Archive

Archive for the ‘politiquement correct’ Category

Enfin ! Quand on découvre « La désinformation, arme de guerre », tout devient clair !

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/310118/enfin-quand-decouvre-la-desinformation-arme-de-guerre-tout-devient-clair BLOG : LE BLOG DE LOUIS ROUGNON GLASSON Une quantité de manoeuvres de désinformation-tromperie constatées depuis 2005 concernant notre fonctionnement politique en général, et la politique éducative en particulier, trouvent une explication globale dans le livre de l’écrivain français Vladimir Volkoff, écrit en 1986 mais découvert seulement en 2018, intitulé : « Désinformation, arme de guerre »

NDLR : Je précise que j’ai bien connu Vladimir Volkoff, que j’ai fait inviter à une émission de Delarue (ça se discute) et que j’ai eu la joie d’aller voir dans sa retraite périgourdine peu de temps avant sa mort, et le livre dont on parle ici a toujours été lu ainsi que deux autres parus en 1999 : « Désinformation flagrant délit » et « Petite histoire de la désinformation« . Il a même eu la gentillesse de me citer et de me mettre dans la bibliographie du 2ème. Je dirai même que ce thème a souvent été traité par Vladimir V. à commencer par l’excellent roman qui l’a fait connaitre dans les années 1974 : « Le montage« .  Tout ça pour dire qu’il n’a pas été découvert en 2018. Ce qui n’enlève rien à la qualité de ce texte par ailleurs.

Le présent article a déjà été largement diffusé par courriel. D’autre part, sa version pdf, 8 pages, peut être chargée en cliquant ici : http://alrg.free.fr/PLCP-2016-06-MME-ORTHOGRAPHE/g385-i01-8p-la-desinfo-arme-de-guerre-enfin-tt-devient-clair-c-tract.pdf Ecrit au temps de la guerre froide par l’écrivain français Vladimir Volkoff, le livre « La désinformation, arme de guerre » montre l’existence – d’une méthode de communication parfaitement élaborée pour tromper et asservir les masses, – et d’une armée du mensonge parfaitement organisée pour cela, occupant tous les postes-clés et ayant l’exclusivité pour traiter tous les sujets sensibles, au niveau des médias et des sites internet Voir sa présentation donnée sur internet par un certain Petrus Angel dans son blog : over-blog.com : http://petrus.angel.over-blog.com/article-la-desinformation-arme-de-guerre-125422326.html Citation : « Il est donc question de (…) techniques de propagande caractéristiques des différentes écoles du communisme, lesquelles ont su donner au XXe siècle une ampleur inégalée aux principales méthodes d’utilisation offensive de l’information. – L’école kominternienne, – l’école soviétique (désinformation, manipulation des élites, caisses de résonance), – l’école trotskiste (entrisme et noyautage) – et l’école maoïste (combat du faible contre le fort, contre-information) ont en effet profondément renouvelé et surtout systématisé l’utilisation de l’information à des fins offensives, subversives et déstabilisatrices » A – Les recettes de désinformation démasquées par ce livre sont le prolongement et l’actualisation de la science fondée par Machiavel au temps de la Renaissance Conformément à son utilisation internationale, le mot « désinformation » désigne beaucoup plus qu’une simple absence d’information. Pour éviter la confusion, il serait souhaitable d’utiliser à sa place le mot « désinformatsia », forgé en URSS dans les années 1920 Avec son sens de « désinformatsia », le mot « désinformation » désigne une perversion de l’information, autrement dit toutes les ruses de communication utilisées directement ou indirectement par les différents pouvoirs pour manipuler l’ensemble de la population dans le sens des intérêts propres des manipulateurs Cette science de la désinformation a été conçue par les penseurs de la lutte des classes au temps de la guerre froide dans le but de mettre en place ladite « dictature du prolétariat » B – A partir des années 1980, et surtout après la chute du Mur de Berlin, les purs et durs du communisme, ayant perdu tout espoir d’établir leur dictature sur la France, ont mis leurs compétences au service de leur célèbre adversaire capitaliste. Celui-ci n’a pas manqué de sauter sur cette aubaine. Etant également à l’école de Machiavel, il avait parfaitement compris que, pour asservir les masses, on ne trouvera jamais mieux que des gens et des organisations faisant semblant de les défendre C – Le livre de Vladimir Volkov donne ainsi l’explication à divers problèmes politiques majeurs actuels : Read the rest of this entry »

Banales Absurdités, du Dr Maudrux

 NDLR : enfin une voix dissonante dans le concert des moutons bêlant à l’unisson. Et ça fait toujours plaisir de ne pas se sentir seul !
Le blog du Du Maudrux est un plaisir pour le pratiquant de l’Analyse Relationnelle car il montre que le monde s’est construit sans plan et sans fondations, à partir d’idées et non pas d’observations concrètes des réalités. Au sens strict le monde est tête en bas, mais, comme on a pris l’habitude on ne s’en rend plus compte.
Et cela dans tous les milieux où il y a des gens en position de nous abêtir encore plus.
Voici une lecture saine, qui nous nettoie de ce qu’on lit dans les journaux, dans la boue des réseaux sociaux, et dans les insanités bêtifiantes de la télé, les trois grands cancers moraux de notre époque.

A lire sans modération.
PR

Blog du Dr Maudrux

 

 

 

 

 

 

 

Posté le  par Gérard Maudrux

En l’espace de huit jours, l’accumulation de petites choses montre à quel point la France est devenue un pays où tout est interdit, où règnent l’absurdité et l’arbitraire, le peuple semblant s’habituer à tout. En fait étranglés par les prélèvements et étouffant sous les règles administratives, les Français ne supportent pas tant que cela, la consommation d’anxiolytiques et le burnout croissants ont sans doute là une explication.

Si les utopies d’hier sont les vérités d’aujourd’hui, les absurdités d’hier sont aujourd’hui des banalités.

A Paris c’est une usagère du métro (enceinte de surcroît) qui a dû s’acquitter d’une amende de 60 euros sans préavis pour avoir emprunté un couloir dans le mauvais sens. Tout le monde circule dans tous les sens, seuls quelques-uns, au hasard de l’humeur du jour de quelques contrôleurs zélés seront taxés. (Absurdité : circuler sans billet coûte moins cher, 50 € !).

Dans le Vaucluse, Geneviève, 89 ans, comme beaucoup à son âge, n’a pas d’ordinateur ni internet. A l’heure de la dématérialisation (elle ne sait pas non plus ce que cela veut dire), elle a payé un impôt en envoyant un chèque. Ce chèque a été encaissé, mais les services fiscaux lui envoient une amende de 15 € pour « non-paiement dématérialisé ». Au passage, les caisses de retraite ont aussi cette obligation d’encaisser des pénalités dans le même cas. Pas de chance, d’autres départements sont moins zélés.

Ici c’est un automobiliste qui se fait verbaliser car il téléphonait dans sa voiture. Tant pis si la voiture était garée, moteur coupé. Tant pis si l’esprit de la loi n’est pas respecté, la loi elle est respectée à la lettre par un fonctionnaire irréprochable.
(Lire la suite…) Read the rest of this entry »

Le paquet neutre sans effet sur les ventes, de Paolo Garoscio

http://www.economiematin.fr/news-paquet-neutre-ventes-baisse-effet-impact-moche-echec-reforme

NDLR : bon on peut dire bien des choses sur nos gouvernants, nos lois autant stupides que liberticides, qui vont finir par nous interdire… de vivre. On peut dire qu’ils sont sont appâtés par le gain, par le Pouvoir, certes, mais comment peut-il en être autrement. A leur place nous ferions la même chose : comme le disait déjà Coluche en son temps : « A quoi sert d’avoir le Pouvoir si ce n’est pas pour en abuser« . Donc, logiquement je ne leur ferai pas ce reproche, je trouve même que ce sont des réactions de petites gens, de jaloux.
En revanche, nous prendre pour des cons, ça c’est impardonnable, nous infantiliser ce devrait être puni de mort !
Prenons l’exemple ici du paquet neutre. Nos sommités intellectuelles se sont dit : avec des photos horrifiques, nous braves gens vont avoir peur de ressembler à ça et vont arrêter de fumer, et surtout les jeunes qui  n’ont pas encore commencé à fumer ne vont pas s’y mettre. Bon : résultat des courses, pas de changement et même par rapport au premier trimestre 2016, une légère augmentation. Laissons tomber les chiffres le problème n’est pas là. Le problème est qu’ils n’ont rien compris et que, puisque ça ne marche ils vont insister, en rajouter, encore et encore. Faire ce que nous disons avec l’école de Palo Alto (quésaco ?) : « Faire encore plus de la même chose« . C’est ce que j’appelle le syndrome de la poule qui se cogne au grillage pour sortir, encore et encore, et finit par se blesser, sans voir que tout à côté, la porte du poulailler est ouverte.

Mais ça ne marchera pas. Pourquoi ? Parce que, nos braves incultes, ne connaissent pas les lois de la communication. Ils ne savent pas que montrer des images horribles sur un paquet cela reste abstrait, c’est du papier, et c’est quelqu’un d’autre, celui qui regarde ne se sent pas concerné, alors que le plaisir de fumer est dans le domaine du concret.
Il n’y a donc aucun rapport entre les deux éléments, aucune raison que cela puisse marcher ; d’un côté des arguments, de l’autre un plaisir dont on en peut se passer. 

Et puis, il y a encore une autre raison pour que cela ne puisse marcher : une photo horrible, la première fois qu’on la voie, elle nous choque comme nous choque un blessé sur la route, un malade à l’agonie avec ses tuyaux partout et son visage blafard, puis on oublie vite car il fait soleil… Un accident sur la route et nous ralentissons pendant quelques kilomètres, puis ensuite le pied sur la pédale nous démange…
Donc, pour moi le vrai problème est que de deux choses l’une : ou bien ceux qui pondent ces lois (ce qui prouve qu’ils sont bien des poules) : ou bien ils sont bêtes et je ne le crois pas, en tous cas ils ont eu l’intelligence d’arriver à des postes de prestige qui permettent d’emmerder les gens, ou bien ils sont ignares dans un des domaines les plus importants : comment fonctionne nos esprits, et comment nous convaincre à respecter leurs dictats. C’est ça qu’il devraient apprendre, et qu’on devrait même apprendre à l’école ! Le route est longue et ne sera pas un long fleuve tranquille.

Précision importante : je ne suis pas fumeur !

———————————————————————————————————————————————————————————————————–
Il aura fallu des études pour comprendre quelle était la « pire couleur » pour trouver la couleur du paquet neutre, un vert kaki foncé ; il aura fallu des débats houleux et des conflits avec les cigarettiers mécontents qui menaçaient de saisir la justice ; il aura fallu le mettre en place, décider de la police d’écriture… pour rien. Le paquet neutre ne semble pas avoir l’effet escompté.

Une baisse des ventes de cigarettes en janvier 2017 mais…

C’est BFMTV qui dévoile, le 7 avril 2017, ce résultat : le paquet neutre ne semble pas avoir été utile. Car si les chiffres obtenus par la chaîne d’informations sont positifs dans la lutte contre le tabagisme, une baisse de 1,7 % des ventes de cigarettes entre janvier et mars 2017, ce n’est pas une victoire. Sans compter que cette baisse est largement à relativiser : les ventes de tabac à rouler ont augmenté de 0,3 % sur la même période.

La baisse des ventes du premier trimestre semble normale : BFMTV a interrogé une source industrielle qui précise que « cette tendance baissière dure depuis plusieurs années et continue mais il n’y a aucun effet du paquet neutre. »

Le prix du paquet est le seul argument que les Français entendent Read the rest of this entry »

VOUS RENDEZ VOS ENFANTS BÊTES, MÉDIOCRES ET IDIOTS ! de Charles SANNAT

http://www.economiematin.fr/news-enfants-education-monde-moderne-betise-instruction-sannat

Les enfants de CM2 ont, en 2015, fait 17,8 fautes sur une dictée alors
que sur la même dictée ils n’en faisaient que 10,6 en moyenne en 1987.

Rassurez-vous, je ne vous insulte pas. D’ailleurs, si vous lisez cet article, vous ne le méritez pas ! En revanche, je provoque, je provoque volontairement par ce titre car je suis excédé du spectacle lamentable qu’il m’est donné de contempler et du gâchis effroyable que nous faisons des capacités de nos enfants.

Alors oui, je le dis, « vous », « nous » rendons nos enfants crétins ! Cela doit être dit encore et encore jusqu’à ce que cela change.

Dans cet article, je vais d’abord vous parler d’un constat que vous partagez sans doute. Puis nous allons prendre un exemple actuel des conséquences terribles où nous laissons des « gamins » de 20 ou 30 ans pas cher payés faire des bêtises énormes, et donc des conséquences très concrètes et prévisibles de la mauvaise éducation que nous leur donnons. Enfin, je proposerai quelques pistes… pour guérir à défaut la société au moins nos enfants à nous !

Rendre les gens chaque année un peu plus crétins et décérébrés que l’année d’avant c’est le travail auquel s’attelle avec une constance inouïe le système totalitaire marchand actuel.

Et pour cause ! Un bon consommateur est un idiot ! Il faut être bien endoctriné pour acheter très cher des trucs dont on n’a pas besoin avec de l’argent que l’on n’a pas, produits dans des pays low-cost, c’est-à-dire pratiquant le dumping social, environnemental et évidemment fiscal !!

Alors l’objectif majeur est de rendre les masses le plus incultes possible. La dernière trouvaille est donc de mettre les écrans à l’école, massivement, car vous comprenez, les élèves vont mieux comprendre sur une tablette que sur un livre… Bêtise !

