Archive

Archive for the ‘stress’ Category

QUEL EST LE SECRET DES PROFESSIONNELS HEUREUX ? Cécile TARDY

http://www.economiematin.fr/news-quel-est-le-secret-des-professionnels-heureux-

Vous êtes un professionnel overbusy et vous voulez connaître le secret de ceux qui arrivent tous les matins avec un grand sourire au bureau… et repartent encore avec le sourire le soir ?

Peut-être que le secret de ces professionnels heureux c’est de ne rien faire de leur journée, de faire semblant de travailler. Il y a des experts en la matière! A moins que leur secret ce soit de pourrir la vie des honnêtes gens, notamment en les inondants d’emails FYI ou les invitant à des réunions sans queue ni tête.

Non, ce serait trop facile comme réponse. Vous vous doutez bien qu’il y a autre chose, parce que vous vous sentez bien en leur compagnie. Ce sont des personnes charismatiques pour la plupart. Leur sourire ne laisse pas indifférent.

Et si leur secret était tout simplement d’être heureux de travailler? Vous avez déjà entendu parler de bonheur au travail, cette adjonction de mots qui vous interpelle, qui vous paraît inaccessible, du haut de votre montagne de stress et de surchage de travail.

Si vous lisez ceci, sûrement que vous recherchez un positionnement plus adapté, plus de bonheur au bureau, heureux le matin, heureux le soir, heureux chez vous, en week-end mais vous n’avez pas encore trouvé le secret.

Être heureux, c’est vous qui le choisissez !

Cette question je me la suis posé durant de longues années, de longues années de souffrance.  J’ai travaillé comme cadre durant une décennie durant laquelle j’ai eu la chance de faire 3 burn out ! Pour le dernier, mon corps a dit stop, plié en deux. Le message était clair : « Il est temps de faire ce que tu aimes le plus au monde et donner du sens à ton travail, si tu veux redresser ta vie et continuer à avancer ! ».

J’ai alors trouvé sur mon chemin des évidences qui m’ont permis déjà de me guérir très vite et surtout de donner une cohérence à toutes mes formations en développement personnel et de me connecter à ce qui me fait vibrer au plus profond de moi : vous accompagner vers la meilleure partie de vous-mêmes et vous aider à trouver les clés pour vivre votre travail avec bonheur !

Le secret des professionnels heureux c’est avant tout qu’ils ont décidé de l’être. Ils ont décidé de mettre en place des stratégies, des rituels, des habitudes pour se sentir bien. Voici ces stratégies:

La recette Read the rest of this entry »

La tempérance. Une histoire de caramel ? de Marie-Paule DESSAINT

http://psycho-ressources.com/blog/temperance

La tempérance.
Une histoire de caramel ?

Marie-Paule Dessaint, Ph. D
Spécialiste retraite et récits de vie

La tempérance, c’est l’héroïsme du quotidien (Boris Cyrulnik)

Un enfant âgé de quatre ans est laissé seul face à un délicieux caramel. On lui en promet un second s’il résiste à la tentation de le manger immédiatement (1).

Quatorze ans plus tard, les auteurs de cette étude longitudinale (Université de Stanford) ont comparé la vie des enfants qui avaient résisté à la tentation du caramel à celle des enfants qui n’y étaient pas parvenus. Ils ont alors découvert que ces derniers étaient beaucoup plus vulnérables au stress, se mettaient plus facilement en colère, étaient beaucoup plus impulsifs et avaient même tendance à se bagarrer. Les résultats obtenus à leur examen d’entrée à l’université étaient bien inférieurs à ceux qui avaient réussi à résister à l’attrait du caramel. À l’approche de la trentaine, cette différence était encore plus marquée : moins bonne résistance au stress, manque de persévérance et difficulté plus grande à se concentrer, distractions fréquentes, moins bonnes compétences intellectuelles et émotionnelles et existence plus fréquemment en solitaire.

Un peu de retenue, je vous prie!

Cette histoire du caramel montre bien les effets à long terme de l’apprentissage du contrôle de soi (la tempérance) dès le plus jeune âge. Non seulement cet apprentissage conduit à une vie plus harmonieuse avec soi et avec les autres, mais il protège aussi la santé physique et psychologique, réduit l’intensité du stress, permet de réagir rapidement en cas de danger menaçant la vie, sans se laisser paralyser par la peur. Il facilite aussi l’adaptation au changement; un important facteur de survie.

