Archive

Archive for the ‘santé’ Category

Banales Absurdités, du Dr Maudrux

 NDLR : enfin une voix dissonante dans le concert des moutons bêlant à l’unisson. Et ça fait toujours plaisir de ne pas se sentir seul !
Le blog du Du Maudrux est un plaisir pour le pratiquant de l’Analyse Relationnelle car il montre que le monde s’est construit sans plan et sans fondations, à partir d’idées et non pas d’observations concrètes des réalités. Au sens strict le monde est tête en bas, mais, comme on a pris l’habitude on ne s’en rend plus compte.
Et cela dans tous les milieux où il y a des gens en position de nous abêtir encore plus.
Voici une lecture saine, qui nous nettoie de ce qu’on lit dans les journaux, dans la boue des réseaux sociaux, et dans les insanités bêtifiantes de la télé, les trois grands cancers moraux de notre époque.

A lire sans modération.
PR

Blog du Dr Maudrux

 

 

 

 

 

 

 

Posté le  par Gérard Maudrux

En l’espace de huit jours, l’accumulation de petites choses montre à quel point la France est devenue un pays où tout est interdit, où règnent l’absurdité et l’arbitraire, le peuple semblant s’habituer à tout. En fait étranglés par les prélèvements et étouffant sous les règles administratives, les Français ne supportent pas tant que cela, la consommation d’anxiolytiques et le burnout croissants ont sans doute là une explication.

Si les utopies d’hier sont les vérités d’aujourd’hui, les absurdités d’hier sont aujourd’hui des banalités.

A Paris c’est une usagère du métro (enceinte de surcroît) qui a dû s’acquitter d’une amende de 60 euros sans préavis pour avoir emprunté un couloir dans le mauvais sens. Tout le monde circule dans tous les sens, seuls quelques-uns, au hasard de l’humeur du jour de quelques contrôleurs zélés seront taxés. (Absurdité : circuler sans billet coûte moins cher, 50 € !).

Dans le Vaucluse, Geneviève, 89 ans, comme beaucoup à son âge, n’a pas d’ordinateur ni internet. A l’heure de la dématérialisation (elle ne sait pas non plus ce que cela veut dire), elle a payé un impôt en envoyant un chèque. Ce chèque a été encaissé, mais les services fiscaux lui envoient une amende de 15 € pour « non-paiement dématérialisé ». Au passage, les caisses de retraite ont aussi cette obligation d’encaisser des pénalités dans le même cas. Pas de chance, d’autres départements sont moins zélés.

Ici c’est un automobiliste qui se fait verbaliser car il téléphonait dans sa voiture. Tant pis si la voiture était garée, moteur coupé. Tant pis si l’esprit de la loi n’est pas respecté, la loi elle est respectée à la lettre par un fonctionnaire irréprochable.
(Lire la suite…) Read the rest of this entry »

Le vrai scandale du Fipronil : du gaspillage à partir d’un fantôme de danger. Marie DELARUE

http://www.bvoltaire.fr/fipronil-vrai-scandale-tonnes-de-nourriture-gaspillees/?mc_cid=4635844fe3&mc_eid=443cdc6b1f

NDLR : en fait le scandale c’est qu’un ensemble de gens dans notre société, pour d’obscurs intérêts, ont inventé un scandale de plus.
Ce n’est pas le premier et ça ne sera pas le dernier : on jette à la poubelle des denrées de bonne qualité par peur d’un danger inexistant, comme on a massacré des milliers de canards tout à fait comestibles, ou qu’on interdit régulièrement de manger des huîtres (de préférence à Noël !) que les ostréiculteurs continuent de manger sans crainte… c’est quoi ça ?

Nous sommes bien dans la génération trouille ? Nous avons peur de ce qui n’existe pas ? Et nous nous disons civilisés, et même cartésiens !!!  A qui profite le crime ? Et pendant ce temps-là les restaurants du cœur et autres banques alimentaires manquent de nourriture pour nos pauvres ! A moins que nous n’ayons pas de pauvres non plus, et que ce soit ça aussi une légende ?
Une société qui ne sait plus faire la différence entre une réalité et une croyance délétère est bien malade.
Ce sont les gens qui décident de ces actes stupides qui devraient être jetés à la poubelle !

Des brownies, des muffins, des pâtes, des pommes dauphine, des gaufres par quatre, par six, par douze, des moelleuses poudrées, des molles, des dures… Chaque jour, le ministère de l’Agriculture complète sa liste et entretient cette psychose ridicule autour d’un produit qui, certes, ne devrait pas se trouver dans les œufs, mais dont les traces sont si infinitésimales qu’elles ne présentent strictement aucun danger pour le consommateur.

Comme nous l’avons déjà écrit ici, il faudrait consommer pas moins de vingt œufs quotidiennement pour commencer à ressentir le moindre effet sur le plan sanitaire. Si mal il y a, il est donc dans les têtes, bien implanté par les médias qui font monter chaque jour la mayonnaise avant qu’on n’en retire les pots des frigos. Certains, comme Challenges le 14 août, s’indignent même qu’« aucun rappel de produit n’a[it] été lancé auprès des consommateurs ».

On nage en plein délire. Imagine-t-on les Français vider leurs placards de cuisine et rapporter la marchandise au magasin pour en réclamer le remboursement ? Quel commerçant peut gérer cela sans y laisser son fonds ? Read the rest of this entry »

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche. ERIC VERHAEGHE

Paquet de cigarettes à 10 €: le triomphe de la morale bourgeoise d’En Marche

NDLR : qu’on soit fumeur ou non, on peut s’étonner qu’on puisse condamner d’un côté une certaine pratique de plaisir, et de l’autre la promouvoir largement, autrement dit vivre d’une industrie et faire semblant de vouloir la condamner. Le tabac c’est comme les prostituées : leur activité est punissable, mais le fisc ne les oublie pas en tant que travailleuses sociales ! Lisez bien cet article : le tabac coûte moins cher à la communauté qu’il ne rapporte à l’état. Où est le problème ? Quel problème ? La santé ? La morale ?
Ou plutôt le vrai problème n’est-il pas l’hypocrisie dans laquelle baigne toute nos sociétés dites civilisées ?

Cet article a été lu 5085 fois

Le paquet de cigarettes à 10€? C’est la mesure phare annoncée par Édouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale mardi. Il flatte ainsi l’électorat En Marche, avide d’imposer une morale bourgeoise sous couvert de modernité.

Le paquet de cigarettes à 10€? L’idée est aussi ancienne que bien connue, malgré ses origines obscures. C’est un peu comme si elle était dans l’air depuis longtemps sans qu’on ne sache plus très bien par qui elle est venue. Voici pourquoi En Marche l’a mise en oeuvre dès son arrivée au pouvoir.

