Archive

Archive for the ‘psychanalyse et psychologie’ Category

Ce que votre sourire révèle de votre personnalité

http://www.medisite.fr/a-la-une-ce-que-votre-sourire-revele-de-votre-personnalite.1032162.2035.html?xtor=EPR-56-1029917[Medisite-Info-Sante]-20160307

Un groupe de dentistes et de psychologues se sont associés au cours d’une étude pour une marque de dentifrice et révèlent ce que votre sourire traduit de votre personnalité.

NDLR : les recherches sur la personnalité, les différences façons de la définir si tant est qu’elle existe et ne soit pas totalement volatile comme le dit l’Analyse Relationnelle, sont nombreuses et reflètent la culture dominante de leurs auteurs. Ceci étant dit existe-t-il des rapports entre des traits physiques, tels que les dents du bonheur à la Julia Roberts (qui serait plus coquine que d’autres artistes ?!!!) et tel ou tel élément de personnalité ? Nous sommes là dans la pensée magique ; on peut dire n’importe quoi : il suffit d’assembler deux observations et de les lier par une relation de cause à effet. L’effet Mehrabian (celui qui a dit que 93% de nos communications étaient non-verbales), a encore frappé pour nous embrumer. Un geste, un aspect physique, ne peut en aucun cas être relié par une bijection à une signification précise ni à un trait de personnalité, car chacun de nos gestes, de nos mots, de nos mimiques peut vouloir dire des milliers de choses. Je fais la grimace parce que j’ai mal au ventre, ou que ça me démange, pas parce que je ne suis pas content de vous voir… chère Madame. Arriverons-nous à brûler tous ceux qui nous rendent encore plus bêtes et encore plus ignorants, alors que leurs missions devraient plutôt nous inciter à aller dans l’autre sens, celui de l’élévation vers une intelligence plus pointue ?

Un sourire peut cacher beaucoup de choses. Mais en y regardant bien il peut aussi en dire long sur notre interlocuteur. Au cours d’une étude commandée par la marque de dentifrice Dental White, dentistes et scientifiques se sont réunis pour analyser le sourire de plusieurs individus dont certaines célébrités. Les résultats de leur étude ont été relayées dans le journal britannique Dailymail .

-Les dents du bonheur : avoir un léger écart entre les dents serait perçu comme un trait de caractère coquin surtout chez les femmes, selon Justin Causier, responsable d’une clinique dentaire impliqué dans l’étude.

– Les canines bien marquées : vous avez le sourire d’un vampire ? « C’est la marque des carnivores, explique le Dr Helen McCarthy, psychologique ayant participé à l’analyse. Ce sourire est assimilé à une personnalité dominante et puissante. »

– Un sourire qui montre toute les dents : deux rangées de dents parfaitement alignées et lissées c’est tout ce que l’on voit lorsque vous souriez ? Selon les experts, ce sourire est assimilé aux stars d’Hollywood qui tiennent à montrer leur bonheur dans les médias. Cela révèle une personne qui a beaucoup de réussite.

– Les genvices apparentes : sourire au point de montrer une bonne partie de ses gencives pourrait démontrer une personnalité enfantine, selon les experts. « Cela donne l’air mutin et innocent », déclare Justin Causier dans le Dailymail .

Pourquoi on ment plus aux femmes qu’aux hommes?

http://www.medisite.fr/a-la-une-pourquoi-on-ment-plus-aux-femmes-quaux-hommes.671089.2035.html?xtor=EPR-26-667753[Medisite-A-la-Une]-20140816

NDLR : voilà bien une étude inutile et très psy ! Naïves les femmes ? Il n’y a qu’une autre femme pour penser ça, car cela lui donne une occasion d’en demander encore plus. La plupart des hommes savent très bien, parce qu’ils le vivent dans leur quotidien, qu’il est quasi impossible de mentir à une femme. Elles le ‘sentent‘ à tous les coups. Attention : ne nous laissons plus gruger par ces soi-disant études qui ont été faites sans protocole sérieux juste pour favoriser une thèse quelconque. Il faut être bien folle pour être féministe de nos jours, quand on a déjà tout gagné et que l’on commande aux hommes depuis belle lurette. Ça risque juste de réveiller en nous, pauvres hommes, le désir de se rebeller et de défendre notre condition masculine trop bridée, trop brimée et bien malmenée par certaines. Heureusement il y a les autres, plus futées, qui ne réclament rien.

