Archive

Posts Tagged ‘machos’

« Pour inciter mon homme à participer aux tâches, j’adopte la méthode des machos »

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/08/pour-inciter-mon-homme-a-participer-aux-taches-j-adopte-la-methode-des-machos_1489886_3224.html?goback=.gde_1416777_member_213077337

Nous avons demandé aux internautes du Monde.fr de témoigner de leurs difficultés à parvenir à un partage équitable des tâches domestiques et parentales – encore assumées à 80 % par les femmes – au sein de leur couple. De nombreuses femmes – combatives, découragées ou très gâtées – ont répondu à notre appel. Du côté des hommes, seuls les époux exemplaires se sont manifestés.

L’AVIS DES FEMMES

  • « Trente ans de guerre avec mon mari sans victoire notable », par Véro

Trente ans de guerre des tâches ménagères sans victoire notable. J’ai tout essayé : la complicité, la grève totale, le travail d’équipe avec tableau noir. Rien n’y fait et c’est encore pire avec une aide ménagère : sa présence permet à mon mari de se donner bonne conscience et d’en faire encore moins.

Je ne me résigne pas, mais l’inertie d’un quinquagénaire éduqué par une mère au foyer et deux sœurs aînées pleines de sollicitude est désespérante. Surtout quand dans son job, il y a toujours des gens autour de lui pour l’assister

En reprise d’études tardives, je pensais susciter une petite solidarité conjugale : peine perdue. Maintenant, j’espère juste retrouver une situation qui me permette de « m’offrir » quelques heures d’aide en plus. Surtout, je mise sur l’éducation : j’ai appris à mon fils adolescent à prendre en charge sa part des tâches domestiques et à valoriser cette corvée comme un signe de modernité et d’émancipation. D’ailleurs, c’est souvent lui qui proteste quand mon mari est vautré sur le canapé tandis que nous nous activons. Les tâches domestiques sont le sujet numéro un des tensions à la maison…

  • « Je suis l’elfe de maison !« , par Catherine

C’est vraiment LA tâche non partagée : la prise en charge du linge. Nous sommes cinq à la maison, dont trois ados de 15, 17, et 19 ans – cela fait du volume. Pourtant, bien que tout le monde salisse, une seule personne lave, sèche et repasse : moi. En vingt ans, je suis juste parvenue à ce que mon mari donne le repassage de ses chemises au pressing, et à ce que les enfants rangent leur pile repassée chacun dans leur placard. Et, bien sûr, je travaille à temps complet à l’extérieur… Je suis l’elfe de maison !