Une mesure qui frappe les milieux populaires

Premier point: la sociologie du fumeur n’est pas neutre. Selon les données les plus récentes, les fumeurs se trouvent d’abord dans les catégories sociales les moins favorisées. Ce fossé s’est beaucoup creusé depuis l’augmentation du prix du paquet de cigarettes.

Ainsi, l’écart de la proportion de fumeurs chez les cadres et les ouvriers a augmenté de 2 points depuis que le tabac est surtaxé par l’État. On aurait donc tort de croire que le renchérissement de la cigarette pénalisera les plus riches. Il frappera durement les catégories de revenus les plus modestes.

Rappelons qu’en 2014, on comptait moins de 20% de fumeurs chez les cadres, alors qu’ils représentaient près de 40% des ouvriers.

Autrement dit, le paquet de cigarettes à 10 €, c’est une mesure jugée d’autant plus légitime par l’électorat d’En Marche qu’elle frappe l’électorat des autres partis.

Une mesure efficace pour baisser la consommation…

Au demeurant, si l’augmentation du prix du paquet de cigarettes est socialement injuste, elle est, d’un point de vue sanitaire, efficace.

Le graphique ci-contre montre bien la corrélation directe entre la hausse du prix du tabac et la baisse de la consommation. Incontestablement le renchérissement du paquet devrait produire une nouvelle baisse de consommation.

… mais injuste fiscalement

Reste que le paquet de cigarettes à 10 euros pose un vrai problème moral. Selon les études menées, notamment le rapport de la Cour des Comptes de décembre 2012, le coût du tabagisme pour l’assurance-maladie est d’environ 12 milliards annuels. La taxe sur le tabac, qui représente 80% du prix du paquet, rapporte 15 milliards.

Autrement dit, les fumeurs paient largement pour leur santé. Toute augmentation de la taxation les rendra financeurs très largement nets de l’assurance maladie.

Même en utilisant les estimations les plus pessimistes du coût sanitaire des fumeurs (environ 17 milliards par an qui pèseraient sur l’ensemble des acteurs de la santé), le paquet de cigarettes à 10 euros ressemblera à une contribution excessive des classes populaires au remboursement des frais qu’ils causent par leur vice.

Autrement dit, le gouvernement Philippe prépare le financement de soins apportés aux plus riches par une contribution nouvelle sur les plus pauvres.

Quelle est la légitimité morale du paquet de cigarettes à 10€ Read the rest of this entry »

Le paquet neutre sans effet sur les ventes, de Paolo Garoscio

http://www.economiematin.fr/news-paquet-neutre-ventes-baisse-effet-impact-moche-echec-reforme

NDLR : bon on peut dire bien des choses sur nos gouvernants, nos lois autant stupides que liberticides, qui vont finir par nous interdire… de vivre. On peut dire qu’ils sont sont appâtés par le gain, par le Pouvoir, certes, mais comment peut-il en être autrement. A leur place nous ferions la même chose : comme le disait déjà Coluche en son temps : « A quoi sert d’avoir le Pouvoir si ce n’est pas pour en abuser« . Donc, logiquement je ne leur ferai pas ce reproche, je trouve même que ce sont des réactions de petites gens, de jaloux.
En revanche, nous prendre pour des cons, ça c’est impardonnable, nous infantiliser ce devrait être puni de mort !
Prenons l’exemple ici du paquet neutre. Nos sommités intellectuelles se sont dit : avec des photos horrifiques, nous braves gens vont avoir peur de ressembler à ça et vont arrêter de fumer, et surtout les jeunes qui  n’ont pas encore commencé à fumer ne vont pas s’y mettre. Bon : résultat des courses, pas de changement et même par rapport au premier trimestre 2016, une légère augmentation. Laissons tomber les chiffres le problème n’est pas là. Le problème est qu’ils n’ont rien compris et que, puisque ça ne marche ils vont insister, en rajouter, encore et encore. Faire ce que nous disons avec l’école de Palo Alto (quésaco ?) : « Faire encore plus de la même chose« . C’est ce que j’appelle le syndrome de la poule qui se cogne au grillage pour sortir, encore et encore, et finit par se blesser, sans voir que tout à côté, la porte du poulailler est ouverte.

Mais ça ne marchera pas. Pourquoi ? Parce que, nos braves incultes, ne connaissent pas les lois de la communication. Ils ne savent pas que montrer des images horribles sur un paquet cela reste abstrait, c’est du papier, et c’est quelqu’un d’autre, celui qui regarde ne se sent pas concerné, alors que le plaisir de fumer est dans le domaine du concret.
Il n’y a donc aucun rapport entre les deux éléments, aucune raison que cela puisse marcher ; d’un côté des arguments, de l’autre un plaisir dont on en peut se passer. 

Et puis, il y a encore une autre raison pour que cela ne puisse marcher : une photo horrible, la première fois qu’on la voie, elle nous choque comme nous choque un blessé sur la route, un malade à l’agonie avec ses tuyaux partout et son visage blafard, puis on oublie vite car il fait soleil… Un accident sur la route et nous ralentissons pendant quelques kilomètres, puis ensuite le pied sur la pédale nous démange…
Donc, pour moi le vrai problème est que de deux choses l’une : ou bien ceux qui pondent ces lois (ce qui prouve qu’ils sont bien des poules) : ou bien ils sont bêtes et je ne le crois pas, en tous cas ils ont eu l’intelligence d’arriver à des postes de prestige qui permettent d’emmerder les gens, ou bien ils sont ignares dans un des domaines les plus importants : comment fonctionne nos esprits, et comment nous convaincre à respecter leurs dictats. C’est ça qu’il devraient apprendre, et qu’on devrait même apprendre à l’école ! Le route est longue et ne sera pas un long fleuve tranquille.

Précision importante : je ne suis pas fumeur !

———————————————————————————————————————————————————————————————————–
Il aura fallu des études pour comprendre quelle était la « pire couleur » pour trouver la couleur du paquet neutre, un vert kaki foncé ; il aura fallu des débats houleux et des conflits avec les cigarettiers mécontents qui menaçaient de saisir la justice ; il aura fallu le mettre en place, décider de la police d’écriture… pour rien. Le paquet neutre ne semble pas avoir l’effet escompté.

Une baisse des ventes de cigarettes en janvier 2017 mais…

C’est BFMTV qui dévoile, le 7 avril 2017, ce résultat : le paquet neutre ne semble pas avoir été utile. Car si les chiffres obtenus par la chaîne d’informations sont positifs dans la lutte contre le tabagisme, une baisse de 1,7 % des ventes de cigarettes entre janvier et mars 2017, ce n’est pas une victoire. Sans compter que cette baisse est largement à relativiser : les ventes de tabac à rouler ont augmenté de 0,3 % sur la même période.