Selon une étude comportementale, (NDLR : où est-elle cette étude ?), on raconte plus de mensonges aux femmes parce qu’elles sont considérées comme  moins vindicatives que les hommes.

Les femmes auraient elles plus tendance à se faire avoir que les hommes ? C’est ce qu’affirme Laura Kray, professeur à la Berkeley University (Etats-unis). Pour cela, elle a étudié le comportement d’étudiants en plein exercice de négociation, dans une école de marketing. Résultat ? Pour convaincre, 24% des hommes ont avoué utiliser le mensonge face à une femme. De leur 17% des femmes ont avoué faire la même chose avec leurs camarades féminines. En revanche, lorsque l’interlocuteur est un homme, 3% des hommes et 11% des femmes ont usé du mensonge.

Une question de stéréotypes !

Selon le professeur Laura Kray tout est une question de préjugés car « la société considère les femme comme naïves ». Du coup, on croit qu’il suffit de les duper pour gagner. « On pense que les conséquences ne seront pas les mêmes que face à un homme », explique Harris Glo, coach pour de nombreuses femmes chefs d’entreprise, dans le DailyMail. Selon elle, lorsqu’une femme s’aperçoit qu’on lui a menti elle a moins tendance à essayer de se venger qu’ un homme. Pour Laura Kray, il est important que les femmes montrent les dents et inversent la tendance.

 

Quand les neurosciences mesurent la satisfaction des téléspectateurs

http://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/neurologie/quand-les-neurosciences-mesurent-la-satisfaction-des-telespectateurs?ku=Ex6Dv57A-v956-yAyy-yz9C-x5EwE8wC6EDv#utm_source=lequotidiendumedecin&utm_medium=email&utm_campaign=news_derniere_heure_qdm

Selon Jacek Dmochowski du City College de New York, et ses collègues, l’observation de l’activité neuronale de quelques personnes face à un spot publicitaire permettrait de prédire la réaction du grand public face au même spot.

Selon leur étude parue dans « Nature Publication », ils ont réalisé des IRM fonctionnelles et des électroencéphalogrammes sur 16 volontaires âgés de 19 à 32 ans pendant qu’ils regardaient un épisode de la série « The Walking Dead », ainsi qu’une série de spots publicitaires diffusés lors du Super Bowl, la finale de football américain. Dans cet ensemble de programmes, les auteurs ont repéré 190 scènes clés, d’une durée comprise entre 1,4 et 300 secondes au cours desquelles ils ont plus particulièrement scruté les réactions des sujets.

Twitter en accord avec l’IRM

Les enregistrements ont permis au scientifique d’estimer le niveau d’intérêt montré par les volontaires, à l’aide du niveau d’oxygénation du sang au sein des cortex visuel et auditif. Ces niveaux d’intérêt étaient identiques à l’indice de satisfaction mesuré par Twitter sur ces mêmes programmes : plus le programme était apprécié, plus les niveaux d’oxygénation étaient importants.

Cette expérimentation a été l’occasion de découvrir que l’appréciation d’un programme télévisé, qu’il s’agisse d’une publicité ou d’une fiction, se manifeste de la même manière. « Notre cerveau réagit de façon stéréotypée aux stimuli que nous percevons comme favorables », estiment les auteurs. Si les chercheurs se sont servis de programmes télévisés pour prouver cette hypothèse, c’est qu’il s’agissait d’un moyen pratique pour explorer le lien entre activité neurale et réponse comportementale perceptible grâce à la popularité de ces programmes sur les réseaux sociaux.

