Archive

Posts Tagged ‘Usa’

Manipulation de l’opinion sur Internet : le Pentagone, via la DARPA, a réalisé des expériences psychologiques pour manipuler les utilisateurs de Facebook par leurs émotions – Juillet 2014

NDLR : notre position en matière de manipulation est connue des lecteurs de ce blog : tout le monde manipule tout le monde, ce qui fait que tout le monde est manipulé, et que la manipulation devrait être apprise à l’école car, si tout le monde sait comment ça marche, si tout le monde sait faire, alors plus personne ne pourra être manipulé. Mais les utopistes de tout poil qui voient le Bien même dans les Kalachnikov des talibans, ne pourront jamais comprendre ça.

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/manipulation-de-l-opinion-sur-46201

 

Cette vidéo est une capsule de la chaîne Russia Today révélant des expérience réalisées par la DARPA ne vue de contrer une opinion répandue sur les réseaux sociaux.

L’affaire :

Sans le savoir, près de 700 000 utilisateurs anglophones de Facebook ont été « manipulés » par le réseau social, associé à des scientifiques, pour voir si les émotions exprimées par leurs contacts influençaient leur humeur.

Cette recherche, menée pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012 par Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie à San Francisco, portait sur la « contagion émotionnelle ».

Les flux d’actualité de 689 003 personnes, choisies au hasard, ont ainsi été modifiés pour faire apparaître soit davantage de messages positifs, soit davantage de messages négatifs. Et les messages postés par les utilisateurs « surveillés » étaient ensuite décryptés pour savoir s’ils étaient influencés par l’humeur ambiante.

L’étude, publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences (PNAS) le 17 juin, a constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l’ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes. »

Selon les auteurs, «  ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux  » – l’effet constaté reste cependant relativement limité. D’autres recherches se sont déjà penchées sur ce phénomène, mais cette étude est unique au sens où ses auteurs « ont manipulé », selon leurs propres mots, les données. Ils ont d’ailleurs pris soin de souligner que la recherche était «  compatible avec la politique d’utilisation des données à laquelle tous les utilisateurs doivent souscrire en créant un compte Facebook  ». Read the rest of this entry »

Etats-Unis : la ville de Richmond paie ses habitants pour qu’ils ne tuent pas

http://www.planet.fr/international-etats-unis-la-ville-de-richmond-paie-ses-habitants-pour-quils-ne-tuent-pas.643952.29335.html?xtor=ES-1-638314[Planet-a-la-Une]-20140623

Une idée à reprendre : si on payait nos hommes et femmes politiques pour ne pas faire des lois inutiles, ridicules et arrêter de dire n’importe quoi ?!

Depuis 2007, la ville de Richmond située dans l’Etat de la Californie, au Sud-Est des Etats-Unis, a créé une allocation attribuée aux personnes les plus susceptibles de tuer ou d’être tuées. Et le résultat est surprenant : le taux d’homicides de la ville a été depuis divisé par trois.

Entre 300 et 1000 dollars. C’est la somme distribuée chaque mois par la municipalité de Richmond, ville américaine de la Californie, à 68 habitants susceptible d’être à l’origine d’homicides ou d’être tuées. En place depuis 2007, le programme aurait permis de diviser le taux d’homicides de la ville par trois. En 2007, Richmond comptait 47 homicides pour 100 000 habitants, un chiffre désormais de 15 personnes tuées pour 100 000 habitants.

L’initiative d’un ancien délinquant

Le programme a été imaginé par DeVone Boggan, membre du Bureau pour la sécurité du voisinage de la ville (« Office of Neighborhood Safety »). Les membres de l’association croisent les données de la police de la ville et les informations collectées dans la rue. Une fois qu’ils ont identifié les personnes à risque, l’association va auprès de ces dernières afin de leurs proposer une subvention mensuelle allant de 300 à 1000 dollars. Seule condition : rester à l’écart des problèmes. Et la subvention augmente en fonction des critères et des objectifs atteints par la personne bénéficiaire.

Après 47 mois d’expérience, 65 des 68 personnes prises en charge par le programme sont toujours en vie. Un résultat tout de même tempéré par les détracteurs de cette initiative car une baisse du nombre d’homicides a été recensée sur l’ensemble des Etats-Unis depuis 2007. Cette baisse est toutefois moins importante en comparaison avec celle de la ville de Richmond, a récemment noté le magazine américain Mother Jone

ETATS-UNIS. Polémique autour de la candidate républicaine

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110712.OBS6948/etats-unis-polemique-autour-de-la-candidate-republicaine.html

Publié le 12-07-11 à 17:11    Modifié à 20:24     4 réactions

Michelle Bachmann dérape sur l’esclavage et les thérapies anti-gay de son mari sont passées au crible. Par Judith Chetrit

 (c) Reuters (c) Reuters

Michelle Bachmann fait parler d’elle, pour le meilleur et pour le pire. La candidate conservatrice du Tea Party, régulièrement en tête des sondages pour l’investiture républicaine à l’élection présidentielle en 2012, a commis récemment un nouveau dérapage. Sa signature s’est retrouvée à la fin d’une promesse d’engagement d’un groupe religieux de l’Iowa, The Family Leader, qui prône l’interdiction de toute « forme de pornographie » et considère l’homosexualité comme un choix réversible. Un document, certes, conforme aux valeurs familiales traditionalistes revendiquées par Michelle Bachmann.

Esclavage

Seulement, le document intitulé « Le vœu de mariage« , également signé par son concurrent Rick Santorum, postule que la situation des familles afro-américaines était meilleure au temps de l’esclavage. Citant un rapport de l’Institute for American Values de 2005, le texte esquisse la comparaison suivante : « L’esclavage a eu un impact désastreux sur les familles afro-américaines mais, hélas, un enfant né en esclavage en 1860 avait plus de chances d’être élevé par sa mère et son père dans un foyer avec deux parents qu’un bébé afro-américain né après l’élection du premier président afro-américain des États-Unis. » Read the rest of this entry »