La baisse des ventes du premier trimestre semble normale : BFMTV a interrogé une source industrielle qui précise que « cette tendance baissière dure depuis plusieurs années et continue mais il n’y a aucun effet du paquet neutre. »

Le prix du paquet est le seul argument que les Français entendent Read the rest of this entry »

La tempérance. Une histoire de caramel ? de Marie-Paule DESSAINT

http://psycho-ressources.com/blog/temperance

La tempérance.
Une histoire de caramel ?

Marie-Paule Dessaint, Ph. D
Spécialiste retraite et récits de vie

La tempérance, c’est l’héroïsme du quotidien (Boris Cyrulnik)

Un enfant âgé de quatre ans est laissé seul face à un délicieux caramel. On lui en promet un second s’il résiste à la tentation de le manger immédiatement (1).

Quatorze ans plus tard, les auteurs de cette étude longitudinale (Université de Stanford) ont comparé la vie des enfants qui avaient résisté à la tentation du caramel à celle des enfants qui n’y étaient pas parvenus. Ils ont alors découvert que ces derniers étaient beaucoup plus vulnérables au stress, se mettaient plus facilement en colère, étaient beaucoup plus impulsifs et avaient même tendance à se bagarrer. Les résultats obtenus à leur examen d’entrée à l’université étaient bien inférieurs à ceux qui avaient réussi à résister à l’attrait du caramel. À l’approche de la trentaine, cette différence était encore plus marquée : moins bonne résistance au stress, manque de persévérance et difficulté plus grande à se concentrer, distractions fréquentes, moins bonnes compétences intellectuelles et émotionnelles et existence plus fréquemment en solitaire.

Un peu de retenue, je vous prie!

Cette histoire du caramel montre bien les effets à long terme de l’apprentissage du contrôle de soi (la tempérance) dès le plus jeune âge. Non seulement cet apprentissage conduit à une vie plus harmonieuse avec soi et avec les autres, mais il protège aussi la santé physique et psychologique, réduit l’intensité du stress, permet de réagir rapidement en cas de danger menaçant la vie, sans se laisser paralyser par la peur. Il facilite aussi l’adaptation au changement; un important facteur de survie.

Pour ma part, j’aime trouver dans la tempérance un lien avec l’inhibition cognitive, qui favorise les nouveaux apprentissages et évite les erreurs causées par les habitudes fortement ancrées en soi. Je vois aussi un lien avec le stress excessif qui bloque totalement l’accès aux fonctions cognitives supérieures pour laisser plus de place au cerveau primitif qui agit et réagit, sans prendre le temps de «réfléchir». J’y vois enfin un lien direct, parmi d’autres, avec le vieillissement réussi alors qu’en fin de vie une personne atteint la maturité et l’intégrité (2) grâce, justement, à la façon dont elle a mené sa vie jusque-là. La seconde partie de cet article est consacrée à ces sujets.

Pourquoi s’intéresser à la tempérance? À la maîtrise de soi?

Si l’on élargit quelque peu le sens du mot tempérance, celui-ci évoque tout à la fois la retenue et la maîtrise de soi volontaires, la modération, le calme, la prudence, la résistance aux pulsions et impulsions excessives, la gestion efficace des émotions, sans les réprimer outre mesure, la sobriété, la patience, la pudeur, l’humilité, la modestie, le focus (concentration, réflexion), le self control, la recherche de paix, le pardon, et même, dans une certaine mesure, la sublimation (voir plus loin).

Cette force d’âme agit comme un gouvernail intérieur qui permet de traverser la vie avec plaisir, passion et accomplissement, tout en se protégeant des excès et des débordements nuisibles, autant pour soi que pour les autres : représailles, arrogance, agressivité, violence, stress, maladies psychosomatiques, entre autres.

Toutes ces qualités et ces forces associées à la tempérance semblent faire défaut à un nombre croissant de personnes. Il n’est d’ailleurs pas difficile d’établir un lien direct avec le climat mondial actuel où la violence, sous toutes ses formes, domine, tout comme l’individualisme, les souffrances morales et la recherche de puissance et de contrôle sur les autres au nom, parfois, … de la religion.

Les mains sales, Jean-Marc DUPUIS

https://www.santenatureinnovation.com/les-mains-sales/

NDLR : pour ceux qui sont fatigués de lire, d’entendre à la télé… sans arrêt : « Pour votre santé… c’est bon pour la santé, avec modération…etc » alors qu’en fait plus on se soigne sans raison plus on est malades, plus on se lave plus on est sales, plus on met de la crème contre le cancer de la peau, plus on affaiblit ses défenses immunitaires. Voici quelques années j’ai eu l’occasion de travailler pour le lancement d’un médicament contre l’eczéma et j’ai lu des études qui disaient toutes la même chose : les enfants de famille bobos qui se lavent sans arrêt et se badigeonnent de  toutes sortes de crèmes, ont plus souvent de l’eczéma que les enfants des familles plus proches de la terre qui se lavent quand ils y pensent. Alors, quoi ? Avons-nous besoin de voir dans les librairies des dizaines de revues parlant de notre santé ?
Moi, je crois que la maladie est susceptible, et si on l’ignore elle se vexe et s’éloigne de nous !

Les mains sales
Je reviens de chez des amis qui avaient loué une maison au bord de la mer.

Je reviens de chez des amis qui avaient loué une maison au bord de la mer.

C’est une maison neuve, avec trois chambres, une petite cuisine, une jolie vue mais, au fond, rien d’une villa de millionnaire.

J’ai pourtant été impressionné, choqué même, par le nombre de pièces d’eau, et plus précisément le nombre de robinets.

Chaque chambre a sa salle de bains. Et dans chaque salle de bains, on trouve une baignoire, une douche, un lavabo, un bidet, des toilettes.

Des toilettes, donc, pour chaque chambre, plus encore des toilettes communes, à côté du salon.

Il faut compter encore une petite piscine extérieure chlorée avec sa douche, son lavabo, ses toilettes, à nouveau.

Cela paraissait normal à tout le monde. Personne ne s’en étonnait (à part moi).

Mais je pense que, dans quelques générations, les historiens qui étudieront notre époque ne manqueront pas de remarquer cette véritable folie de l’hygiène.

Je ne parle pas des conséquences écologiques de consommer tant d’eau (d’autant plus que nous étions dans une zone notoirement menacée par la sécheresse).

En restant strictement dans le domaine de la santé, je m’inquiète des conséquences catastrophiques pour nos systèmes immunitaires, nos allergies, de passer ainsi notre temps à nous laver, nous savonner, nous désinfecter.

Les mains sales

Excusez-moi d’évoquer constamment le passé mais je n’y peux rien, c’est plus fort que moi : quand j’étais petit, beaucoup de personnes autour de moi avaient les mains sales.