Un cancre restera un cancre, qu’il écrive avec de l’encre ou sur une tablette, à ceci près que les écrans, dans leur globalité, ont une influence directe sur le fonctionnement de notre cerveau. Pour celles et ceux qui se demandent pourquoi leurs enfants sont aussi agités, avec autant de problèmes de concentration, inutile de vous ruer chez le médecin pour le faire diagnostiquer « hyperactif » ou « très en avance » comme c’est la mode et de le traiter avec de la Ritaline. Un simple sevrage des écrans sera suffisant dans 95 % des cas…

Je remets ci-dessous l’excellente conférence de l’auteur de TV lobotomie. Après, que vous aimiez regarder la télé c’est une chose, mais il faut savoir les dangers et les ravages des écrans. Autour de nous, les témoignages de parents trouvant leur enfant très fatigué le matin alors qu’ils ont joué à la « tablette » toute la nuit se multiplie… Ils sont des zombies !!

Savoir se remettre en cause ! Read the rest of this entry »

Différences de salaires entre hommes et femmes ou entre femmes et mères ? de Gabrielle CLUZEL

http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/differences-de-salaires-entre-hommes-et-femmes-ou-entre-femmes-et-meres,293086?mc_cid=7b4d225f20&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : ma foi, dans ma vie professionnelle qui touche à sa fin, j’ai toujours été entouré de femmes, jeunes et moins jeunes  et parfois mamans et dans ma profession de formateur, je pense que, de façon statistique, les femmes sont légèrement supérieures en compétences relationnelles aux hommes.
Donc je crois mordicus après 40 ans de direction de petites entreprises que :
– d’une part à travail égal salaire égal doit être une règle évidente et quasi sacrée, rien ne justifie qu’elle ne soit pas respectée mais justement d’après l’auteur de cet article il semble que cette règle EST respectée et que le problème n’est pas là
– d’autre part, je crois aussi qu’un patron responsable doit tenir compte des risques qu’il prend en embauchant tel ou tel type de personnes, donc qu’une femme fait prendre des risques à son entreprise en s’absentant longuement pour une arrêt grossesse, et que cela doit être pris en compte. Ce qui fait que, par voie de conséquence elle se heurtera alors au fameux plafond (de verre ?) qui lui interdira les postes de responsabilités et de direction, là où justement on ne peut pas s’absenter longtemps sans… perdre son poste.  
Il faut faire avec  cette contradiction et cet article est salutaire pour montrer qu’il ne faut pas se tromper de guerre. La guerre serait qu’il faut habituer les hommes à prendre de longs congés de paternité comme les femmes… et l’histoire de l’égalité des salaires se résoudrait  d’elle-même. Et là ce n’est pas gagné !

Un collectif féministe – Les Glorieuses – a appelé les femmes à une manifestation virtuelle le lundi 7 novembre à 16 h 34. Selon elles, en effet, si les femmes étaient payées autant que les hommes, elles pourraient s’arrêter de travailler à cet instant.

On se gratte la tête. Un truc ne colle pas. Si, toutes choses égales par ailleurs, les femmes étaient réellement moins bien rémunérées que les hommes du seul fait d’être femmes, tous les chefs d’entreprise, avec cynisme, se battraient pour employer des femmes, il n’y en aurait plus une seule au chômage.

De la même façon que l’on s’empresse de délocaliser en Chine ou en Inde, pour payer la main-d’œuvre des cacahuètes, on s’installerait dans Gynéland, le pays de la femme où le salariat est discount.

La vérité est évidemment ailleurs, révélée, en mai dernier, par une étude de Glassdoor Economic Research, et relayée par Le Parisien sous le titre « Les Françaises sans enfant sont mieux payées que les mamans » : « En France, à poste égal, les femmes sans enfant gagnent 0,4 % de moins que les hommes. Un taux proche de l’égalité. En revanche, celles qui ont eu au moins un enfant gagnent 12,4 % de moins que les hommes. »

Donc, il ne s’agit pas d’une discrimination « sexiste » entre hommes et femmes, mais mécanique (mesurable en temps consacré à l’entreprise), entre femme sans enfant et mère.

Les féministes le savent bien, en réalité, qui dénoncent régulièrement la maternité comme une entrave à la vie professionnelle, voyant dans la pilule et l’IVG et tout ce qui permet de planifier, ajourner, éviter un bébé comme un élément de libération. Pour lutter contre la discrimination que subissent les mères, il faudrait donc qu’elles ne le soient pas ? Pour lutter contre la discrimination que subissent les Noirs, préconise-t-on, dans la même logique, de les rendre blancs ?

La justice, pour pallier cette inégalité, commanderait au contraire d’aider les mères à l’être pleinement sans renoncer à leur revenu.

Or, quelle féministe « glorieuse » entend-on dire que si la maternité induit une perte de revenu, celle-ci devrait être compensée par de « vraies » allocations familiales, attendu que chaque enfant est un investissement dans l’avenir dont bénéficiera toute la société ?

Quelle féministe « glorieuse » promeut le télétravail (une majorité de Français y sont favorables, comme le révèle une enquête Ipsos publiée il y a quelques jours et relayée par Les Échos), qui résoudrait bien des problèmes d’absentéisme ou de temps partiel liés à la grossesse et à la garde des enfants ? Bien sûr, tous les métiers ne s’y prêtent pas, mais puisque le secteur tertiaire est hypertrophié, pourquoi ne pas en tirer parti, en inversant les rapports – physiques avec la famille, virtuels avec les collègues de travail – dans un sens, somme toute, plus naturel. Read the rest of this entry »

Monseigneur Vingt-Trois a raison : la vérité nous rendra libres ! de François TEUTSCH

http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/monseigneur-vingt-trois-a-raison-la-verite-nous-rendra-libres,274359?mc_cid=8a5ff09c7b&mc_eid=443cdc6b1f

image

Il a osé évoquer, avec des mots polis comme de l’agate, une société qui se drape dans des « valeurs »
sans être capable de les définir.

 

Avocat
La trêve du respect et du recueillement n’aura pas duré le seul temps de la stupeur. Après l’épouvantable assassinat du père Jacques Hamel, ce ne sont pas seulement les politiciens de tous bords qui se sont déchaînés. Certains esprits serrés, ou de simples imbéciles, s’en donnent à cœur joie à coups de déclarations dont la bassesse le dispute à la bêtise.

Une illustre inconnue, nommée Julie Le Goïc, élue municipale de Brest, a osé tweeter : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? » L’ignominie à l’état pur. En bonne héritière du Père Duchesne, l’un des journaux les plus ignominieux de la Révolution, qui appelait chaque jour au massacre, cette moderne Hébert n’hésite pas à qualifier ce malheureux de pédophile. Lui, bien entendu, mais avec lui tous les prêtres. Elle n’hésite pas à maintenir ses propos dans une série de réponses dont la lecture donne la nausée. Sans doute était-elle, au premier rang des gauchistes, à s’émouvoir de l’exécution de ses amis de Charlie Hebdo en janvier 2015. À marcher dans les rues, le visage fermé, au nom du « vivre ensemble ». Cette phrase mériterait des poursuites pour apologie de crime terroriste. Nul doute que le gouvernement ne bougera pas. Read the rest of this entry »

Interdiction de la fessée, Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/interdiction-de-la-fessee-la-reforme-du-quinquennat-hollande-enfin-votee,269786?mc_cid=35d0e3ddf8&mc_eid=443cdc6b1f

 

NDLR : d’abord on peut se demander pourquoi pondre des lois quand on avoue d’avance qu’on ne puniera pas ceux qui la transgresseront. On peut se demander aussi pourquoi des lois qui vont à l’encontre des habitudes bien ancrées chez nos contemporains. On peut enfin se demander pourquoi pondre des lois concernant la vie privée des gens, sinon pour occulter le fait qu’on est incapables de résoudre les vrais problèmes. Pourquoi pondre des lois quand on sait que c’est le Peuple qui décide, aussi bien des mots qu’il veut utiliser, que des habitudes du cercle familial. On a envie de dire : de quoi je me mêle ? Bien sûr, il n’est pas question de laisser les mères de famille enfermer leur progéniture dans les congélateurs, ça c’est un crime, mais une claque de temps à autre devant des gamins arrogants qui ne respectent plus leurs parents, une fessée chez un petit désobéissant… oui je crois vraiment que ça ne peut pas faire de mal pour l’avenir de nos chers bambins. En tout cas moins que la permissivité à outrance. Alors, quand je vois comme l’autre jour dans un supermarché une jeune mère dire à son fils d’une dizaine d’années : « Tu vas arrêter car tu vas t’en prendre une bientôt, ma main me chauffe » et encore pas plus tard qu’hier, un père (un géant de plus de 2 mètres) qui a giflé violemment sa fille de 15 ans en public… (et là je n’approuve pas bien  sûr), je me dis que vraiement cette loi-là, va venir s’entasser dans les cartons de toutes celles qui n’ont jamais été appliquées.
Le vrai problème ici n’est pas d’éducation mais de la déviation du rôle de Gouvernant !

En fin de semaine dernière, sous la pression de l’Europe qui avait dénoncé nos agissements coupables, l’Assemblée nationale adoptait un amendement au « projet de loi égalité et citoyenneté ». Celui-ci devrait être voté à l’heure où je vous écris. À la grande joie des petits et moyennement grands, il va mettre un terme à des siècles de sévices et de tortures. Qu’on dit.

L’article 371 alinéa 1 – c’est de lui qu’il s’agit – prévoit ainsi que les parents doivent, à partir de maintenant et jusqu’à désormais,« s’abstenir de tout traitement cruel et dégradant » à l’égard de leurs enfants. Soit, précisément, ni gifle, ni taloche, ni rouste, ni torgnole, ni peignée, ni beigne, ni raclée, ni branlée, ni déculottée, ni fessée et autre coup de pompe dans le train. Read the rest of this entry »

SG et AR, exemple 3 : Les recruteurs formés à la non-discrimination, de Charles ROUVIER

http://www.bvoltaire.fr/charlesrouvier/dorenavant-les-recruteurs-dentreprise-seront-formes-a-la-non-discrimination,268118?mc_cid=4c2c05a10a&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR / quand on vous dit que les généralisations sont partout et que l’AR permet de les débusquer. Ici nous avons un concept général qui est représenté par le terme ‘discrimination‘ qui ne veut rien dire en soi comme tous les termes généraux pouvant s’appliquer dans un nombre tellement grand de cas, de situations, aussi bien dans nos vies personnelles que professionnelles, et bien sûr aussi dans les lois qui sont elles-mêmes de type : injonctions générales. Discriminer c’est faire des différences dans nos observations et dans les façons dont nous traitons les autres, donc nous discriminons tous et tout le temps. Si je préfère mon épouse à celle de mon copain Michel, je discrimine, si je choisis tel partenaire pour me seconder et non pas tel autre je discrimine, si je préfère une jolie fille pour tenir un stand dans un salon, à la mocheté à moustaches qui s’est aussi présentée (et oui ce n’est pas de sa faute, mais…), je discrimine…etc.
La discrimination est partout, la discrimination c’est la vie. Et le bon Dieu, si tant est qu’il existe, n’a fait que ça, sinon je n’aurai pas autant de maladies alors que mon cousin se porte comme un charme à presque 100 ans, je ne serai pas aussi moche alors que l’imbécile qui habite à côté de chez moi est beau comme un Dieu…
Alors recruter c’est discriminer comme le dit Charles ROUVIER dans ce texte.  Je ne sais pas quelle sera la teneur de cette nouvelle loi si elle passe, mais si les termes sont : ne pas discriminer« , elle est comme les autres, inapplicable, car il faut préciser dans quels cas. Et si les termes sont : on doit choisir de préférence des personnes de telle ou telle catégorie pour un poste donné, même si elles sont moins compétentes, alors elle est injuste.

Les recruteurs d’entreprises devront suivre, au minimum tous les cinq ans, une formation à la non-discrimination. C’est ce que prévoit, maintenant, la loi « Égalité et itoyenneté », grâce à un amendement voté vendredi dernier à l’Assemblée nationale.

L’empire de l’absurde s’étend toujours plus : ceux dont le métier est de discriminer (les paresseux des travailleurs, les intelligents des idiots, les rapides des lents, les compétents des incompétents) seront formés à ne pas discriminer. Et pas qu’une fois : tout les cinq ans ! Pourquoi tous les cinq ans ? Mystère, mais il est permis de supputer, comme on dit. Peut-être les socialistes comptent-ils créer à chaque législature de nouvelles minorités protégées, et donc de nouvelles catégories d’électeurs qui verront dans leur privilège un motif de gratitude. Un peu comme on fait, chaque année, une promotion de Légions d’honneur. Soyons-en sûrs : les émirs du Qatar seront tôt ou tard sur la liste des minorités opprimées.

Si l’objectif était louable en soi, pour peu qu’on lui donne crédit, ce ne serait pas aussi préoccupant. Mais, selon les propres termes des partisans de cette loi, l’objectif n’est pas d’assurer l’égalité mais de favoriser les minorités au détriment des autres. C’est même pour cela qu’ils ont renoncé à rendre le CV anonyme obligatoire : s’il est anonyme, comment pourra-t-on fermer la porte au mâle blanc catholique, donc raciste ? Bah oui, faut réfléchir aussi et surtout être cohérent – il en va quand même de l’égalité !

On plaisante, on plaisante, mais l’heure est grave. À nouveau, la puissance publique est détournée pour l’application d’un programme idéologique. Les socialistes, au prétexte usé jusqu’à la corde et dont plus personne n’est dupe, d’ailleurs, de réduire « les injustices », instaurent la mise sous tutelle des consciences. Il ne suffit pas de punir par des peines toujours plus lourdes des actes toujours plus équivoques et vaguement définis de discrimination, il faut étouffer dans l’œuf, c’est-à-dire dans le cerveau, toute idée non conforme à leurs obsessions.