Damien Coulomb

Non, nous n’utiliserions pas que 10% de notre cerveau !

http://www.medisite.fr/a-la-une-non-nous-nutiliserions-pas-que-10-de-notre-cerveau.548044.2035.html?xtor=EPR-26-543622[Medisite-A-la-Une]-20140208

Une légende pourrait bien s’effondrer. Notre encéphale serait en réalité bien plus actif qu’on ne le croit.

Lire en complément : http://www.slate.fr/life/83071/hommes-femmes-cauchemars

© AMATHIEU – Fotolia.com

Selon une vieille théorie scientifique, nous n’utiliserions que 10% de notre cerveau, pendant que les 90% restants seraient au repos, ne nous étant alors d’aucune utilité au quotidien. Certains pensent même que si nous réussissions à les exploiter, nous pourrions développer des capacités paranormales telles que la télépathie. A tort ! Notre cerveau serait en fait beaucoup plus occupé.

En effet, l’étude américaine du Dr Richard Cytowic, publiée dans la revue Psychology Today, montre que la totalité de notre cerveau est exploitée mais que toutes les régions ne travaillent pas de la même façon. Ainsi certaines parties de notre encéphale en soutiennent d’autres dans leurs tâches. Par ailleurs, la totalité du cerveau n’est pas activée en permanence. D’après le Dr Cytowic, à un moment précis, entre 1 et 16% de nos neurones seraient actifs simultanément, dans une région de notre encéphale. Ceci optimiserait notre fonctionnement cérébral et minimiserait la dépense d’énergie. Expliquant par ailleurs le fait que nous ne soyons pas totalement multitâches.

Le livre qui rend fous les psychiatres

http://www.lesechos.fr/journal20130513/lec1_idees_et_debats/0202724519379-le-livre-qui-rend-fous-les-psychiatres-565664.php?goback=.gde_1416777_member_240256749

Par Yann Verdo| 13/05 | 07:00

La cinquième édition du DSM, bible des psychiatres américains, sort la semaine prochaine aux Etats-Unis. Un manuel dangereux pour certains cliniciens, qui appellent au boycott.

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l\'American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. - Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l’American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. – Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Rarement livre aura été plus attendu au tournant, plus commenté et critiqué avant même sa parution, prévue pour la semaine prochaine. Les passions déchaînées au cours de son long processus de maturation – il est le fruit du travail de plus de 160 experts réunis en quasi-conclave depuis 2007 – sont à la mesure des enjeux. Cette pomme de discorde a pour nom « DSM-V ». « DSM » pour Diagnostic and Statistical Manual of mental disorders, et « V » pour indiquer qu’il s’agit de la cinquième édition de cet ouvrage paru pour la première fois en 1952 aux Etats-Unis, et dont la dernière mouture datait de l’an 2000.

Bible des psychiatres américains, édité par la puissante American Psychiatric Association (APA), le DSM recense, classe et décrit, à la manière des traités de botanique d’autrefois, toutes sortes de maladies mentales, flore inquiétante où se rencontrent aussi bien la schizophrénie que la dépression, l’anorexie mentale, les troubles de la personnalité (« borderline », antisociale, évitante…) et une myriade de curiosités aux noms énigmatiques comme la trichotillomanie (arrachage compulsif des cheveux) et désormais – c’est une nouveauté de la version 5 -, la dermatillomanie (arrachage compulsif de la peau). En tout, autour de 300 « catégories », et autant de pathologies mentales. Read the rest of this entry »

Des Japonais décryptent le contenu des rêves

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/04/05/20186-japonais-decryptent-contenu-reves

Par figaro iconCyrille Vanlerberghe – le 05/04/2013
Des chercheurs de Kyoto ont réussi à interpréter les signaux neuronaux émis par des personnes endormies.