En utilisant cette expression, « mains sales », je m’aperçois que les jeunes de notre époque ne peuvent même plus imaginer ce que cela veut dire.

Pour eux, avoir les mains sales, c’est avoir les mains pleines de Nutella, ou de confiture. Ou avoir mis les doigts dans son nez morveux. On se passe les mains à l’eau claire et, déjà, elles sont propres.

Mais ce n’est pas ce qui s’appelait les « mains sales », dans mon enfance. Read the rest of this entry »

Tout sondage peut être une manipulation, un exemple

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2015/07/24/renoncement-aux-soins-les-resultats-des-etudes-dopinion-prendre-avec-des-pincettes_766621#utm_source=qdm&utm_medium=newsletter&utm_term=&utm_content=20150724&utm_campaign=NL_derniereheure

Renoncement aux soins : les résultats des études d’opinion à prendre avec des pincettes

Anne Bayle-Iniguez

| 24.07.2015
NDLR : le principe des sondages est de créer et d’administrer des questions généralement fermées (réponses en ‘oui/non’ ou ‘un peu/beaucoup/pas dut tout…’), hors situation réelle à un échantillon représentatif de personnes (mais représentatif de quoi ?). Mettre en place des sondages qui reflètent une certaine réalité du terrain est un métier, et celui qui sait faire ça peut influer sur les résultats. On peut dire : « Dites-moi les résultats que vous voulez obtenir et je vous ferai le sondage qui donnera ces résultats« . Tout est dans l’art de savoir poser les bonnes questions pour arriver au résultat souhaité. Voici un exemple ci-dessous et on comprend pourquoi les politiques sont friands de ce genre de fournisseurs. La seule façon de connaître la réalité d’une situation est de l’observer en réel auprès d’un grand nombre de gens et de les laisser s’exprimer librement pour en savoir plus ; mais ça coûte cher et c’est moins spectaculaire. Le sondage d’opinion est encore pire car il ne reflète pas ce que l’autre va faire mais ce qu’il ressent au moment de la question ou ce qu’il pense qu’il est bon de répondre compte-tenu de son sentiment et de la personne qui l’interroge !

La DREES, organisme du ministère de la Santé spécialiste des données statistiques et des analyses sur le système de santé, démontre dans une récente étude que les enquêtes d’opinion sur le renoncement aux soins, très en vogue pour identifier les problèmes d’accès aux soins des populations, doivent être prises avec des pincettes. Les résultats varient en effet sensiblement d’une étude à une autre selon la formulation des questionnaires.

Une différence de 15 points dans les réponses

La DREES a analysé les questions de son propre baromètre d’opinion sur l’année 2013 et les réponses des 4 000 sondés de l’échantillon. Surprenante conclusion : le taux de renoncement aux soins peut varier de quinze points selon la formulation employée.

Pour parvenir à ce constat, la DREES a établi quatre questions sur le renoncement aux soins soumises à autant de groupes de 1 000 personnes du panel (similaires et établis selon la méthode des quotas).

Dans la question, la présence ou non de la notion de « raisons financières » et la précision ou non du type de soins (médecine générale ou spécialiste, dentaire, optique, etc.) influent sur la réponse.

À la question « au cours des 12 derniers mois, vous est-il arrivé de renoncer, pour vous-même, à des soins dentaires pour des raisons financières ? », 36 % des sondés ont répondu oui.

Mais la réponse à la même question saucissonnée en trois temps, sans évoquer l’aspect financier ou le type de soins de prime abord, est tout autre !

Ainsi, un des groupes a répondu à une première question (« au cours des 12 derniers mois, vous est-il arrivé de renoncer, pour vous-même, à des soins ? »), un autre s’est prononcé sur une deuxième (« A quels soins avez-vous renoncé ? ») tandis que les 1 000 derniers devaient s’exprimer sur une dernière interrogation (« Parmi les raisons suivantes, quelle est la principale raison pour laquelle vous avez renoncé à ce soin ? », suivi de six réponses possibles, dont le manque d’argent). À chaque déclinaison de la question, le taux de renoncement baisse. Au final, avec la dernière formulation plus générale, seuls 21 % des répondants ont dit avoir renoncé à des soins.

Une comparaison révélatrice

Comment les réseaux sociaux ont fait de nous des touristes de nos propres vies

http://www.courrierinternational.com/article/2015/03/06/comment-les-reseaux-sociaux-ont-fait-de-nous-des-touristes-de-nos-vies

NDLR : avant, nos ancêtres vivaient leur vie et vivaient avec leur famille et amis, aujourd’hui ils ne vivent plus, ils se regardent vivre et ils regardent les autres les regarder vivre. Mais ce n’est pas nouveau, juste pire qu’avant. Il y a fort longtemps, avec mon amie de l’époque, nous avons visité un joli coin d’Allemagne et suivi quelques moments un groupe de japonais qui n’ont rien regardé, ni le clocher de cette belle église, ni le retable célèbre dans le chœur, ni la beauté des montagnes au soleil  couchant… ils ont tout pris en photo pour enfin pouvoir regarder tout ça bien au chaud chez eux. 

Pour le journaliste et critique américain Jacob Silverman, les réseaux sociaux ont fondamentalement modifié notre rapport à ce que nous faisons, ce que nous lisons, ce que nous vivons.
Que celui qui n’a jamais interrompu une activité pour prendre une photo et la poster sur les réseaux sociaux lui jette la première pierre. Dans le long article que signe le journaliste et critique américain Jacob Silverman* dans The Guardian, il prend soin de ne pas s’exclure de l’analyse qu’il déroule et qui pourrait se résumer en une phrase : le fait de partager ce que nous faisons sur les réseaux sociaux a fait naître un nouveau mode de vie. »Dans un paysage numérique construit sur la visibilité, le plus important, ce n’est pas tant le contenu de ce que vous postez que l’existence même de vos publications », écrit-il. Et d’ajouter que les réseaux sociaux ont tellement modifié notre comportement que cette pulsion de partager ce que nous faisons pour le faire savoir aux autres est presque devenue une seconde nature.

Toute-puissante notification

On pourrait se demander ce qui nous pousse à rester sur Facebook ou sur Instagram, à continuer de suivre, encore et encore, des flux de photos et de statuts. « L’explication, c’est que tout le monde le fait. Un milliard d’individus sont sur Facebook, des centaines de millions sont répartis sur les autres réseaux ; qui voudrait rester à l’écart de tout ça ? [...] Par ailleurs, une fois que vous en êtes et que les mises à jour défilent, le petit pic d’endorphine que produit un ‘like’ ou un partage fait office de petite récompense pour tout cet investissement. » A l’ère du tout-réseaux-sociaux, il n’y a sans doute rien de pire que de rechercher la visibilité et de finir sans la moindre notification. Read the rest of this entry »

Encyclopédie des règlements imbéciles : épisode I.

