Archive

Posts Tagged ‘Elections’

Élections. Pour l’instauration d’un permis de vote, de Yann VALLERIE

http://www.bvoltaire.fr/elections-linstauration-dun-permis-de-vote/?mc_cid=18d633a958&mc_eid=443cdc6b1f

Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ?
Journaliste
 NDLR : enfin, une personne qui dit ce que tout le monde devrait dire ! Politiquement très incorrect mais indispensable. En effet, on sait que le plus débile des hommes a 1 voix, autant que le génie qui trouve de quoi faire avancer le monde, que le plus vil des hommes, le plus méchant, ne pensant qu’à faire le mal, a le même pouvoir qu’un Saint… on peut pleurer de notre soi disant Démocratie. Ce n’est pas cela la démocratie ni l’égalité pour moi.
Il fallait arriver à la décadence actuelle de nos sociétés dites modernes, pour trouver un nouvel obscurantisme : celui de l’égalitarisme à tout crin qui  ne peut que créer de l’inégalité. Le pilote d’avion, le chirurgien, et tous les hommes connaissant bien leur métier et le faisant avec application, demandent-ils l’avis des passants, des passagers ou du balayeur de l’hôpital, pour savoir comment piloter opérer… Tout le monde trouverait ça trop injuste et dangereux.
Mais quand il s’agit de voter ce problème ne se pose pas. Même quand on n’a pas lu le programme des candidats, ce qui est le cas de plus de 99% des votants, même quand on ne comprend rien à l’économe, qu’on ne connait pas le fonctionnement de nos institutions, ni à quoi sert l’Europe (quoi que là je crains fort que la réponse soit : à rien !), alors oui il faudrait que chaque personne puisse montrer qu’elle a lu, écouté, compris, et décidé de son choix en connaissance de cause. C’est la moindre des choses. Chacun est libre de son opinion, de son choix, mais pas de l’exprimer quand il n’a rien compris, c’est un déni de notre société tout entière que d’accepter cela. Et cette égalité-là, ni Jésus, ni Voltaire, ni Rousseau, ni Jaurès ne l’ont prôné. 
Mais je crains bien qu’il soit trop tard pour modifier de fond en comble les croyances de nos contemporains, car le refus de toute discipline, le refus même d’accepter les résultats des votes, le galvaudage du mot de démocratie dans la bouche des privilégiés, nantis et autoproclamés compétents, est arrivé à un point de non-retour pouvant empêcher le retour des valeurs qui constituent les ressorts d’une société en bonne santé.  Et pourtant je suis convaincu que notre avenir est dans notre passé ! Mais combien de gens d’aujourd’hui ont oublié que le monde n’a pas commencé avec les écrans plats et les émissions de télé-réalité !
Finalement nous n’avions pas complètement tort dans les années 60 quand on criait dans les rues : « Elections, piège à cons ! »
——————————————————————————————————————————————————————————————————–

À chaque élection, c’est la même rengaine : des millions d’électeurs se bousculent dans les urnes, en France (ou ailleurs), pour aller donner un mandat électoral à des personnalités ou à des partis politiques qui leur auront proposé un programme politique pour le pays, la région, le département…
Parmi ces électeurs, beaucoup l’avouent publiquement : durant toute l’année, ils ne se soucient pas de la vie politique du pays, hormis bien souvent pour le secteur précis qui les concerne le plus (ce qui est une vision corporatiste et non pas politique globale).

Les sondages montrent même qu’à quelques jours des scrutins, une majorité est toujours indécise.
La politique, comme l’origine du mot l’indique, c’est pourtant « la vie de la cité ». Revendiquer fièrement de ne pas s’intéresser à la vie de la cité constitue alors ou bien une faute ou bien un choix assumé, qui devrait se traduire par l’impossibilité de pouvoir voter.

Mais alors…

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à conduire sans avoir passé le permis de conduire validant, théoriquement et pratiquement, la capacité à ne pas faire n’importe quoi sur les routes et à ne pas mettre en danger autrui ?

Est-ce qu’aujourd’hui en France, on autorise des citoyens à acquérir des armes librement et à aller chasser sans qu’ils n’aient passé, théoriquement et pratiquement, le permis leur apprenant le maniement des armes et les règles de sécurité et de respect de la faune et de la flore ?

À ces deux interrogations, la réponse est non, bien entendu.

Alors se pose une autre question :

Des individus ne connaissant pas leurs institutions, ou bien parfois le programme des candidats pour qui ils entendent voter (en dehors de deux ou trois propositions ici ou là), ou bien encore la situation géopolitique, économique, sociale, c’est-à-dire le contexte dans lequel se tient une élection, sont-ils réellement aptes à voter ?

Doivent-ils réellement être en mesure de contribuer, par leur vote, aux destinées de générations à venir ? Une arme comme le vote ne doit-elle pas, elle aussi, être, comme toutes les autres armes, réglementée ? Read the rest of this entry »