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Yukiyasu Kamitani et ses collègues du laboratoire de neurosciences informatiques ATR de Kyoto essaient de comprendre comment le cerveau humain traite les informations visuelles. En scrutant l’activité cérébrale de trois volontaires, les chercheurs japonais ont récemment fait une importante avancée, en réussissant à deviner le contenu des rêves, rapporte l’AFP.

L’expérience n’a pas dû être très drôle pour les trois sujets, puisque les scientifiques les réveillaient dès qu’ils voyaient sur l’électroencéphalogramme des signaux qui annonçaient le début d’une phase d’endormissement et ils leur demandaient ensuite quel était le sujet de leur début de rêve. Les participants étaient réveillés jusqu’à une dizaine de fois par heure, par tranches de trois heures, et cela plusieurs jours d’affilée jusqu’à ce que les chercheurs puissent enregistrer 200 «fragments de rêves». Read the rest of this entry »

http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/divorce-dix-ans-apres-la-loi-la-garde-alternee-fait-toujours-debat_1061066.html

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-abolition-de-la-prostitution-est-105813

Le sujet revient régulièrement sur le tapis et si l’on met de côté la probable volonté politique de le jeter régulièrement en pature aux citoyens comme un os à ronger – à défaut de lui donner parole sur des sujets bien plus essentiels-, il n’en reste pas moins un vrai sujet de société.

Les deux bords s’affrontent et il faut bien en convenir : Aucune des deux positions n’est vraiment défendable. Soit elle est pragmatique et elle renonce à un idéalisme peut-être illusoire, mais néanmoins essentiel car générateur de progrès. Soit elle se place sur le plan des principes, de l’idéal, et refuse une partie de la réalité.

Soyons pour l’abolition de la prostitution, et nous voilà accusés de bigoterie – comme vient de le publier un article caricatural de rue89-, mais surtout de ne pas reconnaître le travail des prostitués et de le précariser encore davantage en punissant leurs clients potentiels.

Soyons contre, et nous voici complices d’un métier qui reste dégradant, aliénant, et avilissant. Car soyons honnêtes : aimerait-on voir sa fille, par exemple, devenir prostituée ?

2 députés, un de l’ UMP et une du PS, ont décidé de proposer un projet de loi visant à punir d’amendes les clients des prostitués.

Personnellement, après tout ce que j’entends des débats, je suis pour et je vais dire pourquoi.

Read the rest of this entry »

Divorce: dix ans après la loi, la garde alternée fait toujours débat

http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/divorce-dix-ans-apres-la-loi-la-garde-alternee-fait-toujours-debat_1061066.html

PARIS – Néfaste selon les uns, indispensable selon les autres: presque dix ans après son instauration, la garde alternée des enfants en cas de séparation est de plus en plus souvent décidée par la justice mais fait toujours débat, surtout pour les plus jeunes enfants.

La résidence alternée (une semaine chez le père, une semaine chez la mère par exemple), instaurée par la loi en mars 2002, concerne entre 15 et 20% des enfants de couples divorcés contre moins de 5% il y a dix ans, a rappelé mardi en conférence de presse Caroline Merten, psychologue et « écoutante » de la plate-forme téléphonique gérée par l’association Enfance et Partage.

La question de la garde alternée revient souvent dans les coups de fil, relève-t-elle: elle est mentionnée dans environ un tiers des appels.

Les parents qui appellent ont par exemple décelé chez leurs enfants « un changement de comportement, de l’agressivité, des problèmes de sommeil » qui peuvent être en lien avec la résidence alternée, continue la psychologue.

« Le jeune enfant a besoin de continuité et de stabilité, qui se construit dans un espace« , renchérit la psychanalyste spécialisée Claude Boukobza, insistant sur l’importance de la « maison« .

« Il faut que l’enfant ait conscience que la maman va revenir, or pour certains enfants, une semaine c’est trop long, ils n’y arrivent pas« , dit encore la psychanalyste, tout en reconnaissant que certaines gardes alternées peuvent très bien se passer.