 NDLR : dans notre belle civilisation, certains sujets pourraient faire l’objet d’une encyclopédie tellement les exemples sont nombreux.
Il en est un qui me mets toujours en colère, alors que je m’étais promis de rester serein pour préserver ma santé mentale : l’imbécilité de la plupart des lois et règlements pondus par nos technocrates. Quand vous entendez quelqu’un dire : la loi c’est la loi, vous pouvez être sûr d’avoir à faire à un fieffé imbécile. Alors, en attendant d’en faire un livre (ou une encyclopédie), voici quelques histoires pour vous aider à ne plus jamais fermer les yeux devant tant de bêtise !

L’hôpital qui soigne… au whisky ! de Jean-Marc DUPUIS

Chère lectrice, cher lecteur,

J’adore quand des lecteurs me signalent de bonnes nouvelles que je n’avais pas vues.

Depuis septembre 2014, le CHU (centre hospitalier universitaire, autrement dit l’énorme hôpital) de Clermont-Ferrand, a décidé d’autoriser ses patients en fin de vie à boire du whisky [1].

Et non seulement ça, mais l’hôpital a décidé de créer un bar à vin, dans lequel pourraient bientôt être servis des grands crus, c’est-à-dire des vins issus d’une vigne reconnue pour son exceptionnelle qualité, dans une atmosphère conviviale.

 

Moins bien traité qu’un condamné à mort

Il est vrai que la situation actuelle était grotesque : sous prétexte qu’on était à l’hôpital, les « patients » en soins palliatifs (fin de vie) étaient privés de la plupart des petits plaisirs de l’existence.

Mais à quoi bon, je vous le demande, priver une personne dont le décès à court terme est médicalement certain, de boire un verre du whisky si ça lui fait plaisir ?

Au nom de quoi vouloir empêcher un patient en fin de vie de manger ce qu’il aime, même si c’est « mauvais pour la santé », voire – vous allez voir que j’ose tout :) – manger du poulet rôti avec la peau grillée, avec des frites et de la mayonnaise (avec les doigts), du steak saignant au barbecue avec plein de béarnaise, se bourrer de « banana split » (avec double crème chantilly) fumer une cigarette, ou même… des cigarettes, si le patient aime ça, et s’il le peut bien sûr ? Et voir des films drôles !

Et j’irais encore plus loin : il faut le faire – si on en a la force. Car lorsqu’un patient est « condamné » par la médecine, il y a toujours un espoir de guérison. Mais encore faut-il que le patient ait en lui les forces spirituelles de vouloir guérir.

Le corps étant à bout, ce sont les forces de l’esprit qui pourront faire la différence. Les guérisons « miraculeuses » ont souvent lieu dans un contexte de reprise d’espoir, de redécouverte du sens de la vie, chez le patient qui trouve une excellente raison de guérir… et guérit. Il est donc capital de tout miser sur le moral du patient. Son environnement, son entourage humain sont alors déterminants, et je prétends que si l’on créait dans tous les centres de soins palliatifs des endroits où l’on prend du bon temps, on assisterait plus souvent à des miracles.

Beaucoup y travaillent activement, comme le Centre Jeanne Garnier à Paris, et c’est tout à leur honneur.

Certains s’offusqueront du coût, mais un séjour en soins palliatifs coûte en moyenne 6529 euros [2]. Un verre de whisky coûte 3 euros. Un verre tiré d’une très bonne bouteille coûte 5 euros. Un paquet de cigarettes coûte 4 euros.

Et nous parlons de personnes qui, généralement, n’en ont plus que pour 2 semaines à vivre ! À quoi bon prétendre leur faire la morale ? Leur imposer des privations jusqu’au dernier moment ? Autrefois, le condamné à mort lui-même, quel que soit son crime, avait droit à une dernière cigarette. Aujourd’hui, des innocents sont condamnés à mourir intubés de partout, mais n’auraient pas le droit de boire un dernier verre, ni de fumer une dernière cigarette, parce que le règlement de l’hôpital l’interdit. Quel scandale. Quel manque d’humanité. Read the rest of this entry »

Idée reçue n°5 : peut-on s’asseoir dans les toilettes publiques ?

http://www.metronews.fr/info/idee-recue-n5-peut-on-s-asseoir-dans-les-toilettes-publiques/mnkB!DRWngXzwkoxLE/

NDLR : aujourd’hui, foin des politiques et des sujets casse-pieds sur la communication. J’ai pensé vous parler d’un sujet capital : peut-on s’asseoir dans les toilettes publiques sans risque ? C’est aussi important que de savoir s’il faut faire pipi sous la douche pour économiser de l’eau pour le bien-être de la planète pendant que les touristes et les gens qui se croient sales prennent des bains et des douches plusieurs fois par jour… Voici un beau texte de littérature sur le sujet.

DÉSINTOX – Vous n’osez vous asseoir dans les toilettes publiques par crainte des microbes. Mais risquez-vous réellement d’attraper une infection cutanée par le biais de la lunette des toilettes ?

Avez-vous raison d'avoir peur de vous asseoir sur les toilettes ?

Avez-vous raison d’avoir peur de vous asseoir sur les toilettes ? Photo : JUSTIN SULLIVAN / AFP

En équilibre, après avoir tapissé la lunette de papier toilette ou utilisé un couvre-siège mais jamais, au grand jamais, assis. Pas question que votre postérieur s’approche de cette cuvette où tant d’autres personnes ont fait leurs besoins. Vous craignez d’attraper quelque chose de pas net, un furoncle par exemple. Sauf que le siège des toilettes n’est pas l’endroit privilégié où trône le staphylocoque doré, cette bactérie responsable de nombreuses affections cutanées.

Certes, la bactérie Staphylococcus aureus est notamment à l’origine d’infections produisant du pus au niveau cutané (furoncle, panaris et autres abcès). Et elle est capable de rester vivante au moins plusieurs heures sur une surface inerte. Mais « il y a très peu de probabilités d’être contaminé en s’asseyant sur la cuvette des toilettes », précise à metronews Frédéric Laurent, co-directeur du Centre national de référence des staphylocoques.

Abcès qui se rompt Read the rest of this entry »

Médicaments : l’inégalité homme – femme

http://www.ordissinaute.fr/actualites/bien-etre-sante/2014-08-11-medicaments-l-inegalite-homme-femme

D’après une étude récente, les hommes et les femmes ne seraient pas égaux face aux médicaments. Les femmes seraient en effet plus résistantes à ces derniers et mettraient plus de temps à guérir que les hommes.

NDLR : le Bon Dieu a oublié la notion d’égalité entre les sexes. Et la parité alors ? Hommes et femmes sont et restent différents, Mars et Vénus ? Pas seulement.