La répression et l’endoctrinement, les deux bras avec lesquels la gauche construit ses chimères depuis toujours, se renforcent ainsi l’un l’autre. Cette disposition, comme tant d’autres du même genre, trahit le rapprochement du socialisme avec les pires révolutions qui lui ont donné naissance, là où tout le monde est présumé coupable de sentiments divergents et où tout le monde doit être rééduqué. Pas de droit, pas de liberté, pas de propriété, pas de nature. La seule loi qu’il connaît est la loi des suspects. Read the rest of this entry »

SG : Si l’on soigne la femme comme l’homme, on la soigne mal

http://www.leparisien.fr/informations/si-l-on-traite-la-femme-comme-l-homme-on-la-traite-mal-19-07-2014-4011941.php

NDLR : dans la catégorie des applications de la SG à l’analyse des propos de nos contemporains, voici un exemple de plus. D’un coté nous avons les analyses de concepts et entre autres ici le concept hautement nuisible de la parité, et de l’autre les réalités biologiques. Que les femmes réagissent différemment aux médicaments et aux traitements que les hommes c’est un fait, que tout le monde doit être traité de la même façon c’est une croyance. Un raisonement sicentifique devrait faire admettre à tous et à toutes, que le fait doit dominer la croyance, mais il n’en est rien. De plus en plus, au fil des décennies, nos contemporains donnent tort aux faits au nom de leur croyance. C’est de l’obscurantisme et dans le cas cité ici, c’est de plus dangereux. Ne pas reconnaître les différences biologiques, naturelles, entre les hommes et les femmes au nom d’un genre unique, c’est proprement de la bêtise. Pour nous, pratiquants de l’AR il est clair qu’il faut combattre ce genre de bêtise qui va nous ramener tout droit à l’ère préhistorique. Ou alors, au nom de la aortiué il va falloir obliger les hommes à accoucher ou interdire aux femmes de le faire !

Claudine Junien, professeur de génétique à l’Inra

Claudine Junien est en train de créer un groupe de travail commun à l’Académie de médecine et à l’Académie des sciences pour faire reconnaître la nécessité de tenir compte des différences entre les hommes et les femmes.Pourquoi militez-vous pour différencier les sexes ?CLAUDINE JUNIEN. Si l’on veut une vraie parité en santé, la prise en compte des différences biologiques s’impose. Si l’on traite la femme comme l’homme, on la traite mal. Or, que ce soit lors de la recherche sur l’animal ou lors des études cliniques, une étude sur cinq seulement se penche sur la différence de sexe. Pourtant, une molécule efficace pour l’un ne le sera pas — ou différemment — pour l’autre. Conséquence : les effets secondaires des médicaments, quatrième cause de mortalité chez les femmes, les touchent une fois et demie à deux fois plus que les hommes. J’aimerais que l’on mesure un jour ce que cela coûte ! Connaître ces réactions de l’organisme liées au sexe, c’est aussi ouvrir une voie inexploitée pour améliorer et inventer des traitements plus personnalisés.

L’égalité homme-femme n’existe donc pas ? Read the rest of this entry »

Par peur des « atteintes sexuelles », interdit de souffler dans la trompette ! de Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/par-peur-des-atteintes-sexuelles-interdit-de-souffler-dans-la-trompette,261342?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=9684e5a6cb-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-9684e5a6cb-30469153&mc_cid=9684e5a6cb&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : quand le principe de précaution rejoint la pudibonderie à outrance et l’imbécilité absolue cela donne ça ! Bon, ce n’est pas encore une loi, juste un dossier sur le bureau d’un (d’une sûrement !) technocrate quelconque, mais le fait même qu’un cerveau dérangé ait pondu cette idée nous donne une idée de la décadence dans laquelle nous sommes tombés. Il est vrai que je me souviens des cours que je donnais dans les matières que je connaissais dans les années 1965 ! Et de cette petite mignonne qui me recevaient en peignoir pour le cours, en peignoir souvent ouvert sur le paradis. Et on dit après que les hommes sont de dangereux obsédés ! Et les femmes alors, là je réclame la parité.
Bon trêve de plaisanterie, l’idiotie de ce genre de réfléxion n’est pas là mais encore une fois dans le fait que sa Majesté Généralisation a frappé. Il suffit qu’un professeur (mâle ou femelle) regarde avec con-cupiscence son élève (mâle ou femelle) pour qu’un technocrate attardé (mâle ou femelle ?) ponde une loi. A ne plus considérer une exception comme une exception, ce n’est plus de la prévention, c’est du suicide ! Une fois qu’on aura supprimé toutes les possiblités pour deux personnes de se trouver en tête à tête quelque part, que restera-t-il de notre belle société ? Oui, Coluche ce grand philosophe des temps modernes, avait raison : tout ce qui n’est pas obligatoire doit être interdit.  

Un rapport intitulé « Mission de prévention, de signalement et de traitement des risques d’infraction sexuelle sur des mineurs par des agents de la ville », rédigé il y a juste un an, va être débattu au Conseil de Paris à partir du 13 de ce mois dans le cadre de la réforme des cours de musique. Au menu : la fin des cours de musique individuels pour éviter tout risque d’agression sexuelle.

Car les rapporteurs en sont sûrs : tout professeur qui enseigne l’art de souffler dans la flûte et la trompette, de jouer du piston ou de tirlipoter la mandoline est un violeur en puissance. Les cours individuels, disent ces doctes personnes, sont « porteurs de risque de dérapages importants, du fait […] de rapports de proximité et de séduction, et d’un contexte musical marqué par la banalisation des relations sexuelles entre maître et élève ».

De quoi donner à croire aux parents que les cours d’instrument sont de vastes partouzes… Ce qui déclenche, on le devine, la fureur du corps enseignant des conservatoires parisiens.

Car les pères la vertu ne s’arrêtent pas là. Le Parisien, qui s’est procuré le rapport, cite ainsi cet autre morceau de choix relatif à l’encadrement des stages d’été proposés aux élèves de conservatoires. Si l’on en croit les auteurs, ces stages « constituent des lieux à haut risque […] propices aux rapports de séduction […] à la promiscuité et aux soirées en présence de drogues et d’alcool ».

Pour en avoir fait pas mal dans ma jeunesse, je vais expliquer à ces préfets des mœurs comment se passe un stage de musique. D’abord, on arrive avec les morceaux « à travailler » – un concerto et quelques grandes études – dans les doigts. Après, c’est lever de bonne heure, travail individuel pour les courageux entre le petit déjeuner et les cours de la matinée : c’est-à-dire leçon individuelle, donc « critique », en présence de la classe. Après-midi consacrée au travail de groupe (musique de chambre, orchestre), dîner, et souvent répétition supplémentaire avant le coucher. Car le but, Messieurs les censeurs, ce sont les concerts de fin de stage avec, pour les plus méritants, des solos que chacun voudrait bien décrocher ! Alors penser que les (rares) temps libres se passent en parties de jambes en l’air et de défonce relève du pur fantasme !

Pour un professeur de contrebasse licencié en 2015 du CRR (conservatoire à rayonnement régional) de Paris pour avoir entretenu, durant deux ans, une liaison avec une élève, on est prêt à réglementer de façon totalement absurde l’enseignement de la musique instrumentale ! Signalons, au passage, que la jeune femme a attendu sept ans pour porter en justice une affaire connue de tous comme une véritable histoire d’amour, y compris de sa mère avocat…

Ulcérés, les professeurs de conservatoire dénoncent : « Le parti pris affiché dans ce rapport est parfaitement injurieux. Les rédacteurs de ce texte ignorent, semble-t-il, tout des pratiques pédagogiques, par préceptorat, qui sont celles des conservatoires. Elles ne correspondent pas aux méthodes en cours dans l’Éducation nationale, mais elles permettent une grande souplesse, l’adaptation au projet individuel de chaque élève. Et c’est beaucoup plus efficace que des cours magistraux ! »

Enfin, si l’on suit les recommandations de ces obsédés de l’agression sexuelle, il faut aussi et surtout interdire de toute urgence les cours de danse ! Car plus encore peut-être que les professeurs d’instrument, les maîtres de danse ont en effet toute latitude pour « toucher » leurs élèves dont ils corrigent et rectifient sans cesse les postures !

Et, pendant qu’on y est, supprimons aussi le chant, la gymnastique, le patinage, l’athlétisme, le tennis, le judo, la natation… bref, tout ce qui met le corps en mouvement et se pratique sous les conseils d’un maître ou d’un entraîneur.

 

Grandeur et décadence des réseaux sociaux, et on voudrait que je les aime en bloc !

http://rue89.nouvelobs.com/2016/04/03/signe-temps-lautocensure-gagne-les-reseaux-sociaux-263636

NDLR : depuis le temps que, même mes amis, me reprochent de ne pas être suffisamment enthousiaste envers les réseaux sociaux, qui, selon moi nous permettent de communiquer envers des complets inconnus avec le corollaire que nous ne savons plus communiquer avec nos  amis, les vrais, pas ceux de Facebook (et depuis quand avons-nous des amis que nous n’avons jamais vus ?).

Et puis à quoi servent des systèmes permettant de communiquer avec soi-disant le monde entier, si on n’a perdu la liberté d’expression, à mon avis le plus grand bien qu’on puisse offrir à un citoyen. Mais la liberté d’expression ne doit pas souffrir d’exception, on doit pouvoir tout dire, se moquer de tout et de tous et laisser les gens s’arranger entre eux. Donc ne pas être surveillé sous prétexte de terroristes rodant les parages. Qu’on détruise les terroristes voilà une bonne chose, tout le monde acquiesce, mais qu’on traite un brave homme (ou femme) en train de se renseigner sur le web comme un terroriste, qu’on empêche des courants importants de l’opinion de s’exprimer dans les média où l’on est vus , voilà qui sent la dictature de la pensée unique, donc idiote et décadente.
A force de se priver de la multitude d’opinions, d’inventions, de créativité, des gens de valeur, donc parfois originaux et dérangeants, une société se met à la merci de n’importe quelle barbarie, à commencer par celle des traders et autres vrais voyous, vivant comme des sangsues de nos efforts. Comme le dit Charles Sannat : dépêchez-vous il est déjà trop tard !

Depuis qu’ils savent que leurs communications sont susceptibles d’être interceptées par la NSA, les Américains sont-ils plus prudents dans leurs posts ?

C’est ce qu’a voulu savoir la chercheuse américaine Elizabeth Stoycheff. Elle a donc demandé à 255 individus de participer à une enquête en ligne. Les participants commençaient par répondre à des questions sur leur consommation de média, leurs opinions politiques et leurs caractéristiques psychologiques en général.

La surveillance renforce la majorité

Ils découvraient ensuite un (faux) article de presse sur un sujet clivant (la décision américaine de ne pas suspendre ses frappes sur l’Etat islamique autoproclamé), auquel on leur demandait de réagir comme si ç’avait été un post sur un réseau social.

Une partie des participants voyaient alors s’afficher un message leur rappelant que leurs opinions pouvaient potentiellement être surveillées par la NSA. Résultat :

« Pour la majorité des participants, la probabilité d’exprimer son opinion dans un climat hostile diminuait significativement lorsqu’un rappel de la surveillance du gouvernement avait été lu. »

La chercheuse souligne :

« Cette étude est la première à donner des preuves empiriques que les programmes de surveillance en ligne peuvent menacer l’expression des opinions minoritaires, et contribuer à renforcer l’opinion dominante. »

Autre résultat intéressant : les individus qui se disaient le plus en faveur de la surveillance étaient aussi ceux qui se pliaient le plus à ce conformisme, évitant d’exprimer leur opinion quand ils se savaient en minorité.

Dessin tiré du

Dessin tiré du « Silence » d’Auguste Préault – Seriykotik1970/Flickr/CC

La chercheuse a déclaré au Washington Post  : Read the rest of this entry »

La démocratie n’est pas la mollesse, nous devons être implacables

http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/la-democratie-nest-pas-la-mollesse-nous-devons-etre-implacables,247026?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7a96d0e3f1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7a96d0e3f1-30469153&mc_cid=7a96d0e3f1&mc_eid=443cdc6b1f

Et c’est reparti : les vannes sont grandes ouvertes aux flots de l’émotion, les petites bougies sont allumées, on dessine des cœurs et on est« Bruxelles », comme on était« Charlie ». Lorsque Mme Mogherini, Haut Représentant de l’Union européenne, s’est effondrée en pleurs en sortant l’un des poncifs du politiquement correct (« Nous croyons à un islam de paix ») et qu’elle s’est réfugiée dans les bras du ministre des Affaires étrangères jordanien, Nasser Judeh, visiblement surpris, elle a dû réjouir nombre d’islamistes devant leur petit écran. Le caractère féminin de l’Europe était affiché. Après Maman Merkel prête à accueillir toute la misère du monde, il y avait la petite sœur Federica en larmes devant une violence qui n’est pas de son monde. Quelle joie de faire craquer ces petites natures fragiles !

Pour ma part, je préfère la formule virile de Vladimir Poutine : « On va les buter jusque dans les chiottes. » Quant au préjugé sur la fragilité féminine, je me souviens de la fermeté de Mme Thatcher envers les terroristes qui le démentait clairement. Les bonnes âmes s’étaient émues. Elle avait pourtant raison. La politique n’est pas une question de sexe, mais elle doit être une action déterminée par l’intelligence et la volonté que ni le sentiment ni l’émotion ne sauraient paralyser lorsqu’elle repose sur la légitimité démocratique.

Il n’y a pas la moindre pitié à avoir envers ceux qui n’ont aucun respect pour la vie, pour la vie innocente !

Il est plus facile aux désinformateurs mondains – ceux qu’on appelle encore des journalistes, par habitude – de faire de la morale à deux sous plutôt que d’affronter la réalité. C’est ainsi que la revenante Anne Sinclair s’en prend à Robert Ménard. Son tort ? Avoir rappelé que le problème de la France n’était pas le racisme, et que les attentats n’étaient pas commis par PEGIDA.

