » les situations et découvrir les manières dont les autres les perçoivent et les vivent différemment de vous. Read the rest of this entry »

L’Ave Maria ou l’histoire d’une chrétienne ordinaire perdue

http://www.corsematin.com/article/corse/lave-maria-ou-lhistoire-dune-chretienne-ordinaire-perdue.535541.html

Mise en examen, écrouée pour escroquerie et abus de confiance, Agnès Mignoni ne cessait de faire parler d’elle à la tête d’une curieuse association sectaire. Les traces de son « pèlerinage » sont encore là

A Vescovato, en épousant un Mignoni, elle s’était liée à une grande famille de la commune. Les premiers souvenirs de ceux qui avaient accueilli une femme venue de sa Gironde natale remontent aux années 90.

Celle qui allait pourtant finir par se comporter comme un véritable gourou était loin d’interpeller, alors. Avant d’être mise en examen pour ses activités à la tête d’une secte, Agnès Mignoni s’est comportée comme une chrétienne parmi tant d’autres, fréquentant la messe, s’affichant comme la plus anonyme des pratiquantes. Read the rest of this entry »

Dette ou stratégie de casse sociale ?

http://www.temoignages.re/dette-ou-strategie-de-casse-sociale,53693.html

Noam Chomsky linguiste nord-américain a décodé 10 Stratégies de Manipulation de l’opinion à travers les médias. L’une d’entre elles mérite toute notre attention :
Cette stratégie consiste à « Créer des problèmes, puis offrir des solutions. Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics ».
C’est sans doute à cette stratégie que le milliardaire David Rockefeller faisait illusion, quand il écrivait :
« Tout ce dont nous avons besoin , c’est de la crise majeure et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial ».
Étrange coïncidence ! Le mercredi 20 octobre 2007 au Café Restaurant Pépita à Paris suite à une réunion de la Fondation Concorde — proche de la droite, ces propos d’Éric Woerth rapportés par “Charly Hebdo” :
« Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours : expliquer que nous sommes à deux doigts d’une crise majeure. C’est ce que fait très bien Michel Camdessus, mais sans paniquer les gens ; car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues ».
En clair ! Manipuler l’opinion pour faire admettre des réformes inacceptables Read the rest of this entry »

Je vous propose la lecture de l’ouvrage « Propaganda » –

http://blogs.mediapart.fr/blog/corinne-n/100711/cest-les-vacances-prendre-le-temps-de-lire

Je vous propose la lecture de l’ouvrage « Propaganda » – Comment manipuler l’opinion publique en démocratie -, d’Edward L. Bernays, proposé gratuitement par le site des Editions Zones.

« PRÉFACE. EDWARD BERNAYS ET L’INVENTION DU « GOUVERNEMENT INVISIBLE »
Par Normand Baillargeon

« La propagande est à la démocratie ce que la violence est à un État totalitaire. »
Noam Chomsky.

Edward L. Bernays, né à Vienne en novembre 1891, est mort plus que centenaire à Cambridge, Massachusetts, en mars 1995. Son nom reste le plus souvent inconnu du grand public, et pourtant Bernays a exercé, sur les États-Unis d’abord, puis notamment sur les démocraties libérales, une influence considérable. En fait, on peut raisonnablement accorder à John Stauber et à Sheldon Rampton qu’il est difficile de complètement saisir les transformations sociales, politiques et économiques du dernier siècle si l’on ignore tout de Bernays et de ce qu’il a accompli. Read the rest of this entry »

Faut il avoir peur de la manipulation ?

http://www.mentalactif.com/articles/faut-il-avoir-peur-de-la-manipulation.php

Depuis que je suis tout petit j’entends le mot manipulation à tord et à travers… et il est difficile de se faire une idée juste lorsque la plupart du temps la manipulation est vue comme quelque chose d’effrayant.

Le seul fait d’employer le mot « manipulation » éveil chez beaucoup de personnes le côté obscure de la psychologie comportementale.

Cependant sans elle nous ne pourrions exister.

Sans manipulation (influence) nous n’aurions pas évolué et créé une société.
Notre vie est orientée par l’influence des autres.

J’aime entendre certaines personnes dire « je déteste les manipulateurs » alors qu’elles-mêmes manipulent sans le savoir.

Lorsque vous êtes au restaurant et que vous appelez le serveur pour qu’il vienne à vous… vous le manipulez !