Pour ma part, j’aime trouver dans la tempérance un lien avec l’inhibition cognitive, qui favorise les nouveaux apprentissages et évite les erreurs causées par les habitudes fortement ancrées en soi. Je vois aussi un lien avec le stress excessif qui bloque totalement l’accès aux fonctions cognitives supérieures pour laisser plus de place au cerveau primitif qui agit et réagit, sans prendre le temps de «réfléchir». J’y vois enfin un lien direct, parmi d’autres, avec le vieillissement réussi alors qu’en fin de vie une personne atteint la maturité et l’intégrité (2) grâce, justement, à la façon dont elle a mené sa vie jusque-là. La seconde partie de cet article est consacrée à ces sujets.

Pourquoi s’intéresser à la tempérance? À la maîtrise de soi?

Si l’on élargit quelque peu le sens du mot tempérance, celui-ci évoque tout à la fois la retenue et la maîtrise de soi volontaires, la modération, le calme, la prudence, la résistance aux pulsions et impulsions excessives, la gestion efficace des émotions, sans les réprimer outre mesure, la sobriété, la patience, la pudeur, l’humilité, la modestie, le focus (concentration, réflexion), le self control, la recherche de paix, le pardon, et même, dans une certaine mesure, la sublimation (voir plus loin).

Cette force d’âme agit comme un gouvernail intérieur qui permet de traverser la vie avec plaisir, passion et accomplissement, tout en se protégeant des excès et des débordements nuisibles, autant pour soi que pour les autres : représailles, arrogance, agressivité, violence, stress, maladies psychosomatiques, entre autres.

Toutes ces qualités et ces forces associées à la tempérance semblent faire défaut à un nombre croissant de personnes. Il n’est d’ailleurs pas difficile d’établir un lien direct avec le climat mondial actuel où la violence, sous toutes ses formes, domine, tout comme l’individualisme, les souffrances morales et la recherche de puissance et de contrôle sur les autres au nom, parfois, … de la religion.

La mauvaise ambiance au travail menace l’équilibre vie pro / vie perso

http://www.economiematin.fr/news-mauvaise-ambiance-travail-menace-equilibre-vie-pro-vie-perso?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-11-20

Comme souvent, une étude n’était pas forcément nécessaire pour arriver à ce constat, mais cela peut permettre de convaincre ceux qui en doutaient encore : Oui, quand au boulot, les choses ne vont pas fort, la vie personnelle est menacée, et les problèmes du travail rejaillissent sur la vie familliale et amicales.

Selon une étude Randstad réalisée auprès de 6000 personnes en France par l’institut ICMA, 60 % des personnes interrogées estiment que « l’environnement de travail désagréable menace l’équilibre vie personnelle / vie professionnelle ». De même, toujours selon cette étude, les relations tendues avec des collègues qui ne jouent pas le jeu sont une menace, selon 53 % des sondés. La pression à la productivité « pression exercée par les employeurs pour finir le travail » est citée encore dans 42 % des cas, et les délais trop courts, 40% des cas.

En revanche, on s’étonne de voir que « seuls » 49 % des sondés considérent que travailler le soir ou le week-end menace l’équilibre vie privée / vie professionnelle. Est-ce le signe que pour une majorité de personnes, le travail en horaires décalés, ou sur les jours fériés, est banalisé ? De même, 35 % des personnes interrogées déplorent le manque de flexibilité dans les horaires de travail, ce qui peut laisser penser qu’une majorité de salariés trouvent leur compte sur ce plan là dans leur emploi, ou trouvent les horaires fixes normaux.

[Partenaire] : Pour réchauffer l’ambiance au travail, pourquoi ne pas commander des plateaux repas sur le site Chaud-devant.com, et déjeuner avec ceux avec qui vous travaillez au quotidien ?

3 façons d’être et de rester zen

Croisée des blogs organisée par Olivier Roland

3 façons de rester zen

170 blogueurs ont participé à cette ronde de réflexions :
une mine d’or si vous êtes stressé…
Téléchargez le livre gratuit, ATTENTION ce sera assez long…
il y a 584 pages !

 

 

 

 

 

 

Contrôler son Stress en 2 minutes chrono

http://www.mentalactif.com/articles/controler-son-stress-en-quelques-minutes.php

Bastien BRICOUT 24 juillet 2011 3

Le stress condamne des milliers de gens à survivre dans des conditions de vie inacceptables.

Il est temps d’y mettre un terme de façon rapide et efficace ! Qu’en dîtes-vous ?

Dans cette article je vais vous donner des conseils qui vont vous permettre de gérer le stress en un minimum de temps !

Etape 1- Prenez conscience

Dans une position détendue, fermez les yeux et imaginez-vous être stressé.