La démocratie n’est pas la mollesse. Ce n’est pas l’action publique entravée et rendue impuissante par les règles. Le droit doit protéger les libertés personnelles de ceux qui vivent en paix avec la société. Mais il doit aussi autoriser la dissuasion et la répression ferme et rapide des actes qui enfreignent la loi, c’est-à-dire l’expression de la volonté du peuple. Lorsque c’est la guerre, alors la démocratie doit être dure, impitoyable, précisément à mesure de sa légitimité. Il n’y a aucune raison de faire preuve de plus de faiblesse envers l’État islamique qu’envers le nazisme. Certes, les objectifs et les moyens ne sont pas comparables, mais le mépris de la vie humaine est identique.

Or, on a laissé par paresse, par faiblesse et par ignorance grandir trois menaces.

La première a une armée et un territoire, c’est l’État islamique que la colossale puissance militaire occidentale n’ose pas détruire en collaboration avec la Russie parce qu’elle vise à la fois les facilités économiques procurées par des alliances douteuses et le confort des guerres homéopathiques sans soldat.

La seconde est l’affaiblissement des cohésions nationales par le mirage du métissage et le fantasme du multiculturel. La multiplication d’enclaves ethniques est un champ de mines que nous avons nous-mêmes installé sans en conserver le plan.

La troisième est l’affaiblissement des États-nations. Des « machins » tendent à s’y substituer, qui associent à d’incessants ballets de personnages superflus l’incapacité grandissante à résoudre les problèmes. Read the rest of this entry »

« Les intellectuels sont aujourd’hui souvent plus proches des réalités concrètes que les élites mondialisées… »

http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/intellectuels-aujourdhui-souvent-plus-proches-realites-concretes-elites-mondialisees,238919?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=90ed5bf657-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-90ed5bf657-30469153&mc_cid=90ed5bf657&mc_eid=443cdc6b1f

Entretien avec Alain de BENOIST
En France, les intellectuels ont toujours été critiqués : prompts à couper les cheveux en quatre, à sodomiser les mouches et à verser d’un totalitarisme à l’autre, ils font souvent figure d’idiots inutiles. Ce constat vous semble-t-il injuste ?

Il est surtout très bête. Qu’ils soient professionnels ou artistes de la pensée et du savoir, les intellectuels sont comme les fleuristes ou les garagistes, les plombiers ou les médecins : il y en a des bons et des mauvais. Certains écrivent des sottises, d’autres disent des choses profondes dont on ferait bien de s’inspirer. Encore faut-il les lire, ce qui exige un minimum de curiosité et d’intérêt pour les idées, sans même parler des facultés cognitives, que beaucoup sont loin de posséder (en règle générale, plus ils sont idiots, plus ils détestent les intellectuels). Dans le passé, des théoriciens ou des « intellectuels » comme Alexis de Tocqueville, Hippolyte Taine, Georges Sorel ou Gustave Le Bon, pour ne citer que ceux-là, me paraissent avoir plutôt bien supporté l’épreuve du temps. Pour l’époque contemporaine, il en va de même de Louis Dumont, de Jean Baudrillard ou de Jean-Claude Michéa. Mais il est vrai qu’il y a encore, paraît-il, des gens qui n’ont jamais lu Michéa. Je trouve cela consternant.

Ce qui est vrai, c’est que depuis Émile Zola, Julien Benda et Jean-Paul Sartre, le statut des intellectuels a changé. Ils ne sont plus aujourd’hui les porte-parole des sans voix, les directeurs de conscience ou les grandes autorités morales qu’ils furent autrefois. L’Université, qui fut le lieu d’où la plupart d’entre eux s’exprimaient, a elle-même perdu son prestige. Les intellectuels courent alors le risque, soit d’accepter de venir jouer les chiens savants sur les plateaux de télévision, soit de se réfugier dans l’entre-soi des colloques académiques où ils ne rencontrent plus que leurs collègues. Mais le rôle des idées reste aussi important qu’hier. Sans une théorie cohérente pour l’appuyer, l’action politique n’est qu’un navire sans gouvernail. La révolution copernicienne, la révolution kantienne, la révolution libérale ont eu plus d’effets dans l’Histoire qu’aucune révolution politique.

Dans le cadre de la campagne contre les « néo-réacs », on vient de rééditer le livre de Daniel Lindenberg, « Le Rappel à l’ordre ». Mais rien n’y fait : alors que Pierre Moscovici peine à vendre 500 exemplaires de son livre, ce sont les ouvrages de Michel Onfray, Éric Zemmour ou Michel Houellebecq qui s’envolent en librairie. C’est le triomphe des « réacs » ?

Rappelons qu’à l’origine, le livre de Daniel Lindenberg était un travail de commande qui a permis à Pierre Rosanvallon de régler ses comptes au sein de l’intelligentsia. Lindenberg déclare aujourd’hui que « la pensée réactionnaire a largement gagné la bataille des idées » – ce qui prête d’ailleurs à sourire, car ce n’est pas parce que la gauche n’a plus rien à dire que la droite réactionnaire a cessé d’être, en matière d’idées, en état d’encéphalogramme plat ! Read the rest of this entry »

C’est malheureux mais c’est ainsi : la discrimination, c’est la vie

http://www.bvoltaire.fr/charlesrouvier/cest-malheureux-cest-ainsi-discrimination-cest-vie,238857?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=c18e010140-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-c18e010140-30469153&mc_cid=c18e010140&mc_eid=443cdc6b1f

L’éducation nationale produisait récemment un document pour prémunir les élèves contre les théories du complot. Il y en a pourtant une qu’elle ne semble pas contester, celle qui fait parler i>Télé : 33 % des Français se sentent discriminés à l’embauche dont, précise Le Figaro du 15 février, les gros.

L’aspect pratique de cette théorie du complot dont on ne parle jamais, c’est qu’elle permet de trouver des causes à l’augmentation ancienne et constante du chômage. Des causes autres que, par exemple au hasard, le coût exorbitant des employés dont le licenciement est plus cher et difficile qu’un divorce ; ou l’avortement forcé de toute idée d’investissement dû au pillage du capital privé par des impôts de type soviétique. C’est pas la faute du gouvernement, ni du socialisme mais celle des koulaks-racistes-xénophobes-sexistes (les épithètes s’additionnent depuis 1917), qui sabotent dans le secret les immenses réalisations de notre glorieuse société du vivre ensemble.

Mais la vraie utilité de ce discrimino-complot est d’abord de s’exonérer soi-même de ses propres faiblesses. Les Noirs, les Arabes, les juifs, les handicapés se sentent discriminés, mais ça, c’est déjà complètement has been. Maintenant, on a aussi les gros, les vieux, les roux, les gauchers, ceux qui ont le vertige, ceux qui ont pas vu le dernier Star Wars, etc. Tout est bon pour imputer la disparition d’un événement favorable à la volonté maligne d’un « discriminateur » plutôt qu’à notre propre incapacité à s’adapter aux exigences de la vie. Cela nous donne un pays entier d’enfants mal élevés hurlant pour de nouveaux jouets.

Alors, évidement que la discrimination existe, mais cela fait bien longtemps qu’on a corrigé ses manifestations les plus systématiques et injustes. De la condamnation par saint Paul des repas séparés entre les anciens juifs et anciens païens dans les communautés chrétiennes à l’autorisation faite aux Noirs américains de pisser dans les mêmes latrines que les blancs, régimes purement vexatoires. Pour le reste, la vie est un choix : tu choisis de ne pas faire de sport et de manger du fromage à tous les repas, eh bien le recruteur choisit un vendeur qui mettra pas cinq minutes à monter un étage. Tu veux pas enlever ta casquette et perdre ton accent de cité ? Eh bah le patron veut pas que ses clients aient l’impression de se faire braquer leur téléphone. Aucune de ces situations ne t’autorise à te prendre pour Rosa Parks. Je dis pas que c’est bien, je dis que c’est la vie. Préfère-t-on vivre dans un monde où on pourra traîner son ex-amant devant les tribunaux pour vous avoir largué sans dûment justifier d’une raison non discriminante ? À l’heure de Tinder, ça risque d’être compliqué.

Je pose la question. La seule vraie discrimination en cours ne serait-elle pas celle des pleurnichards ?

 

JDD : LE SONDAGE EMBARRASSANT SUR LES PRÉJUGÉS ETHNIQUES

http://www.ojim.fr/jdd-le-sondage-embarrassant-sur-les-prejuges-ethniques/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=7d5ecb11d2-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-7d5ecb11d2-50052817

NDLR / Le sondage embarrassant mais qui embarrasse qui ? Ceux qui préfèrent vivre dans l’utopie et le rêve plutôt que de voir la réalité ? Mais la réalité finit toujours par nous rattraper. Une société où on fait des procès à ceux qui ne font que rapporter des faits, est déjà perdue, la fin est proche !

LES CHEMINS DE LA BIEN-PENSANCE SONT SÉVÈREMENT BALISÉS.

Croyant bien faire et dénoncer les « stigmatisations », le JDDvient d’en faire l’expérience avec un sondage qui suscite la polémique.

Dans son édition du dimanche 31 janvier 2016, l’hebdomadaire consacre une double-page à « la grande peur des juifs de France ». Dans le dossier, plusieurs sondages viennent illustrer le propos, dont une question qui n’est pas passée inaperçue : « Vous-même, au cours de l’année, avez-vous personnellement rencontré des problèmes (insultes, agressions, …) avec une ou plusieurs personnes issues des groupes suivants ? »

Dans les réponses, les personnes interrogées avaient le choix entre : origine maghrébine, roms, confession musulmane, origine africaine, confession catholique, confession juive ou encore origine asiatique. Une autre question interroge les sondés : « comment réagirez-vous si votre fils/fille épousait » un catholique, un musulman, etc.

Commandé à l’Ipsos par la Fondation du judaïsme français, le sondage a aussitôt déclenché la polémique, et les moqueries, sur les réseaux sociaux.

Voir les résultats sur le lien ci-dessus sur le site de l’OJIM

Lutte contre les discriminations : une professeur aveugle doit surveiller le brevet !

http://www.bvoltaire.fr/christiandemoliner/lutte-contre-discriminations-professeur-aveugle-surveiller-brevet,184946?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=a89d0c7d9b-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-a89d0c7d9b-30469153&mc_cid=a89d0c7d9b&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : tous les jours je rencontre des absurdités dus à cette habitude de pensée manifestement majoritaire dans nos pays dits civilisés : la pensée conceptuelle. On n’agit plus en fonction de la situation concrète, du bon sens, du côté pratique des choses, mais en jugeant l’action à l’aune des quelques grands principes aussi inaltérables qu’abstraits, même quand ils sont inapplicables. Voici un exemple de l’imbécillité de cette façon de penser et d’agir, et donc de l’imbécillité de nos lois et de ceux qui nous gouvernent, et de ceux qui restent muets au lieu de se rebeller. Un professeur aveugle ne peut pas surveiller des épreuves d’examen, tout le monde sait ça.  Oui, mais si c’est une discrimination, idée abstraite s’il en est, alors le fait se heurte à l’opinion qui a force de loi. Appliquer ce genre de raisonnement à tout conduirait à la catastrophe. Tout cela parce qu’on veut nous imposer une sacro-sainte égalité entre les humains, alors que nous sommes tous différents, et tous uniques, avec nos forces et nos faiblesses, nos compétences et nos incompétences. Quand on aura enfin inscrit cela dans la constitution le monde recommencera à marcher à l’endroit. D’ailleurs l’hypocrisie va encore plus loin puisque d’un côté on fait semblant de penser qu’une aveugle peut surveiller ce qu’elle ne voit pas mais que de l’autre on le sait suffisamment bien pour lui donner un voyant pour l’aider, alors qu’en fait, c’est lui qui fait tout le boulot. Le concret finit toujours par l’emporter, alors pourquoi ne pas le reconnaître et continuer à nous faire vivre dans les nuages et les illusions de bisounours ?

La bureaucratie et le politiquement correct atteignent parfois des sommets de sottise ! Une professeur de musique, aveugle, exerce son métier depuis 20 ans. Elle bénéficie de l’aide d’une auxiliaire pendant ses cours. Jusque là, rien d’anormal. Mais on lui a intimé l’ordre de surveiller les épreuves du brevet, tâche qu’elle ne pouvait bien entendu pas remplir ! Elle a protesté mais on lui a rétorqué que si on l’exemptait, on créerait une intolérable discrimination entre voyants et non voyants. Or toute forme de ségrégation est rejetée par la République !

Voilà le genre de discours stupide que sert l’Éducation nationale ! Au final, cette dame a fait 2 heures de surveillance au lieu de 4 et a obtenu d’être assistée par son auxiliaire. Elle n’a servi à rien puisque sa surveillance a été assurée par une autre. La décision grotesque de son proviseur était au final vexatoire et humiliante.

Ce fait pourrait prêter à sourire si les ravages de cet aveuglement (sans jeu de mot) n’avaient des conséquences dramatiques. Il y a 30 ans, existait un grand nombre de classes pour enfants déficients intellectuels ou dont l’attitude perturbait trop la classe. Des instituteurs spécialisés les prenaient en charge et leur permettait de faire, à leur rythme, des progrès sensibles.