Nous manipulons tout ce qui nous entour que ce soit des objets (je prends mon téléphone, je le manipule) ainsi que des personnes. Read the rest of this entry »

Stop à la manipulation mentale par les ondes

http://www.zinfos974.com/Stop-a-la-manipulation-mentale-par-les-ondes_a30011.html?com

Freedom, 30 ans de manipulation.

 

Il faut boycotter le standard de Freedom.

30 ans d’existence et près de la moitié de la population réunionnaise victime aujourd’hui de manipulation mentale !

Reunionnais, Reunionnaises, arretez d’enrichir « l’homme en blanc » ! Le patron de Freedom nous manipule depuis maintenant 30 ans.
Il faut savoir que cette radio vit de la détresse de la population et exploite ses auditeurs !
Plus vous appelerez le standard de Freedom, plus vous ferez faire à cette radio de l’audience !
Le probléme c’est que : qui dit audience, dit argent… Et où va cet argent ? Dans les caisses de cette société et de son gourou… Et oui, c’est le gourou en blanc qui dirige 24 heures sur 24 l ‘antenne de Freedom…
Les speakers ne font que repeter « texto » ce que leur dit le docteur Sudre dans leur casque …
Il interviendrait 24h/24, meme de chez lui et depuis n’importe ou !
On vous parle de liberté d’expression et de non filtrage des appels en direct : C’est faux!
Il n’y a pas une antenne comme Freedom à la Reunion ou les appels qui arrivent en direct sont extrement filtrés…
D’ailleurs ceux qui dérangent un peu trop ont dû s’en rendre compte : ils n’arrivent jamais à avoir la ligne…
Et oui, dés que vous appelez votre numero est identifié, repertorié et fiché… Il y a ainsi : les « habitués », les « interdits » (ceux qui disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas) et ceux qui sont punis et parfois interdits d’antenne à vie ! Et là c’est l ‘homme en blanc qui décide !
Il décide de qui a le droit de passer à l’antenne ou pas ! Read the rest of this entry »

La plus grande idée reçue sur la manipulation et le bourrage de crâne

http://www.apprendre-a-manipuler.com/medias/la-plus-grande-idee-recue-sur-la-manipulation-et-le-bourrage-de-crane.html

On dit souvent que pour faire changer d’avis quelqu’un, il faut lui « bourrer le crâne ». Qu’il faut  lui injecter de nouvelles idées. C’est faux.

Le bourrage de crâne fonctionne parfois, dans le cadre d’un apprentissage. Un professeur peut faire apprendre une leçon par cœur à ses élèves en leur bourrant le crâne.
Pour la manipulation des idées, le processus est complètement différent. Vous ne ferez jamais changer d’avis quelqu’un en lui bourrant le crâne.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas nos pensées, notre éducation ou nos croyances ou nos idées qui influencent nos actes. Bien au contraire : ce sont nos actes qui influencent nos idées, nos croyances et nos pensées. L’individu rationalise ses comportements en adoptant après coup des idées susceptibles de les justifier. En  clair : j’agis puis j’affirme mes idées en fonction de mes actes. Pas l’inverse. Read the rest of this entry »

Nouveau livre sur les techniques de persuasion

L’art de la persuasion à votre portée

La stratégie de l'illusionnisteÉcrit par le talentueux Vincent DELOURMEL, avec le précieux concours de son ami et confrère Éric CONSTANT, cet ouvrage pour le moins atypique vous explique comment, à l’aide d’astuces psychologiques savamment employées, et une grande maîtrise de la mystification, les illusionnistes sont capables de nous persuader qu’ils accomplissent des miracles sous nos yeux.

L’auteur révèle ainsi les techniques mentales et les qualités personnelles que ces artistes développent depuis la nuit des temps pour provoquer en nous l’étonnement, la surprise et même parfois la fascination. Détournement d’attention, suggestion, contrôle de la perception, maîtrise de soi, adresse manuelle ou encore éloquence, autant de compétences qu’on retrouve à la base de nombreux tours de magie, mais qui peuvent aussi se montrer déterminants dans bien des domaines professionnels.