Dans votre esprit, passer par tous les symptômes du stress que vous ressentez habituellement.
Il est important que visualisiez la scène et que vous ressentiez de puissantes émotions.

A présent prenez du recule sur cet état et prenez conscience du fait que vous êtes stressé.

Maintenant vous êtes l’observateur de votre comportement.
Vous vous voyez comme si vous vous regardiez à la télévision, vous voyez vos symptômes, mais vous ne les ressentez pas puisque vous n’êtes que le spectateur de la scène.
Le fait de vous observer vous permet d’avoir un pouvoir sur vos sensations.

A présent, visualisez-vous calme et détendu et remarquez comment le stress se dissipe.
Vous êtes à présent en mesure de continuer votre journée détaché du stress, et vous allez pouvoir être productif.

La prochaine fois que vous vous sentirez stressé, il vous suffit de redevenir l’observateur de vos sensations et d’utiliser les conseils liés au stress pour le supprimer. Read the rest of this entry »

Fleurance. La sophrologie pour aider à gérer le stress

http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/03/1120865-fleurance-la-sophrologie-pour-aider-a-gerer-le-stress.html

Françoise Fort durant son atelier à l'office de tourisme. /Photo DDM , JPDG.

Françoise Fort durant son atelier à l'office de tourisme. /Photo DDM , JPDG.
Françoise Fort durant son atelier à l’office de tourisme. /Photo DDM , JPDG.

Installée comme sophrologue près de Marsolan, Françoise Fort, qui participait au dernier Salon du bien-être, animait un atelier dans les locaux de l’office de tourisme. Une réunion d’information et de découverte très suivie par un public intéressé. Elle y a traité de la relaxation dynamique, du yoga et du zen bouddhiste qui participe à un véritable éveil de l’être.

La relaxation qu’elle propose est totale et concerne tissus et organes, au-delà de la motivation et de la véritable décision que prend le patient. Read the rest of this entry »

La vie urbaine modifie notre réponse au stress

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2011/06/28/001-stress-ville-campagne.shtml

Des piétons
Photo: iStockphoto

Les citadins réagissent davantage au stress que les personnes qui vivent à la campagne, selon une étude parue dans la revue Nature. Cette étude démontre pour la première fois un mécanisme pouvant expliquer la prévalence plus grande de l’anxiété ou de maladies mentales en zone urbaine.

Des chercheurs de l’Institut Douglas, à Montréal, et de l’Université de Heidelberg, en Allemagne, ont étudié l’activité cérébrale de 32 étudiants allemands qui devaient résoudre des problèmes mathématiques dans des conditions stressantes.

Les participants provenant de régions urbaines ont montré une plus grande réaction au stress dans les amygdales du cervelet, une zone cérébrale jouant un rôle dans la régulation des émotions et des humeurs. Par ailleurs, le fait de grandir en ville a pu être associé à une plus grande activité du cortex cingulaire, une région régulant les affects négatifs et le stress.

Par ailleurs, les chercheurs n’ont pas noté de différence entre les personnes vivant dans un environnement urbain dense et celles évoluant dans des villes où les espaces verts sont nombreux. Read the rest of this entry »

Stress : Un cerveau affamé sous influence

http://www.informationhospitaliere.com/actualite-19581-stress-cerveau-affame-influence.html

Si prendre un bon repas bien calorique après une période de déprime était tout simplement dû à une hormone qui influençait notre cerveau. C’est ce que suggèrent les travaux de chercheurs américains publiés dans le Journal of Clinical Investigation.

Souvent, la vie est stressante, notamment dans les pays industrialisés où beaucoup de gens sont soumis au stress et à la déprime. Pour y remédier, 2 personnes sur 5 ont comme principal réflexe de se jeter littéralement sur des aliments riches en graisse et particulièrement caloriques.
Selon Jen-Chieh Chuang et ses collaborateurs du Southwestern Medical Center de Dallas (États-Unis), c’est une hormone qui serait responsable de ce comportement, la ghréline. Cette dernière est connue pour stimuler l’appétit. Elle est l’antagoniste de la leptine, l’hormone de la satiété.
Après avoir soumis des souris à un stress permanent, lié notamment à la présence d’un mâle dominant, les chercheurs ont constaté que tous les rongeurs, en réaction, choisissaient pour se nourrir de préférence des plats gras et caloriques. Suite à des analyses biochimiques, ils ont montré que le stress entraînait une production accrue de ghréline. Cette dernière agit directement sur le cerveau, lui indiquant que le corps à très faim. Cette augmentation de l’appétit peut conduire au surpoids et à l’obésité.
Les résultats de ces travaux ouvrent la voie à de nouvelles recherches pour lutter contre ce type de comportement alimentaire et contre la prise excessive de poids. Toutefois, avant d’aller plus avant, des études chez l’homme sont à envisager afin vérifier si le même processus existe.