Au nom du politiquement correct et de l’intégration à tout crin, on a réduit d’une manière drastique le nombre de ces classes particulières. Le discours se voulait généreux et altruiste. On refusait de mettre à part une fraction des enfants. La vraie raison de ce démantèlement était, en fait, mesquine et financière : ces classes à part coûtaient trop chères. Résultat, la plupart des instituteurs ont désormais devant eux un ou deux enfants difficiles qui perturbent le cours et empêchent leurs camarades d’avancer. Ils sont d’autant plus ingérables qu’ils sont en complet échec scolaire car le cursus normal n’est pas fait pour eux ! Si l’instituteur se plaint, on lui fait la morale et on le réprimande. On le traite d’incapable : il n’y arrive pas car il est nul et n’a aucune pédagogie. Une bonne part de la baisse sensible de niveau constaté par le classement PISA provient de cette politique à courte vue que j’ose qualifier d’inadmissible. Read the rest of this entry »

Les tâches domestiques restent très majoritairement à la charge des femmes

http://www.francetvinfo.fr/societe/les-taches-domestiques-restent-tres-majoritairement-a-la-charge-des-femmes_902339.html#xtor=AL-53

NDLR : voici selon notre méthode même : l’analyse relationnelle, le type même d’article qui raisonne mal. Cet article est stupide pour deux raisons :
a) une raison de méthode. Que les hommes soient moins nombreux que les femmes à participer aux travaux ménagers, on pouvait s’en douter, et il nous reste à prier pour qu’il n’y ait pas une loi qui viennent dans les foyers s’occuper de ce qui les regarde pas. Mais pourquoi ne parle-t-on pas des différences selon que la femme travaille à l’extérieur ou non ? Il n’y en n’a pas ? Pourquoi toujours traiter des sujets relationnels de façon générale comme si tous les couples étaient semblables et devaient avoir des comportements semblables.
b) une raison philosophique. Depuis toujours ce sont les femmes qui portent les enfants et qui accouchent Pourquoi la tendance est-elle de nos jours à ne pas les compter dans les raisonnements à la mode ? Une femme au foyer, c’est comme un vote blanc pour nos politiques, elle ne compte pas. Et si la culture ou même le machisme n’était que peu en cause, et si la nature avait son mot à dire. Si les femmes étaient statistiquement moins enclines à faire de la politique, pourquoi les y obliger ? La parité est une connerie, non pas que les femmes soient moins capables que les hommes sur les sujets humains, (je crois même le contraire si je me fie à mes expériences), mais tout simplement parce qu’elles préfèrent d’autres occupations. Chaque fois qu’on croit raisonner à partir d’une généralité, et la parité en est une, on est sûr de dire des bêtises.
Et puis, en quoi cela regarde un gouvernement qui devrait plutôt s’occuper de sa charge, et foutre la paix aux gens dans leur vie personnelle. Non ?

La parité dans le couple est loin d’être acquise. Ce sont toujours les femmes (93%) qui font le ménage et s’occupent des enfants, selon une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), publiée mardi 12 mai par la Caisse nationale d’allocations familiales.

Beaucoup d’hommes en couple gardent résolument leurs distances avec les tâches ménagères : 91% avouent ne pas repasser, 60% ne pas faire le ménage ni la vaisselle (48%), 50% ne pas toucher aux fourneaux et 36% ignorer les courses.

Le choix du logement se fait à deux

En revanche, 93% des femmes en couple font le ménage, 93%, la cuisine, 85%, les courses quotidiennes, 83%, la vaisselle et 73%, le repassage. Les mères passent également deux fois et demie plus de temps que les hommes à s’occuper des enfants.

L’arrivée des enfants accentue disparité et tensions : dès la première naissance, les rôles entre hommes et femmes se spécialisent selon un modèle traditionaliste, toutes générations confondues, relève cette enquête menée en mars.

En revanche, le choix du logement, lui, se fait majoritairement à deux, particulièrement dans les classes sociales aisées. Lorsqu’il s’agit d’une acquisition, les recherches sont menées à deux dans 56% des cas, contre 43% pour une location. Quant aux ressources du foyer, 64% des couples mettent en commun l’intégralité de leurs revenus et 79% d’entre eux sans avoir institué de limite aux dépenses du ménage.

Réforme des collèges : ne dites plus nager, mais « se déplacer dans un milieu aquatique standardisé »

http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20150429.OBS8196/ne-dites-plus-nager-mais-se-deplacer-dans-un-milieu-aquatique-standardise.html

NDLR : quand une société est capable d’engendrer ce genre de langage et ce genre de bureaucrates incompétents, elle est foutue ! Il ne faut pas rire mais pleurer.

La lecture de quelques pages du « programme pour le cycle 4 », sur les quelque soixante qu’il compte dans sa dernière version (15 avril), et qui couvre trois années de collège (de la cinquième à la troisième), provoque toutes les réactions possibles : on rit, on se tape le front, on hausse les yeux au ciel, on se tape sur les cuisses, on enrage, on invoque les dieux de la brousse australienne. Le plus souvent on hurle.

Examinons la forme (car le fond vous donne envie de vous jeter par la fenêtre), et la matière la plus simple : le sport. Il est coupé en : « activités athlétiques », « activités aquatiques », « activité pleine nature », « sports collectifs », « activités de raquette », « activités de combat », « activités artistiques », « activités gymniques ». C’est bien organisé.

« Milieu aquatique profond standardisé »

Vous pourriez penser qu’au collège on nage dans une piscine. Détrompez-vous. D’ailleurs le mot piscine n’existe pas dans le document, et le verbe nager n’est employé qu’une petite fois, dans un coin. On apprend à « se déplacer de façon autonome, plus longtemps et plus vite, dans un milieu aquatique profond standardisé. » (colonne « Compétences et attendus »).

Voyez ensuite la colonne « Domaines du socle commun plus particulièrement concerné » ; elle dit : « D4 D5 [?] Comprendre les contraintes liées aux déplacements dans l’eau, D3 Apprendre sa propre sécurité et celle des autres. » C’est beau comme l’antique. ILS savent écrire…

Puis lisez la colonne « Ressources mobilisables par l’élève » (attention, c’est du lourd) : Read the rest of this entry »

Les féministes relancent la pétition : « Que les hommes et les femmes soient belles ! »

http://www.bvoltaire.fr/christiandemoliner/les-feministes-relancent-la-petition-que-les-hommes-et-les-femmes-soient-belles,173688?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f401ed91b4-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f401ed91b4-30469153&mc_cid=f401ed91b4&mc_eid=443cdc6b1f

Nouvelle offensive des tenants de la théorie du genre (théorie qui n’existe pas, c’est bien connu !).
Professeur agrégé et écrivain
NDLR : Zemmour avait raison : les femmes ont réussi à faire des hommes des femmes comme les autres. Mais pourquoi ? Alors que dans la plupart des domaines elles ont déjà montré en quoi elles étaient supérieures à nous. Pourquoi toujours généraliser et dire : les femmes, les hommes. Des deux côtés il y a des génies et des abrutis (faut-il dire abruties ?). Bon c’est une minorité que décrit là Christina de Moliner,  bruyante certes mais il suffit de n’y point faire attention. Ce qui me gêne et que je refuse est l’idée que les politiques puissent devenir des grammairiens et des tenants du bien dire, alors je continuerai à dire Madame LE maire, et je n’écrirai jamais écrivaine ou entrepreneure. Pouah !
 Nouvelle offensive des tenants de la théorie du genre (théorie qui n’existe pas, c’est bien connu !). La cible est, cette fois, la règle de grammaire quadricentenaire qui veut que le masculin l’emporte lorsque l’on doit accorder l’adjectif avec un groupe de mots de genre mixte. On écrit donc depuis Vaugelas : « Que ces garçons et ces filles sont bien habillés. » Mais pour certaines féministes, voilà un scandale qu’il faut absolument corriger ! Ces dames n’exigent tout de même pas que le féminin l’emporte désormais mais qu’on accorde l’adjectif avec le dernier mot de la liste. Donc, dans le cas évoqué, « filles » l’emporterait…

Le collectif L’égalité, c’est pas sorcier ! – à l’origine de cette pétition relancée le mois dernier et présidé par Henriette Zoughebi, vice-présidente PCF du conseil régional d’Île-de-France – oublie, je pense, que le neutre n’existant pas en français, le masculin joue son rôle, ce qui explique la règle du pluriel qui prévaut jusqu’à nos jours.

Mais puisque nous souhaitons une vraie égalité homme/femme, je propose d’aller encore plus loin et de bannir absolument toute distinction : d’abord la jupe et la robe ! Pourquoi certaines femmes s’habillent-elles encore, au XXIe siècle, différemment des hommes ? C’est épouvantable ! Discriminatoire en diable ! Comme les hommes ne mettront jamais de jupes sauf pour la journée du même nom, interdisons immédiatement ce vêtement ! Le nombre de viols chuterait puisque, c’est bien connu, la jupe excite l’homme et l’incite à abuser de celles qui en portent (selon les polices hongroise et indienne, et selon un préjugé malheureusement enraciné chez beaucoup) !

Ensuite, les prénoms. Vous rendez-vous compte qu’en lisant simplement sur une fiche ce petit nom, on sait tout de suite si on a affaire à une fille ou un garçon ! Qu’un employeur peut donc aussitôt écarter un CV si, dans sa misogynie, il ne veut pas d’une femme ! Imposons les prénoms neutres ou bisexuels comme Claude, Camille ou Dominique. Je n’irai pas jusqu’à l’instauration de numéros, mais s’il faut en venir là pour une égalité parfaite, pourquoi pas ? Read the rest of this entry »

Quand la « novlangue » s’invite dans les programmes scolaires

http://www.planet.fr/societe-quand-la-novlangue-sinvite-dans-les-programmes-scolaires.844302.29336.html?xtor=ES-1-830218[Planet-a-la-Une]-20150425

NDLR : c’est mon cheval de bataille depuis que je sais réfléchir : l’abstrait ne doit pas prendre le pas sur le concret. Dans le temps… quand j’étais jeune comme disent tous les vieux radoteurs, on appelait un chat un chat et n’en déplaise au politiquement correct que je hais, on respecte plus l’humain quand on l’appelle clochard que SDF. Le clochard vit et dort sous la cloche des cieux, c’est du concret, c’est même poétique, alors qu’un sigle !
Arletty pourrait dire de nos jours : un sigle ! un sigle ! est-ce que j’ai une tête de  sigle ?

Dans les nouveaux textes, certains passages sont écrits dans un jargon pour le moins alambiqué. Ainsi, vous ne direz plus « nager à la piscine » mais « se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé »…

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? C’est en substance ce qui revient à la lecture des nouveaux programmes scolaires récemment dévoilés dans le cadre de la réforme du collège orchestrée par le ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

Ainsi, durant le parcours scolaire de votre enfant, qui s’effectuera de manière « spiralaire », celui-ci devra « produire des messages à l’oral et à l’écrit », autrement dit : s’exprimer. L’apprentissage des langues vivantes est décrit comme le fait de « se familiariser avec des mobilités virtuelles et se préparer à des mobilités physiques. » Tout un programme. Cette formule sibylline encore pour exprimer la visée des programmes de langues étrangères : « Aller de soi et de l’ici vers l’autre et l’ailleurs »…

« Traverser l’eau en équilibre horizontale »

Mais le meilleur reste la description des différents sports à l’école. La natation, tout d’abord, avec ce texte à la sémantique alambiquée : « Construire la capacité à traverser l’eau avec le moins de résistance en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête », de façon à « se déplacer de façon autonome, plus longtemps, plus vite, dans un milieu aquatique profond standardisé ».

A lire aussi – Nouveaux programmes d’Histoire : l’islam obligatoire, les Lumières facultatives

Un match de tennis doit être l’occasion pour l’enfant de « prendre des décisions pour rechercher le gain d’un duel médié par une balle ». Enfin, les enfants seront incités en cours d’EPS à « créer de la vitesse » pour ne pas dire « courir ».

« Je demande que les programmes soient lisibles par tous »

Du côté des professeurs de sports, on ne comprend pas les moqueries. Ainsi, dans une lettre ouverte, le syndicat Snep-FSU a dénoncé « une forme de condescendance et d’ignorance bienséante lorsqu’il s’agit d’EPS ». Puis, le texte interroge : « Un enseignement se préoccupant du corps (donc considéré comme de bas niveau intellectuel ?) devrait forcément s’écrire dans un langage trivial et non se théoriser ? »

Publicité

Interrogée par Le Point sur cette « novlangue », Najat Vallaud-Belkacem a expliqué que « les enseignants comme tous les professionnels utilis(aient) un vocabulaire expert. Toutefois, poursuit-elle, je souhaite et je demande que les programmes soient lisibles par tous. » Une consultation des enseignants sera d’ailleurs organisée du 11 mai au 12 juin sur ces projets de programmes. L’occasion de clarifier les choses…

Vidéo sur le même thème : Réforme du collège : « L’école républicaine ne fait plus son boulot »

Pollution, vous avez dit « pollution » ? Daniel MOINIER

http://www.economiematin.fr/news-pollution-mesures-gouvernement-environnement-protection

Nous sommes alertés de plus en plus depuis quelques années par des pics de pollution ou maintenant de particules ultra fines avec des formules qui frappent.

« Les rues de Paris étaient aussi polluées qu’une pièce de vingt mètres carrés occupée par huit fumeurs »
« Que seriez-vous prêts à faire ou à ne plus faire pour réduire la pollution. Aller au travail en vélo ou à pieds, prendre le bus »
« A Paris, respirer nuit gravement à la santé »
« Pensez à ce que votre ville et environnement va ressembler quand vos enfants auront votre âge »
« Le ciel de Paris comportait six millions de particules fines par litre d’air ».

Environnement : le gouvernement joue sur les peurs

Alertes qui veulent convaincre par la peur tous les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs de rester chez soi. Les journées d’interdiction de sortir les voitures impaires ou paires amplifient encore le malaise. Mais pour certains c’est aussi une sorte de ras le bol de toutes sortes d’interdictions. Et pourtant, si l’on fait l’étude de ces chiffres, on s’aperçoit que cela est beaucoup moins effrayant. Un seul litre de diazote (Le diazote est un produit naturel, c’est un des constituants majeur de l’atmosphère terrestre) ou de dioxygène (Le dioxygène est un élément indispensable à la vie cellulaire) comprend 27.000 milliards de particules, ce qui rend négligeable la dite toxicité à un pourcentage très très faible.