C’est le magazine « Science et vie » qui relate l’information. Les hommes guériraient deux fois mieux que les femmes et subiraient nettement moins les effets indésirables que ces dernières. L’origine de ce problème viendrait des hormones qui modifient considérablement les effets de ces médicaments.

Pour un vaccin par exemple, les femmes ont deux fois plus d’effets indésirables car leur système immunitaire est beaucoup plus sensible que celui des hommes.
Le problèmes est que pour l’instant, les tests médicamenteux sont pour la plupart réalisés sur des hommes.

L’institut national de la santé américaine commence à penser à analyser les résultats en fonction du sexe pour ne pas délaisser et pénaliser les femmes.

Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade de Charles SANNAT

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/10916-etats-unis-absurdites-inegalites-declin/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-07-26

Alors je fais partie de ceux qui préfèrent être « seul » dans un monde devenu fou, et être bien adapté à nos sociétés malades ne doit pas être un objectif recherché. Sachons au contraire cultiver l’essentiel et les valeurs morales qui l’accompagnent.

Dans ce monde souffrant des pires calamités aussi bien naturelles, auxquelles nous ne pouvons pas forcément grand-chose, qu’humaines comme les guerres, les massacres, la misère contre lesquelles il n’y a aucune fatalité à part nos choix désastreux et notre envie d’autodestruction, je voulais partager avec vous deux informations absurdes sur ce futur ex-grand pays que sont les États-Unis, un empire en déclin, en faillite et qui a déjà perdu la guerre des valeurs qu’il incarnait jadis comme la liberté, la justice, les possibilités ouvertes à tous, bref, le rêve américain définitivement détruit lors de l’effondrement des Twin Towers.

Sécheresse en Californie : ils peignent leur pelouse en vert

Alors que des femmes, des enfants et des hommes meurent sous les bombes à Gaza, en Ukraine, en Syrie, en Irak et je n’irai pas plus loin dans la liste sans fin des pays en guerre (il y a par exemple un génocide en cours au Congo), alors que des millions d’être humains meurent de faim, du manque d’eau potable ou de soin, alors que des milliards d’autres travaillent dans des conditions digne de l’esclavagisme, la Californie connaît une énorme sécheresse.

Cette sécheresse entame sa troisième année consécutive, « le niveau des lacs est au plus bas, l’agriculture souffre et la guerre de l’eau fait rage ».

Les prix du mètre cube d’eau explosent, on évoque même la possibilité de réduire la population dans ces coins-là et Las Vegas pourrait ne plus être approvisionné. Cette ville est évidemment une aberration aussi bien morale qu’environnementale. En plein désert, elle finira par rejoindre la grande liste des villes fantômes abandonnées.

En attendant, les municipalités rationnent la consommation d’eau et interdisent aussi bien le lavage intempestif des voitures comme les arrosages automatiques des pelouses. Read the rest of this entry »

Homme ou femme, qui doit dormir le plus longtemps ?

http://www.rtl.be/pourelle/article/homme-ou-femme-qui-doit-dormir-le-plus-longtemps-272137.htm

C’est un sujet qui peut diviser la plupart des couples, qui a besoin de plus de sommeil, les femmes ou les hommes? Une étude américaine reprise par le site du Mail Online apporte la réponse à cette question

Selon les chercheurs, le cerveau des femmes est celui qui a le plus besoin de plus de temps pour récupérer, car il fait plus de « multi-tâches » durant la journée qu’un homme.

Les scientifiques de l’Université Duke, en Caroline du Nord, ont remarqué que les femmes qui sont privées d’heures de sommeil souffrent souvent de dépression et se mettent plus rapidement en colère.

En revanche, ces problèmes ne concernent pas les hommes qui n’ont pas beaucoup dormi, rapporte le magazine Science World Report.

Des études antérieures ont également établi que le manque de sommeil  chez une femme pouvait augmenter le risque de maladie cardiaque, les problèmes de santé mentale, les accidents vasculaires cérébraux ou encore des problèmes d’inflammation dans le corps.

Le Dr Michael Breus, un expert du sommeil, explique cependant que les femmes peuvent éviter certains de ces problèmes liés à la privation de sommeil par des siestes. Cependant, il est conseillé de ne pas en dormir plus de 90 minutes durant celle-ci car cela peut augmenter la somnolence.

« L’une des principales fonctions du sommeil est de permettre au cerveau de récupérer et de se réparer lui-même », a déclaré le professeur Jim Horne, directeur du Centre de recherche sur le sommeil à l’Université de Loughborough.

Avant d’ajouter : «Pendant le sommeil profond, la partie du cerveau responsable de la pensée, de la mémoire, du langage… passe en mode de récupération.»

Cependant, il tient à préciser qu’un homme qui a un travail qui demande une réflexion intense peut lui aussi avoir besoin de dormir plus que la moyenne.

Alors mesdames, ne vous faites pas avoir par votre chéri et exiger votre grâce mat’ le week-end pendant que celui-ci s’occupera de votre petit-déjeuner !

La France est devenue un Etat qui ne fait que taxer et interdire


Le gouvernement veut interdire l’encens car 40% des appartements français auraient un air intérieur pollué.

Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Hoooo mon chéri…. Comme c’est gentil, tu m’as préparé un dîner aux chandelles, comme c’est romantique. Ça sent bon ces bâtonnets d’encens… Mmmh et ce repas délicieux, cette sauce divine, ce petit vin extra… Quel romantisme mon chéri… Évidemment, ma chère et tendre épouse n’est pas prête de vivre ce genre de scène. Non pas que je ne sois pas romantique mais il faut bien comprendre qu’un dîner romantique c’est extrêmement dangereux, et le gouvernement veille sur notre vie afin de nous protéger de nous-même.

Par exemple, les bougies et l’encens vont être interdits parce que c’est hyperdangereux pour la santé, du coup je cherche des zinvestisseurs parmi vous pour lancer une « start-up » pour faire des bougies électroniques à led (pour pouvoir faire quand même des dîners aux chandelles mais version 2.0 puisqu’il faut être moderne).

Concernant le repas délicieux et cette sauce savoureuse, je vous la déconseille, car la police du mangeretbouger.fr veille sur votre mauvaise graisse : trop de cholestérol. Et laissez tomber les profiteroles au chocolat car il faut éviter de manger trop gras, trop salé, trop sucré. Enfin, le vin va être taxé, car le gouvernement vous veut du bien et l’on sait bien que ça commence par un verre de vin et que ça finit par une cirrhose…

Voilà donc le monde dans lequel nous vivons.

Les bougies et les encens trop toxiques pourraient être interdits

C’est un article du Figaro qui revient sur ce projet de loi, enfin sur cette partie du projet de loi absolument essentielle.

« En France, 40 % des logements analysés présentent au moins un problème de qualité de l’air.

