Archive

Posts Tagged ‘medecine’

SG : Si l’on soigne la femme comme l’homme, on la soigne mal

http://www.leparisien.fr/informations/si-l-on-traite-la-femme-comme-l-homme-on-la-traite-mal-19-07-2014-4011941.php

NDLR : dans la catégorie des applications de la SG à l’analyse des propos de nos contemporains, voici un exemple de plus. D’un coté nous avons les analyses de concepts et entre autres ici le concept hautement nuisible de la parité, et de l’autre les réalités biologiques. Que les femmes réagissent différemment aux médicaments et aux traitements que les hommes c’est un fait, que tout le monde doit être traité de la même façon c’est une croyance. Un raisonement sicentifique devrait faire admettre à tous et à toutes, que le fait doit dominer la croyance, mais il n’en est rien. De plus en plus, au fil des décennies, nos contemporains donnent tort aux faits au nom de leur croyance. C’est de l’obscurantisme et dans le cas cité ici, c’est de plus dangereux. Ne pas reconnaître les différences biologiques, naturelles, entre les hommes et les femmes au nom d’un genre unique, c’est proprement de la bêtise. Pour nous, pratiquants de l’AR il est clair qu’il faut combattre ce genre de bêtise qui va nous ramener tout droit à l’ère préhistorique. Ou alors, au nom de la aortiué il va falloir obliger les hommes à accoucher ou interdire aux femmes de le faire !

Claudine Junien, professeur de génétique à l’Inra

Claudine Junien est en train de créer un groupe de travail commun à l’Académie de médecine et à l’Académie des sciences pour faire reconnaître la nécessité de tenir compte des différences entre les hommes et les femmes.Pourquoi militez-vous pour différencier les sexes ?CLAUDINE JUNIEN. Si l’on veut une vraie parité en santé, la prise en compte des différences biologiques s’impose. Si l’on traite la femme comme l’homme, on la traite mal. Or, que ce soit lors de la recherche sur l’animal ou lors des études cliniques, une étude sur cinq seulement se penche sur la différence de sexe. Pourtant, une molécule efficace pour l’un ne le sera pas — ou différemment — pour l’autre. Conséquence : les effets secondaires des médicaments, quatrième cause de mortalité chez les femmes, les touchent une fois et demie à deux fois plus que les hommes. J’aimerais que l’on mesure un jour ce que cela coûte ! Connaître ces réactions de l’organisme liées au sexe, c’est aussi ouvrir une voie inexploitée pour améliorer et inventer des traitements plus personnalisés.

L’égalité homme-femme n’existe donc pas ? Read the rest of this entry »

La « loi d’airain » du dr. Geerd Hamer

13/06/2011 à 08h07 – mis à jour le 13/06/2011 à 08h44 | 390 vues | 3 réactions

Aujourd’hui les sectes ne se présentent plus comme des réunions d’illuminés qui, autour d’un gourou charismatique, attendent le retour des extra-terrestres, la fin du monde ou l’avènement de l’âge d’or.
Plus pernicieuses que jamais, elles s’intéressent, entre autres, à votre santé et remettent en cause la médecine des facultés pour y substituer des théories hétérodoxes qu’aucune étude digne de ce nom n’étaye. Elles réservent leurs « découvertes » à des aréopages de disciples, médecins, para-médicaux ou simplement curieux, au bout de séminaires, formations et stages divers et variés..
Tout cela coûte cher, très cher même.

Bornons-nous pour aujourd’hui à une théorie particulièrement pernicieuse:

Le décodage biologique, ou la loi d’airain du Dr. Geerd Hamer.

Le docteur Geerd Hamer, de nationalité allemande, concepteur de la « Germanique Nouvelle Médecine » a été condamné par la Cour d »Appel de Chambery à dix-huit mois de prison ferme (arrêt coulé en force de chose jugée)  pour exercice illégale de la médecine. Il est radié à vie de l’ordre des médecins.
Sa doctrine est considérée comme « secte nuisible » par la Miviludes (Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) et de « secte dangereuse » par l’autorité belge ad hoc.
Sa « loi » s’articule autour du dogme suivant: Read the rest of this entry »