Pollution : la guerre des chiffres

Jean de Kervasdoué, ingénieur et professeur émérite au CNAM, auteur de l’ouvrage « Ils ont perdu la raison », annonce que c’est toujours, comme en politique, un peu le problème des chiffres. C’est beaucoup plus marquant de dire que la pollution atmosphérique est la cause de 1400 morts supplémentaires à Paris que d’apprendre que seul 0,0007% de la population parisienne est particulièrement concernée. Un grand quotidien, nous a annoncé, sans que cela repose sur des protocoles suffisamment solides, qu’il y aurait 42000 décès prématurés. Ces chiffres sont toujours les mêmes, issues de l’organisation mondiale de la santé, de l’Agence européenne de l’environnement. Ce sont en général des traductions chiffrées suite à des études qui ont été menées dans des circonstances qui n’ont rien à voir avec celles du contexte local. Read the rest of this entry »

L’amour est dans le pré : Les agriculteurs abusent du rosé, la production obligée de censurer

http://femme.planet.fr/actu-people-lamour-est-dans-le-pre-les-agriculteurs-abusent-du-rose-la-production-obligee-de-censurer.673653.1181.html?xtor=EPR-51-660941[FemmesPlus-a-la-Une]-20140816

NDLR : on aime ou on n’aime pas ce genre d’émissions, mais ce qui est sûr c’est qu’elles nous montrent des gens ordinaires, pas des politiques ce qui est rafraichissant pour une fois. Alors les gens ordinaires, et bien il leur arrive de boire un coup de trop, il leur arrive aussi de voter pour Le Pen… Alors je pose quelques questions de bon sens ? Que penser d’une société où l’on n’a pas le droit de montrer ce que font et pensent les gens  ordinaires ? Où il faut enlever les affiches d’un certain parti avant de tourner la vie des gens dans les près ?  Moi, ce que j’en pense est clair : la dictature est là à nos portes, car on l’a laissé entrer ? Et je me pose une autre question : le fait d’obliger les journalistes, chaque fois qu’on aperçoit l’ombre d’une bouteille de vin ou d’un verre de rouge à l’horizon, à nous dire comme des pantins qu’on les oblige à être  : « avec modération« , a-t-il déjà fait diminuer d’une goutte le plaisir de boire ces breuvages des Dieux ! Quand on ne peut plus se comporter comme des gens ordinaires que nous sommes tous, c’est que nous n’avons plus rien en commun avec nos dirigeants et leurs cohortes de censeurs ! Si nous étions dirigés par des représentants de la réalité, je veux dire de la société civile, ce serait bien différent.

Si les fidèles de L’amour est dans le pré se font une joie de retrouver toutes les semaines les péripéties de agriculteurs de l’émission, il y a certaines scènes cependant qu’ils ne verront jamais à l’écran, comme la soirée qu’a organisée Marc chez lui. Et pour cause : cette soirée, à laquelle étaient conviés d’autres participants, a été particulièrement arrosée !

 Si L’amour est dans le pré c’est avant tout des histoires d’amour, c’est aussi de belles histoires d’amitié. En effet, comme le révèlent nos confrères de Télé Star dans leur nouveau numéro, nombreux sont les agriculteurs à avoir tissé des liens forts entre eux durant l’émission. Cette neuvième saison du programme culte de M6 n’échappe pas à la règle. Plusieurs participants ont gardé contact le programme terminé, à l’instar de Marc et Nicolas. Les deux beaux gosses de la saison 9 de L’amour est dans le pré, se téléphonent régulièrement. Ils se sont même revus pendant et après le tournage… D’ailleurs, Nicolas a participé début mai à la petite soirée organisée chez Marc, à laquelle ont également été conviés Bertrand, Emeline, Caroline et Gilles… Une soirée dont les téléspectateurs de M6 ne découvriront jamais les images.

Et pour cause : comme le révèle le magazine télé, la production a préféré ne pas diffuser cette séquence. Un choix stratégique puisque ces retrouvailles entre agriculteurs ont été l’occasion pour eux de faire le point sur leur vie sentimentale. Redoutant que quelques indiscrétions ne soient révélées avant le très attendu bilan, la production a préféré couper cette scène au montage… Mais ce n’est cependant pas la seule raison ! « Les amis n’ont pas bu que de la grenadine », précisent nos confrères de Télé Star qui révèlent que les six agriculteurs ont un peu trop…

En savoir plus sur http://femme.planet.fr/actu-people-lamour-est-dans-le-pre-les-agriculteurs-abusent-du-rose-la-production-obligee-de-censurer.673653.1181.html#hedHidFzxahvMRm8.99

A quoi servent VRAIMENT les radars ?

http://www.planet.fr/magazine-auto-marine-le-pen-il-faut-supprimer-les-radars.668577.1501.html?xtor=ES-1-667941[Planet-a-la-Une]-20140803

NDLR : les spécialistes de ce sujet, quand ils ne sont pas inféodés au  Gouvernement, affirment que les morts sur les routes ont diminué bien avant l’arrivée des radars (les courbes officielles des accidents de la route le montrent à l’évidence), et que le nombre de tués ou d’accidentés sur les routes ont des causes multiples. La preuve en est que si on additionne les chiffres officiels donnés par ceux-là mêmes qui nous gouvernent et nous taxent, on obtient bien plus que 100%. Une des vraies causes de la diminution des morts est l’amélioration spectaculaire de la sécurité des autos, et de l’état des routes. Pourquoi meurt-on sur la route ? Parce qu’il y a des gens qui ne savent pas conduire et qui roulent fatigués, énervés par une vie de cons qui les stressent, ou  distraits par des enfants turbulents à l’arrière. Alors, où la répression va-t-elle s’arrêter ? Si on interdit le téléphone faut-il aussi interdire de parler à sa passagère, surtout si elle est mignonne ? Faut-il interdire d’emmener les enfants en balade ? Ne peut-on pas, là comme ailleurs, prendre modèle sur les allemands, plus près des réalités que nous ? Et pourquoi certains ont voté socialiste si c’est pour subir une politique tyrannique ? Voici, en ce dimanche orageux, quelques questions que je me pose, juste pour m’énerver ! Et c’est à ce moment-là que je lis cet article que je vous laisse savourer.

Invitée ce matin sur RTL, Marine Le Pen s’est prononcée en faveur de la suppression des radars. Une position qui interroge au regard des progrès constatés en terme de sécurité routière.

Alors que les excès de vitesse sont la cause principale d’au moins 25% des accidents mortels, la présidente du Front National, entend, selon ses termes, « supprimer les radars« . Rien que ça.

C’est en tout cas ce qu’elle a affirmé ce matin au micro de RTL, comme ceci a été repéré par Le Lab. Déjà militante d’une « sécurité routière moins punitive« , Marine Le Pen va plus loin expliquant que derrière les sanctions, se cache en réalité un « impôt supplémentaire« .

« Tous les Français savent que les radars ne sont pas là pour empêcher les accidents, ils sont là pour remplir les caisses de l’État » a-t-elle ainsi soutenu considérant que les appareils « ne sont pas mis sur les routes accidentogènes« . Pour la leader extrême droite, il s’agit tout simplement d’un « impôt supplémentaire » que l’on « habille » pour faire semblant de « préserver des vies« .

Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne !

http://www.bvoltaire.fr/claudechollet/entretien-claude-chollet-analyse-critique-devalorise-pas-les-medias-les-aiguillonne,88985

Claude CHOLLETNDLR : Mon ami Claude CHOLLET, PDG de l’OJIM (Observatoire des Journalistes de l’Information Médiatique) depuis 2012 nous informe sur ceux qui sont censés nous informer. Très instructif ce site et une source d’inspiration pour tous ceux qui pensent que nous ne sommes pas vraiment informés, en tout cas pas toujours sur ce qui est important. 

Le 19 juin 2014

 

Entretien réalisé par Charlotte d’Ornellas
Après avoir étudié les sciences politiques et travaillé pendant trente ans dans l’industrie pharmaceutique, Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) dont il est actuellement le président. Retour sur un succès.

Pourquoi avoir créé l’OJIM ?

Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles.

Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire !

L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ?

Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ».

Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence.
C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

Encouragez-vous au « signalement » ?

Je n’aime pas du tout ce terme qui a un côté policier. Nos lecteurs envoient par mél les dysfonctionnements qu’ils ont pu relever.

C’est, par exemple, un lecteur russophone qui nous a signalé l’erreur (volontaire ?) de traduction par TF1 lors de l’entretien avec Poutine. Dire que l’on ne doit pas « débattre avec les femmes » n’est pas la même chose que « se chamailler avec les femmes »… qui est par ailleurs un proverbe russe ! Un petit exemple de désinformation, repris ensuite en chœur par la majorité des médias ! Read the rest of this entry »

Le paternalisme libertarien : « influencer » pour améliorer le bien-être des individus ?

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/10489-paternalisme-libertarien-theorie-economique-bien-etre-des-individus/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-06-23

Par , doctorant en économie et créateur du blog Captain Economics.

NDLR : voici une idée pragmatique qui prend en compte la réalité et non pas ce qui devrait être. Et si la seule voie pour une véritable démocratie était la dictature ? Et s’il était plus efficace de partir de l’idée que les gens ne savent pas ce qu’ils veulent ? Voilà un beau sujet pour le prochain Bac !!!

Supposons que vous arriviez à la cafétéria de votre école, et qu’au lieu de la disposition classique des différents plats, la direction de votre établissement ait décidé de mettre en avant les salades et plats équilibrés, tout en vous laissant toujours le choix d’aller prendre un burger-frites si vous le souhaitez (mais en mettant le stand de burger à l’étage).

Cet exemple tout simple est une application de ce qu’est le paternalisme libertarien : « paternalisme » car l’objectif est d’influencer votre choix et « libertarien » car vous avez toujours le choix d’aller manger un burger si vous le désirez (il n’y a pas d’interdiction, à la différence du paternalisme pur, lorsque votre père vous disait « Kevin tu manges ta salade ou je t’en colle une ! »).

Cette notion de paternalisme libertarien a été développée par l’économiste Richard Thaler et le juriste et philosophe américain Cass Sunstein (source : « Libertarian Paternalism » – American Economic Review, 2003). La base de cette théorie est que les individus ne sont pas, contrairement à la théorie économique classique, totalement rationnels, et que pour des raisons diverses et variées (biais cognitifs, biais heuristiques….), leurs choix ne sont donc pas toujours optimaux. Le paternalisme libertarien s’appuie donc sur (1) un large panel d’expérience et de recherche en économie et en psychologie (proche de l’actuel économie comportementale ou finance comportementale) afin de comprendre pourquoi les individus font des choix parfois non-rationnels entrainant une diminution de leur bien-être et (2) la notion « d’architecture des choix », afin de revoir la façon dont sont présentées les différentes options qui s’offrent à vous pour vous orienter vers « le choix optimal », mais sans diminuer le nombre total de choix (donc en théorie, sans limiter le niveau de liberté). Pour faire simple, vous avez encore le choix entre le même nombre d’alternative, mais celles qui paraissent le « mieux » vont être mises en avant afin d’influencer votre choix. Read the rest of this entry »

Les actes homophobes ont bondi de 78% en 2013

Voici un fait qui illustre bien les principes de l’école de Palo Alto qui nous a appris que :
– parler d’un sujet ne fait que lui donner une importance accrue et donc souvent augmenter le problème et les conflits au lieu d’aller vers des solutions et des apaisements,
–  l’apparente aggravation des actes observés ne provient parfois que l’augmentation du nombre d’observations et de l’abaissement du seuil de tolérance vis-à-vis de ce problème.
Bref, il est probable qu’il n’y ait aucune augmentation des actes homophobes en France en 2013 et si oui, cela peut provenir du fait même que les loirs récentes les ont mis sur le devant de la scène. Avant ils ne gênaient personne ou presque et maintenant des gens qui n’avaient aucune animosité contre les homosexuels, en ont, au vu du bordel ambiant que les manifs ont généré chez nous par la bêtise d’un gouvernement en mal de  lois inutiles.

http://www.planet.fr/revue-du-web-les-actes-homophobes-ont-bondi-de-78-en-2013.619673.1912.html?xtor=ES-1-601918[Planet-a-la-Une]-20140514

SOS Homophobie constate que la parole homophobe s’est « totalement décomplexée » lors du débat sur le Mariage pour tous.

Les actes homophobes ont bondi de 78% en 2013 en France par rapport à l’année précédente, selon le rapport annuel de l’association SOS Homophobie. Selon l’association, aucun doute n’est permis : cette explosion des agressions est la conséquence des débats houleux qui ont accompagné l’ouverture du mariage aux homosexuels.

« Alors qu’en 20 ans, les témoignages de lesbophobie, de gayphobie, de biphobie et de transphobie reçus par notre association n’ont cessé de croître, leur nombre a littéralement explosé en 2013 », note le rapport.

L’association a recensé plus de 3.500 récits ou signalements faisant état d’insultes, de menaces, d’agressions ou de signes de rejet à caractère homophobe, au bureau ou dans la rue, précise »Le Huffington post », qui a eu accès au rapport.

Une agression physique tous les deux jours

Dans le détail, les insultes représentent 39% des actes et les agressions physiques 6%.

En 2013, une agression physique homophobe a été enregistrée tous les deux jours, soit une hausse de 54% par rapport à 2012. L’association note aussi une « explosion » du nombre des témoignages homophobes liés à internet, « multipliés par près de trois » en un an (1.723 cas contre 656 en 2012).

Déjà en hausse l’année dernière, le nombre des témoignages relatifs au milieu scolaire « continue aussi de croître » (+25%).

« Nous pourrions nous réjouir du vote de la loi sur le mariage pour tou-te-s, […] de ce nouveau pas vers l’égalité », écrit l’association. Mais « cette victoire laisse un goût…

« Les imbéciles ont pris le pouvoir et ils iront jusqu’au bout » de Georges VIGNAUX

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/5922-politiciens-catastrophes-evolution-imbeciles/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2013-08-13

Le film de Roland Emerich,  »2012 », a rapporté 225 millions de dollars. La preuve que les catastrophes rapportent gros. Et dans la réalité, qu’en serait-il? cc/rolandemerich

Les imbéciles vivent heureux dans un monde qu’ils dominent ! Vous en doutez ? Vous ne devriez surtout pas ! Pourquoi ? Parce que les imbéciles sont porteurs de catastrophes. Qui n’aime pas les catastrophes ? Tout le monde aime les catastrophes ! Pour preuve, Hollywood carbure à la catastrophe pour capter les publics.