« Une méthode détaillée étape par étape
utilisable dans notre vie de tous les jours »

L’auteur décrypte d’ailleurs étape par étape un exemple d’approche commerciale utilisant les méthodes de persuasion tirées de l’art des illusionnistes. Quant aux travaux scientifiques présentés dans cet ouvrage, ils mettent en lumière tous les mécanismes de l’attention et de la mémoire qui permettent aux illusionnistes (mais aussi aux commerciaux, aux hommes politiques, aux spécialistes de la communication…) de manipuler notre conscience jusque dans dans notre vie quotidienne. Par conséquent, impossible de ne pas se retrouver dans certaines des situations évoquées au fil des pages.

Mais ce livre va bien plus loin, car il ne se contente pas de nous ouvrir les yeux sur les techniques de manipulation dont nous pouvons parfois être victimes (consentantes ou non) ; il nous donne en fait la clé pour accéder à ces incroyables compétences que nous possédons tous.

ISBN : 978-2-36114-007-6
Date de parution : May 2011
Collection : Mots d’Experts
Poids : 0.280
Dimensions : 15 x 21 cm
Nombre de pages : 200

Prix public : 25 EUR

Version ebook : 20 EUR

Comment les élites occidentales cachent la grandeur de la Chine à leurs peuples

http://chine.aujourdhuilemonde.com/comment-les-elites-occidentales-cachent-la-grandeur-de-la-chine-leurs-peuples

Dans un éditorial intitulé « un seuil sur le chemin pour connaître l’Occident », le Quotidien du Peuple met à jour la manipulation indigne des « élites occidentales », dont l’unique but est d’induire en erreur les opinions publiques sur la Chine. En voici le texte intégral.

Sur le long chemin pour connaître l’Occident, il y a un seuil : l’acte volontaire et intentionnel de l’élite visant à bloquer et à induire en erreur l’opinion sur la Chine. Cet acte remonte au 19e siècle.

Quand je suis arrivée en France, j’ai entendu souvent un adjectif « mystérieuse », quand il s’agissait de la Chine et de la civilisation de la nation chinoise. C’est le mot le plus amical utilisé dans le cas présent. Read the rest of this entry »

Publié par lilichris post non vérifié par la rédaction MANIPULATION DES MEDIAS : Manifestons avec la presse libre / ABANDON DE LA DETTE DES ETATS 22/06/2011 à 16h24 – mis à jour le 22/06/2011 à 17h19 | 441 vues | 0 réactions MANIPULATION DES MEDIAS : Manisfestons avec la presse libre / ABANDON DE LA DETTE DES ETATS La presse, les chaînes de radio et de télévision sont censées nous informer.

http://www.lepost.fr/article/2011/06/22/2530364_manipulation-des-medias-manisfestons-avec-la-presse-libre-abandon-de-la-dette-des-etats.html

La presse, les chaînes de radio et de télévision sont censées nous informer.

Cependant, simple exemple, depuis que le mouvement à vu le jour dans notre pays, qui a entendu vraiment parler des Indignés qui se développe pourtant dans de nombreuses villes de France et à l’étranger ? A peine a-t-on évoqué succintement le mouvement espagnol, parce-que, compte tenu de son ampleur, il était difficile de contenir la propagation des informations concernant ces évènements via le net, et celui de lGrèce, mais uniquement à l’occasion la la négociation de l’aide européenne à ce pays…
Read the rest of this entry »

Ne dites pas à ma mère que je suis journaliste, elle me croit dans une secte

L’emprise mentale du président de la Miviludes sur les journalistes et, à travers eux, sur la population toute entière, surpasse en envergure et en efficacité celle que l’on pourrait attribuer aux soi-disantes « sectes ».

Le marronnier du rapport de la Miviludes est l’occasion d’une déferlante d’articles agitant dans les médias l’épouvantail des « risques sectaires » (dont aucune définition légale n’existe, ce qui offre une autoroute à la répression arbitraire) sans aucun recul, aucune réflexion, aucune analyse véritable. A croire que mes confrères sont envoûtés par la sérénité matoise et la beaugossitude de son président, M. Georges Fenech.

Robert Ménard, chroniqueur sur iTELE (à droite), pose la bonne question à M. Fenech, président de la Miviludes.

Pas un seul article, pas une seule émission (hormis celle, notable, de « Ménard sans interdit » du 15 juin sur iTELE) qui fasse montre d’esprit critique, au moins d’une certaine distance avec les propos du gourou de la sectophobie. Read the rest of this entry »