Selon elle, elles posent moins de problème lorsque l’enfant a huit ou dix ans. Read the rest of this entry »

Autisme : feu sur la psychanalyse

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111209.OBS6415/autisme-feu-sur-la-psychanalyse.html

Autisme : feu sur la psychanalyse

Créé le 09-12-2011 à 18h58 – Mis à jour le 10-12-2011 à 19h35      116 réactions

Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article

Par Le Nouvel Observateur

Les adeptes de la théorie freudienne sont mis en cause dans un documentaire promu par des parents partisans d’une approche beaucoup plus pragmatique. Par Jacqueline de Linares.

La salle était pleine de parents, jeudi 8 décembre devant le tribunal de Lille. Les parents d’autistes, dont certains brandissaient à l’extérieur des photos de leur enfant, étaient venus en nombre soutenir la documentariste Sophie Robert, poursuivie par trois psychanalystes, interviewés dans son documentaire « Le Mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme ».

Trois membres de l’Ecole de la Cause Freudienne demandent  le retrait de leur interview ou, à défaut, l’interdiction du film, estimant  que leurs propos ont été « défigurés » au montage. Qu’il « ridiculise » la psychanalyse. Dans le documentaire, montage brut de réponse aux questions de Sophie Robert, on entend des morceaux d’anthologie tels que : « Ils [les enfants autistes] sont restés dans l’utérus, pourquoi voulez-vous qu’ils parlent ? » Ou bien : « Avec un enfant autiste, j’en fais très peu. Je pose mes fesses, je me mets à côté de lui et j’attends. » Le tribunal, qui rendra sa décision le 26 janvier, doit décider si Madame Robert est sortie des autorisations de tournage signées par les plaignants. Mais en réalité, derrière ce procès, c’est toute la question de l’approche de l’autisme qui est en jeu.

Quand des psychanalystes prétendent soigner l’autisme comme une maladie mentale, les parents réclament pour soigner leurs enfants le recours aux méthodes comportementalistes basées sur la rééducation et la répétition utilisées à l’étranger, et selon eux, beaucoup plus efficaces. Or, depuis plusieurs années, la guerre fait rage en France entre psychanalystes et comportementalistes. A Lille, la salle a frémi lorsque le défenseur des psy, Maitre Christian Charrière-Bournazel, a déclaré, évoquant les méthodes comportementalistes utilisées pour les autistes : « Répéter et apprendre des gestes comme on dresserait un chimpanzé ». Read the rest of this entry »

Pourquoi Jung est à la mode

http://www.psychologies.com/Therapies/Psychanalyse/Inconscient/Articles-et-Dossiers/Pourquoi-Jung-est-a-la-mode/4Un-inconscient-peuple-de-divinites

Un inconscient peuplé de divinités

Contrairement à Freud, Jung affirme que nous possédons deux inconscients : l’un individuel, où parlent nos névroses et conflits personnels ; et l’autre collectif, qui nous raconte une histoire universelle, peuplée de héros (OEdipe, Icare ou… la Belle au bois dormant) et de symboles communs à toute l’humanité. Dans une optique jungienne, en rêvant d’une pomme, je me retrouve aux côtés d’Adam et Ève, je revis symboliquement le mythe fondateur du paradis terrestre. Transmis de génération en génération, réalité psychique mais aussi biologique, cellulaire, l’inconscient collectif est le dépositaire de toutes les réactions typiques de l’espèce humaine : la peur, l’intuition d’un danger, l’amour, l’angoisse de la mort. Nous sommes là dans un univers bien différent de la vie intérieure selon Freud, avec ses obsessions érotiques, scatologiques, inavouables. « Il est plus agréable et valorisant de se voir plongé dans un inconscient peuplé de divinités que dans l’univers de fantasmes sexuels jaillis du cerveau reptilien », remarque Jean-Jacques Antier, auteur d’une excellente biographie de Jung. En tout cas, en ces temps de désenchantement, cela fait du bien. Read the rest of this entry »