Les produits tels que l’encens peuvent émettre des substances très toxiques. En France, 40 % des logements analysés présentent un problème de qualité d’air intérieur. »

« Dans le cadre du plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur présenté hier par le gouvernement, ces bougies parfumées et les encens qui dégagent le plus de substances toxiques pour la santé vont être interdits.
Des études sont en cours pour décider quels produits sont les plus émissifs, et des arrêtés d’interdiction sont à attendre dans les prochains mois, précisait-on mercredi au ministère de l’Écologie. » Read the rest of this entry »

Le livre qui rend fous les psychiatres

http://www.lesechos.fr/journal20130513/lec1_idees_et_debats/0202724519379-le-livre-qui-rend-fous-les-psychiatres-565664.php?goback=.gde_1416777_member_240256749

Par Yann Verdo| 13/05 | 07:00

La cinquième édition du DSM, bible des psychiatres américains, sort la semaine prochaine aux Etats-Unis. Un manuel dangereux pour certains cliniciens, qui appellent au boycott.

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l\'American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. - Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Le prochain volume du DSM sera dévoilé lors du congrès annuel de l’American Psychiatric Association (APA), qui se tiendra à San Francisco du 18 au 22 mai. – Photo Sam Hodgson/NYT-REDUX-REA

Rarement livre aura été plus attendu au tournant, plus commenté et critiqué avant même sa parution, prévue pour la semaine prochaine. Les passions déchaînées au cours de son long processus de maturation - il est le fruit du travail de plus de 160 experts réunis en quasi-conclave depuis 2007 - sont à la mesure des enjeux. Cette pomme de discorde a pour nom « DSM-V ». « DSM » pour Diagnostic and Statistical Manual of mental disorders, et « V » pour indiquer qu’il s’agit de la cinquième édition de cet ouvrage paru pour la première fois en 1952 aux Etats-Unis, et dont la dernière mouture datait de l’an 2000.

Bible des psychiatres américains, édité par la puissante American Psychiatric Association (APA), le DSM recense, classe et décrit, à la manière des traités de botanique d’autrefois, toutes sortes de maladies mentales, flore inquiétante où se rencontrent aussi bien la schizophrénie que la dépression, l’anorexie mentale, les troubles de la personnalité (« borderline », antisociale, évitante…) et une myriade de curiosités aux noms énigmatiques comme la trichotillomanie (arrachage compulsif des cheveux) et désormais - c’est une nouveauté de la version 5 -, la dermatillomanie (arrachage compulsif de la peau). En tout, autour de 300 « catégories », et autant de pathologies mentales. Read the rest of this entry »

C’était avant les générations trouille… comme la vie était belle… je me souviens

NÉS ENTRE LES ANNÉES : 1930 et 1960  NOUS ÉTIONS PLUS FORTS
Premièrement, nous avons  survécu à l’accouchement par des mères qui fumaient et /ou buvaient  pendant qu’elles étaient enceintes.

Elles prenaient des aspirines, mangeaient de la vinaigrette , des desserts , et n’étaient pas testées pour le diabète ou le cholestérol.   Après ce traumatisme, on s’endormait n’importe où, ou on nous couchait sur le ventre dans des lits à paillasse dans des chambres peintes  au plomb.

Nous  n’avions pas de serrures aux portes.  Lorsque l’on faisait de la bicyclette, on avait des casquettes, mais pas de casques de protection.

Bébés et enfants, on nous emmenait dans de vieilles guimbardes sans chauffage, sans ceintures ni sièges pour bébés, ni air bag

Être dans la benne arrière d’une camionnette par une belle journée ensoleillée était toujours quelque chose d’extraordinaire.

Nous  buvions l’eau directement de la fontaine et depuis les Romains dans les maisons les tuyaux étaient en plomb.  Read the rest of this entry »

Cholestérol : les médicaments inutiles ?

http://www.europe1.fr/France/Cholesterol-les-medicaments-inutiles-1414957/?goback=.gde_1416777_member_214373048

Le Pr. Philippe Even devrait très vite refaire parler de lui, avec la publication d'un ouvrage, le 21 février, qui met le doigt ou sa fait mal : La vérité sur le cholestérol.Le Pr. Philippe Even devrait très vite refaire parler de lui, avec la publication d’un ouvrage, le 21 février, qui met le doigt ou sa fait mal : La vérité sur le cholestérol.

Selon un ouvrage du professeur Even, le lipide est inoffensif et le traitement inutile. Polémique en vue.

L’ACTU. Son livre, Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, est déjà un carton en librairie. Et le Pr. Philippe Even devrait très vite refaire parler de lui, avec la publication d’un ouvrage, le 21 février, qui met le doigt ou sa fait mal : La vérité sur le cholestérol. Le titre, peu ambigu, est celui d’une thèse élaborée après relecture d’une cinquantaine d’études de référence sur la nocivité du cholestérol et d’essais cliniques sur les statines, ces traitements censés lutter contre l’abondance du lipide controversé. La conclusion du Pr. est simple : il n’y a pas de mauvais cholestérol, donc les traitements ne servent à rien. Quand on sait que les Français consomment 1,5 milliard d’euros de ces médicaments par an… nul doute que l’ouvrage va faire jaser.

Read the rest of this entry »

66 Bonnes Résolutions pour 2012

http://www.conseilsmarketing.com/autres-conseils-marketing/66-bonnes-resolutions-pour-2012

Dans notre précédent article les “Bonnes Résolutions 2012, Développer vos Capacités” , nous avons eu quelques remarques de lecteurs qui ont trouvé (pour une fois !) un peu courte notre liste de bonnes résolutions…

C’est pourquoi nous avons préparé cette liste de bonnes résolutions pour 2012, avec un top 66 des bonnes résolutions pour être au Top pour 2012 !

A vous de piocher dans ces bonnes résolution :

1 – Anticiper pour ne plus être systématiquement en “réaction” et sous pression.
Pour cela il est indispensable de se poser, de prendre le temps de prendre son temps afin de relever la tête du guidon et regarder ce qui arrive en face.
Cela veut dire aussi prendre le temps de revoir sa manière de travailler, ses procédures, sa gestion des urgences… Les quelques heures que vous vous accorderez chaque mois vous permettront d’y voir plus clair et d’enfin prendre du recul.

2 – Analyser les processus & tâches qui prennent le plus de temps pour les automatiser ou les simplifier.
Souvent avec une macro Excel, un logiciel dédié, un changement d’habitudes… il est possible de changer notre manière de travailler pour gagner du temps.
Faites votre mini audit, et regardez toutes les tâches longues et coûteuses en temps et trouvez une solution pour les simplifier / automatiser.