Les effets du stress se transmettraient de génération en génération…

http://www.lepoint.fr/science/les-effets-du-stress-se-transmettraient-de-generation-en-generation-29-06-2011-1347326_25.php

Les effets néfastes du stress peuvent être transmis de manière héréditaire d’une génération à l’autre. C’est la conclusion à laquelle est parvenue l’équipe de chercheurs japonais du Riken Tsukuba Institute dirigée par Shunsuke Ishii au terme de près de 20 ans de travail. D’après leur étude, publiée par la revue Cell, ces scientifiques ont mené des expériences d’abord sur des levures puis sur des mouches drosophiles soumises à un environnement particulièrement stressant. Le mécanisme qu’ils ont mis au jour est relativement complexe.

L’expérimentation du stress ne modifie pas directement la séquence ADN. C’est d’ailleurs ce qui avait jusqu’ici fait douter d’une possible transmission de ces effets. En revanche, elle altère un gène baptisé ATF-2, responsable de la formation de l’enveloppe de l’ADN, via l’émission induite par le stress de certaines protéines. Cette enveloppe, appelée hétérochromatine, est censée inhiber certains gènes indésirables. Défectueuse, elle ne peut jouer ce rôle et laisse alors s’exprimer des gènes qui auraient dû être réduits au silence. Or l’altération du gène ATF-2 se transmet de génération en génération. Read the rest of this entry »

Stress au travail et santé – situation chez les indépendants

Une Expertise collective de l’Inserm

http://www.inserm.fr/espace-journalistes/stress-au-travail-et-sante-situation-chez-les-independants

Dans de nombreux secteurs d’activité, le stress au travail est considéré comme faisant partie des risques pour la santé auxquels peuvent être confrontés les travailleurs salariés et non-salariés ou indépendants.

© Fotolia

Le terme de « stress » peut avoir plusieurs définitions en fonction des disciplines médicales, biologiques, médico-sociales, des sciences humaines et sociales qui y font référence. Quelle que soit l’approche disciplinaire, le stress peut être considéré comme un élément d’un processus complexe, à la fois biologique, psychologique et social en réponse à une situation aversive.

Le régime social des indépendants (RSI), qui assure la couverture maladie et de retraite des artisans et des commerçants, des professions libérales et des chefs d’entreprise indépendants, a sollicité l’Inserm dans le but de disposer d’un bilan des connaissances scientifiques sur le stress d’origine professionnelle chez les travailleurs indépendants. Read the rest of this entry »

Pour résister au stress, pensez aux fraises

http://www.i-dietetique.com/?action=breves&id=8684

BELGIQUE, 27 juin 2011 (Toute la diététique !) – Une étude, menée par des chercheurs italiens et espagnols a démontré que les fraises stimulaient de manière significative la réponse des globules rouges au stress oxydatif, un déséquilibre qui est associée à de nombreuses pathologies.

Lors d’une étude récente, il a été demandé à un groupe de bénévoles de consommer un demi-kilo de fraises chaque jour pendant deux semaines afin de démontrer que la consommation de ce fruit améliorait la capacité antioxydante du sang.

Un ravier de fraises par jour Read the rest of this entry »

La ville diminue la résistance au stress

http://www.cyberpresse.ca/sciences/medecine/201106/27/01-4412797-la-ville-diminue-la-resistance-au-stress.php

Montréal, avec une vue vers le pont Jacques-Cartier.... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Montréal, avec une vue vers le pont Jacques-Cartier.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Mathieu Perreault
La Presse

Habiter en ville augmente les réactions au stress, selon une nouvelle étude internationale à laquelle participe un chercheur de l’Université McGill. Cela pourrait expliquer pourquoi le risque de psychose et de schizophrénie double chez les citadins, quand on les compare aux campagnards.

«On savait que le stress est l’un des facteurs contribuant à l’apparition de psychose et que l’incidence de la psychose est plus grande en ville», explique Jens Pruessner, directeur de l’axe de recherche sur l’âge et l’alzheimer à l’Institut Douglas, qui a travaillé avec des chercheurs de l’Université de Heidelberg. «Les chercheurs allemands ont voulu vérifier que l’effet du stress est plus élevé en ville. Ils se sont servis d’une technique d’induction du stress qui a été mise au point au Douglas.» Read the rest of this entry »