Les verrous inconscients de la fécondité

http://www.famillechretienne.fr/livres/famille-couple-et-bien-etre/couple/les-verrous-inconscients-de-la-fecondite_c6_s292_ss295_d61302.html

Les verrous inconscients de la fécondité

Zoom

Pour Joëlle Desjardins-Simon, psychanalyste dans un service d’assistance médicale à la procréation depuis quinze ans, l’infécondité est orchestrée par l’inconscient dans une dynamique de couple. Curieusement, il arrive qu’une femme et un homme se rencontrent pour ne pas concevoir d’enfant ensemble malgré leur désir affirmé. Ils se trouvent alors entraînés dans un parcours lourdement médicalisé.

À partir de nombreuses histoires de couples, elle montre comment le psychisme verrouille l’accès à la maternité et à la paternité. Pour chaque personne en quête d’enfant, les mêmes questions se posent. Quelles relations infantiles a-t-elle établies avec ses propres parents ? Comment est composée sa fratrie ? La place de l’enfant n’est-elle pas déjà prise ? Que risqueraient le couple et l’enfant à naître ? Read the rest of this entry »

Refus de la loi antithérapeutique, sécuritaire et dangereuse

http://blogs.mediapart.fr/edition/contes-de-la-folie-ordinaire/article/260611/refus-de-la-loi-antitherapeutique-securitai

Samedi 25 juin 2011, le Collectif des 39 contre la Nuit Sécuritaire, appelait à une manifestation, un rassemblement Place de la République, pour protester contre la loi sur les « soins » sans consentement en psychiatrie, votée en troisième lecture le mercredi 22 juin à l’Assemblée nationale.

Fait rarissime, le gouvernement avait annulé in-extrémis la commission mixte paritaire sénateurs-députés qui devait se tenir le mardi 21, préférant un nouveau passage à l’Assemblée. Craignait-il un nouveau clash avec les sénateurs centristes ??

Le parcours de ce texte a tout de même été particulièrement chaotique, et malgré les réassurances en forme de méthode Coué, de la part de Xavier Bertrand, Nora Berra, ou le député U.M.P. Guy Lefrand qui n’auront pas lésiné avec les boniments et les falsifications au cours de ces trois mois !

Au total, malgré les oppositions franches de tous les syndicats de psychiatres, des psychologues cliniciens, de personnels soignants, des associations de patients, rejointes in- extrémis par la Fédération d’associations d’usagers, la FNAPSY, de nombreuses délégations régionales de l’UNAFAM, l’association des familles, les syndicats de magistrats, les citoyens, 33.000 signataires à la pétition, « Réforme de la psychiatrie, une déraison d’état », des psychanalystes, nous avons désormais une loi dangereuse pour les patients, s’appuyant uniquement sur une idéologie sécuritaire et la peur des malades. Read the rest of this entry »

La psychanalyse corporelle

http://www.lepsychologue.be/psychologie/psychanalyse-corporelle.php?PHPSESSID=28ec7952fcffe09c4e9a921755c0a513

Un article écrit pour vous par Bruno BERTE

Bruno Berte, psychologue La psychanalyse corporelle est une méthode de reconquête du passé qui allie –comme son nom l’indique- l’esprit et le corps. Elle est basée sur le principe des lapsus corporels, lapsus qui donnent accès au subconscient et donc à l’histoire de chacun.

Quand le corps dévoile l’inconscient

Cette psychanalyse permet de revivre corporellement notre passé au travers de sept couches de mémoire et d’assister psychiquement aux films de nos différents traumatismes. La psychanalyse corporelle sollicite la mémoire du corps. Elle repose sur le principe du lapsus corporel.

Elle permet non seulement de retrouver les scènes-clés du passé –nos quatre traumatismes- qui ont construit notre personnalité, mais de revivre intimement ces évènements traumatiques douloureux en ne laissant aucune place aux interprétations. Read the rest of this entry »

Traits de personnalite qui vont exploser votre entreprise

http://manager-info.com/?p=194531

Traits de personnalite qui vont exploser votre entreprise

La cle a l’etablissement d’une connexion avec votre plomb ou la perspective que vous ont ete a l’aide en ligne ou hors ligne des strategies de marketing consiste a acquerir les competences necessaires pour communiquer avec les gens comment ils souhaitent etre communique avec.