Qu’on ne nous dise surtout pas que la catastrophe ne fait pas recette

Les écolos, avec en tête de gondole Al Gore et Yan Arthus Bertrand, vendent leurs salades sur fond de catastrophes. Disons que, dans la catastrophe, il y a plus que la catastrophe elle-même ! Il y a aussi promesse de rendements confortés par les émotions et les peurs ! Nous y voilà donc, de plain-pied dans la catastrophe ! Read the rest of this entry »

Peur d’être critiqué ? J’ai une solution : NE FAITES RIEN !!!

http://www.crazy-marketing.com/peur-de-la-critique

 

Avez-vous peur d’être critiqué ? Que ce soit sur internet ou en dehors, malgré que ça se passe généralement bien plus sur internet, vous pouvez facilement être la cible d’attaques, de moqueries ou tous autres comportements irrespectueux à votre encontre.

Quelles sont les solutions à mettre en place face à ces comportements :

Vous allez peut-être ne pas être d’accord, mais la meilleure solution à adopter est de ne rien faire et je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, laissez-moi vous expliquer une chose. Il y a énormément de gens qui prennent à la lettre ce qu’on leur dit et de ce fait, ces personnes ont peur de recevoir des critiques négatives ce qui les amène à ne rien faire. En effet, je suis d’accord avec vous sur le fait que, si vous ne faites rien ou si vous vous empêchez de faire certaines choses à cause des autres, il y a peu de chance que vous subissiez des critiques mais, ce qui est dommage, c’est que vous passez à coté de très nombreux moments de bonheur.

Ce qu’il est important de comprendre c’est que, de toute manière, dès que vous commencerez à faire ou à réaliser des choses qui sortent un peu de l’ordinaire, vous serez une cible facile pour les autres…

Ne vous en faites pas, ça sera sûrement toujours comme cela !!!

Pourquoi, à votre avis, ces personnes réagissent de la sorte ?

Tout simplement parce qu’eux ne font sûrement rien d’extraordinaire et quand ils voient une personne le faire,ils sont jaloux car ils auraient aimé faire ce que vous avez fait. Le problème est qu’ils sont enfermés dans leur zone de « confort » et que, du coup, critiquer les gens qui se démarquent est bien plus facile que d’essayer de faire autre chose que leur train train quotidien…

Je voulais vraiment vous dire de ne laisser surtout pas les autres diriger et dicter votre vie. Faites exactement ce que vous avez envie, sachez que, même s’il y a des centaines de personnes qui n’ont pas aimé ce que vous avez fait, il y en aura à coté des milliers qui auront apprécié… Ne vous souciez pas des personnes qui critiquent sans arrêt les autres alors qu’eux-même ne font rien.

Voici maintenant un point important à retenir quand vous êtes la cible d’une attaque personnelle (verbale bien entendu). Ne rentrez surtout pas dans le jeu de cette personne, en effet vous allez être tenté de vous justifier et de faire passer vos idées, mais c’est inutile. Généralement, la personne en face de vous campera sur ses positions et vous allez perdre votre temps. Vous allez peut-être même vous mettre dans un état de colère qui aurait pu être évité. Read the rest of this entry »

Avec « Polémiques » Benoît Duteurtre ne fait pas du politiquement correct

http://www.francetv.fr/culturebox/avec-polemiques-benoit-duteurtre-ne-fait-pas-du-politiquement-correct-136467

Publié le 20/05/2013 à 19H49, mis à jour le 21/05/2013 à 12H05

BD

Benoît Duteurtre

© Nolwenn Montheil / Radio France

L’écrivain Benoît Duteurtre aime la polémique, il en fait un livre qui vient de paraître aux éditions Fayard. « Polémiques » c’est une série de chroniques, certaines originales, d’autres déjà parues, sur des sujets aussi différents que la France déprimée ou le roman contemporain en pleine forme. Il était l’invité du 19/20 de France 3 du 19 mai 2013.
Par Linda Belhaoues
Les cyclistes l’agacent, les poussettes aussi, Benoît Duteurtre s’amuse à observer la société et propose une série de textes politiquement incorrects. Il ose parfois dire tout haut ce que certains pensent tout bas. Un livre léger à mettre entre toutes les mains.

Auteur d’une dizaine de livres traduits dans une quinzaine de langues, musicien, critique musical, producteur et animateur d’une émission de radio consacrée à la musique, Benoît Duteurtre a deux passions la littérature et la musique. Finalement, il parvient à concilier les deux. Read the rest of this entry »

Bret Easton Ellis s’attaque à « l’homosexualité politiquement correcte »

http://www.actualitte.com/societe/bret-easton-ellis-s-attaque-a-l-homosexualite-politiquement-correcte-42323.htm

Récemment encore, l’écrivain Bret Easton Ellis était au centre de l’une de ces controverses dont il a le secret. En avril, il fut « désinvité » de la soirée Glaad, suite à ses propos sur Twitter. Il vient de prendre la plume dans le magazine Out pour revenir en détail sur toute cette histoire, mais surtout pour donner son avis sur la façon dont les homosexuels sont traités par les médias. 

 

 Bret Easton Ellis

Mark Coggins, CC BY 2.0

Pour une fois qu’il s’exprime ailleurs que sur Twitter, les fans de l’écrivain seront contents. S’il a fait savoir, il y a peu, qu’il était en train d’écrire un nouveau roman, il n’en est pas moins plus habitué des 140 caractères que des longues tirades. Mais que raconte-t-il donc dans cet article de 3500 mots ? Read the rest of this entry »

Doit-on nécessairement choquer pour interpeller?

http://www.lalibre.be/societe/general/article/805008/doit-on-necessairement-choquer-pour-interpeller.html?goback=.gde_1416777_member_225495269

Aline WUILLOT

La communication « choc » est-elle la meilleure communication? Exemples et explications avec nos spécialistes.

Une jeune femme se photographie tous les jours pendant un an. Le visage souriant de la jolie brune se couvre petit à petit de bleus, coupures, hématomes et traces de strangulation. Le dernier jour, le minois tuméfié, elle tend une pancarte « Je ne sais pas si je tiendrai jusqu’à demain ». La vidéo a été visionnée plus de 500.000 fois depuis sa publication anonyme sur YouTube (voir lien ci-dessous). L’identité de la jeune femme est encore inconnue. Mais, les spécialistes en sont certains, c’est une campagne de prévention pour dénoncer les violences faites aux femmes.Ce type de campagne utilise la communication dite « virale ». Le principe est simple: on fait dans le « trash », autrement dit, on choque. Peu de moyens et beaucoup de bruits, c’est ce qui fonctionne pour le moment.

La Croix-Rouge utilise aussi cette technique dans sa dernière campagne. Elle surfe sur le succès du moment, le Harlem Shake, pour transmettre son message. La vidéo montre un enfant africain se trémoussant, les mains sur le ventre, au rythme de ce son entrainant. Lorsque la musique s’intensifie, le bambin est étendu par terre avec l’explication : « Les diarrhées tuent un enfant toutes les 20 secondes » (voir lien ci-dessous).

Les exemples de communications « choc » ne manquent pas. Les publicités anti-tabac, anti-alcool, pour la sécurité routière ou encore les campagnes d’Amnesty International jouent sur les émotions.

Si on entend beaucoup parler de ces « campagnes choc » à l’heure actuelle, ce type de communication n’est pas récente, souligne Christine Servias, docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Liège. La publicité et les campagnes de prévention se sont toujours servies de la sensibilité des personnes pour transmettre leurs messages. Read the rest of this entry »

Réveillez-vous et redescendez sur terre

http://strategies-et-influence.com/reveillez-vous.htm

C’est le titre d’un nouvel e-book dont voici l’introduction et la conclusion.
Cliquez sur le lien pour en connaître le plan et vous le procurer pour seulement 8 €

Introduction

Quel est le sujet de ce livre ?

C’est l’histoire d’une révolution souhaitée et qui aurait lieu dans nos esprits. C’est l’histoire de ce qui pourrait se passer, si demain, au lieu de penser et d’agir en référence à des principes abstraits, en nous servant d’opinions, de concepts, de croyances et de jugements, nous utilisions un langage concret décrivant au plus près ce qui se passe réellement dans nos vies quotidiennes. C’est l’histoire d’un monde dans lequel personne ne dirait plus : « Il fait froid », mais seulement « J’ai froid », d’un monde où aucun dialogue n’aurait lieu sans avoir préalablement précisé de façon la plus fine possible, quel sera le sujet du débat et le sens des mots employés.
Bref, l’histoire d’un monde où personne ne confondra plus les mots et les choses qu’ils désignent, où le mot chien ne mordra plus personne, et où on aura enfin compris que le mot bonheur n’a jamais rendu heureux personne.

Ce petit texte comprend trois chapitres : Read the rest of this entry »

Des sociologues anglais dressent une liste de mots “offensants”

http://www.fdesouche.com/la-novlangue-parmi-nous

Des éditeurs et des universités tentent de bannir des dizaines de mots en apparence anodins mais qui, estiment-ils, pourraient s’avérer “offensants”. Les expressions bannies figurent sur une liste initialement élaborée par plusieurs sociologues.

Cette liste comprend par exemple l’expression « Grands Maîtres », utilisée depuis des siècles pour désigner les grands peintres. La quasi-totalité d’entre eux étant des hommes, le « Grand Maître» serait discriminatoire envers les femmes et il est conseillé de le remplacer par « artistes classiques ».

La liste a été dressée par la British Sociological Association, dont les membres comprennent des dizaines de professeurs, de conférenciers et de chercheurs. On y trouve les mots « immigrés », « pays en voie de développement » et « noir ». Quant aux termes « patient » ou « personne âgée », ils renverraient une image négative et devraient donc être abandonnés.

«Une police du comportement moral » menée par une armée de groupes militants, d’enseignants et de médias».

Cette initiative intervient après qu’une commission (?) ait banni l’expression « l’homme de la rue », jugée sexiste , et qu’une autre ait prohibé le mot «brainstorming» qui serait offensant pour les épileptiques.

La liste des mots « sensibles » est l’objet de vives critiques. Elle est perçue comme une censure injustifiée et qui suppose, à tort, que les gens seraient choqués par des vocables utilisés depuis des décennies. Le professeur Frank Furedi, sociologue à l’Université du Kent, a déclaré être choqué quand il a vu la longueur de la liste et avec quel empressement les universitaires l’ont adoptée.

« J’ai été vraiment pris de court quand j’ai découvert que le terme « Chinese Whisper » (téléphone arabe) était offensant, parce qu’il pourrait avoir une connotation raciste. J’ai été désespéré de constater que le mot « civilisé », l’un de mes préférés, ne devait pas être utilisé par les auteurs respectueux des différences culturelles, car il aurait une connotation raciste ». Read the rest of this entry »

La novlangue parmi nous

http://www.fdesouche.com/la-novlangue-parmi-nous

Contributions appréciées – sources exigées

(tous les exemples sont tirés de la presse ou des médias)

  • Ne dites plus clandestin mais candidat à l’immigration (Figaro)
  • Ne dites plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers (source)
  • Ne dites plus discrimination positive mais encadrement différencié (Belgique) (voir)
  • Ne dites plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (tous les médias)
  • Ne dites plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises (source) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS)
  • Ne dites plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (partout)
  • Ne dites plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen) (voir)
  • Ne dites plus immigré mais client (autorités finlandaises) (voir)
  • Ne dites plus bandes mais identités de quartier (LCI.fr)
  • Ne dites plus des bandes de noirs et d’arabes mais des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques » (Belgique) (voir)
  • Ne dites plus  enfants d’immigrés mais enfants issus de familles d’éducations éloignées (source)
  • Ne dites plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d’appropriation (France) (voir)
  • Ne dites plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ». (source)
  • Ne dites plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice (tous les médias)
  • Ne dites plus mosquée mais centre culturel et religieux. (partout)
  • Ne dites plus fusillade mais bagarre par balles (source)
  • Ne dites plus Français moyen attaché à sa culture mais raciste (source : FDS) Read the rest of this entry »

Hitler.fr, Satan.fr et rabbin.fr sont désormais disponibles

http://www.infos-du-net.com/actualite/18658-nom-domaine-polemique.html

30 000 noms de domaines sensibles sont désormais légaux. « Hitler », « mutilation », « mosquée », « rabbin » ou encore « Satan » peuvent désormais être réservés dans leur version en .fr.

C’est le Conseil constitutionnel qui est à l’origine de cette décision. En octobre dernier, il avait censuré la législation de 2004 encadrant l’attribution des noms de domaines. Il s’était fixé la date du 1er juillet pour revoir cette loi. À l’époque le Conseil avait estimé qu’étant donné le « développement généralisé des services de communication au public en ligne », la limitation «du choix et de l’usage des noms de domaine affectait la liberté de communication et la liberté d’entreprendre ». Cet encadrement a donc pris fin vendredi avec la mise à disponibilité de 30 000 noms de domaines. Read the rest of this entry »

La parité, un concept politiquement correct.

http://hanuman.ovh.org/?p=343

26 juin 2011Posté dans : Flashs d’humeur

Marrant quand même … On nous bassine avec la parité, particulièrement celle des hommes et des femmes dans les milieux de pouvoir, un peu comme s’il était de bon ton de dire qu’il n’est pas politiquement correct de dire ou de penser autrement. Pourtant, il me semble que cela ne correspond à rien. Je veux dire que, comme dans nombre de métiers, et ce n’est pas seulement un héritage culturel machiste ( à moins qu’il soit machiste d’affirmer que les hommes sont musculairement plus forts que les femmes ), les proportions des unes et des autres dépend aussi du nombre de postulants de chaque sexe … Read the rest of this entry »

Canteloup, présidentiable de l’imitation

http://www.nordeclair.fr/Sorties/Spectacles/2011/06/21/canteloup-presidentiable-de-l-imitation.shtml

Faut-il rappeler que Nicolas Canteloup, qui sévit aussi tous les matins sur Europe 1, est un prodigieux caméléon vocal? Photo archives Ludovic Maillard Faut-il rappeler que Nicolas Canteloup, qui sévit aussi tous les matins sur Europe 1, est un prodigieux caméléon vocal? Photo archives Ludovic Maillard

Légèrement frileux dans ses précédents spectacles, l’imitateur a franchi un cap sur scène. Dans son nouveau show « Nicolas Canteloup ne s’arrête jamais », il balaie le politiquement correct, se montre plus caustique et frappe juste.