3 – Penser “durable” et écologique.
Et si cette année au lieu de prendre des gobelets en plastique à la fontaine à eau vous offriez à vos collaborateurs un verre ou un tasse à leurs noms ?
De même pour vos pots de départs, apéritifs… et si vous pensiez à utiliser plus de verre, des produits de saison… au lieu de prendre le tout venant par forcément très écolo ?

4 – Faire du sport sans effort et sans en avoir l’air…
Prenez les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur, descendez un arrêt de métro plus tôt, prenez votre vélo une fois par semaine pour aller à la boulangerie… Dans votre quotidien il existe des dizaines d’occasions de faire un peu d’efforts pour conserver la forme !

5 – Etre moins fatigué… Read the rest of this entry »

Couple et santé

http://www.mon-couple-heureux.com/couple-et-sante/

Cet article constitue ma participation au festival À la croisée des blogs. C’est un évènement inter-blog dédié au développement personnel. Il est publié mensuellement et chaque nouvelle édition traite d’un thème original. Ce mois-ci c’est Patricia Letang du blog Se soigner autrement : Pourquoi ? Comment ? qui en est l’organisatrice. Elle nous a proposé de réfléchir sur le thème : “Joie de vivre et bonne santé !”.

A la croisée des blogs

J’ai recherché les effets que la vie de couple peut avoir sur notre santé.

Toutes ces informations ont été glanées sur internet et à travers mes lectures. Je ne peux pas vous prouver scientifiquement que toutes ces informations soient vraies, mais je vous donne mes sources à la fin si vous voulez pousser un peu plus loin le sujet.

Voici donc les effets bénéfiques (ou pas) sur notre santé liés à notre vie de couple :

 

La durée de vie

couple agé heureux

La vie des couples heureux serait prolongée de 4 ans par rapport aux couples malheureux et aux personnes qui vivent mal leur célibat.

Le corps et l’esprit vieillirait plus rapidement chez les couples malheureux. Read the rest of this entry »

Haute-Garonne: la CPAM ouvre la chasse aux fraudeurs

http://www.metrofrance.com/toulouse/haute-garonne-la-cpam-ouvre-la-chasse-aux-fraudeurs/pkfu!fPSE4LGhB7djGf95OxPIw/

Mis à jour 21-06-2011 19:56
Les arrêts maladie injustifiés sont à la hausse en  Haute-Garonne.

Les arrêts maladie injustifiés sont à la hausse en Haute-Garonne. Photo : Sipa

La Haute-Garonne figure par­mi les mauvais élèves de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) : alors que le nombre d’arrêts maladie aug­- mente dans le département (+ 6% en 2007, + 7% en 2008 et + 8,4% en 2009), la part des arrêts injustifiés s’intensifie.

“Quand on annonce des contrôles auprès de certains médecins ou patients, le nom­bre d’arrêts baisse”, explique Jacques Bez, médecin conseil à la CPAM Haute-Garonne. En 2010, la hausse s’est limitée à 2,5%, mais la direction régionale a décidé de lancer une campagne d’information destinée aux professionnels de la santé et au grand public. Read the rest of this entry »

Cancer du sein : 34 % de risque en plus pour les fumeuses

http://www.tendance-sante.fr/maladies-medicaments/article/detail/cancer-du-sein-34-de-risque-en-plus-pour-les-fumeuses/

C’est lors du 47è congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), qui s’est tenu en juin à Chicago, qu’ont été révélés les résultats d’une étude sur le lien entre tabac et cancer du sein. Si le tabac était déjà reconnu comme un facteur aggravant, cette étude chiffre pour la première fois les risques, chez les fumeuses ou anciennes fumeuses, de développer un cancer du sein après 60 ans.
Publié le 21/06/2011
par Vanessa Ribes

Cette étude, réalisée à l’Université de Pittsburgh, avait pour objet le suivi, durant plusieurs années, de plus de 13 300 femmes. Les résultats nous apprennent notamment que chez les femmes prédisposées, c’est-à-dire celles de plus de 60 ans avec des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein, le risque de développer la maladie augmenterait de 34 % en cas de tabagisme de 15 ans ou plus. Pire, le pourcentage passe à 59 % pour les femmes qui fumaient depuis plus de 35 ans.

Devant ces résultats alarmants, les auteurs de l’étude rappellent qu’un « tiers des cancers pourrait être évité dans les pays industrialisés grâce à une modification de nos habitudes de vie. C’est-à-dire une alimentation équilibrée et diversifiée ». Il s’agit donc de consommer des fruits et des légumes en quantité, tout en limitant l’alcool et les acides gras trans (friture d’huile, viande de bœuf et de mouton ou encore produits laitiers). Read the rest of this entry »

Les arrêts maladie abusifs dans le collimateur du gouvernement

Le gouvernement veut encourager les contre-visites de médecins à la demande des employeurs, mais les services des ressources humaines ne semblent pas convaincus.

http://lexpansion.lexpress.fr/management/les-arrets-maladie-abusifs-dans-le-collimateur-du-gouvernement_257585.html

En 2010, les contrôles des arrêts maladies ont rapporté près de 400 millions d’économies directes à la Sécurité sociale.
Reuters/Yuriko Nakao

Dans l’arsenal anti-fraude mis en avant mercredi au Conseil des ministres, la lutte contre les absences excessives au travail figure en bonne place. Le coût de l’indemnisation des arrêts maladie progresse plus vite que d’autres dépenses de l’Assurance maladie, mieux maîtrisées. Depuis 2007, la Sécurité sociale a triplé ses contrôles, surtout sur les arrêts de longue durée. Elle a réalisé en 2010 près de 400 millions d’économies directes: une somme non négligeable, même si cela ne représente que 4,6% du montant total des indemnités journalières versées. Mais, pour le gouvernement, les entreprises et les administrations doivent elles aussi être plus regardantes, notamment pour les courts arrêts répétés. Read the rest of this entry »

Médicament : “Les victimes oseront plus facilement aller en justice”

http://www.francesoir.fr/actualite/sante/medicament-victimes-oseront-plus-facilement-aller-en-justice-112397.html

Après le scandale du Mediator, trois rapports proposent, en rafale, d’autoriser l’action de masse pour les victimes ou encore de supprimer les visiteurs médicaux.

Le Mediator aura au moins eu un mérite : celui de susciter une prise de conscience et une réforme en profondeur de la chaîne du médicament. Après des mois de remous médiatiques, et des semaines d’auditions et de débats, trois rapports sont rendus publics cette semaine. Le premier, celui de la mission parlementaire sur le Mediator, a été entériné mercredi par la commission des affaires sociales, en même temps que l’Inspection des affaires sociales (Igas) rendait public le sien, sur l’amélioration du système de pharmacovigilance. La synthèse des Assises du médicament sera, elle, présentée ce matin. Et Xavier Bertrand annoncera dans la foulée les principaux axes de son projet de réforme du médicament. Read the rest of this entry »