Une autre facon faire avec les autres, a declare que vous desirez d’autres a faire unto vous etes remplace par Tony Alice sur les drogues platine va faire aux autres ce qu’ils auraient nous fassent leur. Read the rest of this entry »

Changez-vous de personnalité au travail ?

http://www.ciao.fr/Changez_vous_de_personnalite_au_travail__Avis_1335669

Cet avis a été évalué par 8 membres de Ciao en moyenne: très intéressant

Malgré que je n’ai pas beaucoup travaillé..

La personnalité

Définition : ensemble des comportements, attitudes, etc, qui caractérisent une personne.

On y tient beaucoup dans la vie de tous les jours. A avoir sa propre façon d’être, que ce soit dans n’importe quel endroit. Que ce soit n’importe quand. Notre personnalité permet aux autres d’avoir en quelque sorte une opinion sur nous-même. Que ce soit positif ou négatif. Read the rest of this entry »

La théorie du gender prône « une sexualité dissociée de la personnalité »

http://www.zenit.org/article-28241?l=french

Le cardinal Vingt-Trois déplore l’introduction de cette théorie dans les manuels scolaires

ROME, Jeudi 16 juin 2011 (ZENIT.org) – Alors que le ministère français de l’éducation nationale a récemment annoncé l’introduction de la théorie du genderdans les manuels de Sciences de la Vie et de la Terre de toutes les classes de premières, le cardinal André Vingt-Trois a déploré une théorie qui prône « une sexualité complètement désarticulée ».

Sur Radio Notre-Dame, l’archevêque de Paris a regretté que la sexualité ne soit présentée aux jeunes qu’en terme de maladies. Face à ce « tableau noir, sinistre », il a souhaité la mise en place d’une véritable initiation à la vie affective.

Le gender, c’est « une manière d’approcher l’expérience humaine de la sexualité d’une façon tout à fait systématique en prétendant que l’orientation sexuelle est une construction purement culturelle », a expliqué le cardinal Vingt-Trois. Une « option » que l’on peut prendre en fonction de ce que l’on désire : « il n’y a pas de prédisposition physiologique ou psychologique mais il y a un choix personnel dans une orientation sexuelle ». Read the rest of this entry »

L’inconscient collectif de Carl Jung

http://www.cours-de-psychologie.fr/inconscient-collectif.html

Carl Jung a inventé le concept d’inconscient collectif qui désigne le fait que tout individu, en plus de son propre inconscient, partage plusieurs éléments inconscients avec les autres personnes.

Parallèlement à cette notion d’inconscient collectif, Carl Jung estime qu’il y’a ce qu’il appelle des archétypes, c’est à dire des souvenirs d’expériences importantes de l’homme qui sont transmises de génération en génération. Ces archétypes sont des couleurs, des formes, des dessins, des chiffres…

Carl Jung a par ailleurs mis en relation paranormal et inconscient collectif. Par exemple, Jung pense que la multiplication de l’observation par plusieurs personnes d’ovnis est à mettre en relation avec un archétype de Dieu.

Car Jung estime ainsi que cette forme de disque est un archétype du divin et que le fait qu’un grand nombre de personnes aient rapporté ce phénomène témoigne du désir de ces personnes d’être sauvés par Dieu.

INCONSCIENT

http://bernard-romain.over-blog.com/article-inconscient-74186094.html
Les hommes restent souvent plus ou moins « suspects » aux yeux les uns des autres.

Or, pour être heureux, ils ont besoin de se retrouver en profondeur, dans le creux même de la vie, d’un échange d’humanité pleine de respect et d’estime mutuelle.