PATRICE DEMAILLY > patrice.demailly@nordeclair.fr
Musique pétaradante. Sur l’écran vidéo, un défilé de noms – les cibles de la soirée – sur fond de générique de Home, le film de Yann Arthus-Bertrand (« Vu du ciel, la terre est plus belle et je vends mes photos plus chères » ). Nicolas Canteloup part en campagne. Comme il met ses fiches à jour, rien d’étonnant qu’il attaque tout de go sur Strauss-Kahn, « Il y a des incohérences dans le dossier. Ils lui mettent un bracelet électronique, aucun intérêt. Une braguette électronique, à la limite ! ».
L’homme politique n’est pas le seul au passage à voir son image dynamitée. Canteloup dégomme à gauche, à droite, en haut, de biais. François Hollande ?

Read the rest of this entry »

L’art de la Nudité Féminine.

http://www.lepost.fr/article/2011/06/22/2529838_l-art-de-la-nudite-feminine.html

« Ni Putes ni Soumises »,  » CFCF », « Osez le Clito »,  » La journée de la femme », etc, autant d’associations ou de manifestations prônant la liberté féminine, et l’égalité des sexes (la parité), depuis quelques mois/années, et qui aujourd’hui sont omniprésentes au sein d’une société en pleine recherche de parité sexuelle. Des aspirations à l’égalité des sexes, qui dorénavant sont plus que présente à la fois médiatiquement et artistiquement. Le Politiquement correct est de mise lorsqu’il est de bon ton de parler de la gente féminine à notre époque, et toutes allusions graveleuses ou sexystes, sont automatiquement censurées ou mis au pilori, tout en étant taxées de machisme ou autre atteinte à la dîtes gente féminine.

Le Politiquement correct occupe aujourd’hui une vraie place dans notre vie quotidienne c’est certain. Prenons, le monde des médias, où le monde artistique. Qui peut affirmer aujourd’hui que la liberté de médiatisation ou de création est encore réellement existante?  Par exemple, est-il politiquement correct de montrer une femme (ou un homme) nue sans craintes? Exposer un corps dénudé est-il une entorse aux bonnes moeurs, ou résulte-t-il d’une audace créative en perdition? Risque-t-ont dans ce dernier cas de se voir filer devant la tribune judiciaire pour attentat à la pudeur, ou encore de se voir censurer afin de ne pas troubler l’ordre publique, puritaine de toutes vélléités en rapport avec la sexualité ou la suggestion sexuelle?

Read the rest of this entry »

Borloo, champion de la pensée conforme

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2011/06/lborloo-sourd-aux-francais-oub.html

Par Ivan Rioufol le 27 juin 2011 15h19 | 49 Commentaires

Normalement, s’il continue ainsi dans le pathos du politiquement correct, Jean-Louis Borloo ne devrait pas tarder à s’épuiser dans les sondages. Les Français n’en peuvent plus, me semble-t-il, de tous ces clichés qui, au nom du respect de l’Autre, en arrivent à l’oubli de Soi. « Nous sommes tous des enfants d’immigrés, seule la date d’arrivée change », a-t-il ainsi déclaré, dimanche, en commentant sa nouvelle confédération centriste, présentée comme « la force anti-FN ». Hervé Morin, qui rivalise avec son allié pour obtenir l’acquiescement des clercs, l’avait dit autrement en assurant dernièrement : « Les Français sont héritiers de l’immigration ». C’est d’ailleurs en vertu de ce raisonnement, usuel chez les esprits clonés, que l’Education nationale a, par exemple, fait entrer dans les programmes de 4 e l’étude des civilisations africaines du Monomotapa et du Songhaï, au détriment d‘Henri IV et de Louis XIV. Le processus de déculturation doit beaucoup à cette rhinocérite aïgue qui sacralise l’immigré au point d’en oublier l’autochtone. Personnellement, je trouve insultante cette discrimination qui me touche. Read the rest of this entry »

L’hypocrisie des pourfendeurs du politiquement correct

http://www.lepost.fr/article/2011/06/25/2533315_les-opposants-au-politiquement-correct-devenus-politiquement-corrects.html

25/06/2011 à 22h50 – mis à jour le 26/06/2011 à 01h50 | 1277 vues | 0 réactions

A l’image de Marine le Pen qui se plaint dans les médias de ne pas y être invitée, les opposants au politiquement correct que sont notamment Eric Zemmour, Robert Ménard et consorts, ne cessent de se dire victimes d’un complot contre leurs idées et se veulent les meilleurs défenseurs de la liberté d’expression, comme cela a été rappelé dans nos colonnes http://www.lepost.fr/article/2011/04/01/2453143_bernard-menard-defend-la-liberte-d-expression-a-travers-eric-zemmour.html

Pour autant, si l’on s’informe réellement, on découvrira, notamment dans le cas d’Eric Zemmour, que celui-ci tient une chronique dans le Figaro Magazine, sur RTL et qu’il est présent aussi sur I Télé, pas une chaîne pourtant réputée à droite de la droite http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour On le retrouvera de plus sur Paris Première, en duo avec son compère Eric Nolleau. Bref, pour quelqu’un qui se dit victime des médias, il est plutôt bien traité par ces mêmes médias ! Quant aux autres,à l’image d’Yvan Rioufol ou d’Eric Brunet, on les retrouve respectivement dans le Figaro ou encore sur RMC. Read the rest of this entry »

« Iegor Gran livre un ouvrage aux confins de l’auto-fiction, drôle et documenté »

Caroline Béraud-Sudreau, jurée du Prix des lecteurs de L’Express, a apprécié la lecture du roman L’écologie en bas de chez moi, dont le thème porte sur les dérives du discours écologique.

"Iegor Gran livre un ouvrage aux confins de l'auto-fiction, drôle et documenté"Caroline Béraud-Sudreau, diplomée en journalisme et communication, est chargée de clientèle dans un organisme de cours particuliers à domicile.

D.R.

Iegor Gran a trouvé ce qu’on peut appeler un créneau littéraire: représentant officiel du mauvais esprit, ardemment opposé au politiquement correct, méprisant les bien pensants, il se fait le chantre enthousiaste de la lutte contre les idées reçues.

Son roman qui racontait en 2003 les déboires de deux ONG lui avait déjà valu le grand prix de l’humour noir. Il s’attaque ici à un autre sujet tabou: la sacro-sainte écologie. Read the rest of this entry »

La condition des noirs en France du XVIIIe au XIXe siècle

Les Noirs, c’est l’appellation convenue dans certains milieux pour parler des Africains ou des personnes d’origine africaine. Il s’agit de ce fait de comparer celles-ci aux blancs, deux extrêmes qui dissipent toute ambiguïté. En agissant de la sorte, on classifie l’humanité selon les couleurs de peau des uns et des autres : noirs, blancs, rouge, jaune… Les ethnologues habités par des esprits peu évolués ont par la suite utilisé cette classification pour déterminer le degré d’humanité des uns et des autres. Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi- même, dans leurs travaux le blanc est au dessus de l’échelle alors que le noir est réduit à presque rien, pas trop loin d’autres espèces animales connues.

Pouvait-il en être autrement ? Déjà dans l’imaginaire collectif occidental, la couleur noire s’apparenre à quelque chose d’effroyable, de piteuse, l’enfer et le diable tout le contraire du blanc qui est lumière, bonté, beauté, paradis.

De ce fait, l’homme noir va tout simplement perdre sa qualité d’Homme aux yeux de nos ethnologues qui vont réussir à convertir à leurs thèses des esprits plus faibles que les leurs. L’homme en est réduit à sa couleur, comme si une voiture Peugeot de marque 406 et de couleur verte perdait sa qualité de voiture 406 pour sa simple couleur : la verte.

Ce raccourci, quoi que l’on dise, témoigne du malaise qui circule dans certains milieux à admettre l’africain comme entièrement Homme, car s’ils le faisaient, ils admettraient ipso- facto l’égalité des Hommes au-delà de leurs couleurs de peau. Read the rest of this entry »

Le commerce équitable: une bonne intention qui n’en est pas une

Je sens que je vais à nouveau prendre une volée de bois vert par les bien pensants. Mais tant pis; c’est ce qui arrive quant on flanque un grand coup de pied dans le politiquement correct. Bref venons en au commerce équitable. Ce dernier est une façon de plus pour se donner bonne conscience. Le commerce équitable veut que l’on paie au juste prix les producteurs locaux, généralement des pays pauvres ou en voie de développement qui importent leurs produits dans les sociétés occidentales. Première hérésie: les prix du marché ne se décrète pas. Dire qu’un prix est juste ou non, n’a pas de sens dans un marché libre. Un prix de vente, n’est qu’un prix qui est bien ou mal négocié par le vendeur.

L’économiste et spécialiste du développement, l’espagnole et libéral Xavier Martin i Sala, prix Juan Carlos ( un prix qui récompense tout les deux ans le meilleur économiste d’Espagne et des pays d’Amérique Latine ) et fondateur de l’association Umbele qui aide le développement des pays africains a justement étudié le commerce équitable. Selon Xavier Martin i Sala, les résultats sont plutôt mauvais. Les villages percevant une aubaine se reconvertissent dans la monoculture achetée par les entreprises bien pensantes : par suite , les prix s’effondrent et les cultures vivrières manquent. Read the rest of this entry »

Les nouvelles définitions politiquement correctes : ne dites plus…

Pour faire perdre pied, il suffit de brouiller le langage, car les mots modifient la manière de penser. Les politiques sont très forts pour cela. Et les médias aussi. Alors le peuple de France ne sait plus où il en est, oscillant entre une politique d’exclusion et sa culture de la solidarité.

Le politiquement correct pose un voile sur la vraie vie. Cette attitude se veut pudique mais elle est tout simplement hypocrite. C’est un carcan intellectuel imposant des regards totalitaires sur des réalités tangibles et des évidences palpables. Pour l’historien américain Jacques Barzun, « le politiquement correct ne proclame pas la tolérance : il ne fait qu’organiser la haine ». Read the rest of this entry »

Robert Ménard viré de RTL

Robert Ménard ne sera plus à l’antenne de RTL la saison prochaine, rapporte Le Figaro. Polémiste dans l’émission “On refait le monde” de Christophe Hondelatte, il intervenait également chaque samedi dans la matinale de Bernard Poirette.

RTL justifie ce limogeage par une “refonte” des matinales du week-end ainsi que par “certaines des prises de position” de l’intéressé.  »

Cette éviction pendait au nez de l’ancien président-fondateur de Reporters sans Frontières reconverti ces derniers temps en agent provocateur médiatico-politique. Pourfendeur du politiquement correct au point de franchir parfois les bornes du tolérable, il s’est illustré dernièrement avec un pamphlet intitulé “Vive Le Pen!”. Quelques semaines avant la parution de cet ouvrage (le 21 avril) il avait déclaré, sur l’antenne de RTL justement, « comprendre et approuver les électeurs du Front national . “Je trouve scandaleux qu’il n’y ait pas un élu du Front National dans un conseil général. Je trouve ça monstrueusement scandaleux pour les 15% des gens qui votent Front National”, s’était-il notamment insurgé, toujours sur RTL….

Ces propos avaient amené Jascques Esnous, directeur de l’information de la station, à le convoquer le chroniqueur, tandis que Christopher Baldelli , le directeur de RTL, réfléchissait sur son maintien à l’antenne.

http://teleobs.nouvelobs.com/articles/robert-menard-vire-de-rtl

Quand la propagande européenne dérape salement

Le monde de la Bande Dessinée est en ébullition. Tous les mois, de nouveaux assauts sont menés pour bouter les albums nauséabonds et les auteurs séditieux hors du royaume de la bonne lecture graphique case à case, propre, soignée, de bon goût et politiquement correcte. Mais dernièrement, on est tombé sur des pépites…

Avant d’entrer dans le vif du sujet, on pourra se souvenir des récentes exactions d’un certain Hergé qui avait eu, tout de même, le culot de faire de la bande dessinée dès les années 30 et qui n’avait rien trouvé de mieux à faire passer comme message qu’un colonialisme lamentable doublé d’un mépris très nauséabond dans son album « Tintin au Congo ». Read the rest of this entry »

Appeler un chat un chat

Dans un commentaire, Pierre demande une mise au point lexicale : les médias sont priés de ne pas appeler « jeunes » les « voyous ».

Un lecteur, Pierre, souhaite revenir sur un emploi du mot jeunes qu’il juge inapproprié dans les titres et les articles de presse. Les commentaires, de fait, s’agacent souvent des flottements dans l’usage du mot. Le fond de l’affaire vient de ce que les médias utilisent souvent jeunes pour désigner les délinquants… bien adultes parfois.

Rien ne gêne quand jeunes renvoie à une classe d’âge que le mot démarque d’autres classes d’âge ; par exemple, dans tout sujet qui évoque la situation de l’emploi dans un pays, on admettra aisément, selon les termes de Pierre, l’appellation « individu de 15-25 ans qui travaille = un jeune ». Read the rest of this entry »