Ils ont besoin de relations vraies, dégagées de méfiance et de suspicion les uns sur les autres.

Une grande distance les sépare, un abîme de préjugés les empêche de se rejoindre.

Et souvent tout cela se trouve caché dans les replis de leur inconscient.

Bac 2011 : c’est parti

http://www.vousnousils.fr/2011/06/16/bac-2011-cest-parti-507869

« Le bon­heur est-il affaire de chance ? » aux États-Unis, « L’hypothèse de l’inconscient est-elle néces­saire à la connais­sance de soi ? » au Liban ou « L’État doit-il viser le bon­heur des indi­vi­dus ? » à Pondichéry… Comme tous les ans, les élèves fran­çais de l’étranger ont été les pre­miers à décou­vrir hier, mer­credi, les sujets de l’épreuve de phi­lo­so­phie qui ouvre la ses­sion 2011 du baccalauréat.

Dans l’Hexagone, le rendez-vous était fixé à ce matin, 8 heures dans les 4.737 centres d’examen. Au menu des lycéens :

  • « Peut on prou­ver une hypo­thèse scien­ti­fique? », « L’homme est-il condamné à se faire des illu­sions sur lui-même? », ou le com­men­taire d’un extrait de Gai Savoir de Nietzsche pour la série L.
  • « La culture dénature-t’elle l’homme? », « Peut-on avoir rai­son contre les faits? », ou le com­men­taire d’un extrait des Pensées de Pascal pour la série S.
  • « La liberté est-elle mena­cée par l’égalité », « L’art est-il moins néces­saire que la science? », ou un com­men­taire des Bienfaits de Sénèque pour la série ES. Read the rest of this entry »

Alimentation et émotion

http://www.i-dietetique.com/?action=articles&id=8682

FRANCE, 21 juin 2011 (Toute la diététique !) – Certains prétendent être des mangeurs émotionnels. Ils se sentent parfois poussés à consommer des aliments à cause de leur état émotionnel. C’est habituellement pour répondre à des états de stress, d’anxiété ou de tristesse. Le Docteur John Briffa propose deux approches qui, d’après son expérience, peuvent être très efficaces pour dissoudre rapidement les fringales émotionnelles. Avant cela, il avait voulu savoir si « l’alimentation émotionnelle » est toujours aussi émotionnelle que nous le pensons.

Imaginez quelqu’un qui souffre de variations du taux de glycémie. Lorsque le taux de glycémie baisse, des changements biochimiques et physiologiques se produisent dans le corps, dont la sécrétion d’hormones de stress telle que l’adrénaline. Le cerveau aura tendance à augmenter sa production de glutamate, générateur d’anxiété. Read the rest of this entry »

La psychanalyse est la théorie du psychisme humain développée par Sigmund Freud à la fin du 19è siècle

Sur cette photo, 4 psychanalystes célèbres: Sigmund Freud, Carl Gustav Jung, Jacques Lacan et Françoise Dolto (psychanalyste pour enfant).

La psychanalyse demeure aujourd’hui encore l’approche thérapeutique la plus célèbre auprès des Français. Développée dès la fin du 19ème siècle par son fondateur historique, Sigmund Freud, de nombreux concepts issus de la psychanalyse sont encore aujourd’hui présents dans notre langage de tous les jours. Inconscient, subconscient, libido, pulsion, névrose… De nombreux psychologues sont aujourd’hui encore profondément influencés dans leur pratique par la psychanalyse (ils sont psychanalystes).

Les topiques freudiennes

On parle en effet de deux topiques freudienne. La première est celle de l’inconscient, du subconscient et du conscient. La seconde est celle du ça, du moi et du surmoi. Le ça désigne l’aspect impulsif de notre psychisme, celui qui veut tout de suite. Le surmoi renvoie à l’aspect réprobateur de notre psychisme, l’instance interdictrice (en opposition avec le ça). Le moi désigne l’instance modératrice, le principe de réalité, le médiateur entre le ça et le surmoi. Read the rest of this entry »